Qu’est-ce que la tour d’énergie libre de Tesla ?

Inventions
Il y a 9 mois

Tu te promènes autour de l’étang et tu prends des photos des canards qui nagent. Soudain, tu remarques que la batterie de ton téléphone est faible. Tu appuies sur un bouton sur le côté de l’appareil, et il commence à utiliser l’air pour se recharger. Tu t’installes au volant de ta voiture électrique et tu fais quelques kilomètres. Il n’y a pas de stations-service ni de bornes de recharge dans les environs.

En fait, tu n’as pas besoin de charger ton véhicule car il est déjà plein d’énergie. Il la puise directement dans l’air. Partout dans le monde, tu disposes d’un réseau mobile et d’une connexion à Internet gratuits. Tu as oublié depuis longtemps les câbles, les prises et les connecteurs USB. Tous les appareils sont alimentés par de l’électricité prise directement dans l’air, et ton corps ne subit aucun dommage. Il y a de grandes tours autour des villes, produisant des courants électriques invisibles. L’énergie est partout en quantité infinie.

Le brillant inventeur Nikola Tesla a entrevu cette image en rêvant d’un monde moderne idéal. Et au tout début du 20e siècle, il a essayé de le construire. Il voulait créer un système unique capable d’envoyer de l’électricité dans le monde entier sans fil. Pour ce faire, en 1901, il a commencé à construire l’un de ses projets les plus ambitieux : la tour Wardenclyffe. Sa hauteur était de 57 mètres, soit un peu plus de la moitié de celle de la Statue de la Liberté. La tour ressemblait un peu à la Tour Eiffel — elle était aussi en acier et de plus en plus étroite. Il y avait une large plateforme circulaire à son sommet, entourée de câbles d’acier. De plus, la tour s’enfonçait profondément dans le sol, avec un système de tunnels en fer ressemblant aux racines d’un arbre géant. Cependant, personne ne sait avec certitude si Tesla a vraiment construit ces labyrinthes sous la tour ou non. Quoi qu’il en soit, cette structure gigantesque devait transférer de l’énergie sur plusieurs kilomètres.

Au départ, Tesla a mené des expériences sur la transmission de l’électricité à travers le sol. Il pensait peut-être qu’en construisant un appareil spécial, on pourrait transférer cette électricité dans l’air. Le scientifique avait besoin de fonds pour tester ses idées. Il a trouvé un investisseur — la banque d’investissement JP Morgan — et lui a demandé 150 000 dollars. Aujourd’hui, cela semble être un montant dérisoire pour un tel projet ; mais en 1901, c’était beaucoup d’argent, l’équivalent d’environ 5,2 millions de dollars aujourd’hui. Au même moment, l’inventeur italien Guglielmo Marconi a fait la démonstration de son système de télégraphie sans fil — il a réussi à envoyer des messages d’un bateau à la terre. Mais Tesla a dit à ses investisseurs que son invention serait capable de fournir une communication téléphonique entre deux points dans n’importe quelle partie du monde. Bien sûr, cela les a impressionnés, et Tesla a entamé la construction de son projet.

Il a commencé à y travailler en 1901 à Long Island. Ses plans prévoyaient de construire environ 30 tours et de les installer dans le monde entier. Malheureusement, Tesla ne savait pas que son invention ne fonctionnerait pas. Des scientifiques modernes ont lu les carnets du savant et examiné ses dessins, et ont conclu que la tour Wardenclyffe ne pouvait pas fournir assez d’énergie, même pour les appareils les plus simples. La tour devait produire beaucoup plus d’électricité pour qu’au moins quelques téléphones proches fonctionnent. De plus, la haute tension pouvait être dangereuse pour le corps humain et l’environnement. Tesla devait aussi construire plus de 30 tours. Tout cela nécessitait une quantité d’énergie énorme. Un tel système était peu pratique et financièrement non rentable. Pendant la construction de la tour, Tesla a eu besoin d’encore plus d’argent, mais JP Morgan a refusé de continuer à financer le projet.

Les habitants ont affirmé que des étincelles électriques se sont échappées de la tour à plusieurs reprises. Heureusement, elle n’a pas émis d’énergie nuisible dans l’atmosphère. Sans financement, Tesla a dû hypothéquer ses biens immobiliers pour poursuivre le projet. Mais la tour s’est avérée n’être qu’un énorme tas d’acier. En 1917, un nouveau propriétaire l’a achetée. Il l’a découpée en morceaux et l’a vendue à la casse.

Après l’échec du projet Wardenclyffe, Nikola Tesla a continué à mettre au point d’autres inventions. Il était fasciné par l’aviation depuis son enfance. Il voulait développer un avion de tourisme supersonique, en utilisant ses connaissances et ses compétences en ingénierie électrique et mécanique. Au début du 20e siècle, cela semblait absolument irréaliste. Tesla ne voulait pas que son invention soit alimentée en carburant. Il prévoyait de créer des stations électriques pour charger l’avion sans fil ! Leur avantage serait de fournir une alimentation électrique pratiquement illimitée. La principale caractéristique d’un tel avion était que les passagers seraient en mesure de survoler de grandes distances à une vitesse supersonique. En 2022, un vol direct de Londres à New York prend environ 7 heures. En 1919, Tesla voulait réduire ce temps à trois heures. Il a publié l’idée d’un avion supersonique dans un magazine local. Malheureusement, elle n’a pas dépassé le stade de simple idée.

L’une des inventions les plus bizarres mais aussi les plus impressionnantes de Tesla était la Machine à tremblement de terre. Le scientifique a accidentellement créé un mécanisme capable de produire des secousses et de déclencher de forts séismes. Au départ, Tesla a construit un oscillateur mécanique complexe fonctionnant à la vapeur. Il vibrait et bougeait de haut en bas comme un marteau pour générer de l’électricité. En 1893, il a breveté ce dispositif et l’a testé pendant plusieurs années, en augmentant systématiquement sa puissance.

Un jour, il l’a testé à New York, à l’intérieur d’un grand bâtiment. Il était en train de modifier les réglages et a entendu un bruit de fracas. L’appareil a provoqué un mini tremblement de terre ! Toutes les machines lourdes à l’intérieur du laboratoire sont tombées par terre et se sont cassées. À ce moment-là, Tesla a attrapé un marteau et a brisé l’appareil. Il avait peur que cette machine puisse détruire tous les bâtiments avec de fortes secousses. Juste après l’incident, une ambulance et la police sont arrivées sur les lieux. Tesla a demandé à ses assistants de ne pas parler de l’appareil. Il a dit à la police qu’un tremblement de terre naturel avait dû se produire.

De nombreuses entreprises technologiques continuent d’améliorer les appareils photo et vidéo pour que les gens puissent capturer le monde dans les moindres détails. À la fin du 19e siècle, Tesla pensait différemment. Il voulait créer quelque chose qui puisse photographier le monde intérieur. Il a imaginé une “caméra de pensée”, censée fonctionner de la façon suivante : tu imagines une image dans ta tête, puis tu la photographies mentalement ; ensuite, tu imprimes l’image sur une imprimante. Tesla a supposé que toute image mentale dans notre esprit était projetée sur notre rétine.

Et il pensait qu’elle pouvait être transférée à partir de là. L’inventeur voulait créer une rétine artificielle, comme une lentille, pour y projeter les images créées par l’esprit humain et les transférer ensuite sur l’écran. Imagine si Tesla avait vraiment créé une telle technologie. Comment se serait-elle développée ? Aurions-nous aujourd’hui la capacité de lire les pensées et d’enregistrer nos rêves ?

Et maintenant, si on parlait de l’invention la plus célèbre de Nikola Tesla : la bobine Tesla. Tu as probablement déjà vu cette boule brillante qui envoie des charges électriques dans toutes les directions. Elle a l’air plutôt impressionnante. Mais en réalité, cet appareil est plutôt inutile, même s’il a changé l’idée que les gens se font de l’électricité. Une bobine Tesla se compose de deux parties : une bobine primaire et une bobine secondaire.

Chaque partie stocke l’énergie électrique comme une batterie. La bobine primaire est connectée à une source d’énergie, qui alimente tout le système. La charge est si forte qu’elle surmonte la résistance de l’air dans l’espace entre les deux bobines. Cela crée un champ magnétique. Celui-ci s’effondre et génère un courant électrique dans la deuxième bobine. Une étincelle jaillit entre les bobines, et se déplace d’une bobine à l’autre à une fréquence de plusieurs centaines de fois par seconde. L’énergie charge la deuxième bobine, qui produit de l’électricité sous la forme d’un bel éclair, semblable à un coup de foudre.

Lorsque Tesla a montré cette machine aux gens pour la première fois, tout le monde a été choqué. Pour eux, c’était de la pure magie. Même aujourd’hui, la bobine Tesla a l’air encore assez impressionnante. Cette invention a non seulement permis de faire un bond technologique, mais elle a aussi influencé la culture. De nombreux réalisateurs ont utilisé l’image d’une bobine Tesla dans des films de science-fiction. Et on a commencé à utiliser cette technologie dans les télévisions, les radios et autres appareils électriques. L’inventeur a montré que l’électricité pouvait être aussi matérielle que l’eau, le feu et la terre.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes