19 Êtres patients dont les voisins semblent tout droit sortis de “La famille Addams”

Gens
Il y a 1 an

En théorie, les voisins pourraient être nos amis les plus proches et, de ce fait, au fil du temps, ils pourraient même faire partie intégrante de notre famille. Évidemment, nous parlons des situations où l’harmonie est présente ; néanmoins, à de nombreuses occasions, la réalité est diamétralement opposée, parce que nous devons lutter contre des personnes difficiles, bruyantes et, parfois, insupportables. Dans ces cas-là, il est préférable de s’armer de patience et, si possible, commencer à éplucher les petites annonces à la recherche d’un nouveau logement.

Chez Sympa, nous avons sélectionné plusieurs anecdotes d’internautes qui ont vraiment un mental d’acier.

  • Une fois, mes voisins m’ont demandé de garder leur fille d’un an pendant deux heures, parce qu’ils devaient se rendre à un dîner. Après quatre heures, la petite fille a commencé à pleurer, elle était morte de faim et je ne savais même pas les doses qu’elle prenait. Sans mentionner les couches... Je lui ai mis l’un de mes T-shirts. Les parents sont réapparus le lendemain après-midi. © Yoly Aguilar / Facebook
  • J’avais une voisine qui sortait ses enfants de trois et quatre ans faire pipi dans le jardin pour ne pas salir les toilettes. Ils sont partis et maintenant, dans la même maison, les nouveaux voisins sont très tranquilles et ne communiquent avec personne, mais quand ils font la fête, ils crient et se disputent. L’autre jour, la femme s’est levée très tôt pour faire la lessive. © Esperanza Carballo / Facebook
  • J’ai été la voisine bizarre. Ma mère et moi allions dans la cour des voisins (pensant qu’ils n’y étaient pas) pour nettoyer parce qu’ils avaient trois chiens et peu de temps, ils travaillaient toute la journée. Nous avons eu peur en découvrant qu’ils étaient là et qu’ils nous ont trouvées avec des balais dans leur cour. Nous nous sommes enfuies puis excusées. © LV ChávezCano / Facebook
  • J’avais un voisin d’environ 24 ans et une voisine de 65 ans. Ils vivaient seuls, mais chacun dans son appartement. Mais un jour, la femme a dit au jeune homme qu’elle était triste de le voir aussi seul et qu’elle l’invitait à manger. Sans mentir, au bout de huit jours, ils habitaient ensemble. Comme on le dit si bien, l’amour n’a pas d’âge. © Maira Roxana Muñoz Martinez / Facebook
  • J’ai eu des voisins sans-gêne. Ils avaient une fille de 13 ans et un garçon de 7 ans, et mon fils avait 14 ans et ma fille 8. Mes enfants passaient leur temps avec leurs enfants. Parfois, à l’heure du déjeuner ou du dîner, lorsqu’ils étaient chez moi, je les invitais à manger. Mais quand j’allais servir le déjeuner ou le dîner et qu’ils n’étaient pas là, ils arrivaient à l’improviste. Nous avons dû changer nos horaires de repas pendant quelques temps. © Aidin Cabal / Facebook
  • Tous les jours, l’une de mes voisines sortait toute sa vaisselle dans le couloir. Elle la rangeait devant la porte de sa maison, qui donnait sur un couloir commun, et la laissait toute la journée. Il était impossible de passer sans toucher un verre ou une assiette, et c’était un exploit de ne rien casser. Ensuite, comme si de rien n’était, elle venait tout ramasser et recommençait la même chose le lendemain. © Veronica Pacha / Facebook
  • Une de mes voisines aimait m’apporter de la nourriture. Si elle faisait du poulet et du riz, elle me l’apportait, mais pas le jour même, mais tout droit sorti du réfrigérateur. Le lendemain, même chose, avec une soupe et d’autres choses. Le plus étrange est qu’elle ne l’apportait pas le jour même de sa préparation. Je ne mangeais pas cette nourriture, ça me faisait de la peine, mais que pouvais-je faire ? Je la jetais et je lui disais que non, mais elle insistait. Elle a fini par déménager. © Laura Bravp / Facebook
  • Les voisins qui vivent en face de chez ma mère, où je vivais il y a sept ans, sont en famille avec d’autres voisins du même pâté de maisons, environ huit logements plus loin. Une fois par mois, ils se prennent la tête entre eux au milieu de la rue et sans aucun filtre dans leurs paroles. © Paula Rocio Irusta / Facebook
  • Quand je vivais avec mes parents, les voisins du haut suspendaient des ailes de poulet ou autre pour les mettre à sécher sur l’étendoir. Quand on leur faisait la remarque, ils ne comprenaient pas le problème. Même chose avec les vêtements qui se décoloraient, ils les laissaient mouillés. © Sonia Blanco Quintela / Facebook
  • Une de mes voisines m’a fait une remarque à propos de l’eau qui coulait lors du lavage du trottoir situé en face de ma maison. Je lui ai demandé si elle avait perdu la tête, car cette partie des trottoirs est faite pour ça, et que si elle n’était pas d’accord, elle pouvait la boire. Elle est partie ipso facto© Viana Silvestre Zorrilla / Facebook
  • Une voisine jetait les ordures sur le bel arbre de ma mère parce qu’elle disait que c’était l’arbre de la jalousie. Ma mère, très patiente, sortait tous les matins pour ramasser les déchets de cette femme souillon, parce que les chiens ouvraient les sacs-poubelle et salissaient tout. Un jour, elle en a eu assez et elle a commencé à les déposer devant la porte de la dame. Celle-ci a gardé la porcherie devant sa porte, mais le problème ne s’est pas reproduit. © Carolina S-Miguel / Facebook
  • Mes voisins étaient tellement bizarres qu’ils n’avaient aucune notion du temps ; ils dormaient le jour et la nuit, ils nettoyaient, vaquaient à leurs occupations, et mangeaient même dehors en pleine nuit. Leur enfant jouait très tôt le matin. Je ne les ai jamais vus travailler. © Marlene Castro Oleas / Facebook
  • J’ai une voisine qui possède deux statues de lions et beaucoup de plantes sur le trottoir. Il est complètement impraticable. Il faut passer au milieu de la rue. Si la compagnie téléphonique ou électrique doit faire passer des câbles ou tailler la cime des arbres, elle ne donne pas l’autorisation. Elle leur jette de l’eau chaude ou les sort à coups de balai. © Yanina Ahumada / Facebook
  • J’avais des voisins qui, chaque fois que nous faisions quelque chose à la maison, faisaient la pareil à quelques jours d’intervalle. Un jour, nous avons arrangé un vélo, et eux, deux jours plus tard, en ont acheté un et passaient devant chez nous. Ensuite, nous avons fait un barbecue et le week-end suivant, ils ont fait la même chose. Ils étaient flippants. © Jose C Reyes Jara / Facebook
  • Ce ne sont pas mes voisins, mais des voisins de l’école où j’ai étudié. Il y avait une personne âgée qui était toujours à la fenêtre en train de nous regarder entrer à 7:00 du matin. Jusque-là tout était normal, sauf que parfois, elle n’était pas habillée. Un jour, ils ont appelé la police et ils l’ont accompagnée dans une maison de retraite parce qu’elle vivait toute seule. © Diana Lopez / Facebook
  • Une fois, une voisine m’a laissée ses enfants sans me le demander. Ils ont sonné à la porte, j’ai ouvert et une femme était dehors avec deux enfants. Elle s’est exclamée : “La mère des enfants m’a dit de les laisser ici”. Je pensais que c’était une blague, cela ne faisait que quelques mois que je vivais là et je ne connaissais la voisine que de vue. Quand elle est rentrée, elle a dit qu’elle “avait pris du retard en faisant des achats dans le centre”, et elle est arrivée sans sacs. Je me fichais de ce qu’elle faisait, mais elle aurait pu au moins me prévenir. © Ana Gonzalez / Facebook

Quelle a été ta pire expérience avec un voisin sans-gêne ? Selon toi, que faut-il faire pour avoir une relation harmonieuse avec ces personnes ?

Photo de couverture Carolina S-Miguel / Facebook

Commentaires

Notifications

La personne qui pense que le jeune et la vieille sont en couple, est vraiment niaiseuse. C'est surement que des amis ou comme une mère et son fils.

-
-
Répondre

Lectures connexes