Sympa

10 Situations où l’industrie de la mode s’est montrée en faveur de la cause environnementale

2-25
643

La mode est considérée comme la deuxième industrie la plus polluante de la planète à cause de son utilisation de produits chimiques et des émissions de gaz à effet de serre. Heureusement, de nombreuses des marques de vêtements les plus influentes ont décidé de se faire entendre et de proposer des solutions pour que porter un article avec style ne soit pas synonyme de destruction de l’environnement et de la société.

Chez Sympa, nous souhaitons partager avec toi 10 fois où l’industrie de la mode a été à l’origine de grands changements pour que la planète devienne un lieu plus durable.

1. RE:CYCLE / Viktor & Rolf

Ces créateurs hollandais avaient déjà réalisé de multiples collections en utilisant le concept de durabilité. Toutefois, au printemps 2018, ils ont décidé de faire une collaboration avec Zalando, une boutique de vêtements en ligne qui est également engagée en ce qui concerne la cause environnementale.

Le géant du commerce en ligne souhaitait attirer l’attention sur la question du recyclage et de la durabilité des vêtements mis à la disposition des clients. La collection exclusive RE:CYCLE a vu le jour, créée à partir de vêtements qui n’avaient pas été vendus en boutique, et dans le but de toucher le grand public, les prix proposés variaient de 50 à 250 €.

C’était donc un moyen de permettre à tout le monde de se procurer des articles écologiques tout en diffusant le message qu’un monde meilleur est envisageable si nous mettons de la bonne volonté pour y arriver.

2. Stella McCartney

Cette célèbre designer se base dans sa façon de travailler sur quatre piliers fondamentaux :

  • Respect de la nature.
  • Respect des personnes.
  • Respect des animaux.
  • Solutions circulaires.

Stella McCartney respecte la nature en utilisant les matériaux qui produisent le moins d’impact au niveau de l’environnement. L’un des cas les plus intéressants est celui du cachemire, une fibre obtenue avec le pelage des chèvres du Tibet. Il faut quatre de ces animaux pour produire un seul pull, par conséquent, les bergers ont cherché à augmenter leur population sur la côte pour répondre à la demande de cette matière textile.

Toutefois, cette action a provoqué un déséquilibre environnemental, que la marque cherche à réduire en utilisant du cachemire recyclé. Il est obtenu à partir de fibres textiles mis au rebut dans une usine située en Italie, où elles sont séparées à la main, par couleur puis remaniées pour être utilisées dans de nouveaux vêtements.

L’innovation et l’engagement environnemental ont permis aux créations de cette marque d’utiliser des matériaux recyclés tels que le métal, le polyester et le nylon, mais également de substituer les composants d’origine animale pour proposer des versions sans cruauté, comme le cuir vegan. Elle s’assure également que les textiles comme la laine proviennent de lieux où le bien-être des moutons et l’impact environnemental de leur production sont pris en considération.

Le respect des animaux est au centre de toute décision prise par la marque pour protéger la faune et transmettre le message que la cruauté n’a pas sa place dans l’industrie de la mode.

Les personnes impliquées dans chacune des étapes de la création des vêtements sont aussi très importantes. Cependant, les entreprises l’oublient et font travailler leur personnel dans des conditions inhumaines. Cette marque fait la promotion d’un environnement digne et respectueux pour que les salariés qui confectionnent leurs produits se sentent responsabilisés et conçoivent un article de haute qualité.

La société a également établi des alliances avec différentes ONG et d’autres marques afin de promouvoir ce changement de paradigme et transformer la mode en un espace où il est possible de générer un impact positif sur ceux qui font partie de l’industrie.

La circularité est l’une des principales caractéristiques d’une marque de développement durable. Cela signifie que, contrairement à l’économie linéraire (où les ressources sont extraites, travaillées, vendues puis éliminées), et le fast fashion (où les vêtements sont achetés pour être portés puis sont jetés après un court laps de temps), ces produits sont faits pour durer de nombreuses années à partir de matériaux recyclés et provenant de sources renouvelables.

La promotion qui vise à prendre soin des vêtements est fortement répandue, pour qu’il ne soit pas nécessaire d’acheter plus qu’il ne faut, ce qui diminue également la quantité de ressources à utiliser. Et les déchets sont aussi utilisés pour créer de nouvelles pièces.

De plus, les enfants apprennent dès leur plus jeune âge que leurs vêtements peuvent aussi avoir un impact sur la planète.

3. Red Carpet Green Dress

Quoi de mieux que le tapis rouge des Oscars pour mettre en avant la mode éthique durable ? Cette initiative, qui a plus d’une décennie, permet à des étudiants et des créateurs émergents de concourir pour que leurs créations soient portées par une célébrité d’Hollywood lors de ce grand événement. L’unique condition est que les vêtements soient totalement respectueux de l’environnement.

Les robes en tissus synthétiques, recyclés et organiques, teints à la main ou avec des produits de récupération sont certaines des options utilisées par les designers pour que leurs créations n’endommagent pas la planète.

Il n’y a pas que les femmes qui peuvent se tourner vers cette alternative. Il existe de merveilleuses créations pour la gent masculine.

Mais la mode green ne cherche pas seulement à utiliser des matériaux écologiques, elle souhaite devenir un moyen d’améliorer la vie d’une communauté. La cérémonie permet de récolter de l’argent pour l’école MUSE, un établissement soucieux de l’environnement qui enseigne, entre autres, la protection du monde qui nous entoure.

4. BreeLayne

Pour cette créatrice, le concept de développement durable est équivalent à l’harmonie de la planète. Chaque pièce est pensée avec l’idée d’un “luxe écologique”, car elle a une grande valeur esthétique sans avoir besoin de sacrifier les précieuses ressources de la Terre pour être produite. Par conséquent, tous les tissus utilisés par cette entreprise sont recyclés ou proviennent de déchets textiles.

Pour réduire ses émissions de carbone, la société s’efforce de regrouper ses commandes pour que le transport n’ait lieu qu’une fois par semaine. Elle cherche également à répondre précisément à la demande, afin de ne pas générer de gaspillage.

Et, pour compléter le processus, un arbre est planté à l’issue de chaque achat, maintenant ainsi l’équilibre avec la nature et générant un impact positif pour tous.

5. Iva Pfeiffer

Cette designer émergente aborde la mode écologique d’un point de vue durable. Chacune de ses pièces est conçue pour perdurer dans le temps grâce aux matériaux et à la technique qui sont utilisés lors de sa confection.

Des matières provenant de la nature, telles que la soie, la laine et même le bois, font partie de ces créations qualifiées “d’art du vêtement”.

Iva Pfeiffer propose des articles de luxe sans mettre en péril la planète : elle privilégie des techniques ancestrales pour leur conception, comme la teinture à la main, ainsi que des matériaux totalement recyclables et de sources certifiées.

Ses couleurs et ses motifs sont également inspirés de la nature.

De plus, elle domine les techniques du kimono, de la dentelle et du feutre, qui sont déjà en train de disparaître du monde de la mode. Toutes ses pièces sont faites à la main, ce qui leur donne une grande valeur esthétique et une qualité qui surpasse l’épreuve du temps.

6. Vladislava Chuvak

Cette créatrice russe est très engagée au niveau de l’environnement. Elle propose d’utiliser des matériaux peu conventionnels et de réutiliser des vêtements pour confectionner de nouvelles choses.

Chaque détail de ses vêtements renferme un message à propos de la réalité environnementale qui nous échappe.

Et son travail à partir de matériaux recyclés aide la Terre et montre que l’industrie de la mode peut être différente.

7. Kering

Préserver, collaborer et créer sont les trois piliers qui dirigent ce groupe de marques de luxe en terme de développement durable. Pour cette raison, ils misent sur l’avenir et encouragent l’innovation et les bonnes pratiques de l’industrie en matière d’environnement.

Le groupe a assigné une valeur monétaire à son empreinte environnementale, un système innovant qui lui permet de suivre le nombre de services environnementaux utilisés au fil du temps. De cette façon, ces entreprises peuvent visualiser le fonctionnement de la chaîne de production en termes d’efficacité énergétique, d’émissions de carbone, de production de déchets ou de cruauté envers les animaux, et faire quelque chose pour y remédier.

Elle permet de prendre de meilleures décisions stratégiques, parce que la conception d’un vêtement peut avoir un impact plus ou moins important sur la planète.

Kering organise un concours pour les nouveaux designers dont la récompense est de connaître de près le procédé artisanal de ses marques en visitant un atelier en Italie. Il permet d’apprécier le travail effectué par ces personnes et de miser sur leur bien-être.

Rendre le monde meilleur ce n’est pas seulement prendre soin de la nature, mais également de la société. Par conséquent, les marques qui composent le groupe Kering jouent un rôle important dans la lutte pour l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, ainsi que pour le bien-être des mannequins qui travaillent avec eux.

8. Nacho Costa

Les pièces de ce créateur espagnol ne sont pas simplement des œuvres d’art, mais un manifeste en faveur de la mode écologique : lente, artisanale et faite pour durer.

Le portfolio de Nacho Costa est dominé par le travail avec des tissus organiques, qui sont teints à la main et des matériaux naturels, comme le bois, pour donner vie à ses créations et transmettre un message de conscience écologique.

Il est possible de retrouver son amour pour les océans dans certains de ses vêtements.

Cependant, il ne se met aucune limite pour essayer de nouvelles choses et profiter des avantages des matériaux synthétiques.

9. Ecoalf / Upcycling The Oceans

Avec son slogan “Porque no hay planeta B” (parce qu’il n’y a pas de planète B), le fondateur de cette marque, Javier Goyeneche, avait dès le début clairement indiqué qu’il voulait faire quelque chose avec des fibres recyclées. Après avoir vu tous les déchets que les pêcheurs récupéraient quotidiennement (et qu’ils renvoyaient dans la mer par manque de conscience), il a su qu’il était nécessaire de travailler avec les déchets venant des océans.

Il a créé la Fundación Ecoalf, une marque de vêtements destinée à utiliser des matériaux récupérés dans la mer. Parallèlement, il a lancé un projet unique au monde Upcycling the Oceans, où il a engagé plus de 3000 pêcheurs de la planète pour récolter les résidus des océans et les mettre dans des conteneurs disposés sur les côtés de leurs pays respectifs.

De cette façon, les deux initiatives sont récompensées : Upcycling permet d’obtenir la matière première nécessaire à la production des vêtements tout en retirant des tonnes de déchets présents dans la mer, tandis qu’Ecoalf génère des revenus grâce à la vente de leurs vêtements pour que Upcycling puisse continuer et s’étendre à plus de pays.

Les produits d’Ecoalf ne sont pas seulement écologiques au niveau de leur confection, mais également pour leur design, la marque profite de chaque vêtement pour nous rappeler que la conservation de la planète est l’une des choses les plus importantes.

Au total, 400 tonnes de déchets ont été récupérés au fond de l’océan depuis 2015, ainsi que 120 millions de bouteilles en plastique et 100 tonnes de filets de pêche qui ont été recyclés pour produire les articles textiles. De plus, la marque a développé près de 300 types de tissus différents à partir des résidus retrouvés.

Cette organisation a prouvé qu’il est possible de répondre à la forte demande en utilisant l’une des ressources les plus importantes de notre époque : les déchets. Malgré cette particularité, le style est présent dans chacun des vêtements produits.

10. Fashion Revolution

Fashion Revolution est un mouvement général qui a vu le jour après l’effondrement d’une usine de vêtements en Asie, en avril 2013. Cette catastrophe, qui a ôté la vie à plus de 1000 personnes, a été l’élément déclencheur pour évoquer les changements que l’industrie de la mode devait mettre en pratique pour éviter que cela ne se reproduise.

À la suite de cet événement tragique, la Fashion Revolution Week est célébrée la dernière semaine du mois d’avril. Elle est présente dans le monde entier et elle nous invite à réfléchir sur l’origine des vêtements que nous portons, donnant l’occasion aux fabricants de montrer qu’ils sont transparents dans leur chaîne de production.

Les vêtements doivent être confectionnés de manière sûre, propre et juste, conformément aux normes de cette organisation. Elle ne se concentre pas uniquement sur la dénonciation, mais elle a conçu une industrie de la mode digne et responsable.

Évidemment, il n’est pas seulement question de l’aspect social de la mode. L’impact écologique de la consommation humaine de vêtements est un autre des problèmes que cette organisation souhaite mettre en avant pour l’inverser le plus vite possible.

L’objectif de Fashion Revolution n’est pas de faire disparaître l’industrie, mais d’éliminer les mauvaises pratiques, pour que de plus en plus de personnes prennent conscience de la situation et se demandent qui est à l’origine de leurs vêtements, ainsi que si ces personnes éprouvent de la considération envers leurs employés ou la planète.

Ils utilisent également tous leurs canaux de communication pour promouvoir ces valeurs, partager les expériences des bénévoles qui se joignent au projet et en définitive, faire entendre leur voix pour faire bouger les choses et accomplir des changements afin que la mode devienne une alliée et non pas une ennemie de la planète. Tu peux lire leurs revendications ici.

Que penses-tu de l’action de ces créateurs pour protéger l’environnement ? Connais-tu une marque de mode durable dans ton pays ? Partage tes réponses dans les commentaires.

2-25
643