15+ Histoires des filles qui sont extrêmement fatiguées de l’opinion des autres

Filles
Il y a 1 mois

Chaque jour, nous sommes confrontés à de nombreux stéréotypes et nous essayons littéralement de survivre dans le flot des jugements des autres. Après tout, les mots désagréables et les langues acérés peuvent gâcher l’humeur de n’importe qui. Les héroïnes de notre article sont tellement fatiguées des préjugés et des opinions des autres qu’elles sont prêtes à crier au monde entier : “Ne me dites pas comment vivre ma vie !”.

  • J’étais avec mes enfants dans le magasin quand une fille avec des tatouages et aux cheveux verts, habillée d’une manière très cool est entrée. Mes enfants restaient là, bouche bée, et elle ne réagissait pas très bien, se préparant à se défendre. Enfants : “Maman, regarde comme c’est cool ! On peut faire la même chose ?”. Moi : “Oui, pourquoi pas, c’est bon.”. Puis, elle a changé brusquement de visage et s’est adressée à nous : “Excusez-moi, mais c’est la première fois en une semaine que j’entends une telle réaction de la part d’une maman, vous êtes super ! Hier, une maman m’a même jeté des chaussures à la figure. Vous êtes géniale !”. © Podslouchano / Ideer
  • Lors de la fête d’anniversaire de l’une de mes parentes, je suis venue dans une belle robe, ma silhouette le permettant. Je me détendais, je dansais, et mon mari haletait de colère : “Ne souris pas comme ça, ne te bouge pas comme ça” et ainsi de suite. Puis il m’a reproché d’aller travailler en jupe, de soigner mes lèvres, mes sourcils et mes ongles, alors que les membres de sa famille ne le font pas, de m’acheter des sandales à talons... Selon lui, je suis censée être une femme discrète et simple.Je l’ai envoyé au diable et je suis partie. J’ai toujours été pas comme les autres. Je le serai toujours. © Podslouchano Révélations Anonyme / VK
  • J’ai fait connaissance avec un type sur une application de rencontre. Je suis allée à un rendez-vous en jeans courts, et c’était l’hiver. Il m’a regardée et m’a demandé : “Tes jambes ne sont pas rasées ?!”. Et moi, en riant, je lui ai dit que ce n’était pas seulement mes jambes qui n’étaient pas rasées. Il m’a regardée bouche bée et m’a dit que j’étais folle, a fait demi-tour et est parti. Quand certains mecs comprendront-ils que le corps féminin ne les concerne pas ? © Caramel / VK
  • Je suis une très bonne conductrice. Sans trop de modestie, je conduis très bien, je conduis depuis 15 ans, je n’ai jamais eu d’accident, et j’ai suivi des cours de conduite défensive et sportive. Mais combien je suis énervée par les individus masculins qui voient des voitures avec la plaque “étudiant” ou “point d’exclamation”, et qui commencent à klaxonner et à couper la route. Je suis vraiment désolée pour les filles qui viennent de se mettre au volant et rencontrent de tels idiots sur la route ! © Podslouchano / Ideer
  • J’ai une peau à tendance acnéique et j’en ai assez de l’éternel double standard ! “Arrête la malbouffe, aime-toi ! Tu as de l’argent pour de nouvelles bottes, mais tu ne peux pas te payer une esthéticienne !”. Ce genre de choses. Les gens, avez-vous vraiment tellement de mal à faire preuve de tact que vous vous souciez plus des boutons des autres que de votre propre vie ? Ma meilleure amie, d’ailleurs, est une fille qui a un beau corps, elle est en belle forme. Et elle entend trop souvent : “Mets-toi en bonne santé ! Aime-toi !”. J’aimerais que les gens arrêtent de faire des diagnostics basés sur l’apparence ou de juger ce qu’ils ne connaissent pas vraiment. © Caramel / VK
  • Je suis enceinte. Chaque fois que je consulte mon gynécologue, nous passons une échographie et écoutons les battements de cœur du bébé. Pour cela, nous appliquons un gel spécial sur l’abdomen, que nous essuyons ensuite avec des serviettes en papier. Lors d’un rendez-vous, le médecin m’a dit que je devais apporter des mouchoirs en papier, car toutes les femmes enceintes le font.
    D’accord. Au rendez-vous suivant, j’ai acheté trois paquets de 100 serviettes, je les ai apportés et je les ai donnés au médecin. Puis je suis revenue, nous faisions une échographie, le médecin a cherché une serviette, mais la boîte à serviettes était presque vide. Il a demandé à l’infirmière d’apporter un nouveau paquet, et l’infirmière, les yeux exorbités, m’a dit : “Madame, on vous a prévenue qu’il fallait apporter des serviettes !” Et là, j’ai éclaté. J’ai dit que j’avais apporté trois boîtes il y a trois semaines et qu’elles me suffiraient jusqu’à l’accouchement.
    Et j’ai ajouté que je me fichais de savoir qui avait emporté ces serviettes à la maison et combien, et qu’en cas de problème, je savais où se trouvait le bureau du médecin-chef. Et devinez quoi ? Les serviettes ont été miraculeusement retrouvées ! Ce n’étaient pas les miennes, elles étaient d’une autre couleur. Mais c’est une chance qu’elles aient été trouvées, parce que j’étais prête à tout détruire dans cet endroit. © qwazar2805 / Pikabu
  • Je suis une fille et je déteste la manucure. En général, toute manipulation des ongles, à l’exception de la coupe et de la mise en forme avec une lime. Je n’aime tout simplement pas la sensation de quelque chose sur mes ongles, c’est très désagréable. Mais pourquoi est-ce que je suis si critiquée à ce sujet ! Je comprendrais s’il s’agissait de vêtements sales ou d’une mauvaise haleine, mais les ongles ! Mes mains sont propres, il n’y a pas de saleté sous mes ongles. Les ongles sont roses et lisses.
    Mais toutes mes collègues féminines regardent mes mains avec mépris. Même celles qui ont déjà tué leurs ongles avec ces vernis en gel. Mais la beauté exige des sacrifices. Mes amies soupirent en disant que c’est moche. Elles disent que je ressemble à une mamie. Mais pourquoi ? Je ne comprends pas. Est-ce que les ongles vernis changent tellement la perception d’une femme que tout le monde en a besoin ?! © Anonyme / Pikabu
  • Mes parents sont furieux que je ne tienne pas compte de leur avis “autoritaire” sur la manière dont je dois vivre ma vie. Pendant longtemps, je n’ai pas compris pourquoi je réagissais si vivement et faisais tout à l’inverse. Puis j’ai compris. Je ne veux pas suivre le conseil de ma mère de travailler comme une bête de somme, de ne pas voir mes enfants, de détester tout ce qui m’entoure et d’être fatiguée de la vie à 40 ans. Je ne veux pas écouter mon père qui, à l’âge de 50 ans, n’a rien accompli : l’appartement a été offert, ma grand-mère a acheté sa voiture, le deuxième appartement a été acheté grâce à l’hypothèque, qui est payée par ma mère. Je ne veux pas vivre comme ça. J’écoute les gens dont la vie me plaît. © Podslouchano / Ideer
  • J’ai commencé à avoir des cheveux blancs à l’âge de 19 ans. Pendant un certain temps, je me teignais les cheveux, mais je me suis vite lassée. Aujourd’hui, j’ai 34 ans et j’en ai assez de ces stéréotypes selon lesquels les cheveux blancs sont synonymes de vieillesse. Hérédité, stress, maladie ? Pourquoi se donner la peine de penser ? Il est plus facile de dire à un inconnu que l’on a des cheveux blancs. Je travaille comme vendeuse et de nombreux clients me disent que j’ai des cheveux blancs. D’après eux, je ne le sais pas, je ne me regarde pas dans le miroir. Quand les gens comprendront-ils que tout le monde n’a pas peur des cheveux blancs et qu’il n’y a rien de terrible à cela ? © Podslouchano / Ideer
  • J’en ai assez de ma mère. Nous vivons dans des villes différentes. Elle vient me rendre visite une fois tous les trois à six mois pendant quelques jours. Elle me dit toujours comment vivre, comment couper les oignons correctement, elle touche à mes affaires, elle fouille dans mes placards. Je ne peux pas mettre de serrures sur les armoires, je loue un appartement. Chaque fois, il y a un scandale, parce qu’elle redécore mon appartement à sa façon, et chaque fois, je l’entends dire : “Je ne reviendrai plus !”. Et je ne peux pas la mettre à la porte. © Podslouchano / Ideer
  • Je suis de corpulence assez massive. Et j’aime porter des robes amples. Pour une raison ou une autre, tout le monde se demande si je suis enceinte. Aujourd’hui, je n’en pouvais plus. Je suis allée voir l’employée qui me posait à nouveau cette question, je l’ai prise par les épaules et je lui ai crié en pleine figure : “Oui, c’est mon corps, je suis juste comme ça !”. Peut-être qu’au moins maintenant on me laissera tranquille, parce que j’en ai marre. © Podslouchano / Ideer
  • Lorsque mon beau-père a appris que je conduisais la voiture de mon mari, il a essayé d’en faire une blague. Mais, apparemment, le moment était mal choisi, et j’ai dit que pour conduire une voiture, une personne n’a besoin que d’une tête, de deux bras et de deux jambes. Et qu’on n’a pas besoin d’un truc en plus que seuls les hommes ont, ça n’aide pas. Je lui ai dit qu’il se trompait un peu ou qu’on lui avait appris à conduire différemment. Mon mari s’est mis à rire. © Divadlo / ADME
  • Comme sont agaçants les ouvriers qui ne manquent pas une occasion de mettre leur long nez dans les affaires des autres. Je suis en train de rénover un nouvel appartement. Mon meilleur ami est très serviable. Nous faisons presque tout nous-mêmes. J’achète les matériaux en fonction de mon budget et de mes préférences personnelles. Et comme ils sont agaçants, ceux qui ne manquent pas de faire une remarque. Par exemple, un plombier de la société de gestion est venu :
    — Pourquoi avez-vous posé des carreaux de porcelaine sur le mur ? C’est une perte d’argent.
    — Il n’y a pas de carreaux ordinaires qui me plaisent.
    — Il ne faut pas seulement faire attention à ce que l’on veut. J’ai un ami, je te donne son numéro de téléphone, il te posera de beaux carreaux.
    Je n’en pouvais plus, j’ai dit :
    — Pourquoi avez-vous une coupe de cheveux aussi bizarre ? Plus personne ne fait ça. C’est une perte d’argent. Je vais vous donner le numéro d’une amie qui coupe les cheveux, elle vous fera une belle coupe.
    Et voilà, monsieur s’est offusqué.
    Ce n’est pas gentil, c’est impoli et c’est grossier de faire des remarques aux autres. Peut-être que je n’ai pas l’argent pour autre chose, ou peut-être que j’ai toujours voulu que ce soit comme ça. Les goûts et les moyens diffèrent d’une personne à l’autre. © Pitohka / Pikabu
  • J’en ai assez des interdictions de mon mari. Partir en vacances seule avec le bébé — non, seulement avec ma mère ou la sienne. En vacances avec des amis — non. Il ne veut pas que je me promène en maillot de bain devant les autres quand il n’est pas là. Je suis allée chez ma mère avec le bébé, ma fille a de la fièvre. Je ne peux pas rester chez ma mère, je dois rester avec mon mari. Et je veux juste aller me faire masser, faire du sport en short, aller à la piscine. Je veux passer des vacances normales, sans m’adapter aux autres. © Podslouchano / Ideer
  • Ma sœur en avait tellement marre des questions concernant le moment où elle se marierait qu’à 35 ans, elle l’a finalement fait. Mais uniquement pour que tout le monde la laisse tranquille. Et elle a divorcé juste après la lune de miel. Et le mari n’était pas contre. Aujourd’hui, elle dit que tous les membres de sa famille l’ont finalement laissée tranquille, et si l’une de ses nouvelles connaissances lui pose des questions, elle répond qu’elle était déjà mariée et qu’elle en avait assez. Et à la question “Quand vas-tu avoir un enfant ?”, elle répond quand elle se mariera. La plupart des personnes à qui je raconte cette histoire me répondent : “Wow, ça fonctionne vraiment !”. Ma sœur a fait une grande carrière, a acheté un appartement, subvient entièrement à ses besoins et profite de sa vie. © Podslouchano / Ideer
  • J’ai changé de nom de famille il y a un an. Et ça m’énerve quand un employé de la poste, d’un club de sport ou d’un magasin se met à me féliciter pour mon mariage. Les gars, je suis divorcée ! Et il n’y a rien d’étrange à ce que je veuille reprendre mon nom de famille même après dix ans. Mais tous s’excusent vivement dès que l’on apprend qu’il s’agit de divorce. Pourquoi ? Je suis heureuse, mais les préjugés sont agaçants. © Podslouchano / Ideer

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes