Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

11 Secrets de tournage dans le cinéma que tous les réalisateurs connaissent et que beaucoup de spectateurs ignorent

Les réalisateurs de films et les studios de cinéma font de leur mieux pour sortir un nouveau chef-d’œuvre cinématographique. Pour créer les ambiances désirées, les équipes de tournages font parfois appel à de véritables tours de passe-passe : ils recourent à la fois à des astuces secrètes et aux techniques cinématographiques les plus modernes.

Chez Sympa, nous voudrions partager avec toi 11 faits époustouflants sur la production de films qui passent généralement inaperçus même aux yeux des spectateurs les plus expérimentés.

1. Au cinéma, les méchants n’ont pas le droit d’avoir des produits de la marque Apple

Rian Johnson, le réalisateur américain, qui vient de produire le film à succès À couteaux tirés, a révélé dans une interview un petit détail intéressant qu’on pouvait découvrir dans son nouveau film, ainsi que dans l’industrie cinématographique en général et qui pourrait aider les spectateurs à identifier facilement les mauvais personnages dans n’importe quel autre film. Johnson explique qu’Apple n’autorise pas les “méchants” à posséder ses appareils. La compagnie impose une condition stricte pour que ses produits apparaissent à l’écran : seuls “les gentils” peuvent utiliser les gadgets de sa marque.

Apple s’évertue depuis de nombreuses années à placer ses produits dans les productions cinématographiques et télévisées, et c’est aujourd’hui la marque la plus présente dans les films et les séries. En 2012 déjà, les dirigeants de l’entreprise ont demandé aux studios hollywoodiens de donner les gadgets Apple seulement aux bons personnages.

2. Avant, les films en 3D causaient des vertiges chez les spectateurs plus souvent qu’aujourd’hui

Aujourd’hui, les créateurs de films en 3D évitent délibérément de donner l’impression que les grands objets sortent de l’écran. Notre cerveau, qui reçoit une image du film en 3D, ne fait que reconstruire la profondeur des objets qui sont en fait une illusion produite par la technique de la stéréoscopie. Il perçoit donc les images comme de vrais objets qui bougent et nous pousse donc à fixer le regard sur eux. Pendant la séance en 3D, les muscles oculomoteurs se contractent trop, ce qui cause une fatigue visuelle. Comme résultat, nous ressentons les vertiges, les maux de tête et la nausée.

C’est pourquoi les techniciens des effets spéciaux font passer ces derniers temps les objets tridimensionnels très vite pour que le cerveau n’ait pas le temps de se focaliser. Parfois, ils se limitent à intégrer dans le film de petites particules en 3D, comme de la poussière, de la cendre ou de la neige, qui ne peuvent pas causer de réactions cérébrales trop actives.

3. Les enfants ne savent généralement pas qu’ils jouent dans un film d’horreur

Tout est fait pour que l’enfant ne capte même pas l’enjeu horrifique de la scène. Le petit Danny Lloyd qui avait joué dans The Shining n’a découvert à quoi il avait participé qu’à l’âge de 16 ans, en voyant la version complète du film. Stanley Kubrick, le réalisateur du film, avait dit au garçon qu’il s’agissait d’une histoire sur la famille vivant à l’hôtel.

4. Ce sont les boîtes spécialisées qui fabriquent des bandes-annonces, et non les studios

Les réalisateurs préfèrent faire appel à des entreprises spécialisées qui ont pour métier de faire du montage de bandes-annonces. On aurait pu penser qu’il serait plus facile et moins cher que le réalisateur du long-métrage fabrique lui-même son petit film promotionnel. Mais c’est une mauvaise idée, car cela ne marche pas comme ça.

Le trailer que nous voyons n’est pas le film qu’on a fait. C’est du marketing. Les réalisateurs ne sont généralement pas doués pour faire parler du film et attirer un maximum de spectateurs en salles. C’est pourquoi ils recourent aux services de boîtes spécialisées.

5. Les bruits d’os cassés sont produits avec des carottes et du céleri

Les ingénieurs du son préfèrent les carottes et le céleri pour reproduire le bruit des os qui se brisent. La prochaine fois que tu regardes une scène cruelle de violence, pense aux pauvres légumes.

6. Les scènes où les acteurs se reflètent dans un miroir sont une vraie galère à filmer

Les scènes où les acteurs sont face à un miroir sont très compliquées. La caméra et les projecteurs doivent être dans un angle particulier pour ne pas se refléter dans le miroir derrière les acteurs. Il existe des astuces pour filmer de telles scènes. Par exemple, dans le film Terminator 2, Le jugement dernier, le réalisateur James Cameron a décidé de faire appel à la doublure et au mannequin.

Dans la séquence où l’héroïne de Linda Hamilton sort une puce de la tête du Terminator, il n’y a pas de miroir. Schwarzenegger lui-même et la doublure de Linda se trouvent devant la caméra en même temps que l’actrice alors qu’elle opère dans le mannequin qui joue le rôle du Terminator. Peu de spectateurs pourraient deviner ce qui se passe vraiment. Génial !

7. Certains réalisateurs commettent une erreur volontaire dans leur film

On peut trouver au moins une erreur dans beaucoup de blockbusters connus. Parfois, c’est tellement gros qu’on se demande comment ça a pu passer. Par exemple, un faux raccord dans le film culte The Dark Knight Rises. Dans la scène d’action qui se déroule près de la Bourse d’échange, l’homme chauve-souris entre dans le tunnel en plein jour et en sort peu de temps après dans la nuit.

Le fait est que certaines gaffes et erreurs ne se glissent pas dans les films par hasard, au contraire, elles y sont insérées par le réalisateur dans un but précis. Lorsque Batman apparaît dans l’obscurité, ça a l’air beaucoup plus épique et impressionnant que s’il sortait quand il faisait encore jour. Le créateur de ce film remarquable Christopher Nolan a considéré ça comme une raison suffisante pour se permettre un tel faux raccord visible. Les producteurs de films savent à leur tour que peu de spectateurs peuvent remarquer des erreurs, si l’intrigue du film est bien fascinante.

8. Il existe une entreprise spécialisée qui fabrique la neige artificielle et la fournit à Hollywood

La neige présente dans de nombreux films hollywoodiens est le plus souvent artificielle. Dans la plupart des cas, c’est la compagnie “Snow Business” qui fournit la neige factice aux tournages des films hollywoodiens. Cette entreprise, fondée en 1983, propose à ses clients environ 200 différents types de neige.

La neige tombée du ciel fond vite sous les projecteurs et s’avère très difficile à filmer. Mais il y a des films qui ont été tournés dans des endroits enneigés. Par exemple, le long-métrage dramatique The Revenant qui a été presque totalement filmé à une station de ski au Canada où il y avait beaucoup de neige naturelle.

9. Un figurant ne doit jamais regarder vers la caméra. Sinon, il risque d’être licencié

Il est strictement interdit aux figurants de regarder la caméra durant les prises, cela peut causer la reprise de la scène et leur expulsion du plateau de tournage. Même les plus chanceux, qui jouent à côté de la star, ont très peu de temps à l’écran. En plus, ils doivent suivre les directives de l’assistant-réalisateur. D’habitude, on leur recommande de ne pas porter de vêtements blancs ou avec un gros logo pour ne pas détourner l’attention des personnages principaux.

10. Les plats dans les scènes de repas sont généralement factices

Dans les films, les aliments sont le plus souvent artificiels. C’était aussi le cas pour des plats dans la série de films sur Harry Potter. Les repas servis dans la Grande Salle de Poudlard n’étaient réels que dans le premier opus de la saga, et les créateurs de cet épisode ont dû faire face à un grand problème, parce que tous les aliments se gâtaient très vite et qu’il fallait les changer constamment. Dans les volets qui ont suivi, on a bien décidé d’utiliser dans les scènes de repas une fausse nourriture ultra-réaliste avec effet trompe-l’œil faite de polystyrène et de résine.

11. Pendant le tournage de films aux effets spéciaux, on utilise des fonds verts pour une raison

On filme certaines scènes avec un fond vert vif pour y ajouter après des effets spéciaux. La couleur verte est utilisée, car c’est la teinte la plus éloignée du rouge, de l’orange, du jaune et donc de la teinte de la peau humaine. On crée ainsi un contraste marqué entre le fond et toutes les autres choses à l’écran (les vêtements et les accessoires de l’acteur, ses yeux et ses cheveux). Ça devient alors plus facile d’intégrer un arrière-plan différent par montage vidéo.

As-tu découvert des trucs de tournage dont tu ne soupçonnais même pas l’existence ? Est-ce que tu vas désormais regarder tes films préférés d’un nouvel œil ? N’hésite pas à partager tes réponses dans les commentaires.