Sympa
Sympa

10+ Сhoses un peu folles auxquelles j’ai dû m’habituer après avoir passé neuf ans au Japon

Quand on vit longtemps dans un autre pays, on ne peut pas rester la même personne. On adopte sans le savoir la façon de parler, les goûts et les habitudes des locaux, et des coutumes autrefois étrangères et incompréhensibles deviennent tout à fait courantes et normales. Que dire... on s’habitue à tout !

C’est aussi le cas de Diana, qui vit au Japon depuis neuf ans maintenant. Chez Sympa, nous souhaitons aujourd’hui te raconter des choses inhabituelles auxquelles cette jeune femme a fini par s’habituer sans même s’en rendre compte.

On s’habitue très vite aux vastes espaces du Japon

Avant de venir au Japon, j’ai beaucoup lu sur le pays du Soleil-Levant, j’ai regardé des émissions et je pensais être presque prête. Mais en quittant l’aéroport, j’ai été frappée par l’immensité du pays, par sa verdure et son air frais, même dans les grandes villes où il y a tant de gens et de voitures.

Il y a en effet beaucoup de forêts et de montagnes, de parcs et de jardins, de champs et de prairies, de lacs et de rivières. En voyant tout cela, je me suis rendu compte que je ne connaissais rien du tout de ce pays étonnant et que tout ce que j’avais lu à son sujet n’était pas tout à fait exact. Il y a aussi d’énormes insectes ici. Les locaux disent que c’est à cause de la teneur élevée en oxygène dans l’air.

Le premier mois, j’ai perdu trois kilos, même si je ne faisais que manger, car mon mari Taro m’emmenait au restaurant et cuisinait souvent lui-même. Les membres de ma famille et mes amies qui sont venus nous rendre visite au Japon ont également perdu entre 1,5 et 2 kilos en un mois, et tous sont devenus plus sains et plus beaux. Apparemment, cela a quelque chose à voir avec l’air pur. Je m’y suis habituée, et maintenant bien manger me manque vraiment quand je quitte le pays.

Les Japonais ont une attitude particulière les uns envers les autres

Au Japon, il est de coutume de dire merci pour chaque petite chose. J’ai également commencé à remercier les gens plus souvent, en m’excusant et en m’inclinant involontairement en même temps. J’ai aussi commencé à observer Aizuchi, le fait d’"acquiescer" pendant la conversation. On ne peut pas s’en passer au Japon ! Il est impoli de se contenter d’écouter en silence, il faut réagir pour indiquer à ton interlocuteur que tu l’écoutes.

Les Japonais ne font pas étalage de leurs compétences, de leurs connaissances et de leur richesse. La modestie est cultivée ici dès l’enfance. La fanfaronnade et la confiance en soi sont désapprouvées et considérées comme honteuses, tandis que l’arrogance est assimilée à la folie.

Au Japon, il existe de nombreux proverbes et dictons sur la modestie et la confiance en soi. Par exemple, “Le faucon habile dissimule ses griffes”, ce qui signifie que même un faucon parfait en tout n’étale pas ses compétences. Ou encore : “Le clou qui dépasse se fait taper dessus”. Cela signifie que celui qui est vaniteux et se place au-dessus des autres sera critiqué.

Au pays du Soleil-Levant, les gens peuvent utiliser en pleine conversation des expressions comme “votre nom honorable”, “votre époux vénérable”, et à l’encontre de soi-même “ma maison misérable”, “mon fils stupide”. Bien sûr, un Japonais ne pense pas que sa maison est un endroit miteux ou que ses enfants sont bêtes, mais pour lui ces déclarations sont la norme. Il s’agit de montrer à quel point il traite son interlocuteur avec soin et respect, en soulignant sa supériorité sur lui-même.

Une Japonaise : “Ce sont mes enfants stupides !”

Mes préférences gustatives ont changé

Les cafés et restaurants japonais servent généralement de la glace avec de l’eau ou du jus, et je bois maintenant cette eau glacée sans risque. J’ai remarqué que je n’ai plus mal à la gorge et que je tombe malade moins souvent.

L’eau potable est de bonne qualité et on peut la boire directement au robinet. Bien sûr, la plupart des Japonais y installent un filtre. Beaucoup boivent encore de l’eau de source et de l’eau riche en minéraux, mais l’eau du robinet est bonne aussi.

J’ai aussi pris l’habitude de boire du thé vert et de manger des yaourts. Ce n’est pas vrai que les Japonais ne mangent pas de produits laitiers ! Dans ce pays, ils sont délicieux, variés et très appréciés par les habitants.

Au Japon, les “distributeurs” viennent à la maison. Ils sonnent à la porte avec des sacs réfrigérants et demandent : “Avez-vous des selles régulières et de quel type ?” Ensuite, ils donnent un cours sur ce comment elles devraient être dans l’idéal et parlent de leur yaourt. Puis, les “distributeurs” te donnent quelques pots à goûter et si tu acceptes d’acheter leurs produits, ils livreront directement chez toi, plusieurs fois par semaine, des yaourts sains et délicieux.

Au Japon, les gens achètent rarement des aliments surgelés. Moi aussi, je me suis habituée aux produits frais. La plupart des aliments proposés dans les magasins et les restaurants proviennent directement de la mer, d’une ferme ou d’une plantation, et sont cultivés ou pêchés à proximité. Par exemple, dans un restaurant de l’île de Kyūshū, la serveuse a pêché une truite sous nos yeux et l’a apportée en cuisine pour que le chef prépare les plats que nous avions commandés. C’est assez courant dans les restaurants japonais.

Les Japonais vénèrent le riz. Ils n’achètent pas de riz importé et préfèrent le leur. Moi aussi, j’ai commencé à faire cuire du riz à presque tous les repas, et je mange du pain et des brioches uniquement au petit-déjeuner. En général, le riz auquel nous sommes habitués ici a un goût différent.

J’ai également commencé à aimer les crevettes et les crustacés frais. Le poisson frais et les fruits de mer sont les aliments que je préfère maintenant ! On m’aurait dit il y a huit ans que je mangerais ça un jour, je n’y aurais pas cru !

J’ai commencé à manger lentement. Pour les gens du pays, le repas est une sorte de rituel, c’est lent et long.

J’ai découvert le tofu au Japon. Quand je vivais en Russie, je n’aimais pas ça, car je trouvais que son goût était mauvais. Mais maintenant, j’ai changé d’avis, je le mange juste avec de la sauce soja.

J’ai commencé à consommer moins de sucre, et j’achète principalement du sucre de canne. Bien sûr, je ne renoncerai jamais aux sucreries, alors c’est tant mieux qu’elles ne contiennent pas beaucoup de sucre ici et que les portions de dessert soient généralement petites.

Les Japonais mangent beaucoup d’algues, et j’aime ça aussi, alors j’en mange tous les jours maintenant. Les plus courants sont le wakame, le nori et le kombu. On les trouve aussi bien séchées que fraîches, et on peut dire qu’à peu près tous les plats en contiennent.

Les Japonais sont pour la propreté et le confort

Au Japon, comme dans la plupart des pays européens, on trie les déchets. Les briques de lait doivent être lavées, séchées et coupées correctement, et on sort les différents types de déchets des jours strictement définis.

J’ai aussi pris l’habitude de mettre mes chaussures de telle sorte que les pointes soient tournées vers la sortie. Au Japon, il est de coutume d’enlever ses chaussures à l’entrée de presque tous les lieux, et c’est une pratique courante de les ranger ainsi. Si un invité ou un visiteur pose ses chaussures d’une autre manière, la propriétaire ou un employé les tournera correctement. C’est en effet bien plus pratique pour enfiler ses chaussures avant de sortir.

Les Japonais estiment qu’il est essentiel de s’asseoir correctement afin de ne pas provoquer une difformité du bassin. On dit que la position assise traditionnelle, le seiza, a un bon effet sur la stature, stabilisant plus facilement le corps dans la bonne position. Certains locaux aiment s’asseoir chez eux ou dans les cafés plus ou moins comme ils le feraient sur un tatami. C’est une habitude.

Des Japonaises dans un café et sur la plage

Les vacances à la plage ne ressemblent pas à celles dans les autres pays

Les femmes japonaises ont leur propre style de vêtements de plage. Beaucoup ont le corps complètement couvert, portant des collants sans pieds noirs et beaucoup de maquillage sur le visage. Les jeunes viennent parfois en short, mais la plupart des femmes ne sont pas en maillot de bain. Cependant, elles essaient de porter quelque chose de noir et se baignent dans la mer en gardant ces vêtements.

Les vacances à la plage au Japon sont différentes de celles auxquelles nous sommes habitués. Rares sont les personnes qui nagent et plongent dans la mer chaude et limpide, et presque personne ne prend de bain de soleil. Les enfants jouent dans les vagues sur le rivage, tandis que les adultes restent debout dans l’eau ou pratiquent des sports nautiques.

Les particularités de la mode de rue

Les Japonais ont réussi à adapter le style vestimentaire européen et à créer leur propre style original. Les Japonaises préfèrent des couleurs discrètes dans leurs tenues et les épaules ou décolletés ouverts sont très rares, même en été. Le style enfantin et trop “kawaii” (mignon) que l’on attribue souvent aux femmes japonaises n’est pas vraiment à la mode ici. Une fille qui se comporte comme un bébé mignon ne sera jamais embauchée par une entreprise sérieuse.

