Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

Après avoir trouvé un magot de sa femme, mon ami a décidé de mener une enquête

1-2-
994

Le soir, sa femme disait souvent : “Je vais faire un tour”. Ça ne dérangeait pas Nico, car il pouvait profiter de son absence et de sa solitude. Nadia sortait ainsi deux ou trois fois par semaine au cours de la dernière année. Nico s’étonnait juste quand il faisait froid mais Nadia allait quand-même “faire un tour”.

— Tu vas avoir froid ! — disait Nico.

— Je vais mettre ma doudoune, — répondait Nadia.

Un jour, Nico a proposé de l’accompagner mais Nadia a dit : “Non, chéri, je préfère me promener toute seule”. “Tant pis pour toi”, — a pensé Nico.

Tout allait bien. Nadia partait se promener et Nico profitait de sa solitude. Mais un jour, un incident s’est produit.

Un dimanche matin, Nico s’est réveillé trop tôt et en se levant, il a découvert que sa pantoufle était trouée. Il savait qu’il en avait une autre paire et est allé la chercher dans le placard.

Il a ouvert la boîte la plus proche : il y avait les chaussures de Nadia à l’intérieur. Mais à côté, il a trouvé quelques billets de 10 euros. Au début, Nico était tout content d’avoir trouvé de l’argent. Puis, il s’est demandé : mais d’où viennent-ils ?

Nadia n’était pas le genre de personne à oublier l’argent dans une boîte à chaussures. “Peut-être, c’est moi, qui l’ai laissé ici ?” — s’est-il demandé. Mais ce n’était pas possible : Nico cachait parfois de l’argent, mais pas dans les affaires de sa femme.

En plus, ils avaient l’habitude de mettre l’argent liquide dans le tiroir du bureau, et à la fin du mois, ils comptaient leurs dépenses ensemble, sans rien cacher l’un à l’autre. Mais là, quelle surprise !

Nico voulait réveiller Nadia pour lui demander d’où venait cet argent mais il a préféré attendre pour savoir ce qui se passerait avec ces billets.

Le soir, comme son habitude, Nadia lui a dit : “Je vais faire un tour”. Dès qu’elle est sortie, Nico a ouvert la boîte : l’argent n’était pas là.

“Hmm”, — s’est dit Nico.

Il a décidé de mener une enquête.

Quelques jours plus tard, il a trouvé de nouveau des billets dans la boîte. Puis, ils ont disparu. Mais ils ont réapparu un peu plus tard.

Il a fini par en déduire que c’était une “réserve” secrète de Nadia. Mais pourquoi avait-elle besoin de cet argent ? Qu’est-ce qu’elle achetait avec ?

Nico a demandé conseil à ses amis. Je lui ai conseillé de poser la question à sa femme. Mais Nico a suivi un autre conseil : poursuivre Nadia pour savoir où elle allait régulièrement le soir.

Lorsque Nadia a quitté la maison, Nico est sorti juste après. Nadia est allée au magasin, où elle a fait quelques courses (Nico n’a pas pu voir ce qu’elle avait acheté).

Elle est sortie du supermarché et s’est dirigée dans la direction opposée de la maison. Nico l’a poursuivie. Nadia est arrivée dans un vieil immeuble et y est entrée. Nico voulait l’arrêter mais il a vite compris que c’était inutile : il fallait continuer son enquête pour avoir plus de preuves.

C’était clair : Nadia voyait un homme. Elle mentait à son mari en disant qu’elle allait se promener mais en réalité, elle achetait du vin et quelque chose à manger et allait chez son amant.

Nico a conclu que leur vie conjugale avait été complètement gâchée, parce que sa femme l’avait trompé. Mais il a décidé de mener son enquête jusqu’à la fin pour prendre Nadia en flagrant délit.

“Elle va voir !” — m’a-t-il crié au téléphone.

Bientôt, il a appris que Nadia allait dans l’appartement au dernier étage. À la maison, il faisait comme si de rien n’était. Même si c’était dur pour lui. Il a dit à Nadia qu’elle ronflait et l’empêchait de dormir pour qu’il aille se coucher sur le canapé du salon.

Enfin, Nico a décidé de visiter cet appartement maudit. Il avait tellement envie de taper ce type ! Il était grand et musclé et pouvait le taper bien fort.

Il a sonné à la porte : personne n’a ouvert. “Il a dû avoir peur !” — a-t-il pensé.

Alors, il a commencé à toquer à la porte et à crier : “Ouvre !”

Trois minutes plus tard, la porte s’est ouverte. Nico a marché à l’intérieur de l’appartement. Il avait du mal à se retenir pour ne pas frapper le propriétaire tout de suite.

Mais c’était une petite mamie. Une mamie avec une canne. Elle portait des lunettes et un gros gilet tricoté.

“Où est-il ?” — a demandé Nico d’une voix fâchée.

“De qui parlez-vous ? — s’est étonnée la mamie. — Et qui êtes-vous ?”

Nico a regardé autour de lui. Il a compris qu’il n’y avait pas d’homme ici. C’était l’appartement d’une grand-mère.

Nico a regardé en direction de la cuisine et a vu le sac du supermarché qui avait sûrement été apporté par sa femme.

“Qu’est-ce qu’il y a dans ce sac ?” — a demandé Nico en se sentant comme un idiot.

Oui, Nadia rendait visite à une mamie. Cette mamie qui ne pouvait plus se déplacer pour faire ses courses, elle n’y voyait pas bien et elle entendait mal. Elle n’était pas sa famille. C’est simplement que Nadia était une personne très gentille. Elle compatissait avec sa situation.

Nico et Nadia ont quand-même eu une conversation. Nico a avoué qu’il était idiot et qu’il avait poursuivi Nadia. Il y avait juste une question qui l’inquiétait : pourquoi Nadia ne lui avait rien dit ?

— Nico, c’est tout simple, — s’est moquée Nadia. — Tu aurais sûrement dit que nous n’avons pas assez d’argent pour en donner à une mamie inconnue !

— Hmm... Ouais... Honnêtement, c’est exactement ce que j’aurais dit. Bon, d’accord, demain on ira chez ta mamie ensemble. Il faut sûrement lui acheter des patates et ce sera lourd à porter pour toi.

Sympa publie ce texte avec l’autorisation d’Alexey Beliakov, blogueur et écrivain, auteur du livre Lettres à ma fille.

1-2-
994
Partager cet article