De Mystérieux Nuages ne Cessent d’Apparaître sur ces Eaux, et Personne ne Sait Pourquoi

C’est curieux
Il y a 9 mois

La région située entre la Floride et les Bahamas est un lieu réputé pour l’étude de la vie marine. Cependant, un phénomène mystérieux s’y produit chaque année, dont les scientifiques ne comprennent pas encore les raisons. Il arrive que des nuages blancs apparaissent à la surface de l’eau. En termes techniques, ce phénomène est appelé “whiting event”. D’après les informations dont ils disposent à ce jour, les scientifiques pensent que ces taches blanches pourraient contenir des particules riches en carbone. Les îles Bahamas reposent en effet sur une grande plate-forme de carbone, qui reste cachée sous l’eau. Une autre théorie envisagée pour ces nuages inhabituels est qu’ils sont peut-être causés par la prolifération de minuscules plantes dans l’eau. Les scientifiques ont même essayé d’utiliser les images prises du ciel par la NASA pour tenter de comprendre le mouvement de ces vapeurs d’eau.

Ils ont découvert que la taille des taches blanches semble varier en fonction des saisons, les plus grandes étant observées de mars à mai et d’octobre à décembre. En moyenne, une tache blanche a une superficie d’environ 2,3 sq km. Par temps clair, les images satellites montrent environ 24 taches. D’autres études montrent que ces événements se produisent plus souvent dans les endroits où le fond de l’océan contient des quantités considérables de sédiments. Il est également possible que certaines conditions océaniques fassent flotter la saleté et les minéraux dans l’eau. Cependant, de 2011 à 2015, les taches dans l’océan sont soudainement devenues presque quatre fois plus grandes. Mais en 2019, elles ont rétréci. Cela a amené les scientifiques à penser qu’il pourrait y avoir une sorte de cycle de 10 ans. Mais ils ne sont pas certains des causes de ce cycle. Ils ont également remarqué un lien entre le pH, la salinité, les vents et les courants de l’océan. Mais pour l’instant, les données ne donnent pas beaucoup d’explications.

Ce n’est pas le seul secret que les océans de la Terre nous cachent. T’es-tu déjà demandé à quoi ressemblait le lieu le plus profond de l’océan ? Il s’agit de la fosse des Mariannes, dont la profondeur est estimée à environ 11 km, soit cinq fois que le Grand Canyon. La tranchée a été étudiée pour la première fois en 1875 à l’aide d’une corde lestée. Et en 2012, un réalisateur canadien a atteint son fond à l’aide du navire submersible Deepsea Challenger. La fosse des Mariannes abrite certaines des créatures les plus bizarres de la planète, comme la pieuvre Dumbo, le concombre de mer et le requin lutin. La fosse tire son nom des îles Mariannes situées à proximité, nommées en l’honneur de la reine d’Espagne Mariana d’Autriche. C’est peut-être la zone la plus abyssale de l’océan à l’heure actuelle, mais il y a beaucoup d’autres choses que nous ignorons encore sur les profondeurs des eaux de notre planète. L’un de ces phénomènes intrigants s’appelle “les fonds fantômes”. Dans les années 1940, lorsque le sonar est devenu un équipement standard, les navires et les sous-marins ont commencé à détecter des signaux inattendus provenant de zones où aucun mouvement ne devrait techniquement exister.

Il s’est avéré que ces signaux provenaient d’une couche composée de méduses, de crevettes et d’autres créatures des profondeurs. Elles remontent à la surface la nuit pour se nourrir. Il est intéressant de noter que ces créatures se déplacent de manière réfléchie, en se regroupant par espèce. Les scientifiques ne savent toujours pas comment et pourquoi elles y parviennent. On pensait autrefois que les animaux ne se regroupaient ainsi que pour éviter les prédateurs, mais les raisons de la formation de ces faux fonds marins restent inconnues. Récemment, la communauté scientifique a reconnu l’existence d’un cinquième océan, appelé océan Austral. Cet océan est bordé par trois des quatre océans originels et encercle l’Antarctique et l’hémisphère inférieur, ses frontières touchant l’Australie, l’Afrique australe et l’Amérique du Sud. C’est un océan absolument unique, qui attire l’attention et suscite la curiosité par ses secrets et les créatures qu’il pourrait abriter.

Des rumeurs sur la présence d’une créature monstrueuse dans ces eaux circulent depuis un certain temps, et des recherches récentes ont fourni des preuves vidéo de la présence d’étranges poissons ressemblant à des blobs. Les créatures ont été identifiées comme étant le concombre de mer avec le surnom de “monstre du poulet sans tête”. Bien que cette espèce soit connue depuis la fin des années 1800, on dispose de très peu d’informations à son sujet, notamment sur ses effectifs, son comportement et ses habitudes de reproduction. Il existe également des régions du monde où l’océan scintille littéralement !

Ce n’est pas à cause de l’eau en elle-même, mais en raison de nombreuses créatures qui ont la capacité d’émettre de la lumière, ce que l’on appelle la bioluminescence. Ce phénomène est assez courant chez les créatures aquatiques, les trois quarts de la vie sous-marine en étant capables. La bioluminescence peut se trouver n’importe où : de la surface aux profondeurs de la mer, même jusqu’à 4 km de profondeur. Ces créatures utilisent la lumière à diverses fins, par exemple pour communiquer avec leur propre espèce, attirer les proies ou faire fuir les prédateurs. La science derrière la bioluminescence implique l’utilisation de trois produits chimiques, la luciférine, la luciférase et l’oxygène. Ce processus a été découvert pour la première fois par un biologiste français nommé Raphaël Dubois, en 1887.

Si tu veux faire la différence entre la véritable bioluminescence et la lumière créée artificiellement, cherche des étincelles bleu fluo, vertes ou rouges réparties sur une grande surface dans l’océan. Cela peut créer un effet captivant et magique, un peu comme des paillettes ou des étoiles dans le ciel. Et c’est souvent à cause des calamars, des petits crustacés et des algues que l’on trouve dans les eaux peu profondes. As-tu déjà entendu un bruit étrange au milieu de la nuit ? Imagine maintenant cela, mais au milieu de l’océan. Il y a quelques sons bizarres qui ont été entendus et enregistrés, comme le “Bloop” et “Julia”. La plupart des experts pensent qu’ils proviennent de gros objets, comme des icebergs qui raclent le fond de l’océan. Mais... Et si ce n’était pas le cas ?

En 1997, des scientifiques écoutaient les bruits des volcans sous-marins dans le Pacifique à l’aide de microphones sous-marins appelés hydrophones. Un jour, ils ont entendu un son très fort et étrange, différent de tout ce qu’ils avaient entendu auparavant. Ils ont appelé ce son “le Bloop”. Ils n’arrivaient pas à comprendre ce qui produisait ce bruit et pensaient qu’il pouvait provenir d’une mission sous-marine secrète, de moteurs de bateaux, de baleines ou d’une créature marine inconnue. Les années ont passé et les chercheurs ont continué à essayer de trouver la source du Bloop en plaçant des hydrophones plus près de l’Antarctique. En 2005, ils ont finalement découvert que le Bloop était causé par des icebergs qui se détachaient des glaciers et tombaient dans l’océan. Ce phénomène est appelé tremblement de glace. La température globale de la Terre augmentant chaque année, les tremblements de glace se produisent plus souvent, provoquant la fissuration des glaciers et leur fonte dans l’océan.

Puis, le 1er mars 1999, un grand bruit a de nouveau été entendu sous l’eau dans le Pacifique. L’administration nationale américaine des océans et de l’atmosphère a pensé qu’il s’agissait probablement d’un iceberg qui se brisait lui aussi. Mais le son était différent. Cela a conduit certaines personnes à penser que le bruit provenait d’un monstre marin nommé Julia. Certains pensaient qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce inconnue, tandis que d’autres croyaient qu’il s’agissait d’une créature déjà connue, comme une baleine ou un calamar géant.

Certains ont même pensé qu’il pouvait s’agir d’un animal préhistorique. À ce jour, il n’existe aucune preuve de la véracité de ces théories. Ensuite, il y a l’histoire d’une île qui a été entièrement avalée par l’océan. Elle s’appelait Bermeja, et c’était une île minuscule et inhabitée, située au nord-ouest de la péninsule du Yucatán. Il y a à peine un siècle, on savait qu’elle se trouvait dans le golfe du Mexique. Mais aujourd’hui, elle a disparu, laissant tout le monde perplexe. Autrefois, Bermeja [prononciation] était fréquemment représentée sur les cartes créées par les explorateurs espagnols au cours des 16e et 17e siècles. Bien que son emplacement et son nom aient légèrement varié, personne n’a jamais douté de son existence. Cependant, à partir du 18e siècle, la présence de l’île sur les cartes a commencé à diminuer jusqu’à ce qu’elle finisse par disparaître complètement.

Alors, qu’est-ce qui a bien pu lui arriver ? Trois enquêtes officielles ont été menées en 2009 à l’aide des technologies les plus avancées, mais Bermeja est restée un mystère. Serait-il possible que l’île n’ait jamais existé et qu’il s’agisse simplement d’une fabrication créée par les premiers explorateurs pour tromper leurs rivaux ? Certaines personnes pensent que les pays fabriquaient des cartes comportant des inexactitudes pour empêcher leurs ennemis de les utiliser. Bermeja aurait pu être l’une de ces fausses îles. D’autres scientifiques ne sont pas d’accord. Ils affirment qu’il existe des documents contenant des descriptions précises de l’existence de Bermeja. Ils croient fermement que l’île a existé, mais à un autre endroit.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes