Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

16 Tableaux restaurés par de véritables professionnels

Les restaurateurs d’œuvres d’art peuvent être comparés à des neurochirurgiens qui n’ont pas droit à l’erreur. L’utilisation du mauvais dissolvant pour nettoyer une vieille couche de laque foncée peut en un clin d’œil détruire une peinture qui avait survécu durant plusieurs siècles. La restauration ne tolère donc pas la précipitation et ne pardonne surtout pas la négligence. C’est pourquoi le travail sur un morceau de tableau de 1 cm peut prendre jusqu’à six mois. En outre, la tâche du restaurateur n’est pas de faire en sorte que l’œuvre ressemble à un tout nouveau tableau, mais plutôt de raviver les couleurs, de réparer les dégâts causés par le temps et surtout de conserver son charme historique.

Chez Sympa, nous avons regardé avec émerveillement des vidéos où les restaurateurs redonnent vie à d’anciens chefs d’œuvres. Nous avons aujourd’hui décidé de partager avec toi les résultats de leur dur labeur.

La femme en rouge (1618) se trouvait sous une grosse couche de vernis, jusqu’à ce que Philip Mould la retire
et montre au monde à quoi ressemblait initialement
la peinture il y a 400 ans."

Le restaurateur a utilisé une solution spéciale qui délave
le vernis sans endommager la peinture.

Grâce au restaurateur, ce portrait sombre et lugubre
de sœurs jumelles du XIXe siècle a retrouvé son éclat
et semble avoir rajeuni.

Le Christ de Jan van Hemessen (XVIe siècle) était considéré comme trop provocateur. Il a été recouvert d’une peinture sombre et des vêtements lui ont été ajoutés.
Aujourd’hui, nous pouvons de nouveau contempler l’original.

Le portrait d’Isabelle de Médicis (XVIe siècle) a presque été détruit, parce qu’un restaurateur du XIXe siècle l’avait modifié à tel point qu’il a rendu la princesse méconnaissable
et ressemblant plutôt à une contrefaçon.

À gauche, c’est le portrait après la restauration du XIXe siècle. À droite, c’est l’original restauré.

Une peinture de Valerian Babadin (XIXe-XXe siècles) est arrivé en restauration dans un état lamentable. La toile et les clés du châssis endommagés ont été tous deux restaurés.

Le portrait de la princesse Henrietta Anna Stewart (1665) a été nettoyé de son vieux vernis, de la saleté, et tous les dégâts ont été restaurés et retouchés.

Cette charmante jeune fille avec un pinson de la fin du XVIIIe siècle a été sauvée de sa couche de vernis foncé,
ce qui a donné à la peinture plus de légèreté
et lui a rendu ses teintes claires.

Le portrait perdu de Charles Dickens peint en 1843 par Margaret Gillis a été accidentellement découvert en Afrique du Sud dans une vieille boîte et a été sauvé de la couche de moisissure qui le recouvrait.

Il s’agit d’un portrait de l’artiste italienne Emma Gaggotti (XIXe siècle). Le tableau a été nettoyé de sa vieille couche de vernis et restauré après les horribles travaux de conservation qui avaient été effectués auparavant.

Une fois le tableau restauré, il est littéralement possible de ressentir la lumière du petit matin se déverser
sur les murs du château.

Le temps a bien amoché ce portrait à l’huile,
mais le restaurateur a réussi à lui rendre sa gloire initiale.

Voici à quoi ressemble le mystérieux portrait du prince Henry vieux de 400 ans, après avoir été nettoyé
de la vieille couche de vernis qui le recouvrait.

La sainte martyre Catherine d’Alexandrie, XIXe siècle.

Voici le travail du restaurateur espagnol Jose Nieva,
qui a donné une seconde vie à une magnifique peinture
de style baroque.

Après avoir été débarrassé de son ancienne couche de vernis,
le tableau a retrouvé ses couleurs vives et sa luminosité.

Ce processus ressemble réellement à de la magie.

Alors, que penses-tu des travaux de restauration effectués sur ces tableaux ?
Et toi, as-tu déjà travaillé sur de vieilles peintures
ou peins-tu tes propres tableaux ?
N’hésite pas à partager ton expérience et tes œuvres avec nous
dans les commentaires !

Photo de couverture philipmould / Twitter