Il est intéressant de noter qu’il n’est pas habituel de porter des vêtements hors saison ici. S’il fait 30 degrés à la fin du printemps, de nombreuses dames portent des vêtements chauds adaptés à la saison : baskets, bottes, vestes, blousons. Même mon mari m’a dit un jour : “Pourquoi portes-tu des sandales ? On n’est qu’en mai !”

Sous une robe, les femmes japonaises portent généralement un T-shirt et des leggings, et peuvent également porter une tunique par-dessus. C’est ainsi que les Japonaises se protègent du soleil et cette superposition, m’a-t-on dit en toute confiance, permet de cacher un dos ou des aisselles humides si vous commencez à transpirer.

Au Japon, il existe des collections de bas intéressantes à chaque saison. Je suis devenue une vraie “maniaque des chaussettes”, comme le dit si bien mon mari. Ici, vous pouvez porter des chaussettes ou des bas en hiver comme en été, avec des chaussures ou des sandales. Elles sont très confortables et on n’a jamais de problème d’ampoules à cause de nouvelles chaussures.

Quand il fait chaud, les Japonaises portent souvent des gants longs, des chapeaux panama, des casquettes et des écharpes avec des petits sachets de gel froids pour se rafraîchir. J’ai adopté cette tendance et j’ai commencé à porter des chapeaux, aussi ridicules qu’ils aient pu me paraître auparavant. Ils sont très pratiques sur la plage.

Que peut-on acheter dans une pharmacie japonaise ?

Il n’est pas courant que les Japonais fassent de l’automédication. Le problème des pharmacies japonaises, c’est qu’on ne peut pas y acheter des médicaments spontanément. Vous devez d’abord consulter un médecin, puis acheter les médicaments strictement sur ordonnance dans une pharmacie spéciale.

Les pharmacies en vente libre dans les supermarchés vendent des compléments alimentaires divers, des vitamines, des antipyrétiques, des analgésiques abdominaux, des pommades anti-inflammatoires non stéroïdiennes, des cosmétiques, des sprays nasaux et bien d’autres produits. Et, bien sûr, des gouttes pour les yeux : des rayons entiers leur sont consacrés !

Les Japonais peuvent se mettre ces gouttes dans les yeux quand ils le veulent et où ils le veulent, même dans la rue, en courant. Moi aussi, j’ai commencé à utiliser des gouttes pour les yeux tout le temps. Ils suppriment l’inconfort oculaire et lubrifient les yeux. De plus, après avoir écouté les conseils de femmes japonaises, je prends régulièrement certains compléments alimentaires, des vitamines et du collagène.

Chaque soir, je prends un bain chaud avec des compléments minéraux. Pour les Japonais, il ne suffit pas de prendre une douche, il faut s’allonger pendant une vingtaine ou une trentaine de minutes dans l’eau chaude et se détendre. C’est ce dont j’ai pris l’habitude, moi aussi.

Lorsque j’ai commencé à vivre ici, j’ai été surprise de voir que de nombreuses femmes portaient des chaussettes noires serrées pour aller travailler et dormaient avec des bas spéciaux. Les femmes en surpoids ne sont pas les seules à porter des gaines et des sous-vêtements serrés. Par ailleurs, les Japonais portent depuis l’enfance le haramaki, une ceinture rembourrée, qui se place autour du bas de l’abdomen, dans le but de garder le ventre au chaud.

Avec le temps, je me suis rendu compte des avantages de ces habitudes. Je dors maintenant aussi avec des bas de contention et je porte parfois des ceintures de gainage.

Vivre au Japon est simple et agréable

Au cours des neuf années que j’ai passées au Japon, je me suis particulièrement habituée au sentiment de sécurité. Tu peux sortir courir tard le soir sans craindre pour ta vie.

Les Japonais sont un peuple spécial. Ils sont toujours attentifs aux détails, ils ne laissent pas un regard ou un soupir passer inaperçu. Ils sont comme des antennes, ils captent et lisent les informations et voient beaucoup de choses qui ne sont pas décrites par des mots. J’étais étonnée de leurs capacités et j’ai demandé en plaisantant à Taro : “Tous les Japonais sont-ils des médiums ? Est-ce qu’on vous apprend à l’école à lire dans les pensées ?” Et maintenant, cela me semble tout à fait habituel.

Je me suis également accoutumée au fait que je suis un mouton noir ici, un gaijin (étranger) et qu’il est peu probable que je me fasse de vrais amis comme dans mon pays d’origine. Néanmoins, le Japon est un endroit idéal pour vivre une vie simple et paisible. C’est un pays sûr, propre, confortable et fiable. Les relations entre les gens sont empreintes de respect mutuel et de convivialité, il est facile et agréable de vivre ici.

Alors, as-tu appris des choses sur ce beau pays grâce à Diana ? Et toi, quelles habitudes voudrais-tu importer du Japon, et à quoi ne t’habituerais-tu absolument pas ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Partager cet article