Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

11 Plats de pauvres qui sont aujourd’hui servis dans les restaurants à un prix parfois excessif

“Nécessité fait loi”. Ce célèbre proverbe décrit parfaitement l’origine de certaines recettes qui sont apparues dans différentes parties du monde grâce à l’ingéniosité de personnes tout à fait ordinaires. Bien que les pauvres devaient se préparer à manger à partir des restes de leur seigneur, certains plats se sont avérés être plus que tolérables et sont encore préparés et appréciés dans le monde moderne.

Chez Sympa, nous avons décidé de te présenter une liste de plats que les restaurants du monde entier essaient aujourd’hui d’ajouter à leur menu, même s’il y a encore quelque temps cela, ils étaient considérés comme de la nourriture pour pauvres.

La pizza

De l’huile d’olive, des tomates, des herbes et de la pâte à pain : voici la recette tout à fait simple de l’ancienne pizza italienne. La pizza était le plat principal des Italiens pauvres et il n’était bien évidemment pas du tout question de raffinement.

Le “statut social” de la pizza a changé grâce à Marguerite de Savoie, la seconde Reine d’Italie. Un jour, la jeune femme a décidé d’essayer quelque chose de simple, et le chef cuisinier lui a préparé une pizza où les couleurs des ingrédients sont celles du drapeau italien. La Reine a grandement apprécié ce plat, et la pizza Margherita, qui a été nommée en son honneur, est devenue la carte de visite de l’Italie.

Dans certains restaurants du monde, la pizza est hors de prix. Les fans du livre Mange, prie, aime, écrit par Elizabeth Gilbert, peuvent goûter le plat préféré du personnage principal dans le restaurant L’antica Pizzeria Da Michele à Naples. C’est une succursale du célèbre restaurant anglais qui est célèbre pour son menu raffiné et très coûteux. Le restaurant Proper Pizza NZ en Nouvelle-Zélande prépare des pizzas avec des ingrédients inhabituels comme, par exemple, les truffes noires. Tu pourras aussi trouver des pizzas luxueuses en plein centre du Brésil, dans le restaurant A Pizza da Mooca : elles y sont délicieuses, belles, et très chères.

Le poisson fugu

Qui ne risque rien ne mange pas de fugu. Ce poisson de la taille d’une paume de main est une véritable légende de la cuisine japonaise. Pour les gourmets du monde entier, il s’agit d’un plat excellent qui permet d’avoir des sensations fortes : en fait, le corps du poisson fugu est imprégné de tétrodotoxine, qui est encore plus toxique et dangereux que le cyanure de potassium.

Les Japonais connaissaient le secret de la préparation du poisson fugu et ils mangeaient ce poisson plus que dangereux bien avant l’apparition des restaurants. N’importe qui pouvait se permettre cet animal-tueur, sauf l’empereur : il lui était interdit de prendre des risques.

La lotte

La lotte est un poisson qui est loin d’être très attrayant. Mais comme on le dit, l’apparence est trompeuse, car il a très bon goût et est depuis longtemps devenu le favori des gourmets et des meilleurs cuisiniers du monde.

Cependant, ce poisson a dû faire un long chemin avant de devenir un “client” régulier des restaurants les plus célèbres du monde. Autrefois, la lotte était vulgairement appelée “homard des pauvres” et a failli être interdite en France, où tout ce qui est laid était tabou. Néanmoins, ce poisson est maintenant servi comme un plat gastronomique coûteux.

Le quinoa

Les adeptes de l’alimentation saine et les influenceurs sur Instagram ont présenté au monde une nouvelle facette du quinoa : ils font la promotion de ce produit sain sur les réseaux sociaux et grâce à cette publicité, le quinoa coûte aujourd’hui plus de 8 $ le paquet.

Cet aliment est désormais souvent utilisé dans la préparation de différents plats, mais il y a quinze ans seulement, il était considéré comme étant uniquement de la nourriture pour pauvres.

Les sushis

Les sushis ont reçu le titre de plat raffiné et leur place dans le menu des meilleurs restaurants du monde il n’y pas si longtemps que ça. Auparavant, ils étaient principalement consommés par les pêcheurs japonais pauvres et il y a encore quelques années, personne ne les prenait en photo pour les poster sur Instagram.

Le prix des sushis a explosé au milieu du XXe siècle. Ce phénomène serait dû à l’établissement de liens étroits entre le Japon et d’autres pays du monde et à un afflux considérable de touristes.

La soupe à l’oignon

Pendant plusieurs siècles, la soupe à l’oignon était considérée comme étant de la nourriture pour pauvres, jusqu’à ce que Louis XV décide de le préparer avec du bouillon de champagne.

Selon Alexandre Dumas, la soupe à l’oignon aurait plu au roi Stanislas de Pologne après qu’on lui a servie dans une auberge de Châlon, et le monarque en aurait même demandé la recette au chef cuisinier pour la conseiller à son homologue, le roi de France, lors de son arrivée à Versailles.

Le coût de la soupe à l’oignon dépend bien évidemment des ingrédients, mais il faut bien avouer que manger un plat qu’appréciaient les rois est déjà en soi un réel plaisir !

Le tiramisu

Le mélange d’œufs, de mascarpone, de boudoirs et de café a un effet revigorant sur tous les fans de tiramisu dans le monde entier. De nombreuses régions italiennes se battent pour s’approprier la paternité de ce célèbre dessert caféiné, mais ce dernier a très certainement été inventé à Trévise en 1970. Le jaune d’œuf fouetté avec du sucre servait à l’origine de boisson énergétique aux travailleurs ordinaires de cette petite ville italienne.

De célèbres chefs cuisiniers italiens ont peaufiné la recette du tiramisu grâce à de la crème à base de fromage blanc, des biscuits, et du café. Bien que la recette initiale ne contienne ni blancs d’œufs, ni liqueur, certains chefs font des expériences avec divers ingrédients, afin de donner au dessert un peu plus de piquant.

En 2006, le tiramisu a été ajouté à la liste des desserts de l’Union européenne.

Le bigos

L’ancêtre du célèbre plat traditionnel polonais (tel que nous le connaissons aujourd’hui) était le bigos des “brigands” dont l’ingrédient principal était le chou. Cette version de la recette était populaire parmi les Polonais pauvres, mais les nobles y ajoutaient aussi de la viande et des saucisses.

Après avoir parcouru un long chemin depuis la nourriture pour pauvres jusqu’au joyau de l’Olympe culinaire de plusieurs pays, ce plat “tout en un” est devenu le sujet d’admiration de plusieurs poètes et de nombreuses célébrités. Adam Mickiewicz a même dédié au bigos un vers dans l’un de ses poèmes.

Le livarot

Au XIXe siècle, ce fromage doux à la moisissure rouge était appelé la “viande du pauvre” : c’était l’un des aliments les plus populaires chez les Normands. Aujourd’hui, le livarot est produit en quantité limitée et il est presque introuvable dans les rayons des supermarchés. Dans les restaurants, ce mets est servi uniquement accompagné de vin français de qualité.

Selon la loi de l’Union européenne et de l’Institut national de l’origine et de la qualité, ce type de fromage ne peut être fabriqué que dans la commune de Livarot.

Le poisson rouge

La phrase “les pauvres Écossais étaient forcés de manger du saumon et de la truite” doit paraître étrange, mais c’était effectivement le cas. Autrefois, les eaux écossaises regorgeaient de saumons.

De nos jours, le saumon est considéré comme un mets délicat, il coûte cher et il n’est en rien inférieur aux fruits de mer tels que les moules ou les huîtres.

Les pâtes

Durant l’époque de la Renaissance, les pâtes avec des légumes, du fromage et de l’ail étaient la principale nourriture des Italiens pauvres. Les roturiers les mangeaient avec les mains, car ils ne disposaient pas de couverts.

Les pâtes ont gagné en popularité et sont devenues le plat le plus consommé en Italie au XVIe siècle : aucun banquet ne pouvait s’en passer. Et quand les premières usines de pâtes sont apparues, ce plat est carrément devenu le trésor national de l’Italie.

Nous retrouvons souvent différentes recettes de pâtes dans les menus des restaurants les plus chers du monde. Par exemple, dans la ville américaine de Providence, il existe un endroit merveilleux nommé Al Forno où les pâtes cuites à la crème, à la sauce tomate et aux cinq fromages sont proposées à un prix que l’on peut peut qualifier de luxueux. Mais il paraît que cela en vaut vraiment la peine. Le restaurant anglais Padella est célèbre pour ses pâtes faites maison et, bien évidemment, pour ses prix élevés.

Écrire un tel article nous a donné faim et nous sommes maintenant prêt à aller manger tous les plats qui sont présents dans notre sélection... À part peut-être le poisson fugu...

Alors, as-tu déjà mangé l’un des plats présentés ci-dessus ?
Et toi, as-tu une recette de famille facile mais inoubliable ?
N’hésite pas à la partager avec nous dans les commentaires !