Sympa
Sympa

Elle était appelée “l’enfant du diable” à l’orphelinat : un couple a adopté une enfant négligée et a élevé une ballerine célèbre

Michaela DePrince est une ballerine de renommée mondiale qui a dansé au Boston Ballet et a même figuré dans les clips de Beyoncé et de Madonna. Elle est devenue célèbre grâce à son travail acharné et au soutien de ses parents adoptifs qui ont toujours eu une immense confiance en elle. Cependant, alors que son histoire a une fin heureuse, son début était très triste.

Nous souhaitons aujourd’hui partager avec toi une histoire captivante sur la vie de Michaela en espérant que tu t’inspires de son parcours et de son chemin vers le succès.

La vie de Michaela avant l’adoption était loin d’être rose

La petite Mabinty est née en Sierra Leone en 1995. Après la mort de ses parents, son oncle l’a envoyée dans un orphelinat dans lequel elle n’est devenue qu’un numéro.

Dans une interview, elle se souvient de sa vie à l’orphelinat, en disant : “Ils nous ont nommés de un à 27. Le numéro un était l’enfant préféré de l’orphelinat et le 27 était le moins apprécié”. Michaela était le numéro 27 car elle a une affection cutanée rare appelée vitiligo. En raison de sa différence, on l’appelait même “l’enfant du diable”.

La petite fille a trouvé du réconfort auprès de son amie la plus proche. Elle s’appelait également Mabinty et était numéro 26 à l’orphelinat. Les deux enfants adoraient chanter, jouer à faire semblant et se raconter des histoires sur ce que serait leur vie si elles étaient adoptées.

En un instant, la vie de la jeune fille a pris une tournure de conte de fées

Pendant ce temps, une femme qui s’appelait Elaine DePrince et qui vivait dans le New Jersey, rêvait d’adopter un enfant d’Afrique. Elle avait l’intention d’adopter l’amie de Michaela, Mabinty. Mais avant qu’elle n’aille chercher son enfant, il y a eu une certaine confusion qui est devenue plus tard le destin de Michaela.
Dans une interview, la mère adoptive, Elaine, s’est souvenue : “J’ai reçu un appel de l’agence d’adoption. Ils ont dit : ’Quelle Mabinty adoptez-vous ? Nous en avons deux’”.

C’est alors qu’Elaine a découvert que l’autre Mabinty avait été rejetée par 12 familles à cause de sa peau. Après cette révélation, elle n’a pas hésité un instant et a pris la décision d’adopter les deux fillettes. Elaine n’oubliera probablement jamais sa première rencontre avec Michaela car elle était très sceptique quant à sa propre adoption. “Elle se tenait là, les bras croisés, vraiment en colère”, se souvient Elaine. “Je pense... qu’elle pensait qu’elle serait de nouveau rejetée.”

Les parents adoptifs de Michaela sont devenus ses héros

Quand elle était à l’orphelinat, Michaela était profondément fascinée par une image d’une ballerine qu’elle avait trouvée dans un journal. C’est à ce moment-là qu’elle a commencé à rêver de devenir danseuse professionnelle et qu’elle a conservé ce rêve tout au long de sa petite enfance.

Lorsqu’elle est arrivée chez ses parents adoptifs, elle a montré cette photo à sa maman, Elaine, et lui a dit qu’elle rêvait d’avoir des pointes, comme une vraie ballerine. Elaine était tellement touchée et étonnée qu’elle n’a pu que promettre à Michaela qu’elle deviendrait danseuse un jour.

La vie de Michaela aux États-Unis a pris une tournure positive mais au début, la jeune fille avait toujours peur d’être rejetée et dormait même la lumière allumée. Mais l’amour et l’attention de ses parents ont guéri son cœur et, une fois en paix, elle a commencé à poursuivre son plus grand rêve.

Avec sa nouvelle vie, Michaela a commencé à travailler dur pour réaliser son rêve, et cela lui a offert une belle récompense

Enfin, Michaela a commencé à réussir dans les cours de danse et a décidé de devenir une ballerine professionnelle. Elle s’est rendu compte qu’il y aurait des défis à relever notamment à cause de son vitiligo. Avant son tout premier spectacle, elle a demandé à sa mère de lui dire si elle pouvait voir les taches sur son corps depuis l’endroit où elle était assise.

Elaine se souvient : “J’ai dit : ’Non, pas vraiment.’ Et elle a dit : ’Oh, bien. Maintenant, je peux être une ballerine professionnelle”.

À 17 ans, elle est devenue la plus jeune ballerine à se produire au Dance Theatre of Harlem à New York. Plus tard, elle a été embauchée par le Dutch National Ballet, et elle considère maintenant Amsterdam comme son vrai foyer. Elle l’accepte comme un rêve devenu réalité, mais aussi comme un succès qu’elle a mérité.

“Ce n’est pas un conte de fées, vous savez”, a-t-elle déclaré. “Il faut travailler dur. Il y a beaucoup de douleur. Mais, vous savez, danser, j’adore ça”.

La jeune femme veut que son histoire soit une source d’inspiration pour les autres

Michaela a son propre modèle, l’une des premières ballerines noires américaines, Lauren Anderson. La jeune femme a écrit un livre autobiographique sur l’histoire de sa vie et maintenant, Madonna a exprimé le désir de réaliser un film sur Michaela et elle a avoué que lorsqu’elle a découvert le parcours de la ballerine, elle était juste émerveillée.

Tout en annonçant son projet de film, Madonna a écrit : “Le parcours de Michaela a profondément résonné en moi en tant qu’artiste et activiste qui comprend l’adversité. Nous avons une occasion unique de mettre en lumière la Sierra Leone et de laisser Michaela être la voix de tous les orphelins avec qui elle a grandi. Je suis honorée de donner vie à son histoire”.

Alors, qu’est-ce qui t’a le plus inspiré dans l’histoire de Michaela ? Et toi, connais-tu d’autres personnes qui ont réussi malgré des débuts difficiles ?

Sympa/Gens/Elle était appelée “l’enfant du diable” à l’orphelinat : un couple a adopté une enfant négligée et a élevé une ballerine célèbre
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire