Ma belle-mère a l’habitude de fixer ses propres règles. J’ai réussi à la remettre à sa place et à ne pas gâcher la relation avec mon mari.

Éducation
Il y a 3 mois

Lorsque Julie a commencé à sortir avec son futur mari, il lui a semblé qu’il serait facile d’établir des relations avec sa mère. Madame Dupont était la plus douce des femmes et souriait chaque fois qu’elle voyait sa future belle-fille. Il semblait qu’une telle paix et une telle grâce dureraient éternellement. Mais ce n’est pas le cas.

Pendant le repas de noces, la belle-mère de Julie pleurait déjà : «J’ai fait tant d’efforts pour Vincent». Et quelques jours après la célébration, madame Dupont est apparue sur le pas de la porte de l’appartement hypothécaire des jeunes mariés avec une exclamation joyeuse : «Eh bien, paresseux, vous dormez ? Réfléchissons à l’aménagement de la cuisine !».

Et c’est ainsi que les choses se sont déroulées. La mère du mari de Julie pouvait arriver à tout moment sans prévenir et apportait toujours avec elle des torchons de cuisine, une nappe pour la table à manger ou un tableau acheté à bas prix qu’il fallait accrocher au mur pour l’admirer. Un jour, elle a fièrement tendu à Julie une planche à découper ornée de papillons aux couleurs vives et lui a dit qu’à partir de maintenant, elle ne devait plus découper que sur cette planche.

Il était impossible de la contredire. Le visage de madame Dupont changeait immédiatement et elle prononçait sa phrase préférée : «Je vous souhaite que du bonheur...». Parfois, Julie avait l’impression que sa belle-mère marquait littéralement le territoire, jetant ses affaires partout et ordonnant au jeune couple quels rideaux ils devaient accrocher et dans quel coin ils devaient placer le canapé.

Vincent ne voyait rien de spécial dans la façon dont sa mère s’occupait de sa jeune famille et il disait à sa femme : «Sois contente qu’elle nous aide. Regarde les assiettes qu’elle nous a données, nous n’aurons plus à dépenser d’argent pour la vaisselle. Maintenant, chaque centime compte».

Au bout d’un certain temps, Julie en a vraiment eu assez du visage souriant de la mère de son mari et de ses lamentations affectueuses à chaque occasion. Il est devenu évident que madame Dupont n’allait pas cesser de mettre son nez dans les affaires des jeunes mariés. Des dialogues de ce type avaient régulièrement lieu entre la belle-mère et la belle-fille.

— Julie, vous allez vraiment nettoyer les vitres aujourd’hui ? On ne peut pas faire ça le dimanche, ça porte malheur.
— Madame Dupont, nous travaillons toutes les deux six jours par semaine. Quand pourrions-nous les laver ?
— Ne sois pas grossière, ma fille, je te souhaite que du bonheur.

— Julie, j’ai essayé ton shampoing dans le pot bleu. C’était tellement bizarre que je l’ai vidé.
— Vous savez que ce shampoing a coûté 100 euros !
— Je t’ai dit de te laver la tête avec du savon pour bébé. Ça rendra tes cheveux brillants.
— Ouais, et faire un masque à l’oignon ! Pour être sûre d’effrayer les gens.

— Julie, tu gaspilles beaucoup d’eau dans la douche. Pourquoi tu te savonnes autant ? Nous nous douchions une fois par semaine, le samedi, et nous étions propres.
— On va commencer à sentir ma mauvaise odeur au travail si je prends la douche une fois par semaine !
— Et toi, sois plus modeste, arrête de te parfumer et de porter des produits synthétiques, les gens s’habitueront à ton odeur naturelle. D’ailleurs, la robe noire que tu as dans ton armoire est complètement indécente, j’aurais honte de la porter.

Les allusions et même les demandes directes d’arrêter de se mêler de la famille d’autrui n’ont rien donné. C’est alors que Julie a décidé d’essayer de reproduire le comportement de sa belle-mère. Elle s’est présentée sans être invitée et a commencé à réarranger ses vêtements dans l’armoire en disant : «Ma mère avait l’habitude de ranger les choses comme ceci — les chaussettes et les culottes les unes à côté des autres, les T-shirts séparément».

Madame Dupont a demandé à sa belle-fille de cesser de fouiller dans l’armoire, mais elle a souri et a continué dans la même veine. Une semaine s’est écoulée. Puis Julie a dit : «Et moi, je n’aime pas que vous fassiez la même chose avec mes affaires et que vous vous mêliez de notre vie avec Vincent». La belle-mère a serré les lèvres en silence.

Un scandale grandiose a éclaté quelques jours plus tard, lorsqu’au cours d’une autre visite, madame Dupont a découvert que le meuble de la salle de bains, où sa belle-fille conservait ses produits de beauté, était muni d’une serrure.

Julie a ensuite raconté à son amie : «Ma belle-mère a couru dans l’appartement pendant une demi-heure en criant qu’on ne la respectait pas. Ensuite, elle est allée raconter aux voisins que j’étais malpropre et très stupide. Elle est revenue une heure plus tard et m’a offert du thé comme si rien ne s’était passé. Elle est restée bouche bée lorsque j’ai posé deux sacs d’affaires devant elle et que j’ai demandé à la „précieuse maman“ de s’en aller».

Les sacs que Julie avait préparés contenaient tous les cadeaux de sa belle-mère, y compris la planche à découper aux papillons qu’elle détestait. Dans un autre sac se trouvaient des pantoufles, une robe de chambre et d’autres effets personnels que madame Dupont avait discrètement apportés dans l’appartement de son fils et de sa belle-fille sous prétexte qu’elle avait parfois envie de porter les vêtements d’intérieur et de se détendre.

Vincent ne comprenait même pas ce qui s’était passé entre sa mère et sa femme. Julie disait à chaque fois : «Ta mère nous aide, maintenant je vais aller voir si elle a besoin de quelque chose». Mais il a aussi poussé un grand soupir lorsque madame Dupont a commencé à n’apparaître dans leur appartement qu’à l’occasion de grandes fêtes. Et il était sincèrement surpris par toutes les plaintes de sa mère au sujet de sa mauvaise belle-fille.

Madame Dupont s’accroche à sa seconde belle-fille, «une bonne fille, le fils cadet a eu de la chance». Elle vient souvent dans leur maison, et toutes les assiettes et les serviettes colorées s’y installent peu à peu.
Julie se demande alors si elle ne devrait pas avoir pitié de la jeune fille et partager sa façon de résoudre le problème. Car ça a marché !

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes