Sympa
Sympa

Voici une liste des caprices d’acteurs les plus ridicules pour lesquels on a quand même dû modifier les films

Quand les acteurs atteignent un certain niveau de notoriété, ils pensent souvent qu’ils peuvent modifier à tout moment certains détails des films dans lesquels ils jouent, selon leurs moindres caprices. Parfois, ces doléances n’affectent guère les scènes secondaires, mais d’autres fois, elles peuvent complètement changer le produit final, pour le meilleur ou pour le pire. Il peut tout aussi bien s’agir de demandes insignifiantes, comme changer de coiffure ou porter des talons, mais parfois, ces demandes entraînent des pertes budgétaires représentant plusieurs millions de dollars.

Chez Sympa, nous nous sommes rendus dans les coulisses de tes films préférés pour découvrir lesquels ont subi des modifications suite aux demandes capricieuses de leurs acteurs.

1. La Momie (2017)

Tom Cruise est très influent dans l’industrie du cinéma, tellement qu’il fixe souvent ses propres conditions lors de la conclusion d’un contrat pour un nouveau projet. En acceptant de participer au film La Momie, il s’est vu confier presque entièrement le contrôle créatif du film, et il a ainsi pu établir ses propres règles sur le plateau de tournage.

Selon le contrat, le studio garantissait à Tom Cruise le contrôle de la plupart des aspects du projet — de l’approbation du scénario à la post-production. L’acteur a apporté une grande contribution à la stratégie de commercialisation et de sortie du film, plaidant en faveur de sa sortie en été.

Plus tard, les téléspectateurs et les critiques ont accusé Tom Cruise d’avoir interféré inutilement dans le processus de tournage. Selon le scénario original, le héros et la méchante momie devaient apparaître à l’écran environ le même nombre de fois. Cependant, l’acteur a insisté sur le fait que son personnage devait avoir plus de temps d’écran que la momie. Et finalement, le public n’a pas apprécié le film à sa juste valeur, et il a subi un énorme fiasco au box-office.

2. Des serpents dans l’avion (2006)

Les célébrités ont des raisons différentes d’accepter leurs rôles. Par exemple, Samuel L. Jackson a affirmé qu’il avait accepté de jouer dans le film Des serpents dans l’avion juste à cause de son titre. Et lorsque les réalisateurs ont décidé de remplacer le titre par Pacific Air Flight 121, l’acteur est intervenu personnellement, disant que c’était la chose la plus stupide qu’il n’avait jamais entendue.

Samuel L. Jackson a également insisté pour qu’il y ait un langage plus obscène, et encore plus de violence dans le film. Cela représentait un problème, car le studio avait l’intention de sortir un film avec un classement de “13+”. En fin de compte, on a accepté les conditions de l’acteur, et on a réalisé un film destiné à un public adulte. Le monologue épique de Samuel L. Jackson dans son style si spécial est même devenu plus tard un mème très célèbre.

3. Jurassic World (2015)

La plupart des critiques du film Jurassic World ont été positives et ont permis de récolter beaucoup d’argent. Mais les critiques et le public ont tout de même été hantés par une question : comment le personnage principal a-t-il réussi à échapper à un T-Rex de plusieurs tonnes en courant avec des talons ? Le réalisateur du film, Diri Colin Trevorrow, explique qu’il a réalisé à quel point c’était ridicule, mais l’actrice Bryce Dallas Howard, qui a interprété le rôle principal, a catégoriquement refusé d’enlever ses chaussures.

Tout au long du tournage du film, Diri Colin Trevorrow a essayé de convaincre l’actrice de changer de chaussures pour mettre quelque chose de plus confortable, mais l’actrice n’était pas du tout d’accord, insistant sur le fait que son personnage devait porter des talons. Plus tard, le réalisateur a admis qu’il ne savait pas pourquoi elle était aussi têtue, et il a finalement respecté sa décision : peut-être l’actrice croyait-elle que sans ses talons hauts, elle perdrait de sa féminité ?

4. Pulp Fiction (1994)

Selon le scénario original de Pulp Fiction, le tueur Jules Winnfield, qui a pour habitude de citer la Bible, devait porter une coupe afro plus encombrante, pour contraster avec son partenaire Vincent Vega, dont les cheveux sont soigneusement peignés en arrière. Cependant, selon Samuel L. Jackson, qui a joué ce rôle, la fille qui fut envoyée pour acheter la perruque n’avait aucune idée de ce qu’était réellement une coupe afro, et elle est revenue du magasin avec une autre perruque (celle que l’on voit à l’écran).

Au début, Samuel L. Jackson était sceptique à propos de cette idée, mais quand il a essayé son nouveau “déguisement”, il s’est rendu compte que c’est ce à quoi son personnage devait réellement ressembler. Plus tard, Quentin Tarantino, le scénariste et réalisateur du film, s’est mis d’accord avec Samuel L. Jackson, et Jules a porté la coupe que nous lui connaissons tous !

5. Le Choc des Titans (2010)

Bubo, la chouette-robot en or, était l’un des personnages les plus mémorables de la première version du Choc des Titans de 1981. Il est donc tout à fait naturel que le réalisateur Louis Leterrier ait souhaité l’inclure dans sa nouvelle version de 2010. Malheureusement, l’acteur Sam Worthington ne partageait pas le point de vue du réalisateur : il détestait Bubo. Louis Leterrier a déclaré plus tard que Sam Worthington se plaignait sans arrêt de la chouette, et aurait même menacé à plusieurs reprises de la détruire.

L’acteur a accusé le réalisateur d’essayer de détruire sa carrière en le ridiculisant avec un tel accessoire. Finalement, pour rassurer l’acteur, Louis Leterrier a fait des concessions et a complètement retiré les scènes où apparaissait la chouette, ne lui laissant qu’un tout petit caméo.

6. Gone Girl (2014)

Dans le film Gone Girl, il y a une scène où le personnage principal, interprété par Ben Affleck, se trouve à l’aéroport, essayant de cacher son identité sous une casquette. C’est précisément à cause de cette casquette que l’acteur s’est sérieusement disputé avec David Fincher, le réalisateur du film. Au début, on voulait que le héros porte une casquette de l’équipe de baseball des Yankees, car elle révélerait mieux son caractère. Mais Ben Affleck étant un fervent supporter des Red Sox (les principaux concurrents), il ne pouvait pas accepter les conditions du réalisateur.

L’acteur a fait de nombreux scandales pendant le tournage. Il a déclaré qu’il respectait profondément David Fincher, et qu’il ferait tout son possible, mais qu’il ne porterait jamais une casquette des Yankee. Après de longues négociations, David Fincher s’est finalement rendu et a proposé un arrangement, proposant à Ben Affleck de porter la casquette de l’équipe des “Mets”.

7. Charlie et ses drôles de dames (2000)

Crispin Glover, l’interprète du rôle du méchant dans le film Charlie et ses drôles de dames, a laissé le souvenir d’un personnage haut en couleurs, très différent des méchants habituels. Au départ, le scénario comprenait des répliques qui révélaient sa nature de méchant. Mais Crispin Glover pensait que ces répliques étaient tout simplement horribles, dénuées de sens, et qu’elles ne correspondaient pas du tout au caractère de son personnage.

Sa décision fut donc catégorique : rendre son personnage muet. En fait, Crispin Glover a catégoriquement refusé de prononcer ses répliques, et par conséquent, nous avons vu apparaître à l’écran un méchant très tranquille, mais dont l’apparence parle parfaitement pour lui.

8. Shrek (2001)

L’accent original de Shrek a subi plusieurs changements importants avant que le public ne découvre son ogre préféré. Dans la version finale du film d’animation, Mike Myers était responsable de la voix du héros. Ce n’est qu’après la troisième partie de l’enregistrement des voix des personnages que Mike Myers a décidé que Shrek devait avoir un accent écossais.

L’idée de l’acteur était la suivante : puisque le méchant Lord Farquaad parlait avec un pur accent britannique, Shrek devrait parler comme un simple mortel afin de souligner la différence entre les deux personnages. Il a souligné que l’accent écossais était plus sensible aux changements soudains de tonalité, ce qui permettrait de montrer un personnage avec plus de couleurs.

Par conséquent, Jeffrey Katzenberg, le producteur exécutif, a dû allouer entre 4 et 5 millions de dollars supplémentaires pour réenregistrer les voix des personnages, ce qui représentait environ 10 % du budget total du film d’animation.

Et toi, penses-tu qu’il soit normal que les acteurs puissent interférer dans le processus de tournage et imposer ainsi leurs conditions, ou bien les réalisateurs devraient-ils prendre eux-mêmes de telles décisions ? Laisse un message dans les commentaires, et partage cet article avec les cinéphiles de ton entourage !

Sympa/Gens/Voici une liste des caprices d’acteurs les plus ridicules pour lesquels on a quand même dû modifier les films
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire