21 Enfants nous révèlent que l’au-delà est peut-être plus proche qu’on ne le croit

Gens
Il y a 10 mois


Les enfants sont capables de nous surprendre par leur innocence et leur tendresse, et leurs jeux remplissent leurs parents de joie et de bonheur. Mais il y a des moments où leurs propos enfantins ressemblent à ceux d’un voyageur arrivant du passé, et c’est à ce moment-là que l’on se demande s’il existe vraiment un lieu où vont les défunts, ou s’il y a finalement une vie après la mort.

  • Un jour, je me promenais avec ma fille, elle venait d’avoir trois ans, et nous sommes passées près d’un homme qui était assis avec un vélo à côté et elle lui a dit : “Hé”, elle l’a appelé par son prénom et lui a souri ; l’homme m’a regardée et je l’ai regardé. Ensuite, je lui ai demandé : “Mon amour, qui est cet homme ? Elle m’a répondu : “Maman, c’était mon ami quand j’étais petite et que je n’étais pas avec toi”. J’étais sous le choc. © Mely Ann / Facebook
  • Mon deuxième fils m’a raconté qu’avant il vivait dans la rue avec un frère plus jeune que lui, qu’il y avait eu une explosion et que son petit frère était mort, et qu’il avait alors marché et marché à la recherche d’un abri jusqu’à ce qu’il s’endorme. Quand il s’est réveillé, il m’a trouvée, ainsi que son père et son frère aîné. © Alejandra Antúnez / Facebook
  • Cela fait presque quatre ans que ma sœur est décédée, elle était comme ma mère. À l’époque, ma fille avait un an et demi. Je me souviens que ma fille avait déjà quatre ans lorsque j’ai commencé à écouter la musique que ma sœur écoutait. Ma fille m’a alors dit, très excitée : “J’aimais ces chansons quand tu étais petite et je m’occupais de toi” ; à ce moment-là, je suis restée figée, j’ai pleuré et je l’ai serrée très fort dans mes bras. © Angy Arangoa / Facebook
  • Mon plus jeune fils, qui a maintenant quatorze ans, est né trois mois après le décès de ma grand-mère. Je n’ai appris ma grossesse qu’une semaine après son départ. Quand il était petit, j’allais au cimetière pour la voir, je lui ai demandé quelles fleurs je devais acheter pour lui apporter et il m’a dit n’importe quelles fleurs, mais elles devaient être jaunes. Je lui ai demandé pourquoi il affirmait cela et il m’a répondu que sa grand-mère lui avait dit qu’elle aimait cette couleur. En effet, c’était sa couleur préférée. © Ingrid Del Pilar Muñoz / Facebook
  • Ma fille, qui avait trois ou quatre ans, m’a dit que j’étais très jolie quand j’étais bébé et qu’elle avait l’habitude de me baigner et de me changer. Elle m’a montré une photo en noir et blanc de moi quand j’étais petite. Puis elle m’a dit que j’étais très belle dans cette robe blanche à pois rouges. J’en ai eu des frissons. Maintenant, elle ne se souvient de rien, mais plus elle vieillit, plus elle a des attitudes similaires à celles de mon père, que ma fille n’a pas eu l’occasion de connaître. © Jacqueline Patricia Arze Flores / Facebook
  • Mes filles sont jumelles. Il y a environ un mois, à l’arrêt de bus pour aller à l’école maternelle, une femme a remarqué mes filles, car elles attirent beaucoup l’attention et sont très bruyantes. Elles ont commencé à lui parler et elle leur a dit qu’elle était aussi jumelle, mais que sa sœur était décédée, qu’elles lui rappelaient sa relation avec sa sœur, parce qu’elles étaient aussi proches l’une de l’autre. Mes filles lui ont alors dit, un peu tristement, de ne pas s’inquiéter, que sa sœur était là avec elle et la femme a dit : “Oh, comme c’est beau, oui, ma sœur est toujours dans mon cœur”. Et mes filles lui ont répondu : “Non, elle est là, à tes côtés, elle dit qu’elle est toujours avec toi”. © Isamara Escobar Velazco / Facebook
  • Mon petit garçon de deux ans nous a raconté, à demi-mot et en expliquant avec ses petites mains, qu’il était dans une voiture, et que soudainement, une autre voiture est arrivée, qu’il a appuyé et appuyé sur le “tuuuu, tuuuu”, mais que l’autre ne l’a pas écouté. Mon enfant a commencé à pleurer et a poursuivi en expliquant qu’il avait ensuite roulé encore et encore jusqu’à ce qu’il tombe dans l’eau, qu’il s’était cogné la tête et le visage, et qu’il avait ensuite commencé à fermer les yeux. © Ferrel Ruiz Muriel / Facebook
  • Mon neveu de cinq ans touchait mon ventre, alors je lui ai demandé pourquoi il aimait toucher la peau de son ventre. Il m’a répondu : “Parce que c’était agréable quand j’étais à l’intérieur”. Je lui ai répondu : “Ah, oui. Quand tu étais dans le ventre de ta maman”. Il a répondu : “Non, c’est juste que j’étais dans ton ventre, mais comme je ne pouvais pas y rester, je suis parti avec ma mère”. Je lui ai demandé s’il avait été dans mon ventre et il m’a répondu que oui, mais qu’il était parti avec sa maman et son papa. J’ai eu les larmes aux yeux. J’ai perdu un bébé bien des années avant la naissance de mon neveu. © Monnie Medraanno / Facebook
  • Chaque fois qu’on allait chercher du pain et qu’on passait devant une maison en bois où une petite vieille était assise à l’extérieur, mon fils de quatre ans me disait que c’était sa grand-mère et qu’il avait vécu là-bas. Chaque jour, mon fils lui disait au revoir et la grand-mère lui répondait de loin. Un jour, j’ai eu le courage de frapper à sa porte et de lui parler. Un homme est sorti et m’a demandé ce que je voulais. Je lui ai raconté ce que mon fils me disait. Il nous a fait entrer et mon fils a couru serrer la grand-mère dans ses bras. Elle lui a dit : “Où étais-tu ?”. Mon fils a souri. Ces personnes m’ont dit qu’elles avaient un petit-fils de huit ans qui était décédé en 2011. Lorsqu’ils m’ont donné la date du décès de leur petit-fils, c’était la date de naissance de mon fils. © Danniella Danniella / Facebook
  • Un jour, mon fils de six ans m’a dit qu’il avait rêvé qu’il était mon frère, qu’il avait dix ans, et qu’il m’accompagnait à l’école, parce que dans le rêve j’étais sa petite sœur. Ce qui est étrange, c’est que mon frère aîné est mort à l’âge de dix ans et que lorsque mon fils voit des photos de lui, il dit : “C’est moi, n’est-ce pas, maman ?”. Curieusement, il aime les mêmes choses que mon frère. © Vane Flores / Facebook
  • Quand mon fils avait quatre ans, il m’a dit : “Tu te souviens quand tu étais petit et que tu jouais dans le ravin ? J’étais là et j’ai pris soin de toi pour qu’il ne t’arrive rien de mal”. Je ne lui ai jamais dit que lorsque j’étais enfant, je jouais dans le ravin devant ma maison, que j’avais glissé et que je m’étais fait une blessure profonde qui, selon le médecin, aurait pu être fatale. J’ai été étonné par son commentaire, parce que mon fils est autiste et je ne lui ai jamais raconté mon histoire. © Oscar Sanchez Crisostomo / Facebook
  • Il y a trois nuits, mon fils de deux ans m’a attrapé le visage, m’a regardé dans les yeux et m’a dit : “Je t’aime, ma fille”. “Quoi ?”, ai-je dit, et il a répété : “Je t’aime, ma fille”. Mon père est décédé avant sa naissance et il me manque beaucoup. © Vero Lamas / Facebook
  • Mon fils de sept ans m’a dit que quand il était grand, il portait un costume noir et jouait du piano et qu’il était très heureux. Dans quelques jours, il commence les cours de piano et il n’arrête pas d’en parler. Je pense que c’est lié à son autre vie. © Gaby Sosa / Facebook
  • Ma fille a cinq ans, elle dit qu’elle a vécu sur la planète rouge et que sa mère s’appelait Tim. Chaque fois qu’elle voit ou apprend quelque chose de nouveau, elle dit : “Ma maman, Tim, me l’avait déjà appris.” © Gio Castro / Facebook
  • Le jour du premier anniversaire de la mort de ma mère, je suis tombée enceinte de ma fille unique. J’ai toujours pensé que ma mère me l’avait peut-être envoyée pour que je ne sois pas si triste. Ma surprise est arrivée lorsque ma fille a eu deux ans. Une fois, alors que je la grondais, elle m’a dit : “Ne me gronde pas comme ça, je suis ta mère”. Elle m’a dit des choses similaires pendant longtemps. Une amie a eu peur en l’entendant. © Biacha Tello / Facebook
  • Je suis partie en voyage avec mon fils de sept ans dans une ville près de chez moi. Il s’agissait d’une petite ville que j’avais visitée dans mon enfance avec mes parents et mon frère. Avant de sortir de la voiture, mon fils m’a dit : “Maman, nous sommes arrivés à l’endroit où toi et mes grands-parents jouiez au football et couriez partout ; je t’ai vue, maman, je t’ai vue jouer avec mon oncle et vous riiez beaucoup ; je t’ai vue d’en haut”. J’ai demandé à mon fils comment il savait cela et il m’a répondu : “Je t’attendais, maman, j’attendais que tu grandisses”. C’était la chose la plus étonnante que je n’aie jamais entendue de ma vie. J’ai souri, j’ai pleuré et j’ai serré mon fils dans mes bras. © Staci Effie Garcia Mendoza / Facebook
  • Ma fille, qui a presque six ans, m’a regardé un jour, alors que nous regardions un film, et m’a dit : “Tu es si mignonne, maman”, et j’ai répondu : “Oh ! Merci, ma chérie”. Puis elle a dit : “C’est pour ça que je t’ai choisie, quand je t’ai vue, j’ai voulu que tu sois ma maman”. Surprise, mais essayant de ne pas changer de ton, je lui ai demandé : “Où m’as-tu vue ?”. Elle m’a répondu : “Avant d’être dans ton ventre, je t’ai vue”. © Aída Cárdenas de Hernández / Facebook
Photo de couverture Esperanza Duarte / Facebook

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes