24 Lecteurs de Sympa parlent de ces enseignants qui ont particulièrement marqué leur vie

Histoires
Il y a 8 mois

A quoi ressemblait ton enseignant que tu n’oublieras jamais ? Quels actes a-t-il posé pour que son nom reste à jamais gravé dans ta mémoire ? Ces questions, des centaines des abonnés de cette page y ont répondu. Leurs histoires sont des pépites ! Alors, on a décidé de republier les plus drôles, les plus émotionnels et les plus tarés des commentaires. Toute ressemblance avec des personnes ou des situations ayant existé n’a rien de fortuit...

  • Ma prof de technologie au collège était une vraie petite maman. Elle était adorable avec moi. Nous avions même créé un club de couture le midi. ce qui nous donnait le privilège de passer devant tout le monde à la cantine. J’ai adoré apprendre à faire les circuits imprimés et de la soudure avec elle. © Lulu KasseNoisette/Facebook
  • Mon prof de musique au collège Mr Lenamour, m’a pris mon carnet de correspondance le jour de mon anniversaire car mes amis d’autres classes hurlaient “joyeux anniversaire Mélissa”, dehors. Ce qui, selon lui, perturbait le cours, et c’était par ma faute. Il a gardé ce carnet jusqu’à la fin du cours, pour finalement me le rendre avec un “joyeux anniversaire Mlle Laguerre” noté à l’intérieur. Un prof au top ! © Mélissa Laguerre/Facebook
  • Mon prof de philo (épreuve de coefficient 5 au Bac) devait avoir une petite amie sur Paris qu’il allait voir le mercredi. Jusqu’ici rien d’anormal. Sauf que le jeudi matin, en terminale, j’avais cours de 8h à 10h et il était très souvent absent ! Peut-être qu’il ratait son train, mais ce n’est pas très sérieux par rapport aux élèves...© Elisabeth Muller/Facebook
  • Monsieur Pinault, prof d’anglais au lycée, perdait nos copies quand il y avait trop de mauvaises notes. D’autres fois, il arrivait avec un exemplaire du Times, et il nous disait “vous faites ce que vous voulez je ne fais pas cours j’ai pas eu le temps de lire mon journal”. © Isabelle Lopes/Facebook
  • M. Bourgeois de Revin, mon professeur de Français, a offert un lave-linge à mes parents suite à une rédaction que j’avais écrite. Je ne l’oublierais jamais. © Nathalie Gillard/Facebook
  • En CM2, j’avais une maîtresse qui me criait tout le temps dessus. Je ne pouvais pas bouger un cil. Je pleurais souvent. Un jour, j’ai été convoquée chez la directrice qui m’a fait asseoir et m’a donnée un paquet cadeau. À l’intérieur, il y avait une très jolie petite lampe de chevet, des livres, des feuilles de dessins, des feutres, de la peinture et un petit flacon d’eau de toilette. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Alors, la directrice m’a dit que ma maîtresse n’avait pas d’enfants et que chaque année elle offrait un cadeau pour son élève préférée. Je lui ai dit que c’était certainement une erreur, mais c’était la vérité. Du coup, je l’ai regardée autrement. © Marcelline Marras/Facebook
  • En sixième, je faisait du violon. Il s’est avéré que mon prof de violon était AUSSI mon prof de maths du collège. Le mardi, jour du cours de violon, il vérifiait si je m’étais bien coupé les ongles de la main gauche. Et si ce n’était pas le cas, il me les coupait lui même devant toute la classe. Ça n’est arrivé qu’une fois, croyez moi ! De plus, à la fin de son cours il aimait bien me dire devant tout le monde " A tout à l’heure Camille ! “. © Camille Nodame Rfd/Facebook
  • Colette Laussac, prof de droit, hyper impliquée, hyper drôle. Elle expliquait les faits avec des histoires tordantes. Elle portait des jupes longues dans le style bohème. Elle repartait souvent le devant de la jupe derrière, tellement elle gesticulait pendant le cours. Pétillante, elle nous racontait un peu sa vie (son fils étudiant prenait sa voiture et roulait comme un dingue); les romans qu’elle écrivait. Le roman c’était elle. J’ai vu qu’elle est repartie vivre en Corrèze. Alors, Madame Laussac si ce message vous parvient sachez que vous êtes une belle rencontre, vous avez marqué ma vie. Merci. © Sand Azr/Facebook
  • Il y avait une pénurie d’enseignants de mathématiques et diverses matières à l’époque. Pour combler ce manque, l’établissement a recruté un officier St.Cyrien.
    Il était brillant et ses démonstrations étaient percutantes. A la fin du cours, le tableau était couvert de chiffres, et de formules et en fin de cours. Ce qui fait que nous avions tous de la peine à le suivre. Alors, se reculant au fond de l’amphi, les mains croisées dans le dos, l’air satisfait, il lâchait : ” Vue, l’arbre en boule". Quand on n’est pas de l’armée, c’est difficile à comprendre... Mais, un jour, on m’a expliqué et j’ai vu l’arbre en boule. ©Nicole Pigati-dauriel/Facebook
  • En Troisième, j’avais un prof de musique, qui, au lieu de nous faire jouer de la flûte, nous faisais jouer de la guitare, du piano, nous apprenait le chant et les parties techniques des partitions ainsi que des pratiques de rythmiques. Il était génial !!! © Jamh Coueignas/Facebook
  • Un jour, notre prof de français nous a emmené en salle vidéo pendant deux heures pour regarder un concert de Nirvana, au lieu de nous faire faire deux heures de rédaction. Merci Monsieur BOS ! © Clem Ence/Facebook
  • Au collège, j’avais un prof de maths qui passait son temps à se décrotter le nez et ensuite, il en faisait des boulettes qu’il balançait. J’étais assise au premier rang ! © Flo Ryane/Facebook
  • Nous avions un professeur d’anglais au collège qui buvait son café dans un gobelet avec la paille en forme de lunette. Il était exceptionnel ! Il nous faisait rigoler à longueur de temps et dès qu’il y avait un contrôle, il faisait des bulles tellement bruyantes. Le meilleur prof d’anglais de toute ma scolarité !! © Nadege NM/Facebook
  • En cinquième, ma prof de maths était spéciale ! Elle mangeait de l’ail et toutes les araignées qui avaient le malheur de passer à côté d’elle. Elle arrivait souvent avec du mercurochrome sur tous ses vêtements, car en promenant ses chèvres ça lui arrivait de tomber. Elle chantait souvent “turlututu chapeau pointu”. Elle arrivait toujours déguisée pour mardi gras même si elle l’était pratiquement toute l’année vu ses tenues vestimentaires. Elle faisait ses cours sans se soucier du bruit environnant, si tu l’entends, tant mieux ; si tu n’entends pas tant pis. © Sylvie Caliciane/Facebook

  • Le jour de mon examen de coloriste, que j’ai passé comme candidate libre, mon modèle n’est pas venu. J’ai alors appelé mon prof de droit et gestion, qui s’est retrouvé avec des cheveux blonds platine. Quelques semaines après, à cause des grèves de 1968, il est venu en vélo m’annoncer que j’avais réussi. © Esther Sebag/Facebook
  • Au collège, on avait un prof québécois qui avait un accent trop drôle. Il nous avait emmené faire du patin à glace. J’étais scotché quand je l’ai vue patiner, il était très doué ! © Flovima Mesi/Facebook
  • M. Gentrau lorsque j’étais en quatrième. Je suis arrivée en pleurant à son cours de technologie car mon petit ami de l’époque m’avait trompé. Il a pris le temps de discuter avec moi, m’a dit que j’étais une belle personne, et que l’autre était un idiot. Il m’a redonné confiance en moi. © Enora Swalla/Facebook
  • Mon prof de français, Bernard André, nous fixait rendez-vous le vendredi soir pour sortir en boîte ou se faire un ciné. Il a tissé une vraie relation de confiance avec ses élèves. Nous étions en secondaire. Au final, il a été mon témoin à mon mariage et il est venu avec une jeune femme avec qui j’étais sorti quelques années avant. Le fou rire ! © Guy Wauters/Facebook
  • J’étais en première au lycée et on a eu un professeur venu du continent ( j’habite un département d’outre-mer). Ce n’était pas le seul, mais lui avait les cheveux longs, ce qui n’était pas courant en 1969. Il n’était pas très grand. Il était très drôle et faisait bien ses cours. Il y avait un censeur très grand au sein de l’établissement qui nous faisait peur des fois. Un jour à l’approche du carnaval, notre petit professeur nous a demandé de chanter nos “airs ” de carnaval. Un peu craintifs au départ, on s’en est donné à cœur joie. Toc, toc, toc ! Qui frappe à la porte ? Notre vilain censeur qui nous ordonne de la fermer, en disant qu’il était responsable de l’ordre dans l’établissement. Notre petit prof s’est tenu devant ce grand bonhomme et lui a dit : " je suis responsable de l’ordre dans ma classe". Il lui a ensuite fermé la porte au nez...On a tous eu très peur. © Packret Heloïse Manikn/Facebook
  • Ma fille avait un maître d’école qui au lieu de punir les enfants leur disait d’aller voir Maurice le poisson, car il disait que c’était apaisant. Ma fille a 15 ans aujourd’hui, et elle en garde un très bon souvenir. © Gridy Lyleawenn/Facebook
  • Mon prof de maths du lycée venait volontiers à nos soirées. Il nous a organisé un séjour à center parc pour réviser le bac. Exceptionnel. Trop cool ce prof. Même si j’étais nulle en math ses cours m’ont remotivée. © Sandra Zizbo/Facebook
  • Monsieur Gratien professeur de musique à Paul Eluard à Chalette sur Loing. Nous étions plusieurs élèves à le rejoindre après les cours il nous jouait du piano et nous initiait au rythme avec triangle, maracas, claquement de doigts...super souvenir. © Mou de Sempyclou/Facebook
  • J’ai eu un professeur de littérature et de théâtre qui était également auteur de pièces de théâtre. Il nous emmenait au café pour donner cours et nous racontait des anecdotes croustillantes sur les autres profs. © Laurence Spirlet/Facebook
  • Au lycée, ma prof d’anglais enregistrait les cours avec un magnétophone pour pouvoir aller nous balancer au directeur. Mais malheureusement pour elle, ça n’a pas joué en sa faveur ; puisque nous étions enregistrés à notre insu, elle a été virée. © Jennifer Berthinier/Facebook

Il n’y a pas longtemps, un enseignant exceptionnel comme ceux cités ici, a été honoré dans le cadre du concours Global Teacher Prize. Il a gagné le prix du meilleur professeur, grâce à son dévouement pour l’éducation des enfants démunis de son petit village au Kenya.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes