Voici ce que l’On a Trouvé à l’intérieur du Navire Perdu du Triangle des Bermudes

Endroits
Il y a 8 mois

La Lune éclaire doucement les eaux noires de l’océan. Un épais brouillard les recouvre d’un silence inquiétant. Soudain, le grincement des planches de bois brise la quiétude du moment, et les vagues se mettent à onduler. À travers le brouillard, on aperçoit la silhouette d’un vieux grand navire. Sa coque est rouillée, et une étrange impression glaçante s’en dégage... Mais le plus troublant, c’est qu’il n’y a personne sur le pont.

Le navire navigue sans équipage. Non, ce n’est pas le mythique “Hollandais volant”, mais un véritable bateau fantôme.

Voici l’histoire : le 2 septembre 2019, le navire de la patrouille des glaces de la Royal Navy britannique, le HMS Protector, navigue dans les eaux calmes de l’océan Atlantique. Il est 23 heures. Une partie de l’équipage du navire est sur le pont, tandis que les autres dorment dans leurs cabines. Le capitaine dirige le navire et regarde droit vers l’horizon.

Le ciel est éclairé par un crépuscule orangé, et des nuages flottent au loin. Soudain, dans ce beau paysage, un des marins remarque la silhouette noire d’un bateau inconnu. Le capitaine ralentit et dirige le navire un peu plus près du mystérieux vaisseau. Il s’agit d’un vieux cargo de 75 m de long.

Les tentatives de contact avec les membres de l’équipage n’aboutissent à rien. Il semble que le bateau inconnu flotte tout seul dans l’océan. Il n’y a personne à bord. Du moins, personne de vivant. Le pont du navire craque à force de se frapper sur les vagues. Le soleil sombre sous l’horizon et il fait nuit. Le navire a soudain l’air terrifiant. Les marins britanniques n’osent pas monter sur cet étrange pont.

Ils prennent une photo, la publient sur Internet et s’en vont. Beaucoup de gens sur Internet vont alors imaginer que les marins ont rencontré un vrai bateau fantôme. Cinq mois plus tard, un évènement se passe dans le village de Ballycotton, dans le comté de Cork, en Irlande. Un habitant quitte sa maison tôt le matin pour aller faire son jogging quotidien.

Tout va parfaitement bien : musique dans les écouteurs, de l’air frais dans les poumons et un paysage panoramique à couper le souffle. Le joggeur court le long de la route sur la côte de la mer Celtique. Une forte tempête s’est produite la nuit passée mais maintenant, la mer semble calme. L’homme court sur le sommet d’une falaise basse et remarque un énorme navire.

Un vieux cargo rouillé de 75 mètres de long gît sur la plage, au beau milieu des rochers. Il n’y a personne à bord. On dirait que le navire est là depuis des lustres, mais le joggeur est certain qu’il n’était pas là la veille. On découvrira un peu plus tard, qu’il s’agit du même navire que les marins du HMS Protector ont vu 5 mois auparavant, à des milliers de kilomètres de cet endroit.

Le cargo, appelé l’Alta, a été construit en 1976. Personne ne sait qui l’a utilisé pendant tout ce temps et à quelles fins. Tout ce que l’on sait, c’est qu’en 2017, le navire a été acheté par un nouveau propriétaire et que celui-ci y a hissé le drapeau de la Tanzanie.

Il est important de préciser que presque tous les navires de marchandises sont équipés de SIA (système d’identification automatique), moyen nécessaire pour suivre les mouvements des navires dans l’océan. Or, depuis 2015, quelque chose d’étrange a commencé à se produire avec le SIA de l’Alta. Le navire a disparu des satellites, puis a refait surface. Au cours des dernières années, il a aussi changé de nom et de nationalité.

Il n’est pas surprenant que son SIA se soit éteint et allumé à de nombreuses reprises. On dit que certains de ceux qui désactivent le SIA sur leurs navires le font pour masquer des activités illégales. Le capitaine du navire, quel qu’il soit, ne voulait manifestement pas montrer les mouvements de l’Alta. Comme l’a montré le SIA, en 2017, le navire avait navigué près des villes portuaires grecques. L’Alta a fait 12 escales dans trois villes de différentes parties de la Grèce.

Puis, le signal du SIA a disparu, et 10 mois plus tard, l’Alta est réapparu près de la côte nord de l’Afrique, à 2 000 km de la Grèce. En septembre 2018, le navire naviguait à environ 2 200 km au sud-est des Bermudes. Et c’est à ce moment-là que les membres de l’équipage ont commencé à rencontrer des problèmes.

Il y avait 10 personnes à bord de l’Alta. Le 19 septembre, le moteur du navire est tombé en panne en plein milieu de l’océan Atlantique. Le rivage le plus proche était très éloigné. Le navire a commencé à dériver. Les jours passaient, et l’équipage n’arrivait pas à réparer le navire. Les réserves de nourriture s’épuisaient. L’équipage a commencé à paniquer et à essayer de contacter quelqu’un. La situation a empiré, car un fort ouragan s’approchait de l’endroit où le navire était tombé en panne.

Les membres de l’équipage ont contacté les garde-côtes américains. Le 2 octobre, un hélicoptère s’est dirigé vers le navire. Des vivres et de l’eau ont été déchargés sur l’Alta. Cela a permis à l’équipage de patienter plusieurs jours de plus. Environ une semaine plus tard, un bateau de sauvetage a parcouru environ 2400 km pour rejoindre l’Alta et sauver les marins échoués.

Les sauveteurs américains ont réussi leur mission juste avant le début de l’ouragan. Tout l’équipage du navire naufragé a été emmené à Porto Rico. L’Alta est resté à la dérive dans l’océan. Au bout d’un certain temps, un autre navire est arrivé pour le remorquer jusqu’à la côte de la Guyane. Puis, quelque chose a mal tourné — encore une fois. Le navire a été détourné. Qui l’a fait et pourquoi, cela reste un mystère jusqu’à ce jour. Mais pour une raison inconnue, les voleurs ont décidé par la suite d’abandonner le navire et l’ont laissé dériver dans l’océan.

Pendant près d’un an, il a été impossible de suivre la position du navire. Puis, en septembre 2019, le vaisseau a donc été retrouvé par la Royal Navy britannique. On ne sait pas comment l’Alta a pu parcourir la distance à travers l’Atlantique et s’échouer sur la côte irlandaise. Une enquête a été lancée en Irlande. Il leur faut à tout prix identifier le propriétaire du navire et trouver une personne responsable qui se chargera de le remorquer.

Mais absolument personne n’a été retrouvé. Un jour, un inconnu a appelé les autorités irlandaises et s’est présenté comme le propriétaire du navire, mais il n’a fourni aucune preuve. Plusieurs barils de pétrole ont été trouvés à bord de l’Alta. Pour démanteler le navire, les autorités irlandaises devront dépenser environ 10 millions d’euros. Les habitants de la région sont eux aussi agacés par l’épave : la corrosion du métal est nocive pour l’environnement.

Des enfants se sont déjà glissés à bord et ont publié des vidéos sur Internet depuis l’intérieur du navire abandonné. Le sort de l’Alta n’est toujours pas décidé. Il est encore là. Ce vaisseau a navigué dans l’océan pendant seulement deux ans. Maintenant, essayons d’imaginer qu’un autre ait pu dériver pendant 38 ans ! Pendant toutes ces années, personne n’a pu rattraper ce navire, et les gens le cherchent encore. Ce navire s’appelle le SS Baychimo.

C’était un navire marchand qui appartenait à une société commerciale canadienne. En 1931, il s’est retrouvé coincé dans les eaux glacées au large de l’Alaska. Une forte tempête de neige a commencé. L’équipe a attendu une semaine pour que cela se termine, mais la tempête ne faisait que s’intensifier. Un jour, le climat s’est un peu amélioré, et une partie de l’équipage a été évacuée vers la ville la plus proche. Une autre partie de l’équipage, accompagnée du capitaine, a installé son camp près du navire.

La tempête a repris et ne s’est plus arrêtée pendant longtemps. Le blizzard était si fort que le capitaine du navire ne pouvait voir au-delà de son bras. Finalement, quand la tempête s’est terminée, le capitaine a constaté que le navire... avait tout simplement disparu. Il décida que le Baychimo avait dû couler. Mais une semaine plus tard, le navire a été retrouvé à la dérive près de l’endroit où il avait été perdu.

La coque du navire était si endommagée qu’il était dangereux pour lui de naviguer. Le capitaine a décidé de l’abandonner. Cependant, il n’a pas coulé. Pendant les 38 années suivantes, il a dérivé en différents points de la côte de l’Alaska. À plusieurs reprises, des personnes sont montées à bord, dont des habitants de l’Alaska et un groupe de chercheurs. Mais toutes les tentatives pour sauver le navire de la mer se sont soldées par un échec.

Les opérations de sauvetage ont été ralenties par la glace flottante et le mauvais temps. La dernière fois que le navire a été vu, c’était en 1969. Il était gelé et bloqué par les glaces. En 2006, le gouvernement a créé un projet spécial pour retrouver le Baychimo. Cependant, depuis toutes ces années, le navire n’a toujours pas été retrouvé. On ne sait plus rien de lui. Il est probable qu’il ait enfin trouvé la paix et qu’il repose maintenant sur les fonds marins de la mer des Tchouktches.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes