Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

D’après les scientifiques le secret d’un mariage qui dure se trouve dans les gènes

1-24
707

Les raisons de tomber amoureux de quelqu’un peuvent être nombreuses. Cependant, le fait qu’une relation réussisse et dure pendant de nombreuses années, ne dépend parfois pas seulement de l’amour. Une nouvelle étude menée par des chercheurs de la Yale School of Public Health a montré que le bonheur à long terme dans un mariage dépend aussi du facteur génétique.

Sympa veut partager avec ses lecteurs les résultats de ces recherches intéressantes et novatrices qui donnent une place de choix à la science dans les meilleures histoires d’amour.

1. En quoi a consisté cette étude

Joan Monin, professeure à la Yale School of Public Health, et son équipe de chercheurs ont étudié 178 couples mariés âgés entre 37 et 90 ans. Chaque participant a répondu à un questionnaire sur son sentiment de sécurité et de satisfaction conjugale, tout en fournissant un échantillon de salive pour le laboratoire. L’équipe de recherche a constaté que lorsqu’un partenaire avait le même génotype, la satisfaction conjugale était plus grande, selon l’enquête menée précédemment. De même, une comparaison a été faite avec d’autres couples ayant des génotypes différents.

2. Le génotype GG : la formule de l’amour

Ce gène est scientifiquement appelé OXTR rs53576, mais il est plus connu sous le nom de gène de l’amabilité, ou “génotype GG”, et sa variante avait déjà été étudiée dans d’autres recherches sur l’empathie. Ce gène joue un rôle fondamental dans les processus émotionnels en atténuant la réponse au stress et en favorisant les sentiments de tranquillité et de bien-être.

3. Un mariage sûr et sans attaches angoissantes

Selon les experts, les différences entre les personnes qui possèdent ce gène et celles qui ne le possèdent pas résident dans la réception de l’ocytocine. La recherche a montré que les conjoints ayant le génotype GG faisaient preuve de moins de sentiments d’"attachement anxiogène" dans leur mariage, ce qui profite considérablement à la relation, ainsi qu’une plus grande disposition à la monogamie.

4. La clé, c’est l’ocytocine.

L’ocytocine est l’hormone produite dans l’hypothalamus qui aide à façonner les comportements sociaux et émotionnels. On l’a appelée “l’hormone de l’amour”, car des concentrations élevées d’ocytocine peuvent influencer le lien affectif, le développement de la confiance en l’autre et le sentiment de loyauté et d’appartenance, selon les études. Cela signifie que les personnes qui ont le gène GG ont une plus grande possibilité de produire cette hormone et, par conséquent, d’être plus empathiques avec l’autre.

5. Que se passe-t-il si je n’ai pas le gène ?

L’étude ne signifie pas que ceux qui n’ont pas le même génotype ne peuvent pas construire des relations profondes et vraies, mais qu’ils présenteront certainement des difficultés émotionnelles, telles que des problèmes d’insécurité ou d’instabilité, dus à une possible hérédité génétique. Cependant, cela peut être résolu par d’autres facteurs non biologiques, tels que l’environnement ou l’éducation.

6. L’importance de la génétique dans l’amour

Cette étude de l’Université Yale a spécifiquement démontré que le génotype GG d’un individu et le génotype GG de son partenaire représentent ensemble environ 4% du facteur de satisfaction conjugale, soit un faible pourcentage. Cependant, ce facteur peut représenter un progrès et avoir des effets positifs sur la relation.

Qu’as-tu pensé de cette étude ? Tu crois que l’amour et la génétique vont de pair ? Nous voulons entendre tes commentaires.

Photo de couverture Parks and Recreations / NBC
1-24
707