15 Histoires d’invités dont la visite a mis les hôtes très mal à l’aise

Histoires
Il y a 1 semaine

Il est de coutume d’accueillir les invités avec hospitalité et générosité. Mais certains visiteurs ne cherchent qu’à profiter de la vie aux dépens de d’autre. Et si tous les invités étaient comme ça, il y a longtemps que les gens n’inviteraient plus personne chez eux. L’histoire à la fin de l’article prouve qu’il faut être plus pointilleux avec ses invités.

  • Ma mère et ma belle-mère se considèrent toutes deux comme des invitées exceptionnelles. C’est la même chose pour toutes les fêtes :
    — Nous attendons tout le monde vers 17h00.
    — Je serai chez vous à 13 heures pour aider.
    — Non, merci.
    — Mais j’en ai envie !
    — Je ne veux pas.
    Elles se sentent offensées, parce qu’avec les meilleures intentions du monde, elles veulent passer une demi-journée de plus dans ma cuisine, et affirment que je ne suis pas reconnaissante. J’ai donc commencé à les inviter trois heures après le début de la fête. Maintenant, elles arrivent en même temps que les premiers invités. © Podslouchano / Ideer
  • J’ai invité ma sœur et son enfant à la campagne pour la durée de ses vacances. J’ai dit qu’il serait possible de passer du temps à ne rien faire, de faire un barbecue, de se promener dans les bois, d’aller à la rivière. Et elle a dit qu’elle viendrait si toutes ses demandes étaient satisfaites. Son enfant est blessé la jambe, donc en leur présence, personne n’a le droit de nager, de sauter sur le trampoline et de jouer à des jeux actifs. Et comme nous avons un puits, qui n’a pas beaucoup d’eau, ma sœur et son fils devraient avoir le droit prioritaire de prendre une douche avec de l’eau en quantité illimitée. Tant qu’ils dorment, aucun bruit n’est autorisé le matin, même s’ils dorment jusqu’à l’heure du déjeuner... Quoi qu’il en soit, j’espère déjà que ma sœur n’acceptera pas mon invitation. © Mama Dorogaja / ADME
  • La sœur de mon mari et ses jumeaux sont venus pour le dîner. Nous étions tous en train de manger quand l’un des jumeaux a décidé de traverser la table à quatre pattes et a plongé ses mains dans le bol de purée de pommes de terre que nous partagions. La sœur de mon mari a souri et a dit, comme si rien ne s’était passé : “Ne sont-ils pas mignons ?”. © Nance / Quora
  • Ma cousine élevait son aîné, comme elle disait, selon le système américain. Lorsqu’ils venaient nous rendre visite, c’était un cauchemar. L’enfant courait dans toute la maison, fouillant dans les armoires et les tables de chevet. Une fois, il a mangé une boîte de chocolats cachée sur la mezzanine, une autre fois, il a volé des pièces de ma tirelire. Il pouvait prendre un morceau de pain sur la table et l’émietter en petits morceaux dans toutes les pièces, et il voulait constamment casser notre télévision. À toutes ces réclamations, ma cousine souriait gentiment et répondait que l’on ne peut rien interdire à un enfant, et qu’il est d’autant pire de crier. Un jour, elle m’a dit que son fils se comportait ainsi parce qu’il s’ennuyait, qu’il fallait le laisser jouer avec mon ordinateur portable, car celui de ma cousine était cassé. Après que j’ai refusé et fait remarquer que si l’enfant s’ennuyait, il pouvait rester à la maison avec sa grand-mère, ma cousine s’est sentie offensée et n’est plus venue pendant plusieurs années. © Zverushka / ADME
  • Une amie vivait avec sa sœur et le mari de celle-ci jusqu’à ce qu’ils la mettent à la porte. Bouleversée, elle a demandé à rester chez moi pour deux semaines, pendant lesquelles elle allait chercher un nouvel endroit où vivre. Pas de problème, j’ai accepté, mais je l’ai prévenue qu’elle ne devait en aucun cas laisser mon chat sortir de la maison ou donner à mon chihuahua de la nourriture destinée aux humains. Au bout d’un certain temps, j’ai remarqué que le chien commençait à me supplier de lui donner la nourriture que je mangeais, alors qu’il ne l’avait jamais fait auparavant. J’ai demandé à mon amie si elle lui donnait de la nourriture. Elle m’a alors avoué qu’elle lui avait donné du fromage car la chienne semblait avoir faim. Mais comme ma chienne est intolérante aux produits laitiers, elle a souffert de constipation. J’ai dû l’emmener chez le vétérinaire, l’opérer, acheter des médicaments. Tout cela m’a coûté beaucoup d’argent. J’ai donc piqué une crise, j’ai emballé toutes les affaires de mon amie et je lui ai dit de partir. Elle a refusé et la police l’a escortée. Plus tard, j’ai appris que la sœur avait mis mon amie à la porte parce qu’elle avait essayé de séduire son mari. © Rueben Weissman / Quora
  • Il y a quelques années, ma sœur a offert à ma fille une poupée très chère qui pouvait parler, faire pipi dans sa couche et manger. À l’époque, il s’agissait d’un jouet très populaire dont toutes les filles rêvaient. Peu de temps après, une amie et son fils sont venus me voir. Ma fille voulait montrer sa poupée et l’a apportée à ce garçon. Il l’a immédiatement cassée. Ma fille pleurait presque de ressentiment, et mon amie riait et commençait à argumenter en disant que “les garçons sont des garçons” et que “oui, de nos jours, on ne fabrique plus des jouets d’aussi bonne qualité qu’avant”. Il ne lui est même pas venu à l’esprit de proposer de payer au moins les réparations. Depuis ce jour, je n’ai plus jamais parlé à mon amie. © Brenda Mills / Quora
  • Lorsque mon fils avait dix ans, un ami est venu lui rendre visite. Ils jouaient à des jeux vidéo dans sa chambre. Je suis entrée pour leur demander s’ils voulaient grignoter quelque chose et j’ai été surprise de voir des graines partout dans la pièce : sur le sol, le lit, le meuble de télévision. J’ai d’abord pensé que mon fils ou son ami avait accidentellement dispersé un paquet de graines, mais j’ai ensuite remarqué que la cosse était mouillée, elle avait déjà été mâchée ! J’ai regardé cet enfant et j’ai demandé s’il crachait par terre dans sa maison. L’ami de mon fils m’a répondu que non. Je l’ai donc obligé à nettoyer le meuble de télévision et à ranger tout ce qu’il avait jeté. © Jill / Quora
  • Chaque fois que ma belle-mère venait nous rendre visite, elle se plaignait des vitres mal nettoyées. C’était son truc. J’en arrivais même à nettoyer les vitres avant qu’elle ne vienne, mais elle n’était pas contente. J’en ai eu assez. Avant sa prochaine visite, j’ai demandé à mon mari de laver les vitres. Il a lavé les vitres correctement et lorsque sa mère a commencé à dire que nos vitres étaient sales, il s’est disputé avec elle. Depuis, elle n’a plus rien critiqué. Mais une fois, elle a essayé de dire qu’une bonne ménagère vérifie la propreté des antébois avec un mouchoir, et qu’après qu’elle essuie les antébois dans sa maison, le mouchoir est blanc comme neige, ce qui n’est pas mon cas, alors j’ai tout de suite dit : “Oui, il faut que je dise à mon mari qu’il a mal lavé le sol hier”, et elle s’est tue immédiatement. © vOlga3110 / Pikabu
  • Ma mère, mon frère et moi vivions pauvrement. La seule chose qui nous sauvait de la faim était le jardin potager. Nous cuisinions des soupes de légumes à la maison et les mangions avec de l’ail. Nous faisions de petits pains. J’étais une fille hospitalière et naïve. Et lorsque mes “amies” venaient me voir, je les mettais immédiatement à table et les nourrissais. Un jour, elles sont venues à nouveau, et une fille qui n’était pas du tout maigre m’a dit : “Nous sommes là pour manger.”. Je lui ai répondu : “Désolé, le frigo est vide”. Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai compris pourquoi elles venaient chez moi et que j’ai cessé d’inviter qui que ce soit. © HappyMamaMia / Pikabu
  • Je suis allé au magasin pour acheter du pain. J’ai vu une famille de trois personnes qui se tenait sous la porte d’à côté. Le mari sonnait à l’interphone et la femme était au téléphone. Ils n’arrivaient pas à entrer. La femme a dit : “Zut, quels effrontés ! Ils sont à la maison.”. Et ils sont partis. Je vis dans cette maison depuis longtemps et je connais les personnes que cette compagnie a essayé de contacter. Ils sont amis avec les propriétaires depuis plusieurs années, et ces derniers temps, ils venaient leur rendre visite. Chaque week-end ils sont là. Ils n’apportent rien avec eux — pas de boissons, pas de friandises. Mais ils aiment bien manger. Ensuite, ils restent assis longtemps, ils veulent s’amuser. Une voisine m’a raconté que son mari s’est mis en colère un jour et a dit : “Ne les laissons pas entrer. Éteignons le téléphone, coupons le son de l’interphone. Soyons silencieux”. © Phbntkm6 / Pikabu
  • Lorsque nous invitons toute la famille et les amis à une fête, en règle générale, les parents quittent le festin tôt et les jeunes restent pour des soirées plus longues. La fête bat son plein, et il arrive que l’on reste assis avec des guitares jusqu’au matin. C’est alors que ma belle-mère commence :
    — Tu dois ranger la table et faire la vaisselle, je vais t’aider.
    — Il ne faut pas nettoyer quoi que ce soit, nous resterons encore un peu.
    — Je vais juste recueillir les assiettes sales et les laver moi-même.
    Elle commence à rassembler les assiettes, à déplacer les salades, les plats, les snacks dans une seule assiette, ce qui me met en colère, parce que c’est à moitié mangé, on peut le mettre dans une seule assiette. Et les invités, voyant que la table a été nettoyée, commencent à se précipiter de partir, la moitié féminine commence à aider au nettoyage, on explique inutilement aux invités que la fête continue. J’ai essayé de communiquer à ma belle-mère qu’il n’était pas nécessaire de le faire, j’ai demandé à mon mari de le faire, mais en vain. Et l’année dernière, je n’en pouvais plus et je lui ai crié dessus. J’étais mal à l’aise après, mais j’ai mis fin à la situation. © GiantMara / Pikabu
  • Une fois, nous avons fêté mon anniversaire dans un café. La fête était terminée à une heure du matin et nous avons proposé à ceux qui le souhaitaient de continuer la fête pendant encore une heure ou deux chez nous. Finalement, tous les invités sont partis à trois heures, et mon amie a soudain déclaré qu’elle ne rentrerait pas chez elle, parce que sa mère dormait et qu’elle ne voulait pas la réveiller avant le matin. Elle m’a dit qu’elle allait partir à sept heures du matin. Et je devais soit rester debout jusqu’à sept heures, soit me lever tôt le matin et fermer les portes. D’accord, j’ai suggéré qu’on aille se coucher. Mais mon amie a déclaré qu’elle ne dormirait pas parce qu’elle ne dormait pas chez les hôtes. J’ai donc mis la cuisine et le canapé à sa disposition et je me suis endormie ; le matin, je me suis levée et je l’ai raccompagnée à la porte. © Lily was here / ADME
  • Un ami d’enfance de mon mari est venu un jour. Il s’est avéré qu’il aimait beaucoup les monologues. Il a parlé pendant très longtemps. Beaucoup de temps s’était écoulé et il était déjà en train de partir, mais il ne voulait pas partir. Il s’est levé de table, mais il a continué à parler, parler, parler. Nous étions fatigués, mais à un moment donné, notre chien n’en pouvait plus, il s’est approché de notre ami et a vomi sur sa jambe. C’est alors qu’il est rentré chez lui. © Tatyana Zaripova / ADME
  • Lorsque j’avais environ huit ans, une amie de ma mère et sa famille sont venues nous rendre visite. Cette amie avait deux filles, l’une plus âgée que moi d’un an, l’autre plus jeune de quatre ans. Pendant que les deux femmes bavardaient, le mari de cette amie est allé acheter des glaces pour ses filles, mais pas pour moi. Je regardais donc comment les filles mangeaient cette glace... Je n’ai pas pleuré ni ne me suis plainte, mais ma mère ne peut toujours pas oublier cet incident avec cet homme. © Kharibda / Pikabu

Bonus

  • Mon bébé avait trois semaines. J’étais épuisée et la maison était en désordre. Mais les parents venaient l’un après l’autre pour voir le bébé. Et quand, enfin, tout le monde est parti, mon amie Emma a demandé si elle pouvait me rendre visite. Elle est venue, a pris un thé et nous avons eu une discussion agréable. Elle m’a donné quelques conseils, comme une mère expérimentée, elle a regardé le bébé, mais ne l’a pas touché. Et au lieu de partir, elle a lavé toute la vaisselle, nettoyé le désordre dans la maison et préparé le dîner. Puis elle est rentrée chez elle. Je reste stupéfaite encore aujourd’hui quand j’y pense. © Marta Zjá / Quora

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes