Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

On a récemment percé 8 mystères autour d’œuvres d’art mondialement reconnues

La plupart des œuvres d’art célèbres renferment un mystère, un double fond ou une histoire unique, qui attendent d’être révélés. Mêmes les tableaux inestimables, que nous pensons connaître sur le bout des doigts, possèdent leurs propres secrets et le sens caché de certaines peintures ne pouvait être découvert qu’à l’aide des nouvelles technologies.

Chez Sympa, nous t’invitons dans le merveilleux et mystérieux monde des peintres, afin de découvrir quelles énigmes renferment certaines des œuvres les plus célèbres de l’histoire.

En réalité, dans le tableau de Francisco de Goya,
La Maja vêtue, la jeune femme est nue.

Francisco de Goya : La Maja vêtue et La Maja nue, 1795-1800.

Il existe deux versions de ce tableau, mais la première est La Maja nue. Cette peinture est célèbre parce qu’elle est considérée comme l’une des premières œuvres de l’art occidental qui représente une femme sans aucun vêtement, mais ne reflétant aucun symbole mythologique. Toutefois, en 1808, elle a été découverte par l’Inquisition espagnole et Francisco de Goya a été qualifié d’artiste immoral.

Le deuxième tableau est La Maja vêtue, peint plus tard par Goya. Les deux œuvres appartenaient au premier ministre espagnol, Manuel Godoy, connu pour être un don Juan. Quel est le secret à découvrir ? La Maja nue a été cachée sous La Maja vêtue, de telle manière à ce que la première peinture puisse être visible avec un mécanisme spécifique.

Edgar Degas a décidé de remplacer le portrait
d’une femme par un autre.

Edgar Degas : Portrait de femme, 1896.

Récemment, on a découvert un portrait caché du peintre français Edgar Degas. Des chercheurs australiens ont utilisé de puissants rayons X et ont trouvé le visage d’une jeune femme occulté sous celui de Portrait de femme. Ils supposent qu’il s’agit d’Emma Dobigny, déjà présente dans d’autres œuvres de l’artiste.

Les ours présents dans le tableau Un matin dans une forêt de pins n’ont pas été peints par Chichkine.

Ivan Chichkine, Constantine Savitski : Un matin dans une forêt de pins, 1889.

Il semblerait que la célèbre œuvre Un matin dans une forêt de pins n’appartienne pas seulement à Chichkine. Durant toute sa vie, il a dessiné des paysages parce qu’il avait peur que les animaux ne soient pas suffisamment bien réalisés. Par conséquent, le peintre a sollicité un artiste animalier prénommé Constantine Savitski pour lui venir en aide.

C’est donc Savitski qui a peint les animaux. Toutefois, au moment de l’achat, le collectionneur Pavel Tretiakov a demandé d’effacer son nom de la toile. D’après lui, tout le contenu du cadre, “du sens jusqu’à l’exécution, tout fait référence aux techniques d’art et aux moyens créatifs propres à Chichkine.”

Ces trois tableaux de Léonard de Vinci
devaient être un triptyque.

Léonard de Vinci : La Joconde, 1503. La Vierge aux rochers, 1483.
La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne, 1513.

Certains critiques d’art affirment que La Joconde, La Vierge aux rochers et La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne font partie d’un même tableau, qui a été élaboré de manière différente et développé sous différents aspects. Il existe également une hypothèse selon laquelle ces trois œuvres d’art représenteraient un paysage lunaire, plutôt que terrestre, étant donné que le peintre était passionné de géologie.

Pendant longtemps, le personnage représenté dans Le Joueur de luth a été considéré comme une femme.

Caravaggio : Le Joueur de luth, 1595 — 1596.

Il existe trois versions du tableau Le Joueur de luth : l’une d’elle se trouve au Musée de l’Ermitage (à Saint-Pétersbourg), une autre au Metropolitan Museum of Art (à New York) et la troisième, considérée comme une copie de l’œuvre du Musée de l’Ermitage, se trouve dans la maison de campagne Badminton House.

Certains spécialistes pensent que cette peinture est liée au tableau intitulé Les Musiciens de Caravage. Pendant longtemps, le personnage de l’œuvre a été considéré comme une femme à cause de ses traits fins, mais récemment, des chercheurs ont découvert qu’il s’agissait d’un jeune homme. Mario Minniti posait fréquemment pour le peintre, donc c’est certainement lui sur l’œuvre. De plus, au XVIe siècle, le métier de luthiste était exclusivement réservé aux hommes.

Vincent van Gogh a représenté l’un des aspects les plus complexes de l’aérodynamique dans l’une de ses œuvres.

Vincent van Gogh : La nuit étoilée, 1889.

Le tableau La nuit étoilée n’est pas simplement reconnu comme étant l’un des meilleurs travaux du peintre, mais également comme l’une des œuvres d’art les plus importantes d’Occident. Récemment, il a été confirmé que Vincent van Gogh n’a pas seulement capturé un merveilleux ciel impressionniste dans sa peinture.

Des scientifiques ont découvert dans ses cadres une turbulence étonnamment proche d’une équation mathématique. D’une certaine façon, l’artiste est parvenu à capter et à représenter l’un des concepts les plus compliqués que la nature ait présenté à l’humanité (le concept de turbulence).

La turbulence ou écoulement turbulent est un phénomène de la dynamique des gaz, durant lequel, dans un écoulement composé d’une cascade énergétique, se forment de grands tourbillons qui donnent lieu à des tourbillons de plus en plus petits. Il est relativement compliqué à décrire de façon mathématique, mais il est possible de le visualiser, comme dans cette œuvre.

En réalité, cette étrange et terrifiante peinture d’Alma-Tadema est l’illustration d’une légende.

Lawrence Alma-Tadema : L’inondation du Biesbosch, 1421.

Ce tableau, qui semble incompréhensible au premier coup d’œil, raconte une légende hollandaise. À la fin du mois de novembre 1421, une importante inondation a eu lieu aux Pays-Bas. Selon différentes sources, le nombre total de victimes de cette catastrophe était situé entre 2 000 et 10 000. Une légende est associée à cet évènement dramatique.

Après l’inondation, les personnes sont sorties pour voir les dégâts et retrouver les habitants qui avaient survécu. Dans l’eau, ils ont aperçu un berceau qui flottait. Lorsqu’il s’est approché du bord, ils ont vu un chat qui sautait d’un côté à l’autre. En agissant de la sorte, le félin voulait simplement maintenir l’équilibre du berceau pour qu’il ne coule pas. L’animal était tellement habile que le drap du bébé, qui dormait paisiblement, n’a même pas été mouillé.

Dans le tableau de Répine, le cosaque nu n’est pas là
par hasard.

Ilia Répine : Les Cosaques zaporogues écrivant une lettre au sultan de Turquie, 1891.

Ilia Répine est célèbre pour sa technique. Lorsqu’il réalisait une toile, tout était pensé dans les moindres détails. L’œuvre Les Cosaques zaporogues écrivant une lettre au sultan de Turquie a représenté treize années de travail et même en l’observant pendant plusieurs heures, personne ne parvient à découvrir tous ses secrets. Par exemple, pourquoi le cosaque assis à côté du greffier est nu jusqu’à la taille ?

Il jouerait le rôle de croupier, il serait chargé de distribuer les cartes et de conserver l’argent des mises de tous les participants. En regardant de plus près, il est possible de voir un jeu de cartes juste à côté de son bras. À l’époque des Sichs de Zaporijia, ces personnes avaient pour habitude d’enlever leurs vêtements du haut du corps pour prouver leur honnêteté.

Et toi, as-tu déjà découvert des secrets dans d’autres peintures ?
N’hésite pas à partager tes informations sur le monde de l’art dans les commentaires !