16 Internautes nous expliquent comment ils ont remis à leur place de grossiers personnages, sans hésitation et avec tact

Gens
Il y a 1 an

Certaines personnes se mêlent des affaires des autres en donnant des conseils non sollicités, en posant des questions trop personnelles et en se montrant peu respectueux de leur entourage. Il nous est forcément déjà arrivé à tous de rencontrer des personnes qui vont chez le médecin sans faire la queue, qui se garent effrontément juste devant l’entrée ou qui te demandent quand tu vas avoir un bébé. Souvent, les gens ne réagissent pas du tout à tout cela, elles refoulent la colère et restent seulement indignées mentalement.

Chez Sympa, nous pensons que les personnes insolentes sont très à l’aise justement parce que leur grossièreté est tolérée et avalée en silence. Mais nos lecteurs ne sont pas comme ça : ils savent remettre les gens grossiers à leur place avec tact et sans aucune hésitation.

  • On m’a demandé un jour : “Vous êtes sûre de pouvoir acheter des vêtements chez nous ?” J’ai dit : “Non, je ne suis pas sûre. Si les vêtements sont nuls, je ne les achèterai pas !” © Olga Egorova / Facebook
  • Un jour, j’ai appris à mariner les concombres pour qu’ils soient super mega croquants. Tout le monde les adorait en faisant l’éloge du côté croquant ! Un type a décidé de se moquer de moi et m’a dit : “Le côté croquant semble artificiel”. Sans trop réfléchir, je lui ai répondu que ça devait être parce qu’il les mangeait avec ses dents artificielles. Tout le monde a ri, sauf lui. Et il n’a pas pu trouver quoi me répondre. © Yulia Isakson / Facebook
  • Beaucoup de gens connaissent les problèmes de stationnement dans les immeubles. Un type en SUV se garait sur deux places, alors qu’il aurait pu tenir sur une seule. Nous avons été patients pendant un long moment, mais cet homme n’a pas répondu à mes demandes. Un jour, j’ai laissé un mot sur son pare-brise : “Chers voisins, aidez-moi à trouver une auto-école, je ne sais pas me garer correctement”. Il a commencé à garer la voiture correctement, comme par hasard ! © Tatiana Telnova / Facebook
  • J’avais les cheveux très frisés dans ma jeunesse. À l’école, un camarade de classe qui arrivait à peine à suivre les cours m’a dit : “Il vaut mieux être débile que frisé”. Ce à quoi j’ai répondu calmement : “Chacun son truc !” Tout le monde a éclaté de rire (j’étais une très bonne élève, la fierté de la classe). © Anna Kiriak / Facebook
  • Un voisin a sorti son sapin de Noël en janvier et a mis des aiguilles partout dans l’immeuble. Nous avons attendu deux jours pour voir s’il allait nettoyer, mais il ne l’a pas fait. J’ai accroché une note au rez-de-chaussée : “Cher voisin, nous sommes heureux que vous vous soyez enfin débarrassé de votre arbre, mais vous avez oublié de couvrir vos traces”. Le même jour, je rentre à la maison et je le vois balayer, l’air mécontent. © Tatiana Telnova / Facebook
  • Une fois, j’ai été chargée de trouver une famille d’accueil pour un chiot croisé que j’avais ramassé dans la rue. Une fille m’a envoyé un texto et m’a dit : “Quelle race ?” J’ai dit : “Le plus mignon des petits chiens qui attend sa famille”. Elle : “Eh bien, non, nous ne voulons pas de bâtards”. J’ai dit : “Je n’allais pas vous le donner sans un certificat attestant que vous êtes un parent direct de la reine”. © Natalia Alechkina Moliva / Facebook
  • Je suis une femme plutôt petite. Lorsque des personnes “curieuses et bien élevées” me demandent pourquoi je suis si petite, je réponds : “À certaines personnes Dieu donne la grande taille, aux autres, il offre un cerveau”. © Zoya Larionovna / Facebook
  • À la question étrange : “Pourquoi votre fille ne ressemble-t-elle pas à sa mère ?”, mon mari répondait toujours : “Ils se sont trompés à la maternité et m’ont donné une autre femme !” © Alexsandrina Alex / Facebook
  • J’entre dans l’ascenseur, une femme arrive en courant avec des sacs. En regardant le bouton sur lequel j’appuie, elle dit : “Oh, c’est toi qui mets la musique à fond ?” Et moi je dis : “Oh, c’est vous qui marchez avec vos talons dès cinq heures du matin ?” Elle s’est tue. En plus, je n’écoute pas de musique à la maison, mais il est vrai que certains de mes voisins font du bruit avec leurs talons à cinq heures du matin. © Irina Demidova / Facebook
  • Une fois, j’ai été accostée dans la rue par une femme que je ne connaissais pas et elle m’a dit : “Ce n’est pas votre enfant, il a été adopté, n’est-ce pas ?” J’ai répondu que non, que ma fille était la mienne, mais la femme a commencé à dire que ma fille ne me ressemblait pas et qu’il était évident qu’elle avait été adoptée, alors pourquoi voulais-je nier l’évidence ? L’option selon laquelle l’enfant pourrait ressembler davantage à son père ne lui est pas venue dans l’esprit. À la fin, après avoir essayé sans succès de la dissuader poliment, j’ai dû être insolente et lâcher quelque chose comme : “C’est toi qui as un cerveau adopté”. Heureusement que ma fille était encore bébé (environ un an et demi) et qu’elle n’a pas compris un mot de cette conversation. © Galina Tazmania / Facebook
  • J’ai pris beaucoup de poids, je le sais. Une cliente entre et crie devant un groupe de gens : “Marie, tu es enceinte ?” Tout le monde me regarde. J’ai répondu : “Non. J’ai juste pris du poids. Mais pour une raison inconnue, visiblement, cela dérange vraiment les autres”. © Elena Panasenko / Facebook
  • J’ai accouché à 40 ans et je n’étais pas gênée qu’on ne me prenne pour une grand-mère. Je répondais juste : “Je suis maman. C’est ma fille.” C’est alors que les gens étaient gênés et s’excusaient d’avoir manqué de tact. © Maria Semka / Facebook
  • Mon frère et moi avons 12 ans d’écart, je suis l’aînée. Combien de fois ai-je entendu l’indignation à mon égard parce que j’avais fait un bébé si jeune, et sans mari en plus. J’avais l’habitude de m’énerver jusqu’à ce que mon père m’apprenne à leur répondre : “Et encore, tu n’as pas vu mon aîné”. Normalement, tout le monde se taisait après ça. © Ilona Dabriyan / Facebook
  • J’avais environ 40 ans. Un jour, je suis allée dans un centre commercial et j’ai beaucoup aimé la vitrine d’un magasin de mode. Je suis entrée et j’ai commencé à regarder, quand soudain, la vendeuse (une jeune fille d’environ 25 ans) m’a dit : “Il n’y a rien ici qui convienne à votre âge !” J’ai été décontenancée et même un peu confuse par cette “politesse”. Je lui ai répondu : “Il est évident que vous ne vous êtes pas habillée dans ce magasin non plus.” Je suis partie sans rien acheter. © Lala Joukova / Facebook
  • J’avais un travail dans un magasin au bord d’une route. Un des clients auquel j’ai refusé de donner mon numéro de téléphone m’a dit : “Pourquoi tu fais ta princesse ? ! Tu t’es vue ? Tu ressembles à une campagnarde”. “Eh bien, cela me convient parfaitement”, ai-je répondu. © Olga Resitskaya / Facebook
  • Il m’est souvent arrivé dans les magasins que l’on me dise : “Nous n’avons rien de votre taille”. Je réponds toujours : “Est-ce que j’ai l’air d’une personne totalement solitaire ? Je ne peux pas acheter des vêtements pour quelqu’un d’autre ?” © Natalia Petchenko / Facebook

Comment réponds-tu aux questions déplacées et indélicates ?

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes