15 Histoires sur des personnes qui se sont senties bizarres à l’étranger (bon, sauf l’arabe sur les skis)

Endroits
Il y a 5 ans

Ils mangent des choses bizarres, ont peur dans des situations qui nous semblent communes et ne comprennent pas ce qu’on leur demande. De qui parlons nous ? Des étrangers bien sûr ! Et souvent nous endossons nous-mêmes ce rôle. Nous pouvons tous raconter quelques histoires sur des échanges que nous avons eu avec des résidents d’autres pays. Et, lors d’un voyage à l’étranger, il est peu probable d’éviter que se produisent des situations rigolotes, induites par les différences dans les traditions et les mentalités.

Mais ces situations peuvent être une raison pour en apprendre plus sur les autres cultures, se surprendre avec les coutumes inhabituelles des étrangers et même rire de tout coeur de soi-même. C’est exactement ce que Sympa te propose de faire tout de suite.

***

Je travaille dans un centre de médecine chinoise. Une cliente habituelle a apporté un cadeau pour son masseur : de la confiture maison. Le chinois n’a pas compris l’essence de ce cadeau et pendant la session de massage, lui a étalé la confiture sur le dos.

***

Une fois, à Antalya, en Turquie, j’ai décidé d’aller sur le marché local et d’acheter des souvenirs. Après m’être promené quelques heures sur le marché, je suis entré dans une boutique locale. Le vendeur s’est avéré être un interlocuteur intéressant et nous avons discuté ensemble pendant une heure. Lors de ce processus, nous avons négocié pendant longtemps avant de nous mettre d’accord pour un prix.

Le jour suivant je me suis rendu compte que j’avais besoin d’acheter un autre cadeau, et je m’en fus voir mon ami du jour précédent. Sur le chemin j’ai calculé que l’assiette sculptée que j’avais acheté pour 40 dollars la veille serait un bon point de référence.

Dans la boutique, j’ai immédiatement attrapé une assiette similaire, mais plus petite, et après avoir déposé devant le vendeur 30 dollars, je me suis dirigé vers la sortie.

— Cela ne se fait pas ! entendis-je dire dans mon dos.

Le vendeur était debout et tendait la main dans ma direction en secouant la tête avec tristesse.

-Tu as payé, c’est très bien mais et la négociation ? Et une discussion comme hier ? Et inviter ton ami pour un bon café ? Cela ne se fait pas...

***

Je vis et je travaille au Danemark. Je peux nommer, sans trop y réfléchir, au moins 10 personnes connues qui lors des 3 dernières années ont pris congé pour cause de stress. Honnêtement je ne sais pas réellement ce qui se passe pour que la condition “J’en ai marre de tout” devienne du stress.

Les danois disent qu’il s’agit de palpitations du coeur, de maux de tête et de mauvais sommeil. De plus, ce ne sont pas seulement les chargés de projets urgents qui souffrent de stress : dans l’équipe du bureau d’à côté, un collègue franchement paresseux, qui ne peut pas réaliser une tâche simple avec des instructions données “pas à pas”, a pris un congé de 2 mois pour des palpitations causées par le stress. Les directeurs d’entreprises prennent ces situations avec beaucoup de tolérance ; ils se préoccupent pour leurs employés et ressentent de la peine pour eux.

***

Nous étions en vacances en Thaïlande et pendant le déjeuner nous avons demandé qu’ils fassent bouillir un oeuf pour notre fils. Les cuisiniers ont cassé l’oeuf dans de l’eau bouillante et nous ont apporté une masse sans forme en nous demandant : “Mais comment vous pouvez aimer cela ?”

***

En Chine, il existe une confiserie qui consiste en un fruit sur une brochette, recouvert de caramel. C’est très bon et cela se vend tout près de tous les centres commerciaux. Chaque fois que nous achetons une de ces baguettes, le vendeur l’enveloppe dans une pellicule transparente, semblable à du polyéthylène dur et le met dans une enveloppe en papier.

Et chaque fois, c’est difficile pour nous de le déballer, car cela se défait et se casse en petits morceaux. Nous jurons et critiquons les chinois chaque fois que cela se produit.

Aujourd’hui nous avons appris que cet “emballage” est comestible, il est fait de sucre et de gélatine.

***

A Delhi, tout le monde veut de l’argent. Les dévots de Krishna que tu as pris en photographie en souvenir et même les personnes à qui tu as demandé gentiment de t’indiquer comment arriver au métro.

— Où est tel endroit ?

— A droite et ensuite à gauche. Cela fera 500 roupies.

***

Dans mon pays je vivais dans une famille qui a de l’argent : une bonne éducation, son propre appartement à 16 ans. Mais si les commerçants se trompaient en notre faveur en nous rendant la monnaie, cela était toujours considéré comme un petit gain de la part des adultes. Plus tard, en tant qu’étudiant, j’ai trouvé une bague énorme et coûteuse dans un théâtre et il ne me vint pas à l’esprit de la prendre à la boutique pour l’échanger contre de l’argent.

En décembre, cela fera 4 ans que je vis en Norvège, je travaille dans un petit magasin, le seul de notre village. Tous les jours, les gens perdent des objets : lunettes, portefeuilles, clés, gants, bracelets. Environ 90% de ces objets sont trouvés par les clients de la boutique. Ils rapportent toujours tout à la caisse et nous les mettons dans un endroit visible. L’objet attend ainsi son propriétaire.

Nous avons donc une caisse avec des cartes bleues, quelques bagues en or et un bracelet. Nous pensons que leurs propriétaires viendront l’été prochain lors de leurs vacances pour les récupérer.

***

J’ai toujours rêvé de visiter Paris : me promener dans les endroits célèbres, les ruelles et les parcs, sentir le romantisme de la ville. Le plus grand rêve était de voir les lumières de la tour Eiffel la nuit.

J’y étais enfin. Il était 21h00 et j’étais très émue. Quand soudain, au pied de la tour a commencé à apparaître un grand nombre de rats. Ils trouvaient les sacs poubelles, se disputaient et couraient vers les cafés ou les passants. Les touristes, au lieu de prendre en photo la tour, les prenaient eux en photos. J’ai couru aussi vite que j’ai pu. Le romantisme avait disparu en l’espace d’une seconde.

***

Mon amie a croisé une copine de son école.

— Salut, comment va la vie en Hollande ?

— C’est très ennuyant. L’autre jour nous regardions la télévision avec mon mari le soir. Et soudain il a senti que le canapé était devenu inconfortable. Il a appelé le magasin de meubles et a demandé un nouveau canapé. Le lendemain matin il était déjà arrivé à la maison.

— Et c’est ce qui ne te plait pas ?

— Bien sûr ! Il n’y a pas de surprises ! C’est ennuyant !

***

Les baies rouges de la photo sont des tomates cerises. C’est étrange, mais les chinois mélangent ce type de tomates avec les fruits. Ils préparent avec celles-ci la salade de fruits, font des milk-shakes. Quand ils coupent tout type de fruit, ils incluent aussi des tomates.

***

J’ai rencontré des garçons d’Afrique du Sud qui parcouraient les pays esclaves depuis un petit bout de temps. Commentaire : leur culture alimentaire est très différente de la nôtre ; bananes salées frites, de la viande et autres.

Ils étaient très surpris que nous mangions des champignons, et encore plus dans ces quantités et formes. Ils disaient des choses comme : "nous savions que dans un lieu dans le nord, il y avait des vikings qui mangeaient des champignons et qui devenaient fous, mais nous ne pouvions pas croire que les européens préparaient absolument tout avec ceux-ci sauf les desserts.

***

Je veux raconter l’histoire d’un ami de la famille. Il est arabe et a étudié à Lumumba. De plus, il a aussi vécu et étudié au Royaume-Uni. Comme la majorité des marocains, il parle français et arabe. Après de nombreuses aventures, il décida de s’établir en Russie. Il rencontra une femme de Sibérie qui donnait des cours de russe pour les étrangers. Des années plus tard, il acheta un petit appartement à l’extérieur de Moscou et commença sa vie là avec son épouse russe.

Il rendit visite une fois à la famille de son épouse en Sibérie. Nous l’appelions mais il ne répondait pas. Nous avions finalement réussi à joindre la famille et ils nous expliquèrent : “Abdul Kader est avec l’oncle dans la forêt. Hier il a tué un ours, et aujourd’hui il est parti réparer la hutte. Il est parti en ski et il n’y a pas de réseau dans la forêt”.

Un arabe d’Afrique a été réparer une hutte en skis, pendant l’hiver sibérien. Mon monde ne sera plus jamais le même après cela.

***

Si tu es un touriste blanc, tu pourras te sentir comme une célébrité en Inde. Tu seras l’objet de regards admiratifs et tu auras de nombreuses demandes de selfie. Voici le meilleur selfie que j’ai pris avec mon téléphone.

De nombreux indiens étaient trop timides pour s’approcher et ils nous saluaient donc seulement de loin. Mais quand ils voyaient quelqu’un prendre une photo avec nous, ils venaient immédiatement en courant et nous demandaient de prendre un selfie avec eux, leur grand-mère, leurs enfants, leur petit-fils ou leur épouse. Nous ne refusions à personne cette faveur et nous étions tous enchantés.

***

Une amie est en ce moment au Vietnam et elle s’est rendue dans un temple. Il y avait là une cloche. Près de la cloche il y avait un panneau, en une seule langue.

“Ne pas sonner la cloche. Merci”.

***

Quand j’ai commencé à travailler à l’hôtel, tous les étrangers me faisaient un peu peur. Un jour un coréen est arrivé. Il souriait beaucoup. Et ne comprenait absolument rien ni en français ni en anglais.

Il passa une heure à faire le check-in. Nous parlions ainsi : il écrivait les questions sur un morceau de papier, je les passais au traducteur et puis je lui répondais à voix haute ce que le traducteur affichait. Il resta dans notre hôtel pendant 4 jours. Le cinquième jour, quand il allait continuer son voyage, je lui ai préparé quelques notes dans le cas où il se perdrait.

Cela commençait comme cela :

“Bonjour ! Si tu es dans telle ville et que tu lis cela, cela veut dire que le coréen s’est perdu. S’il te plaît, montre-lui le chemin jusqu’à la gare, et si possible, accompagne-le jusqu’au train”.

Ensuite :

“Si tu travailles dans le train, s’il te plait n’oublie pas de réveiller le monsieur coréen pour qu’il ne loupe pas sa gare”.

Et cela terminait ainsi :

“Si tu es conducteur de taxi, emmène s’il te plait le monsieur coréen à l’hôtel où il réside. Et oui, il ne comprend ni le français ni l’anglais”.

Et toi, as-tu déjà été dans des situations incommodes ou drôles en lien avec des étrangers ? Raconte nous dans les commentaires !

Commentaires

Notifications

Quand on est célibataire et pas très entouré socialement alors les vacances.....n'en parlons pas.
L'année prochaine(si jamais je bosse durant l'année)j'aimerais bien partir en vacances....mais seule,c'est un peu nul.je saurais pas

-
-
Répondre

Mes amis ont pris le train et moi je suis restée sur le quai. Alors j'ai pris le premier train le lendemain matin…(((

-
-
Répondre

Lectures connexes