Une étude révolutionnaire dévoile le régime alimentaire des hommes des cavernes

C’est curieux
Il y a 1 mois

Une nouvelle étude vient de révéler des informations surprenantes sur le régime alimentaire des hommes des cavernes. Contrairement à l’image populaire des chasseurs de mammouths, d’ours et de lions, il semble que les hommes des cavernes se nourrissaient principalement de petits gibiers et de végétaux. En effet, l’École de santé publique de Harvard pourrait avoir commis une erreur en élaborant le régime paléo, basé sur l’idée que nos ancêtres consommaient principalement des viandes et des poissons.

Un régime majoritairement végétalien

L’Université Harvard a expliqué : “Le régime paléo, également appelé régime de l’homme des cavernes ou régime de l’âge de pierre, comprend des viandes maigres, du poisson, des fruits, des légumes, des noix et des graines. Les partisans du régime mettent l’accent sur le choix de fruits et légumes à faible indice glycémique. Comme une grande partie de l’alimentation se concentre sur l’apport en protéines, elle vous encourage à manger des aliments qui auraient été disponibles à l’époque paléolithique, car notre génétique et notre anatomie ont très peu changé”.

Cependant, une étude publiée dans le journal Nature Ecology & Evolution remet en question cette conception. En analysant les signatures chimiques des Ibéromaurusiens, un groupe paléolithique, l’étude a révélé que l’idée selon laquelle la viande constituait leur principale source de protéines n’était pas correcte. Les nouvelles recherches indiquent que les hommes de l’âge de pierre avaient un régime majoritairement végétalien. Oui, tu as bien lu, végétalien ! Cette découverte bouleverse les conceptions du régime paléo, qui a longtemps été pensé comme riche en protéines animales et équilibré en fruits et légumes.

“Une quantité importante de matière végétale”

L’équipe de chercheurs a examiné les isotopes de l’azote et du zinc présents dans l’émail des dents et le collagène, afin de déterminer la consommation de viande associée aux Ibéromaurusiens. En se concentrant sur les isotopes du carbone pour distinguer entre une alimentation basée sur le poisson ou la viande, ils ont découvert que les plantes pourraient avoir constitué une part significative de leur régime alimentaire.
Zineb Moubtahij, auteur principal de l’étude, a déclaré : “Notre analyse a montré que ces groupes de chasseurs-cueilleurs incluaient une quantité importante de matière végétale, de plantes sauvages, dans leur alimentation, ce qui a changé notre compréhension du régime alimentaire des populations pré-agricoles.”

Conclusion de l’étude

Les chercheurs ont également découvert une abondance de cavités dentaires dans les restes, suggérant une consommation élevée de “plantes féculentes fermentescibles”. Klervia Jaouen, co-auteur de l’étude, a expliqué qu’une “proportion élevée de plantes dans l’alimentation d’une population pré-agricole” n’était pas courante. Toutefois, leurs conclusions sont spécifiques à ce groupe particulier.

Moubtahij a précisé : “Les principales conclusions de l’étude montrent clairement que le régime alimentaire de ces chasseurs-cueilleurs comprenait une proportion importante de plantes appartenant à des espèces méditerranéennes, précédant l’avènement de l’agriculture dans la région de plusieurs millénaires. Les restes archéobotaniques trouvés sur le site, tels que des glands, des pignons de pin et des légumineuses sauvages, confortent davantage cette notion”.

Les femmes pourraient être de meilleures chasseuses que les hommes, selon une étude.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes