Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

10 Manières d’agir lorsque ton enfant se comporte comme un “petit monstre”

On a beau dire que les enfants sont le reflet de leurs parents, il est parfois difficile de croire que nous avons quelque chose à voir avec eux lorsqu’ils sont ivres de colère. Apprendre à reconnaître les différents schémas comportementaux d’un enfant et savoir comment y faire face est une tâche très difficile, même pour les parents les plus expérimentés. Cependant, le simple fait d’aborder le problème en question et de vraiment chercher à le régler peut permettre d’établir un solide lien émotionnel entre toi et ton enfant, qui lui servira aussi à résoudre ses problèmes tout seul.

Chez Sympa, nous comprenons à quel point le comportement des enfants peut parfois être dur et frustrant, c’est pourquoi nous avons enquêté sur le sujet, et nous avons découvert quelques techniques pouvant t’aider à bien réagir, même face aux enfants les plus “vilains”.

1. Montre à ton enfant le lien entre ses actes et leurs conséquences

Les enfants ont besoin d’apprendre par eux-mêmes les conséquences naturelles de leurs différents comportements afin de se rendre compte qu’ils agissent mal. Cette technique aidera l’enfant à comprendre comment fonctionne le monde, et cela le rendra même plus autonome en ce qui concerne sa capacité à prévoir les conséquences de ses actes.
Comment faire : les parents ne doivent pas essayer d’empêcher les conséquences logiques des comportements de leur enfant. Attention, cela ne signifie pas qu’ils doivent simplement rester les bras croisés, surtout lorsque leur enfant se met à agir de manière dangereuse. Les parents ne doivent pas adopter une posture d’autorité — genre, “Je te l’avais bien dit” — mais laisser le petit réaliser les conséquences de ses actes afin de ne plus les répéter. Il est très important de soutenir l’enfant et d’être prêt à faire face aux conséquences de son comportement.

Exemples :

  • Si ton enfant refuse de manger son déjeuner, il peut tout à fait rester le ventre vide jusqu’au dîner.
  • Si ton enfant joue de manière trop brutale, tu peux lui montrer que personne ne voudra jouer avec lui jusqu’à ce qu’il s’excuse et qu’il soit plus doux.

2. Laisse ton enfant apprendre de ses erreurs

Les parents ont parfois tendance à surprotéger leurs enfants, alors qu’il est important d’apprendre à ces derniers à réparer les conséquences de leurs actes et d’en tirer des leçons par rapport à leur propre expérience. De plus, de nombreux enfants ont tendance à se mettre sur la défensive lorsque leurs parents se mettent à les gronder, à les menacer, ou à tenter de les humilier.

Comment faire : Cette technique est une version avancée de la précédente, car elle exige que les enfants soient déjà capables de corriger eux-mêmes leurs erreurs. Les parents doivent aider leurs enfants à gérer leurs propres émotions, et leur donner un coup de main uniquement si cela est vraiment nécessaire. Ils doivent absolument éviter de trop s’en mêler : le but est de générer une réaction appropriée chez le jeune. Par exemple, on peut attendre qu’il demande gentiment de l’aide, s’excuse, etc...

Exemple : L’enfant doit rendre un devoir à l’école le lendemain, mais il n’a pas fait suffisamment d’efforts pour terminer son travail à temps. Au lieu de rester debout toute la nuit pour l’aider à faire ses devoirs, tu devrais le laisser avoir une mauvaise note, puis voir avec lui comment il peut arranger cette situation.

3. Trouve les raisons de ses mauvais comportements.

Il est possible qu’un enfant fasse une crise de colère non pas parce qu’il a un caractère de cochon, mais parce qu’il ne sait tout simplement pas encore comment gérer ses émotions. Il est important de donner aux enfants l’occasion de parler de ce qu’ils ressentent et de déterminer les raisons de leur mal-être.

Comment faire : Lorsque ton enfant commence à mal se comporter, éloigne-le de la zone en question. Trouve un endroit calme où vous pourrez parler ensemble de son comportement, de ce qu’il ressent et de ce qu’il souhaite réellement. Explique à ton enfant qu’il est tout à fait normal de ressentir différents types d’émotions, mais qu’il doit les accepter afin d’y répondre de la manière la plus appropriée. Montre à ton enfant que tu l’aimes et établissez ensemble un plan pour faire face à des émotions similaires lorsqu’elles se représenteront à l’avenir.

Exemple : Alors que tu fais des courses avec ton enfant, il devient subitement irrité et fait une colère sans raison apparente. Éloigne-le de l’endroit où s’est déclenchée cette colère et cherche à découvrir ce qui a provoqué un tel comportement. Ton enfant peut très bien avoir faim, être fatigué ou simplement s’ennuyer, et juste ne pas avoir su exprimer ses sentiments à temps.

4. N’oublie pas que tu es un adulte, et évite de réagir comme un enfant toi aussi

Quand un adulte parle à un enfant, il ne doit pas oublier sa position de modèle responsable. Lorsque les parents se sentent désespérés et sont prêts à craquer, cela signifie qu’ils ne sont plus en position d’adulte ou qu’ils n’ont plus la situation sous contrôle. Les problèmes de comportement peuvent “réveiller” l’enfant qui sommeille en ses parents, et c’est là que ces derniers se sentent impuissants. L’enfant peut alors pousser son entourage à prendre de mauvaises décisions et à agir de manière totalement inappropriée face à une situation.

Comment faire : Quand tu te rends compte que tu te mets à crier ou que tu ne parviens plus à contrôler tes réactions face au comportement de ton enfant, fais une pause. Éloigne-toi de lui quelques minutes (si c’est possible), prends une grande inspiration, et demande-toi si tu es en train de te comporter en adulte. Essaye de gérer tes propres émotions, et calme-toi avant de reprendre la conversation.

Exemple : Ton enfant fait une colère parce qu’il veut manger plus de bonbons, mais tu sais que s’il en mange trop, il sera hyper agité et aura des sautes d’humeur. Dis-toi donc qu’au lieu de céder, un adulte responsable dirait : “Je suis désolé, mais je ne peux pas te laisser manger plus de bonbons. C’est suffisant pour aujourd’hui. Si tu en manges plus, tu vas devenir grognon, et on aimerait tous passer une bonne soirée à jouer ensemble à des jeux de société, d’accord ?”

5. Choisis une punition adaptée à l’âge de ton enfant

Beaucoup de parents souhaitent que leurs enfants se comportent en adultes le plus tôt possible. Cependant, quand on veut expliquer quelque chose à un enfant, il faut se mettre à son niveau afin qu’il nous écoute et nous comprenne. Il est donc essentiel de trouver l’approche qui convient le mieux à l’âge de ton enfant, et de la modifier au fur et à mesure qu’il grandit.

Comment faire : Garde à l’esprit que ton enfant n’a pas l’expérience et les connaissances que tu as, c’est pourquoi il peut être difficile pour lui d’établir des liens logiques afin d’arriver aux bonnes conclusions. Une punition doit donc correspondre à son âge et à son niveau de développement intellectuel, sinon, il ne comprendra tout simplement pas pourquoi il est puni.

Exemple : Ça ne sert à rien de discuter une heure avec un tout-petit sur ses émotions et les conséquences de ses actes. Les enfants en bas âge sont tout simplement incapables de se concentrer aussi longtemps sur un seul sujet.

6. Ne menace pas ton enfant, et ne cherche pas à lui faire peur

Il ne faut jamais user de la menace ou de châtiments corporels avec un enfant. La violence, qu’elle soit physique ou psychologique, a une influence négative sur le développement d’un petit, et elle peut provoquer chez lui des troubles psychologiques à l’avenir. De plus, un tel comportement nuit grandement à la relation émotionnelle familiale, et elle anéantit l’autorité des parents.

Comment ça marche : L’utilisation de méthodes “violentes” peut effectivement avoir un effet immédiat sur le comportement de l’enfant, mais à long terme, elles ne lui apprendront en aucun cas à se comporter correctement. Il faut apprendre à l’enfant à gérer ses émotions, et lui montrer que l’agressivité et la violence sont inacceptables, quelles que soient leurs formes, et qu’elles ne peuvent certainement pas être utilisées pour résoudre des conflits.

Exemple : Ton enfant est sorti sans ta permission, alors tu as décidé de le punir pour trois mois. Au lieu d’appliquer une mesure aussi sévère et radicale qui ne fera que remonter ton enfant contre toi, dis-lui à quel point tu l’aimes, et explique-lui pourquoi ce comportement est inacceptable. Cela ne veut pas dire pour autant que ton enfant s’en tirera à bon compte, mais la sévérité de la punition ne doit pas dépasser la gravité de l’acte.

7. Fais ressentir à ton enfant que son opinion compte

Rappelle-toi que peu importe l’âge de ton enfant, il s’agit d’un individu à part entière, et qu’en tant que tel, il éprouve des besoins et désirs, et il a son propre caractère. Parfois, les enfants ressentent trop de pression de la part des parents, que ce soit pour réaliser une action, même simple, ou pour agir de manière “parfaite”. C’est là qu’ils peuvent parfois se mettre à mal se comporter, juste pour affirmer leur indépendance.

Comment ça marche : Si tu as l’impression qu’il est parfois impossible de t’entendre avec lui, même sur les questions les plus simples, il est peut-être temps d’évaluer la place qu’occupe ce dernier dans les décisions familiales. Tu n’as bien évidemment pas à tenir compte des conseils financiers d’un enfant de cinq ans, mais il est important que tu écoutes son opinion et que tu évites de ressortir à tout bout de champ l’expression “Tu donneras ton avis quand tu seras grand.”

Exemple : Ton enfant a une émission de télévision qu’il aime et qu’il ne rate jamais, mais pas de chance, vous avez été invités à un repas ou un autre événement pile au même moment. Il refuse d’y aller, et il insiste pour rester à la maison afin de regarder son programme. Au lieu de lui donner une explication “réductrice” sur quelque chose qui lui importe, comme “Rater un épisode ne va pas te tuer”, ou “Tu n’as pas besoin de regarder ces idioties”, cherche plutôt à trouver un compromis qui répondra aux besoins de chaque membre de la famille.

8. Sois cohérent dans ton comportement et tes exigences

Les parents devraient avoir une approche et un point de vue cohérent sur ce qui doit être considéré comme bien ou mal. L’enfant doit suivre des règles simples afin de comprendre quels types de comportement sont inacceptables et ce, quelles que soient les circonstances. Les parents doivent parfois savoir se taire afin de rester cohérents tous les deux, et agir comme de bons modèles pour leurs enfants.

Comment ça marche : Il est important que la manière dont les parents réagissent face au mauvais comportement de leur enfant ne change pas en fonction de divers facteurs. L’enfant doit bien comprendre qu’il est puni à cause d’une attitude qui n’est pas tolérée, et pas juste à cause de l’état d’humeur de son père ou de sa mère. Les parents doivent toujours tenir leurs promesses, quelles qu’elles soient, et ne pas “laisser tomber” face à une situation juste parce qu’ils n’ont “pas envie de se prendre la tête” à ce moment-là.

Exemple : Ton enfant est devant la télévision depuis trop longtemps, et tu lui demandes de l’éteindre, mais il refuse. Si à ce moment-là, tu es de bonne humeur, il est probable que tu le laisses continuer à regarder la télé. Mais si tu es de mauvaise humeur, il y a alors plus de risques que tu le grondes ou que tu le punisses. En agissant de manière aussi aléatoire, ton enfant ne comprendra jamais comment il doit vraiment se comporter, parce que ta réaction sera toujours différente.

9. Montre à ton enfant que c’est toi le chef

Même si un enfant doit savoir qu’il peut toujours se tourner vers ses parents quand il en a besoin, il doit aussi comprendre qu’ils sont plus que de simples amis. En tant que parents, ils doivent parfois prendre des décisions difficiles pour prendre soin du bien-être et de la sécurité de leur enfant.

Comment ça marche : Ton enfant doit ressentir ton autorité et comprendre que ton avis l’emportera sur le sien. Mais n’agis pas non plus comme un mauvais chef : crier sur ton enfant et essayer de le persuader que tu es responsable uniquement parce que tu es son père ou sa mère ne sera pas suffisant. Ton enfant doit avoir confiance en toi et te considérer comme une personne qu’il peut admirer afin de t’écouter et comprendre qu’il n’a rien à gagner à avoir un mauvais comportement.

Exemple : Ton enfant fait une crise de colère et refuse de quitter le magasin jusqu’à ce que tu lui achètes un jouet. Au lieu de lui crier dessus, ou de rentrer dans son jeu, reste calme et agis comme si tu gardais la situation sous contrôle. Laisse ton enfant exprimer ce qu’il ressent, puis parle-lui. Explique-lui que tu peux dire “non” à ses demandes si tu estimes que celles-ci ne sont pas raisonnables, et laisse-lui comprendre que ta parole sera définitive. C’est toi qui diriges, point.

10. Apprends à ton enfant à apprécier les bonnes choses qu’il a dans sa vie

Nous avons quasiment tous tendance à vouloir offrir à nos enfants autant de choses que possible, mais parfois, les parents se rendent compte que ces derniers n’apprécient tout simplement pas ce qu’ils ont, et qu’ils en veulent toujours plus. La surconsommation et le manque de gratitude peuvent conduire à de graves problèmes, et ils influencent le comportement de l’enfant. Il est donc essentiel de lui apprendre à apprécier ce qu’il a dès son plus jeune âge.

Comment ça marche : La technique d’apprentissage de la reconnaissance dépend de l’âge de l’enfant. Avec les tout-petits, il vaut mieux commencer par leur enseigner les bonnes manières, comme dire “merci” et “s’il vous plaît”. Les parents peuvent aussi tenter de transformer peu à peu le besoin de possession de l’enfant en besoin d’’acquisition d’expériences et d’émotions positives. Il est aussi très important de lui expliquer la valeur de l’argent, et pourquoi nous donnons la priorité à certaines choses plutôt qu’à d’autres.

Exemple : Au lieu de te concentrer sur la quantité ou la valeur des cadeaux pendant les fêtes, essaye plutôt de créer pour lui de jolis souvenirs qui ne sont pas uniquement liés aux cadeaux. Aller faire du patin à glace, jouer à des jeux de société ou inviter des amis n’encouragera pas ton enfant à consommer davantage, et cela lui montrera qu’il peut être heureux sans dépenser.

Que penses-tu de cet article ? As-tu déjà essayé l’une de ces techniques pour faire face à ton enfant lorsqu’il se comporte mal ? Peut-être as-tu d’autres conseils qui pourraient être utiles à nos lecteurs ? Partage tes expériences avec nous dans les commentaires, et fais profiter ton entourage de cet article !

Illustrations Polina Koshel pour Sympa