Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Pourquoi de plus en plus de gens préfèrent les friperies aux magasins de marque (et le salaire n’a rien à voir là-dedans)

Drew Barrymore, Zooey Deschanel, Anne Hathaway... Voici une liste non exhaustive des stars qui font leur shopping dans les friperies et qui n’ont pas honte de le clamer haut et fort. Et ce n’est pas parce qu’elles n’ont pas les moyens ou parce qu’elles négligent leur apparence (nous savons tous que ce n’est pas le cas). Elles ont de bonnes raisons de porter des vêtements de seconde main.

De plus en plus de jeunes gens snobent les enseignes populaires des centres commerciaux et privilégient les achats d’occasion. Sympa a aujourd’hui décidé d’enquêter pour toi sur les motivations qui les poussent à changer leur mode de consommation.

Argument n°1 : les tenues d’occasion ne nécessitent pas l’utilisation de ressources nouvelles

Irrigation d’un champ de coton

Statistiquement parlant, environ 2 700 litres d’eau (ce qui équivaut à ce que boit une personne en 900 jours) sont nécessaires pour faire pousser la quantité de coton indispensable à la production d’un seul tee-shirt.
Maintenant, imagine combien de ressources naturelles il faut gaspiller pour approvisionner en tee-shirts, jeans et autres vêtements tous les magasins du monde.
Pour information : rien qu’en Chine, environ 300 millions de jeans sont produits chaque année.

Argument n°2 : les produits de seconde main n’ont
pas besoin d’emballage

Cela concerne davantage les jouets et les produits du quotidien que les vêtements.
Tu as surement dû remarquer que lorsque tu déballes un produit neuf, la quantité totale d’emballages dépasse largement le volume de l’objet lui-même. Et le plus souvent, il s’agit de plastique, que beaucoup jettent simplement à la poubelle, sans penser au tri ni à l’impact environnemental de ces produits.

Le grand avantage des objets d’occasion, c’est qu’ils ne sont pas emballés. Le pire qui puisse t’arriver, c’est que l’on place ton achat dans un sac en plastique (que tu peux toujours refuser à la caisse).

Argument n°3 : les fripes évitent de polluer la planète

Les vêtements qui se trouvent dans les friperies vont avoir une nouvelle vie et n’ont pas vocation à devenir un nouveau rouage dans le mécanisme mondial de la surproduction et des déchets.

Dis-toi que :

  • Chaque année sur Terre, on produit en moyenne 400 milliards de m² de tissus,
  • 60 milliards sont jetés immédiatement car ce sont de petits morceaux inutilisables,
  • Le reste est consacré à la fabrication de produits textiles dont 80 milliards sont utilisés pour l’habillement,
  • Un tiers des vêtements produits se retrouve déjà à la benne moins d’un an plus tard,
  • 3 articles jetés sur 4 ne sont pas réutilisés (au mieux, ils sont brûlés). Seul le 4e est recyclé.

D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle il ne faut jamais jeter les vêtements que tu ne portes plus mais plutôt les rapporter dans des dépôts-ventes. Bien sûr, il est question d’habits en bon état. Pour les autres, on peut les déposer dans des containers spéciaux dédiés au recyclage textile.

Argument n°4 : l’achat de vêtements d’occasion permet de réduire les dépenses

Souvent, faire du shopping dans une friperie ou un magasin de seconde main peut être assimilé à une partie de chasse. Parmi tous les vêtements balancés en vrac qui peuvent paraître inexploitables à première vue à un acheteur exigeant, les plus chanceux arriveront à dénicher des produits de marques. Et leur prix peut agréablement surprendre : il est souvent bien plus bas que celui fixé par le fabricant, les rabais peuvent aller jusqu’à 50-90%.

Annie Reneau, mère de trois enfants, a un jour partagé un instant de vie sur son blog : “Ma robe d’été préférée est ravissante. Elle est juste assez fleurie sans que cela ne fasse trop, elle a la longueur parfaite et elle volète légèrement si je tourne sur moi-même. Elle est top. À chaque fois que je la porte, je reçois beaucoup de compliments et inévitablement, au moins une personne me demande où j’ai acheté cette robe. “Dans une friperie”, je réponds avec un sourire. “Et pour 4 dollars (3,50€) seulement.”

À en croire Annie, elle a également acheté un pantalon Columbia à 10 dollars (9€) pour son mari ainsi qu’un portefeuille Aldo à 1,49 dollar (1,20€). Ce n’est pas trop mal, non ?

Argument n°5 : ce n’est pas aussi dangereux que ça en a l’air

L’argument principal des personnes qui n’aiment pas les friperies est le suivant : “Je ne peux pas porter un vêtement qui a été porté par quelqu’un d’autre avant moi.” Cependant tu ne peux jamais savoir combien de personnes ont essayé un habit que tu as acheté dans un magasin de marque, ni à quoi ressemblaient ces personnes et encore moins si elles avaient bien respecté les règles d’hygiène lors de l’essayage.

Beaucoup de magasins de seconde main désinfectent les articles avant de les proposer en boutique. Mais si ta friperie ne le fait pas, tu peux toujours assainir tes achats toi-même.

Argument n°6 : c’est à la mode et c’est
une tendance intelligente

Auparavant, les magazines de mode adoraient décrire les tenues hors de prix que portaient les célébrités. Les chiffres qui apparaissaient dans les articles étaient tellement astronomiques qu’une lectrice lambda devait se dire qu’il serait certainement moins cher de se fabriquer directement une robe en billets de banque.

Mais aujourd’hui, de plus en plus souvent, les journalistes mettent en valeur sur les stars qui ont choisi de porter des tenues stylées à un prix abordable.

Cela est dû à un changement de priorités dans le monde de la mode. Auparavant, il était important de prouver que l’on gagnait suffisamment d’argent pour se permettre d’acheter des vêtements de luxe à un prix exorbitant. De nos jours, on veut prouver que l’on est responsable car il est possible d’avoir un look splendide grâce aux tenues d’occasion acquises à prix cassé.

Comme Zooey Deschanel l’a un jour annoncé à la presse : “Être stylée ne veut pas dire porter des vêtements hors de prix.”

Les stars qui adorent les friperies

Zooey Deschanel n’est pas la seule star à acheter ses vêtement dans des friperies. Drew Barrymore, par exemple, a déjà foulé le tapis rouge vêtue d’une robe d’occasion. Quant à la chanteuse Kylie Minogue, elle est régulièrement surprise en train de faire du shopping dans des petites boutiques de seconde main. Par ailleurs, avec la chanteuse Billie Eilish, elles ont récemment donné quelques-uns de leurs accessoires à une boutique solidaire.

Le hard-rockeur Alice Cooper achète et vend des vêtements d’occasion. Il a ouvert son propre magasin de seconde main en 2014.

La célèbre actrice Anne Hathaway est soucieuse de l’écologie et des questions environnementales, elle n’hésite donc pas à acheter des fripes. Regarde, cette robe à fleurs à 15$ (13,5€) lui sied à merveille.

Sarah Jessica Parker a également un faible pour les boutiques d’occasion, elle estime que faire du shopping dans les dépôts-ventes rend les achats non seulement plus agréables, mais également très économiques.

Bref, c’est définitivement une tendance très positive. Elle nous apprend à faire avant tout attention non pas au prix des vêtements mais à la personnalité de l’individu qui les porte. L’habit ne fait pas le moine, n’est-ce-pas ?

Et toi, as-tu déjà chiné des vêtements ou des produits d’occasion ? Te souviens-tu d’un achat particulièrement réussi ? N’hésite pas à nous donner ton avis sur le sujet et à nous faire part de ton expérience dans les commentaires ci-dessous !