Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

16 Papas qui, par leur propre expérience, savent qu’un “congé parental” et un “congé ordinaire” n’ont strictement rien en commun

Aujourd’hui, les hommes s’occupent des enfants au même titre que les femmes. Il y a beaucoup de représentants de la gent masculine qui ont pleinement vécu la période bien agitée qui suit la naissance du bébé, avec ses nuits blanches et des tentatives de concilier la vie professionnelle et le quotidien familial...

Sympa s’est plongé dans des histoires d’hommes qui ont très vite appris ce que signifie être parents 24 h/24, 7 j/7 !

  • Chez nous, c’est moi qui me suis occupé de notre fille. Mes journées ressemblaient à ceci : le matin, préparer le biberon et le lui donner, aller ensuite au travail, le soir lui donner son bain, puis faire son dîner et la coucher. Se lever la nuit si elle pleure. Le week-end, laisser ma compagne s’absenter, si besoin, et garder le bébé pendant ce temps-là. Tout ceci, malgré nos accords initiaux que les pleurs nocturnes et le biberon du matin étaient du ressort de celle ou celui qui était en congé. La période la plus dure a été lors de la deuxième poussée dentaire. Je berçais ma fille en lui chantant des berceuses jusqu’à 5 heures du matin, et à 7 heures, il fallait se lever pour aller travailler. © Giltias1 / Pikabu
  • Il est très difficile d’être père. Pas celui qui a “fait” le bébé, et qui ensuite le promène une ou deux fois par semaine. Mais celui qui cuisine, nettoie, change la couche, donne le biberon, prépare le bain, berce, joue, apprend, connaît la taille de ses vêtements et les achète. J’ai du mal à imaginer comment ma mère a réussi à élever cinq enfants toute seule. © ego_trickster / Twitter
  • C’est toujours moi qui accompagne ma fille chez le médecin et qui la garde à la maison lorsqu’elle est malade, parce qu’il se trouve que sa mère y arrive un peu moins bien. Ma fille est plus calme avec moi, et on ne se chamaille pas du tout. © monsterizbolota / Pikabu
  • Je réveille mes fils à 6h45 pour aller à l’école. Je leur prépare le petit déjeuner. Quand ils rentrent de l’école, on fait les devoirs. Je prépare le dîner, on joue un peu ensemble, et lorsqu’ils vont se coucher, je commence à travailler. Pendant les vacances d’été, ils sont à la maison toute la journée, et on passe du temps ensemble. Le soir, quand tout le monde s’endort, je reste éveillé pendant encore quelques heures à écrire pour mon travail. © Ken Miyamoto / Quora

  • Quand j’ai pris mon congé parental, j’avais le projet de garder mon enfant et faire du télétravail en même temps d’une manière ou d’une autre. Mais ceci n’est pas faisable. Tu craques complètement, lorsque, par exemple, tu ranges ton appartement, et qu’à un mètre de distance, tu es suivi par un être qui met tout en pièces, et qui NE COMPREND PAS qu’il ne faut pas le faire, peu importe la façon dont tu le lui expliques. Il y a des jours, où tu aurais préféré décharger deux camions de briques... © TUT.BY / YouTube
  • Je travaille dans une usine avec des machines très bruyantes et je les écoute à longueur de journée. Mais quand mon fils pleure pendant longtemps, je me surprends souvent à crier sur lui à la fin. J’ai tellement honte à cause de cela ! © abdelrahmanhfayek / Reddit
  • Mon mari n’appréciait pas le fait que les toilettes publiques des messieurs ne soient presque jamais équipées de tables à langer. Comme si un homme ne pouvait pas avoir besoin de changer la couche à son enfant. Mon époux était donc contraint d’utiliser les toilettes pour personnes handicapées (faisant probablement attendre quelqu’un qui en avait besoin), ou bien il s’incrustait dans les toilettes des dames à ses risques et périls. © InsomniacEnglish / Reddit

  • J’ai vécu la discrimination de première main. Je me suis occupé de mon enfant à temps complet, parce que ma femme travaillait. J’en ai informé l’école maternelle, les médecins et d’autres personnes, mais ils ont continué quand même à appeler ma femme, quand il y avait besoin de contacter les parents. Elle les redirigeait alors vers moi. Plusieurs personnes m’ont même félicité, en disant à quel point c’était gentil de ma part “d’aider ma femme avec les enfants”. Mais ce n’est pas glorieux. C’est plutôt triste. Je suis un père, pas un “aidant”. Ce ne sont pas les enfants de ma femme, ce sont nos enfants communs, et je me soucie d’eux parce que ce sont mes enfants, et non pas parce que je souhaite “aider”. © Eivind Kjørstad / Quora
  • Selon mes amis, je n’aurais pas dû aller à la maternité, mais plutôt dans un bar pour fêter l’événement. Un jour, j’ai emmené mon fils faire son vaccin. Il a un peu pleuré, car la piqûre lui a fait mal. Alors l’infirmière a dit quelque chose comme : “Ne pleure pas, maman va te prendre dans ses bras.” Et moi alors, son papa, ne suis-je donc pas capable de le faire ? © Tom Laurence / AdMe

  • Quand mon premier fils avait dix mois, je suis partie à l’hôpital pour une petite intervention chirurgicale programmée. Après l’opération, le médecin a remarqué : “Vous avez l’air heureuse, et pourtant vous devriez avoir mal, non ? Ne voudriez-vous pas rentrer très vite chez vous ?” Et même si, en effet, cela me faisait mal, je n’étais pas pressée de rentrer à la maison. Et j’étais même un peu contente d’avoir laissé mon mari s’occuper de son fils pendant trois jours, quand bien même, avant mon départ, j’avais préparé pas mal de choses pour mes garçons, pour qu’ils ne manquent de rien pendant mon absence. Mon mari n’avait pratiquement rien à faire, juste à s’occuper de son fils. Mais cette expérience s’est révélée bénéfique pour lui, de sorte qu’après la naissance de notre deuxième enfant, mon époux cherche désormais à s’occuper davantage des enfants pour que j’en profite pour me reposer. Tantôt, il passe du temps avec eux au réveil, pour que je puisse dormir plus longtemps, tantôt, il me propose d’aller me faire couler un bain et de rester en paix pendant une petite demi-heure pendant qu’il se charge des petits. © Дарёная / AdMe
  • Ma femme et moi avons établi un planning : à tour de rôle, deux jours avec l’enfant à la maison, puis deux jours de “repos” au travail. Nous avons vécu comme cela pendant un an. Ensuite, ma femme a trouvé un emploi avec un salaire plus élevé, quant à moi, j’ai pris un congé parental. Ce qui me manquait le plus durant cette période était un emploi du temps relatif à l’enfant. © MEDIASPACE // МЕДИАСРЕДА / YouTube

  • J’ai trois rouquines chez moi, qui me donnent très peu de reconnaissance et me manquent même de respect. Alors que le simple fait de préparer ces demoiselles pour l’école est une véritable corvée ! Je passe trois heures sur la route pour les amener à l’école, et une fois rentré, je dois choisir entre manger ou me reposer pendant le laps de temps (une heure ou une heure et demie) dont je dispose avant de devoir repartir les chercher. © Nicholas Cobb / Quora

  • J’ai pris un congé parental de cinq mois lorsque ma fille a eu 14 mois. La chose la plus difficile à vivre, c’était l’absence de pauses. Je vous explique. Le mois dernier, je suis retourné au bureau en raison d’un jour par semaine. Au bureau, j’étais en vacances ! Il y avait des conversations d’adultes. Quand j’avais besoin d’une pause, je me servais une tasse de café et feuilletais simplement un magazine. Les gens ne me criaient pas dans les oreilles lorsqu’ils voulaient quelque chose. Quand je disais aux collègues : “Désolé, cela ne sera pas possible”, ils l’acceptaient. Quand je leur disais que telle chose serait faite la semaine d’après, ils étaient d’accord. Quand je voulais réfléchir à quelque chose, je pouvais m’isoler dans une pièce et revoir mes écritures sur le tableau pendant le temps nécessaire. Personne ne m’accompagnait pour aller aux WC, et j’avais même le droit de fermer la porte ! © Markus Finster / Quora

Qu’est-ce qui te semble le plus laborieux : élever les enfants ou aller travailler ? N’hésite pas à partager avec nous ton expérience dans les commentaires !

Partager cet article