13 Preuves que le dicton “Ne jugez pas un livre à sa couverture” est une pure vérité

Histoires
Il y a 5 mois

Soyons réalistes : la plupart d’entre nous tirent des conclusions sur une personne en fonction de son apparence et de ses stéréotypes. Mais une personne modestement vêtue n’est pas toujours pauvre, l’adolescent morose n’est pas toujours ignare, et la vieille femme tranquille peut parfois révéler un tempérament corsé.

  • Un de mes amis avait une entreprise et avec l’argent qu’il avait gagné, il avait acheté une BMW modèle 5. Mais il exerçait son activité en utilisant son ancienne voiture, une bête de somme, pour ainsi dire. Il l’utilisait également pour aller chercher sa femme au travail. Sa femme lui a alors raconté qu’au travail, il y avait une femme qui venait chercher son mari dans une voiture très cool à l’époque. Elle se vantait toujours d’être une dame de catégorie sociale supérieure. Les autres étaient soi-disant pauvres, surtout ceux qui conduisaient comme des vieux, un vieux “tacot”. Une fois, la femme de mon ami lui a demandé de venir la chercher dans sa BMW. Si vous aviez vu les yeux de cette femme, elle ne faisait que cligner des yeux en ouvrant et en fermant la bouche. Le lendemain, la femme de mon ami lui a dit : “Nous avons aussi une Mercedes dans le garage, mais mon mari ne la conduit que pendant les vacances”. L’histoire de la Mercedes était un mensonge, mais elle en valait la peine.
  • J’avais environ 19 ans, j’avais ouvert mon propre magasin de souvenirs et je travaillais au comptoir. Un groupe de gars est entré et l’un d’eux a décidé, apparemment, de se faire un nom. Il a commencé à dire du mal des souvenirs, puis a déclaré que travailler ici était en dessous du seuil de dignité. Et il s’est tourné vers moi avec mépris : “Ma petite dame, vous n’avez pas envie de travailler comme simple vendeuse ?”. Je lui ai répondu : “Non”. Il a continué : “N’avez-vous jamais pensé à faire autre chose de votre vie ?”. J’ai répondu : “Bien sûr que si, alors j’ai ouvert un magasin”. Le visage du type a vraiment changé. Il a marmonné “tant mieux pour vous” et s’est éloigné rapidement.
  • J’ai commencé à vivre avec ma future femme. Nous étions tous deux étudiants et l’argent était rare. C’est alors que ma future belle-mère m’a appelé : “Sergio, l’une de mes amies fait des travaux de rénovation. Demain, ils vont lui apporter des matériaux de construction, trois fois rien. Tu peux l’aider à monter les matériaux dans l’appartement. Elle te donnera peut-être un peu d’argent”. J’ai pensé que je pouvais gagner un peu d’argent. J’ai dépensé le reste de mes économies dans les transports publics. L’appartement était à deux pas du centre, dans un quartier riche. Je suis arrivé et il y avait 15 sacs de béton. Je me suis dit qu’il y avait une erreur, que ce n’était probablement pas mon chargement. Je suis monté dans l’appartement et l’amie de ma belle-mère m’a dit : “Sergio, tu peux commencer, le chargement est en bas”. Je ne pouvais pas m’enfuir. J’ai passé trois heures à tout porter à l’étage, mes mains tremblaient. Dans ma tête, j’imaginais déjà comment j’allais dépenser l’argent dont j’avais tant besoin. Mais la femme a dit “Merci beaucoup”, et j’ai compris que c’était ma rémunération. Je ne sais plus comment je me suis retrouvée en bas, les larmes coulant sur mes joues. Mais le pire, c’est qu’elle avait un fils plus âgé. Mais j’ai monté ses sacs. Je n’ai même pas eu la force de piquer une colère.
  • Nous achetions un appartement. Mon mari avait soudain usé tous ses jeans jusqu’à la corde, alors il est allé visiter l’appartement avec son vieux pantalon de survêtement usé. L’appartement n’était pas donné, il y avait trois chambres et les propriétaires étaient sur leur trente et un. Nous l’avons vu et nous avons dit : “Nous le prenons !”. Et c’est là que tout a commencé. Dans l’après-midi, leur agent nous a appelés quatre fois pour nous rappeler le prix de l’appartement. Et quand mon mari est allé donner le dépôt de garantie en portant le même pantalon usé, mais aussi dans une voiture “réparée” avec du ruban adhésif, ils sont restés bouche bée.
  • J’étais assis dans la voiture. J’ai vu un homme s’approcher de moi d’un pas mal assuré. Et, très prudemment, il a posé ses mains sur le capot. J’ai cru qu’il allait entamer la chanson du voyage : “Mon ami, j’ai besoin d’aide”. Je me préparais déjà mentalement à renvoyer ce type. J’ai baissé la vitre : “Que voulez-vous ?”. L’homme a répondu : “Pourriez-vous me ramener chez moi, s’il vous plaît ? Ce n’est pas loin”. Il s’est avéré qu’il souffrait d’une sciatique. Il a réussi à se rendre au magasin, mais il a eu du mal à revenir avec un sac de courses plein. Pendant qu’il le portait, il a essayé de me payer pour le trajet. Je n’ai pas accepté. J’ai alors réfléchi longuement : une personne normale aurait besoin d’aide, mais vous le renverriez balader, pensant qu’il s’agit d’un escroc.
  • Mon amie et moi sommes montées dans le bus et avons remarqué un beau garçon en veste blanche. Il avait l’air cool. Au bout d’un moment, nous nous sommes rencontrés et avons commencé à nous envoyer des messages sur les réseaux sociaux. Ce type était en fait super ringard. Nous avons été déçues. Khushi Patil / Quora
  • Nous avons connu un cas nous aussi : alors que nous étions à la campagne, mon mari et moi avons dû sauter dans un lac habillés pour sauver un homme. Nous avons ensuite changé nos vêtements et nos chaussures pour ceux que nous avions dans le chalet, avec une apparence, pour dire les choses franchement, très peu attrayante. En rentrant chez nous, nous avons attiré quelques regards méprisants.
  • J’avais un camarade de classe. Grand, mince, les cheveux épais. Menton plus vif que son intelligence. Bref, très populaire auprès des filles. Mais j’ai remarqué une bizarrerie : ce camarade venait souvent à l’école avec des mains bandées. Je lui ai dit : “Mais... d’où viennent ces blessures ?”. Il a souri de satisfaction : “Les blessures ne sont pas réelles, elles sont fausses, mais les filles les adorent ça”. Shubham Singh / Quora
  • Un nouveau directeur est arrivé. Au début, il semblait sympathique et compétent et charmait tout le personnel. Mais au bout de trois mois, nous avons vu son vrai visage. Il s’est avéré qu’il n’avait aucun respect pour les gens et qu’il était capable de gronder un employé devant tout le monde. Des personnes qui travaillaient pour nous depuis des années ont démissionné. Je ne peux rien faire et c’est déprimant. Christi Zelaya / Quora
  • J’ai toujours eu des problèmes en mathématiques. Je suis donc allée dans une classe spéciale pour les élèves en difficulté. Le premier jour, j’ai remarqué une fille au fond de la classe. Toute de noir vêtue, à l’exception des mèches roses dans ses cheveux, elle avait un piercing au nez. La fille gothique typique. Il s’est avéré qu’elle était en dernière année de lycée. Elle venait à l’école une fois par semaine. Ma colocataire et moi pensions qu’elle était mauvaise en maths, alors nous nous sommes moqués d’elle. Puis on nous a dit qu’elle était si brillante qu’elle avait déjà réussi tout le programme de mathématiques du lycée. La direction de l’école l’avait autorisée à venir passer des examens pendant une demi-journée. Justin Franco / Quora
  • Je suis couturière. Un jour, j’ai été invitée à travailler avec Joan Rivers (présentatrice de télévision connue pour ses commentaires cinglants. — Note de Sympa). Je suis restée bouche bée : comment m’habiller, comment me comporter ? Je suis allée faire du shopping et j’ai essayé 50 tenues. Je suis arrivée au lieu de rendez-vous avec une heure d’avance. Joan est enfin arrivée. Elle a déballé ses affaires et a fait ce qui m’a changée à jamais : elle a bavardé avec moi comme avec une amie. Elle m’a demandé où j’avais grandi, si j’avais des enfants. Elle m’a rappelé ma grand-mère. Et puis le tournage a commencé, son comportement devant la caméra était sarcastique et grossier. Après l’émission, elle m’a remerciée pour mon travail et m’a même offert un cadeau. Gina Vincenza Van Epps / Quora
  • Je suis allé faire un tour au yacht club. Je me promenais sur le quai, tous les yachts étaient beaux, plus beaux les uns que les autres. Arrivé au bout de la jetée, j’ai vu deux hommes à l’allure banale en train de peindre un vieux yacht avec du vernis. Je leur ai posé quelques questions et j’ai appris que le yacht avait déjà 40 à 50 ans. C’était un yacht de course et c’est aujourd’hui le bateau le plus rapide sur cette rivière. Mais il ressemblait à un épi de maïs séché et laqué. L’un de ces hommes s’est avéré être un navigateur très célèbre (je l’ai appris plus tard). Il arrive souvent que les gens et les choses ne soient pas ce qu’ils semblent être.
  • J’étudiais l’architecture à l’université. Nous avions une vieille prof très laide, qui portait la moustache. Naturellement, les étudiants se moquaient d’elle, mais moi, elle me faisait pitié et je la défendais. Un jour, elle m’a demandé de l’aider à taper ses articles scientifiques sur l’ordinateur. Je l’ai aidée. Cela me prenait deux heures par jour. Et puis j’ai dû défendre mon diplôme. J’ai rendu un devoir sur l’architecture d’un restaurant que j’avais imaginé. Nos professeurs principaux et cette femme moustachue faisaient partie du comité. Tous les professeurs m’ont donné un A (excellent) à l’unanimité. Mais la vieille prof a dit : “Je vous donne un F parce que le restaurant n’est pas fait dans le style néo-baroque”. Elle voulait qu’ils excluent mon travail de l’évaluation finale pour que je doive le refaire à partir de zéro. Finalement, ils l’ont dissuadée de me donner son F. En fin de compte, j’ai obtenu ma note finale B et j’ai compris que l’habit ne fait pas le moine.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes