Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Qui est le peuple le plus mystérieux du monde qui vit au Japon et ressemble à des gitans ?

As-tu déjà entendu parler des Aïnous ? Il s’agit d’un peuple autochtone du Japon dont les hommes ressemblaient plus à Léon Tolstoï qu’à Haruki Murakami. Les femmes, elles, décoraient leurs lèvres d’un tatouage étrange qui les faisaient ressembler au Joker. Ce peuple adorait les ours et a offert au monde la culture des samouraïs. Il est si ancien, que comparé à eux, même les Chinois s’avèrent être un groupe ethnique assez jeune. Les scientifiques se demandent encore d’où viennent vraiment les Aïnous.

Chez Sympa, nous adorons les énigmes et avons donc décidé de rassembler les faits les plus impressionnants concernant le peuple le plus mystérieux de la planète.

  • Les Aïnous sont apparus sur les îles japonaises — les îles Kouriles, Sakhaline et la péninsule Kamtchatka — au XIIIe millénaire av. J-C, à l’époque où le pont terrestre entre l’Eurasie et l’Amérique existait encore. En comparaison, la pyramide égyptienne la plus ancienne a été construite au IIIe millénaire av. J-C. Ils sont donc beaucoup plus anciens.
  • Contrairement aux autres groupes ethniques qui sont apparus en même temps que les Aïnous, ces derniers n’avaient presque aucun contact avec les autres peuples et ne se sont pas mélangés jusqu’au XIXe siècle. C’est-à-dire que cette nation peut être considérée comme étant la plus ancienne de l’Eurasie. Les Aïnous ont pu survivre aux Sumériens, aux Romains, et même aux Égyptiens de l’Antiquité.
  • Les Aïnous natifs ont d’avantage une apparence caucasienne que mongoloïde, et ce n’est qu’au XIXe siècle que les Japonais ont compris que cette ancienne nation et les Russes étaient des peuples complètement différents. Les premiers chercheurs russes ont eux constaté que les Aborigènes japonais ressemblaient plus à des gitans.
  • Cependant, il est aujourd’hui souvent impossible de distinguer les Aïnous des Japonais. En fait, durant toute l’histoire du Pays du Soleil Levant, ce peuple antique a été si souvent discriminé qu’il a essayé de se métisser en se mariant avec des Japonais, afin de protéger leur descendance.
  • Les scientifiques ne peuvent toujours pas donner de réponse exacte concernant les origines des Aïnous. Selon l’une des versions, ils sont liés aux peuples du Caucase, et selon une autre, aux peuples autochtones de Sibérie. Il existe même une théorie selon laquelle il s’agit d’une branche de la race des Australoïdes.
  • En faveur de la théorie sur les origines “européennes” des Aïnous, certains chercheurs ont cité la similitude des représentants âgés de ce groupe éthique avec les portraits de Léon Tolstoï.
  • Les hommes Aïnous avaient (certains en ont toujours) des cheveux et des barbes longues qu’ils ne rasaient jamais.
  • D’ailleurs, cette nation est l’un des rares peuples à avoir une barbe aussi développée. On trouve des barbes aussi fournies uniquement chez les Aborigènes australiens et chez certains peuples d’Asie occidentale et de Transcaucasie.
  • Le visage des femmes était décoré d’un tatouage qui était appliqué petit à petit. À l’âge de 6 — 7 ans, les petites filles se voyaient appliquer une petite tache sur leur lèvre supérieure, qu’elles continuaient à développer avec le temps, jusqu’à ce qu’il en résulte quelque chose ressemblant au sourire de Joker. On considérait que ce rituel préparait les jeunes filles à l’accouchement, et que le tatouage les protégeait des mauvais esprits qui tentaient de pénétrer dans le corps par la bouche. De plus, ce “sourire” montrait que la jeune fille était prête à se marier.
  • Bien que ces tatouages aient été interdits par les autorités japonaises au XIXe siècle, certains ont tout de même continué ensuite à secrètement tatouer ces “sourires”.
  • La dernière représentante des Aïnous ayant un visage tatoué selon toutes les règles, est décédée en 1998. Néanmoins, il est aujourd’hui tout aussi possible de rencontrer des jeunes filles “souriantes”, mais uniquement avec un faux tatouage fait spécialement pour divers événements culturels.
  • Mis à part ces “sourires”, les femmes Aïnous avaient d’autres tatouages sous forme de motifs géométriques, ressemblants à des rubans noués autour de leurs poignets et de leurs mollets. Ces dessins protégeaient aussi des mauvais esprits et des maladies.
  • Depuis leur apparition sur les îles japonaises, les Aïnous ont toujours eu à peu près les mêmes activités principales : la chasse, la pêche et la cueillette, et ça n’a changé que plusieurs millénaires plus tard.
  • Dans certaines sources écrites japonaises, il est mentionné que les Aïnous vivent dans des grottes en hiver et dans des nids sur les arbres en été, mais en fait, ce peuple habitait dans des huttes.
  • Les ours jouaient un rôle majeur dans la vie de ce peuple. Ces prédateurs vivaient à côté, chassaient, pêchaient, et cueillaient des baies, ce qui a mené à la naissance d’un culte de cet animal. D’ailleurs, le Dieu des montagnes, le soi-disant ancêtre des Aïnous, était représenté sous la forme d’un ours.
  • En outre, les archéologues ont supposé que ce sont les anciens représentants de ce groupe ethnique qui ont ramené les ours avec eux à Hokkaido.
  • C’est grâce aux Aïnous que les samouraïs sont apparus au Japon. Les Japonais qui sont arrivés sur les îles ont progressivement formé un État, mais les Aïnous continuaient de vivre isolés et attaquaient régulièrement leurs nouveaux voisins. Après plusieurs siècles d’affrontements constants, les unités militaires japonaises qui surveillaient leurs frontières nord ont formé ce qui sera plus tard connu sous le nom de samouraï.
  • Les samouraïs ont même emprunté leur technique de combat aux Aïnous. De plus, certains clans de samouraïs ont des origines Aïnous, comme par exemple, le clan Abe.
  • Il n’y a pas si longtemps, les Aïnous occupaient la majeure partie de Hokkaido, mais à la fin du XIXe siècle, une “japonisation” active de l’île a commencé. D’un côté, le peuple des Aïnous a reçu des terres et a été exonéré du paiement de taxes, et des hôpitaux et des écoles y ont été construits, mais d’un autre côté, de nombreux rituels (en particulier les rituels cruels) ont été interdits. Par conséquent, les Aïnous ont progressivement commencé à perdre leur identité culturelle. Une nation qui existait depuis des millénaires s’est retrouvée au bord de l’extinction en seulement quelques décennies.
  • Ce n’est qu’au XXIe siècle que les Aïnous ont pu retrouver leur identité culturelle. En 2008, les autorités japonaises ont adopté une résolution reconnaissant ce peuple autochtone et demandant de mettre fin à la discrimination à l’égard de ce groupe ethnique. En 2019, une loi fondée sur cette résolution a été adoptée.
  • Bien que les Aïnous aient été activement japonisés, il existe tout de même de nombreux toponymes tirés de la langue de ce peuple : tsusima (tuima) qui veut dire lointain, fuji (Hutsi) qui veut dire grand-mère, tsukuba (tu ku pa) qui veut dire tête de deux arcs / montagne à deux arcs, yamatai (ya ma ta ï) qui veut dire l’endroit où la mer rejoint la terre.
  • Aujourd’hui, les Aïnous tentent de restaurer leur culture et ont même leur propre drapeau où la couleur bleue symbolise le ciel et la mer, et sur lequel le dessin blanc symbolise la neige. Nous y voyons aussi la flèche d’un chasseur Aïnous, peinte en rouge avec du poison qui a été interdit par les autorités japonaises.

Connaissais-tu ce peuple ? Sur l’histoire de quel autre peuple voudrais-tu en savoir plus ? Partage tes idées dans les commentaires !