10 Choses que j’ai arrêté de faire parce que je pense que je suis trop vieille pour ça, mais je suis heureuse

Psychologie
Il y a 1 an

Je vais bientôt avoir 40 ans, et j’entends sur toutes les chaînes de télévision que je devrais ou ne devrais pas faire quelque chose dans ma quatrième décennie. Les magasins de cosmétiques proposent des crèmes qui me transformeront comme par magie en une jeune femme de 20 ans, et ma mère essaie de me faire mettre des boucles d’oreilles en or parce que “les bijoux fantaisie ne se portent plus à ton âge”. Mais je pense que ce ne sont que des stéréotypes, alors j’ai dressé une liste personnelle des choses que j’ai cessé de faire à mon âge.

Suivre les stéréotypes liés à l’âge

On dit qu’à mon âge, on ne peut pas se faire tatouer, se teindre les cheveux dans des couleurs non naturelles ou porter un maillot de bain trop échancré. Je pense que ce sont des stéréotypes et que personne ne peut m’interdire de faire ce que je veux. Dans le respect de la loi, bien sûr.

L’année dernière, ma fille voulait se teindre les cheveux en bleu vif. Et je ne l’en ai pas dissuadée ; en fait, nous sommes allées au salon de coiffure ensemble et nous en sommes ressorties avec les cheveux bleu ciel. Même ma fille a eu du mal à croire que j’aie décidé de faire un tel changement. Bien que je pouvais voir dans ses yeux qu’elle était ravie d’avoir une maman un peu rebelle. J’adore ce nouveau look, et en plus, je peux toujours changer si ça ne me plaît plus.

Ce soir-là, ma mère m’a appelée et a commencé à me parler des boucles d’oreilles en or de ma grand-mère. Elle m’a dit : “On ne porte pas de bijoux fantaisie à ton âge”. J’ai ricané. Elle oublierait les bijoux fantaisie si elle savait ce que j’ai fait à mes cheveux aujourd’hui.

Vivre avec et accepter de pouvoir avoir le cafard

J’avais l’habitude de lire des livres sur la psychologie et de suivre les opinions d’experts renommés. Mais à un moment donné, j’ai découvert que tout spécialiste qui se respecte a lui-même son propre psychothérapeute. Autrement dit, avoir des connaissances ne signifie pas que tu peux résoudre tes problèmes tout seul. En effet, les dentistes ne traitent pas leurs propres dents mais font appel à leurs collègues.

Je consulte un psychothérapeute et je n’ai pas honte que quelqu’un fouille dans mon enfance, corrige des attitudes et me fasse parfois pleurer. Premièrement, c’est fait avec mon consentement et mon argent. Deuxièmement, tu peux vraiment mieux voir de l’extérieur (si c’est du côté professionnel, bien sûr). J’ai moi-même été choquée par le nombre de choses évidentes que j’ai manquées en période d’autoanalyse.

Se soucier de l’opinion des autres

Cet été, nous avons fait un repas de retrouvailles entre anciens camarades de classe. Certains sont partis à l’étranger et ne viennent ici que rarement. D’autres ont déjà ouvert leur troisième entreprise. D’autres encore ont fait un bon mariage et construisent une maison dans un quartier huppé. Je n’ai rien de tout cela.

Je l’ai dit ouvertement : non, je n’ai pas connu de “succès” à mon âge, mais j’ai un mari aimant, un excellent travail et une fille intelligente. Si quelqu’un pense que je ne suis pas à son niveau, je m’en moque. Je vis pleinement ma vie, et l’opinion de personne ne peut changer cela.

Stocker des choses inutiles

Avant, j’aimais toutes sortes de jolies choses : des blocs-notes, des souvenirs ramenés de voyage, de jolis mugs et des T-shirts colorés. Et puis, quand j’ai dû déménager très, très loin, j’ai arrêté de les aimer. Tout ce bazar a nécessité beaucoup de boîtes de rangement. Pensant que déplacer moi-même tous ces trucs serait difficile et que les déménageurs coûtent trop cher, j’ai fait quelques aller-retours à la poubelle la plus proche.

Et j’ai aimé ça. Après tout, je n’ai plus jamais pensé à ces choses, et elles occupaient la moitié de mes armoires. Maintenant, j’ai une règle : je passe en revue mes affaires tous les trois-quatre mois environ. Et si pendant ce temps, je n’ai jamais sorti un souvenir de la table de nuit, il va à la poubelle. Et tout ce qui a plus ou moins de valeur, mais qui est inutile, je le vends.

Se soucier de l’âge

J’ai une amie qui a presque 10 ans de moins que moi, elle va avoir 30 ans. Lorsque je lui ai rappelé, sans hésiter, qu’il serait bon de célébrer cet anniversaire en grande pompe, elle a éclaté en sanglots. Car elle a déjà 30 ans, des rides et des cheveux blancs. Je me suis empressée de la rassurer : “Trente ans, c’est jeune. Et 40 ans aussi. Et 50 ans. Et tout ce que tu veux en fait. Les spécialistes du marketing te disent qu’après 30 ans, ta vie est finie et que tu dois tout faire pour avoir l’air d’avoir 20 ans. C’est juste que si tu t’acceptes telle que tu es avec des rides et les cheveux gris, ils n’auront plus personne sur qui faire de l’argent.”

Je crois sincèrement que la beauté est différente à chaque âge et qu’il n’est pas nécessaire d’essayer de la faire correspondre à certaines normes. Je me demande même sincèrement de quoi j’aurai l’air à 50 ou 60 ans. Et à 70 ans ?

Continuer à parler à des personnes inintéressantes et à trouver des excuses aux gens

Avant, je traînais avec mes amis d’enfance parce que “nous sommes amies depuis tant d’années”. Bien qu’il soit devenu clair depuis longtemps que nous allions dans des directions différentes. Je n’appelle pas à couper tous les liens qui ne me conviennent pas. Mais réduire les contacts au minimum est tout à fait réaliste.

J’avais aussi l’habitude de trouver des excuses aux mauvaises personnes tout le temps. J’ai connu quelqu’un une fois qui gagnait sa vie en trouvant des failles dans la loi et en en profitant sans vergogne. Même si ce n’était pas un crime, ça me semblait terriblement mal. Mais je le justifiais en disant qu’il était orphelin, que la vie était dure, etc. Et puis j’ai réfléchi et j’ai compris : combien de personnes avaient eu une vie facile et insouciante ? Est-ce que cela leur donne pour autant le droit d’agir de façon malhonnête ? J’ai arrêté de lui parler sans regret.

Ignorer son corps

J’ai lutté contre mon propre poids toute ma vie. J’avais l’habitude de perdre des kilos pour paraître mince. Puis je me suis détendue et j’ai accepté le fait que je ne pouvais pas être svelte sans faire de régimes extrêmes. J’ai en quelque sorte accepté mon apparence, mais un jour, mon corps est venu me demander : “Combien de temps vas-tu encore m’ignorer ?”.

À un moment donné, j’étais en surpoids, mais pas de beaucoup. Et je me suis retrouvée à avoir du mal à marcher, à avoir le visage bouffi le matin et à être tout le temps fatiguée. J’ai donc essayé de faire du sport à domicile. J’avais du mal à m’y mettre, mais maintenant j’ai du mal à zapper cette routine. Honnêtement, je me sens mieux à présent qu’à 20 ans : je n’ai plus mal au dos et aux cervicales, et je suis bien moins fatiguée.

Négliger son propre confort

Avant, c’était gênant de quitter une soirée trop tôt, ce qui faisait que je ne dormais pas assez et que j’allais au travail dans un état lamentable. Maintenant, j’appelle un taxi sans hésiter et je dis directement qu’il est temps pour moi d’aller me coucher, alors au revoir.

J’ai des rideaux occultants, un humidificateur d’air et un matelas à mémoire de forme. Et au lieu des talons hauts, des chaussures confortables à talons bas avec des semelles intérieures faites sur mesure.

Essayer d’avoir l’air très intelligent

J’avais l’habitude d’essayer de faire en sorte que tout le monde m’aime. Mais pour une raison quelconque, j’étais persuadée que pour y parvenir, je devais connaître la réponse à n’importe quelle question ou être capable de résoudre n’importe quel problème. J’avais l’habitude de tout faire sans rien demander en retour. Parfois, j’avais même honte de ne pas savoir quelque chose.

Aujourd’hui, sans aucun regret ni remords, je peux dire “Je ne sais pas” à mon interlocuteur et l’envoyer chercher la réponse sur internet ou demander à un spécialiste. Après tout, je ne suis pas une encyclopédie.

Dévaloriser ses progrès

Alors non, je n’ai toujours pas construit de maison, ni gagné de prix Nobel ou d’Oscar, et je n’ai pas énormément d’argent non plus. Mais j’ai appris à noter mes petites réussites : me voici de retour à l’entraînement après une longue maladie, et j’ai dépassé mes objectifs au travail. Et hier, j’ai appris à faire du pain au maïs. Bref, je suis bien.

Les journées vraiment difficiles, je me félicite mentalement d’avoir fait des pâtes ou dépoussiéré l’étagère, ou même d’être sortie du lit. Mais je ne me décourage jamais, car il est impossible de me faire culpabiliser par mon manque de grandes réussites. Ma paix intérieure est devenue beaucoup plus précieuse que ma fierté.

Qu’as-tu cessé de faire ou, à l’inverse, qu’as-tu commencé à faire lorsque tu as atteint un certain âge ?

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !