15 Personnes ayant décidé de vendre leurs biens et qui ont réalisé que la vie ne les avait pas préparées à cela

Gens
Il y a 1 semaine

On a l’impression que les ventes sur internet attirent toutes sortes de personnes inadéquates. Les bonnes histoires existent aussi, mais elles sont minoritaires. Que faire ? Il suffit de se moquer des profiteurs effrontés qui ont reçu exactement ce qu’ils méritent.

  • Notre fille a grandi et nous avons décidé de vendre son lit d’enfant. Nous l’avons mis en vente sur internet pour un prix symbolique. Une heure plus tard, nous avons reçu un appel d’une femme qui nous a demandé de le garder jusqu’au soir. Le soir, son mari est venu, a regardé le lit, l’a démonté et a demandé de l’aide pour le descendre et le mettre dans la voiture. Et dans la voiture, tous les sièges étaient des sièges auto, à l’exception de ceux de l’avant. Lorsqu’on lui a demandé combien d’enfants ils avaient, l’homme a souri et a répondu : «On en avait un. Maintenant, ma femme attend des triplés».
  • J’ai mis en vente un téléphone en très bon état, avec tous les documents nécessaires. Même tous les sacs des écouteurs ont été conservés. Le prix pour l’ensemble était de 25 dollars (le téléphone dans le magasin à l’époque coûtait 70 dollars). On m’a donc proposé de l’échanger contre toutes sortes de bêtises et il y avait des messages comme ça : «Laissez-le pour sept dollars».
  • Lorsque mon fils a grandi, nous nous sommes retrouvés avec des jouets pour enfants d’une valeur de 500 dollars. Certains d’entre eux étaient même emballés, car ils nous avaient été offerts par des proches. Ma femme a rassemblé toutes ces richesses et les a mises en vente sur internet pour 20 dollars. Une femme a répondu immédiatement. Elle est venue et m’a dit : «Laissez-moi tout acheter pour dix dollars». Ma femme a été choquée par une telle impudence et a répondu : «Tu te moques de moi ? Je préfère les donner à une association caritative». La femme est repartie les mains vides et très en colère. © yor_ur / Reddit
  • J’ai des choses que je n’ai pas utilisées depuis longtemps. Je ne peux pas les jeter, elles sont encore en bon état. Je les dépose gratuitement sur des sites d’annonces. Plus d’une fois, j’ai rencontré des acheteurs bizarres. Mon mari me dit depuis longtemps qu’il vaut mieux les jeter à la poubelle, pour préserver ma sensibilité. Mais je ressens de la peine. Aujourd’hui, j’ai donc convenu avec une fille de lui donner une écharpe. Je l’ai prévenue que j’accompagnerais l’enfant à la clinique et que je pourrais la rencontrer en chemin. J’ai eu sept minutes de retard : mon fils était grincheux pendant que nous nous habillions. Je suis arrivée et il n’y avait personne. J’ai appelé. La voix à l’autre bout du fil m’a dit sans préambule : «Madame, regardez votre montre. J’aime la ponctualité et je vous conseille d’être à l’heure. Au revoir». Je crois que mon mari avait raison, j’aurais dû la mettre à la poubelle.
  • Un jour, j’ai essayé de vendre un paquet de couches neuves et un stérilisateur. J’ai lu beaucoup de bêtises. On m’a même proposé de les échanger contre du poisson séché. Finalement, le reste des objets indésirables a été mis à côté de la poubelle. En dix minutes, il n’y avait plus rien.
  • Ma mère m’a offert un manteau luxueux en fourrure de lapin et de vison. Mais comme je ne porte pas de fourrure par principe, j’ai décidé de le vendre. Je l’ai mis en vente à un prix purement symbolique, juste pour m’en débarrasser. Et un homme m’a écrit une fois qu’il voulait l’acheter, mais seulement deux fois moins cher. J’ai poliment refusé, parce qu’il avait déjà été mis en vente pour presque rien. Il a passé deux jours à me rabâcher que personne ne le payerait plus cher que lui de toute façon, et qu’il en avait vraiment besoin. Il a essayé de m’appeler, de me draguer et, d’une manière générale, de me raconter des bêtises. Je l’ai bloqué. Et le manteau de fourrure, je l’ai finalement vendu la semaine suivante pour le prix que je voulais. Détail important : cet homme avait l’intention de transformer le manteau en tapis pour sa voiture.
  • Nous étions en train de rénover l’appartement et de changer les meubles. Nous avons décidé de donner des choses. Nous avons publié une annonce que nous donnions un lit double avec un matelas. Honnêtement, nous avons écrit que l’état de ce lit n’était pas très bon, mais qu’il était possible de dormir et qu’il ne se désagrégerait pas. Qu’est-ce qui a commencé ! L’étape suivante a été une armoire, puis un bureau d’ordinateur — nous les avons simplement mis à la poubelle pour préserver notre tranquilité.
  • Les gens deviennent un peu insistants de nos jours. Je vendais un tapis éducatif. Le tapis coûtait cher, il avait beaucoup de fonctions. Mon enfant n’a presque pas joué avec. Je l’ai mis à prix pour un montant purement symbolique de dix euros. Alors, une dame a commencé à m’écrire pour me demander où elle devait venir. Je lui ai donné l’adresse et c’est là que tout a commencé ! «Oui, je prendrai ce tapis pour deux dollars, ou mieux encore, gratuitement, mais il me faudra encore dépenser de l’argent pour le chemin vers vous». Je l’ai mise sur la liste noire. J’habite en banlieue, on peut prendre le métro pour un centime et venir chez moi, ce n’est pas très loin. Le tapis a fini par être vendu à de bonnes personnes.
  • J’ai décidé de vendre ma robe de mariée (elle prend trop de place). J’ai mis des annonces sur tous les sites de vente connus, j’ai décrit la robe, j’ai indiqué le prix initial (très cher), bien, et le prix demandé était cinq fois moins élevé. Hélas, personne n’a appelé. Maintenant en général les robes d’occasion sont rarement achetées, le choix est énorme. J’ai décidé de mettre «prix négociable». Et presque immédiatement, une dame m’a écrit pour me proposer d’acheter ma robe pour 30 dollars, à condition que je lui apporte chez elle. Ou de l’échanger chez elle contre des courgettes de la ferme. J’étais stupéfaite. Et ce n’était pas la seule offre. Je les ai lues, j’ai ri, j’ai rétabli le prix initial.
  • Je vendais un grand sac de jouets, que mes enfants n’utilisaient plus. J’ai récupéré les meilleurs jouets en bon état, tous de marque, sans aucune casse, avec les piles. Si on prend les neufs, ils coûteront pas moins de 100 dollars. Je les ai mis en vente pour 25 dollars afin d’accélérer le processus d’achat de ce sac. Une dame m’a écrit pour me dire qu’elle les prenait pour 15 dollars. Je lui ai dit de ne pas marchander. Elle m’a dit : «Je suis prête à payer 15 dollars, ou je ne les prends pas». Je les ai vendus le lendemain à des gens honnêtes.
  • J’ai acheté mon propre appartement et j’ai lassé le lit, la commode, le fauteuil et le meuble à chaussures dans l’appartement que j’avais loué. La propriétaire n’en voulait pas. J’ai passé une annonce, disant qu’on pouvait les prendre gratuitement et les emporter. Et ça n’en finissait pas : «Apportez-les-moi là-bas, payez un camion-taxi». Finalement, j’ai laissé à la propriétaire cinq dollars de plus et je lui ai dit de se débrouiller toute seule d’une manière ou d’une autre. La propriétaire a mis les choses en vente pour de l’argent et en trois heures, tout lui avait déjà été retiré.
  • Une fille a appelé pour se renseigner sur un landau. Il était affiché au prix de 80 dollars. Elle a demandé si elle pouvait bénéficier d’une réduction. J’ai répondu par l’affirmative. Puis elle a dit qu’elle le prendrait pour 20 dollars. C’est ce qu’on appelle une remise tout à fait «normale».
  • Une fois, je vendais un cuiseur vapeur à bas prix, car ce n’était pas le mien, mais celui des anciens locataires de l’appartement, que personne n’allait chercher. Et il y a eu une telle ruée. Cinquante personnes m’ont écrit pour me dire : «Je viens le chercher tout de suite». Mais je suis tombée sur le message d’une femme qui m’a demandé de le lui vendre, parce qu’elle a un estomac malade et qu’elle en a vraiment besoin. Je le lui ai donc donné gratuitement.
  • Je vendais une robe de mariée, la mienne, mais pas celle que je portais au mariage (ne demandez pas pourquoi). Quoi qu’il en soit, je veux dire qu’elle était neuve. Finalement, une fille m’a écrit. Elle est arrivée, j’ai ouvert la porte et elle était enceinte. Et la robe lui allait si bien puisqu’elle était juste évasée au niveau du ventre. Son mariage avait lieu dans trois jours. Bref, le destin.
  • Nous vendions un appartement dans le centre, mais sans rénovation. Le prix était un peu en dessous de la moyenne. Une fille a appelé, mère de famille, avec deux enfants, pas d’argent, mais voulant du confort. «J’ai des enfants, vous comprenez, et un appartement d’une chambre, c’est tellement difficile. Et vous avez un deux-pièces, eh bien mettez-vous à ma place, réduisez le prix». Je lui ai donné le prix final. Elle a commencé à se plaindre. Je l’ai interrompue et je lui ai dit : «Vous devez choisir un logement en fonction de vos moyens, économiser ou souscrire un prêt». Et je ne l’écoutais plus. Je me suis dite : «Wow, vouloir acheter un appartement de deux pièces pour le prix d’un appartement d’une pièce, les gens ont du culot».
    Une semaine plus tard, elle a rappelé et a proposé un prix supérieur de 700 euros à celui que je lui avais offert. Je lui ai dit franchement de cesser de se moquer de moi. Et elle m’a accusé qu’à cause de moi, elle a contracté un prêt et qu’elle ne savait pas ce qu’elle allait faire de cet argent. Elle a des enfants et je dois lui vendre l’appartement à un tel prix ! Et comment puis-je avoir le courage de demander un tel prix pour un tel logement ? C’est là que j’ai été vraiment déconcertée et que j’ai réalisé que toutes les histoires publiées sur internet à propos de clients insolents ou de mères folles ne sont pas fictives. Honnêtement, je ne l’aurais pas cru si je n’avais pas été moi-même dans cette situation.

Voilà à quel point les gens peuvent être étranges et ingrats. Mais ne perds pas foi en l’humanité. Voici 15 preuves que le monde est plein d’une gentillesse infinie, mais que parfois nous ne la remarquons pas.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes