Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Selon un expert, voici pourquoi les jours paraissent plus courts au fur et à mesure que nous vieillissons

2--5
778

T’es-tu déjà demandé pourquoi les jours paraissaient interminables quand tu étais petit et pourquoi tu as l’impression que des heures ont été volées de ta journée à l’âge adulte ? Les scientifiques se sont posés la même question que toi et ont développé plusieurs explications pour y répondre. Le physicien Adrian Bejan a récemment publié sa propre idée.

Sympa s’est senti très curieux de comprendre ce phénomène et a décidé de partager quelques détails là-dessus avec ses lecteurs. En plus de cela, tu trouveras un bonus final avec une autre explication plutôt curieuse mais sensée.

Le temps passe-t-il si vite ?

Adrian Bejan

Depuis toujours, la perception du temps a été un sujet très étudié par la communauté scientifique, et Einstein lui-même avait assuré qu’elle était relative. Récemment, c’est Adrian Bejan, un professeur d’ingénierie mécanique à l’Université de Duke, aux États-Unis, qui a développé une nouvelle explication sur les raisons pour lesquelles le temps qui paraissait autrefois assez long, nous suffit à peine à faire certaines de ces choses que l’on aimerait accomplir chaque jour : la physique.

Son travail a été publié dans la revue European Review, où il a expliqué comment le fonctionnement de l’esprit vis-à-vis des images altérait notre perception du temps. Le temps physique est inchangé : 24 heures sont 24 heures sur une montre digitale, une horloge ou encore un réveil, mais elles ne seront pas perçues de la même manière en fonction du traitement des stimulations observées.

L’esprit perçoit la réalité à travers les images. Lorsqu’une nouvelle arrive au cortex cérébral, on " ressent " un changement de temps, peu importe l’heure qu’indique l’horloge. Les jeunes esprits ont tendance à recevoir plus d’images que les adultes, ce qui leur donne la sensation d’expérimenter plus de changements de temps et une productivité plus importante.

Les expériences de l’enfance ou de la jeunesse ne sont pas plus profondes que celles de l’âge adulte, mais leur traitement rapide modifie la perception du temps. Ce phénomène est lié au vieillissement du corps humain, car lorsque les nerfs et les neurones mûrissent, leurs réseaux se développent et deviennent complexes, ce qui rend le traitement des images plus résistant et, par conséquent, plus lent.

Le temps et le repos

La perception d’un temps plus long et plus productif arrive lorsque le corps et l’esprit sont reposés. Adrian Bejan a expliqué cela en donnant comme exemple les performances d’un athlète ou d’un étudiant : le sportif fatigué n’est pas capable d’anticiper le jeux et perd en vitesse, et l’élève est plus enclin à commettre des erreurs et à échouer alors qu’il tente de résoudre un problème.

Quand le corps ne se repose pas, on a l’impression que le temps passe très lentement. Un adulte a souvent plus tendance à avoir plein d’occupations qui l’empêchent de bien se reposer, tandis qu’un enfant suivra généralement des heures de sommeil régulières et définies, sans inconvénient majeur.

De plus, le chercheur a mentionné que la distorsion du temps chez les jeunes est en lien avec le fait de passer trop de temps sur les réseaux sociaux, ce qui les prive de sommeil et altère même leur humeur et les processus mentaux.

Bonus : la loi de Weber

Que se passerait-il si tu entrais dans une pièce sombre, et qu’au fond, tu y trouvais une bougie allumée ? Tu la remarquerais tout de suite, non ? Mais, si la pièce était totalement illuminée ? Peut-être prendrais-tu un peu plus de temps à remarquer que la bougie est là. C’est l’illustration même de la loi de Weber, qui tente d’expliquer comment la magnitude physique d’une stimulation altère la perception que l’on en a.

Aussi connue sous le nom de " Loi de la sensation ", elle a été proposée par Enst Heinrich Weber dans son livre Elemente der Psychophysik, et formule une relation mathématique entre l’intensité d’une stimulation et la sensation qu’elle produit : moindre est la stimulation, moindre sera la sensation.

En appliquant cette loi pour expliquer la perception du temps, nous pouvons dire que plus nous vieillissons, moins nous recevons d’informations nouvelles, si bien que nous avons l’impression que le temps passe plus lentement.

Par exemple, si tu as prévu de faire un voyage dans deux semaines mais que tu as un empêchement et que tu dois le repousser une semaine plus tard, cette semaine supplémentaire passera très lentement ; mais si initialement, tu es en train de préparer ce voyage que tu vas faire d’ici huit semaines et que tu dois le repousser d’une semaine supplémentaire, cette dernière n’aura pas l’air particulièrement longue. Dans les deux cas, la différence est d’une semaine, et c’est là que la disruption de la perception a lieu.

La perception du temps qui passe est étroitement liée aux stimulus physiques que nous recevons, et aux nouvelles expériences qui contribuent à nous faire sentir que les heures passent plus lentement. Alors, prends tes valises, fais ce voyage que tu rêves de faire et deviens le maître de ton temps.

Comment perçois-tu le temps qui passe ? Que changerais-tu s’il passait très lentement ? Raconte-nous dans les commentaires !

Ekaterina Gapanovich pour Sympa
2--5
778