Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

L’histoire de la femme idéale qui est devenue le prototype du personnage principal de “Breakfast at Tiffany’s”

--15
776

Elle était considérée l’une des femmes les plus brillantes du XXe siècle et une icône du style. À l’époque, elle séduisait la société new-yorkaise par sa beauté, son goût impeccable et ses belles manières. L’écrivain Truman Capote a dit : “elle n’a qu’un seul défaut : elle est parfaite”. Et elle est restée parfaite jusqu’au dernier jour.

Sympa partage avec toi l’histoire d’une femme ravissante nommée Barbara, qui est devenue le prototype du personnage principal du roman Breakfast at Tiffany’s, qui a servi de scénario au film du même nom avec Audrey Hepburn.

Barbara “Babe” Cushing

Barbara Cushing, affectueusement surnommée Babe (bébé), est née en 1915 dans la famille d’un célèbre neurochirurgien et professeur à Yale et Harvard. Dès son plus jeune âge, la jeune fille a eu les perspectives les plus optimistes : elle a reçu une excellente éducation et formation. Ses sœurs aînées ont épousé des hommes prospères, dont l’un est le fils du président américain Franklin Roosevelt.

Dans la société, on les appelait les “incroyables sœurs Cushing”.

Style

À l’âge de 19 ans, la jeune Babe triomphe au bal des débutants à Boston, où les fils du président des États-Unis sont présents. À partir de ce moment, elle commence à mener une vie sociale active. Quelques années plus tard, Barbara est nommée rédactrice de mode dans la version américaine du magazine Vogue et réussit à 100% dans ce rôle. Au cours de sa vie, Babe a été 14 fois à la tête du prestigieux classement “Femmes les mieux habillées du monde” du magazine Time. Son nom a par la suite été gravé dans le Temple de la renommée de la mode.

Babe a non seulement su s’habiller avec élégance, mais aussi créer facilement des tendances de mode. Elle est à l’origine de la tendance populaire “mix and match”, c’est-à-dire l’art de combiner et de mélanger. Elle pouvait habilement combiner des vêtements bon marché et des accessoires exclusifs dans ses looks, des costumes démocratiques et des fourrures luxueuses. Tous les créateurs de mode de l’époque le savaient : si Babe achetait une pièce de leur collection, alors la collection était un succès. En même temps, la fille n’était pas une gaspilleuse : elle achetait plusieurs articles de mode de la nouvelle saison et les combinait avec les autres vêtements de sa garde-robe pour être parfaite.

Le créateur Oscar de la Renta disait d’elle : “Quel que soit le vêtement qu’elle portait, il était inoubliable.” Son style était toujours raffiné, modeste et pensé jusque dans les moindres détails.

Elle est devenue un modèle : des milliers de femmes aux États-Unis ont essayé de copier son style. Par exemple, une fois pendant le déjeuner, Babe a enlevé son foulard de soie et l’a noué autour de son sac à main pour qu’il ne la gêne pas. La photo a été publiée dans un magazine, et de nombreuses New-Yorkaises ont fait de même par la suite.

En même temps, Babe avait l’habitude de décider elle-même quelles tendances de la mode étaient bonnes et lesquelles ne l’étaient pas. Quand elle a réalisé que ses cheveux gris ont fait leur apparition, elle a décidé de ne pas se laisser porter par la mode et a refusé de se teindre les cheveux, surprenant le public avec ses cheveux gris précieux.

Dans A Lovely Creature Truman Capote décrit sa conversation avec Marilyn Monroe. Monroe lui demande laquelle de ses connaissances il trouvait la plus attirante. Capote répond sans hésitation “Barbara Paley, sans aucun doute. Incontestablement.” Monroe rétorque : “C’est celle qu’on appelle ‘Babe’ ? Évidemment, elle n’a pas l’air d’une enfant pour moi. Je l’ai vue dans Vogue et ailleurs. Elle est si élégante... Charmante. Rien qu’en la regardant, j’ai l’impression d’être une serpillière.”

Vie personnelle

Le premier mari de la beauté était le magnat du pétrole Stanley Mortimer. Ils ont vécu ensemble pendant environ 6 ans et Babe a donné naissance à deux enfants. Un an après la séparation, la femme s’est mariée pour la deuxième fois et a quitté son emploi au magazine Vogue. Son mari était le président de la chaîne de télévision CBS, William Paley. Il convient de mentionner que William a toujours rêvé d’entrer dans la haute société, et c’est Babe qui lui en a ouvert les portes.

Le couple a eu deux autres enfants. Malheureusement, le second mariage de Babe pouvait difficilement être considéré comme heureux : son mari lui a prodigué une vie prospère et un statut social, mais s’est vite désintéressé d’elle, préférant des beautés plus jeunes. En même temps, Babe Paley, avec toute sa force, a conservé l’image d’une famille idéale et son statut d’icône du style.

Elle n’a jamais fait de scandales publics et a toujours essayé de faire plaisir à son mari. D’après les souvenirs de ses amis, Barbara tenait un journal intime et notait tout ce que son mari aimait : de la gastronomie et des livres aux opinions politiques. Elle voulait savoir tout ce qui faisait plaisir à son homme. Si ses opinions ne coïncidaient pas avec les siennes elle préfèrait garder le silence. Babe a décidé que la famille serait son travail principal, et elle a été l’épouse parfaite jusqu’à la fin.

Truman Capote et Breakfast at Tiffany’s

Un chapitre distinct dans la vie de Babe a été sa relation avec le célèbre écrivain Truman Capote. Il l’appelait l’un de ses “cygnes” de Manhattan : mondaines richissimes, épouses parfaites, femmes du monde inaccessibles, puis a immortalisé Barbara dans le roman Breakfast at Tiffany’s à l’image de Holly Golightly. Elle était une vraie muse de son cœur, il l’appelait parfaite et admettait qu’il aimait absolument tout chez Barbara. Capote l’appelait aussi “la plus belle femme du XXe siècle”.

En passant, l’auteur n’était pas très heureux qu’Audrey Hepburn joue Holly Golightly dans le film. Il aimait Audrey et rendait hommage à son talent et à sa beauté, mais ne voyait toujours pas Hepburn comme une célébrité à la hauteur de Babe.

Scène du film Infamous, Sigourney Weaver comme Babe Paley, Toby Jones comme Truman Capote.

Le retrait

À 59 ans, les médecins ont diagnostiqué un cancer du poumon chez Babe Paley. Même dans cette situation, Babe n’a pas changé et s’est comportée avec élégance et dignité. Elle a elle-même planifié ses funérailles en tenant compte des moindres détails, y compris le choix de la nourriture et du vin. Barbara a également donné à ses amis et connaissances toute sa collection de bijoux d’une valeur d’environ un million de dollars, y compris des bijoux de Cartier, Van Cleef & Arpels et Tiffany & Co. Babe est décédée en 1978 à l’âge de 63 ans.

Même après sa mort, elle est restée une icône dans le monde de la mode et du style. De nombreux designers font encore référence à elle dans leurs œuvres.

Elle apparaît également dans les romans de Jacqueline Susann, The Love Machine, et Melanie Benjamin, Les Cygnes de la Cinquième Avenue.

As-tu aimé le personnage d’Audrey Hepburn dans Breakfast at Tiffany’s ? Raconte-nous tout dans les commentaires ci-dessous.

Photo de couverture costumeinspiration / instagram
--15
776