19 Personnes ont partagé leurs souvenirs d’enfance où les adultes ne respectaient pas leurs limites personnelles

Les adultes ne pensent pas toujours à respecter les limites personnelles des enfants. En conséquence, nous avons tous nos rancunes d’enfance, mais en grandissant, nous faisons souvent les mêmes erreurs avec nos propres enfants.

Chez Sympa, nous sommes persuadés qu’il est possible d’éviter ce genre de situations si on arrive à prendre du recul et à les analyser. C’est pour cette raison que nous avons décidé de publier les histoires des internautes qui ont partagé leurs mauvais souvenirs d’enfance.

  • Personne dans ma famille ne savait rien sur les limites personnelles. Je partageais la chambre avec ma petite sœur, et ma mère m’interdisait de fermer la porte. Il était également impossible de verrouiller la porte de la salle de bain : il n’y avait pas de clé. Pourtant, ma grand-mère avait l’habitude d’entrer brusquement dans la salle de bain pendant que je prenais ma douche pour y prendre du savon ou mettre des affaires au lavage. Quand j’étais au téléphone, j’essayais de parler très bas car si ma famille m’entendait, ils demandaient toujours : " C’est à qui que tu parles là ? "
    À l’âge de 12 ans, j’ai commencé à écrire un journal intime et deux mois plus tard, ma mère m’a appelée dans la cuisine. En arrivant, je l’ai vue debout, mon journal à la main. En pensant au fait qu’elle connaissait tout sur ma vie privée, j’ai eu le souffle coupé, mais elle a choisi une page au hasard et a demandé : " C’est quoi cette lettre ? Tu écris très mal “. Maintenant, je me demande pourquoi après avoir tout lu, elle s’était inquiétée de la calligraphie au lieu de se poser des questions sur mon état psychologique. © strongasf**k / Pikabu

  • Un jour, quand j’étais à la maternelle, j’ai trouvé un petit pendentif en forme de cœur. Il était en pierre à facettes et brillait très joliment. Je ne sais pas s’il était précieux. Quand je l’ai montré à la maîtresse, elle a dit : ” Laisse-le-moi pour ne pas le perdre, je vais le garder jusqu’à l’arrivée de ta mère “. J’ai obéi. Le soir, quand ma mère est venue me chercher, je lui ai dit : ” Tu vas voir ce que j’ai trouvé aujourd’hui ! " et j’ai appelé la maîtresse. Elle m’a regardée et a expliqué à ma mère : " Elle a trouvé un morceau de verre. Je l’ai jeté ". Luka13 / Pikabu

  • J’avais 15 ans, quand en revenant du travail, ma mère m’a dit qu’elle avait une surprise pour moi. J’étais tellement heureuse et excitée de la voir arriver avec un chiot bâtard ! Je l’ai appelé Tchoupi et j’ai passé l’été à le promener dans le parc et à lui apprendre à marcher en laisse. Parfois, on s’amusait tout simplement tous les deux... Peu de temps après, ma mère m’a annoncé qu’elle allait envoyer le chien à la campagne chez ma sœur. Elle a dit que je devais bien comprendre que c’était une mauvaise idée de laisser un chien bâtard dans l’appartement. Je me rappelle caresser Tchoupi pendant qu’il léchait mes larmes. Le soir même, ma sœur est venue récupérer mon chien. © OlgaOlgina / Pikabu

  • Mon père sait toujours mieux. Voici un exemple. Un jour quand j’étais petit, nous étions en train de manger des pâtes à la sauce tomate. J’ai mis un peu de sauce sur le côté de mon assiette. Mon père :
    — Mélange les pâtes à la sauce, c’est meilleur comme ça.
    Mais moi, j’aimais manger les pâtes nature en prenant juste un peu de sauce de temps en temps.
    — Mélange ta sauce !
    — J’ai pas envie..
    Alors mon père a pris la cuillère de la sauce, l’a léchée et m’a tapé le front avec. Aujourd’hui, alors que j’ai 40 ans, plus personne ne me donne de coup de cuillère sur le front, mais à chaque fois que mes parents m’appellent, je trouve mille excuses pour ne pas aller les voir car leur attitude n’a pas changé. © Dr.Fa / Pikabu
  • À l’école maternelle, je n’ai jamais fait la sieste. Un jour, quand la maîtresse est allée dans la pièce voisine, un garçon s’est approché de moi. Nous nous sommes assis sur le lit, tous les deux en sous-vêtements, et nous nous sommes mis à tirer des plumes de l’oreiller. Nous soufflions sur ces plumes en les faisant voler, et trouvions ça très amusant. Soudain, la maîtresse est revenue en courant et s’est exclamée : " Quelle horreur, la honte ! " Bref, sans nous laisser nous habiller, elle nous a fait passer dans toutes les autres classes en disant : " Ces deux enfants terribles étaient assis sur le même lit et faisaient n’importe quoi ! " J’avais très peur d’imaginer ce qu’elle dirait à mes parents. Quand ma mère est venue me chercher, la maîtresse lui en a parlé mais puisque l’histoire s’est terminée là, je peux conclure que ma mère a été plus intelligente que l’enseignante. © Уник / AdMe
  • Nous n’avons jamais fêté mon anniversaire mais pour mes 10 ans, mes parents m’ont offert un grand kit de feutres. Je me suis tout de suite mise au dessin. Au cours de l’année, j’ai créé toute une ville avec des maisons et des familles qui avaient des enfants et des animaux domestiques. Les personnages travaillaient et gagnaient de l’argent. Bref, c’était une version papier des Sims. À peu près en même temps, une amie m’a offert un joli carnet bleu décoré de coquillages. J’ai commencé à écrire une histoire sur une fille qui s’est retrouvée au royaume sous-marin. Puis, un jour, ma mère a fait un grand ménage. Toutes mes créations ont été envoyées à la poubelle, y compris la ville dessinée et le joli carnet bleu. Depuis, je n’ai plus jamais dessiné ni écrit d’histoires. © Nechainka / Pikabu
  • J’ai une sœur qui est seulement un an plus vieille que moi. J’ai toujours senti qu’elle m’en voulait pour quelque chose, mais elle n’a jamais dit pour quoi. Mais récemment, elle a avoué : quand nous étions petites, nous n’avions pas beaucoup de jouets. Un jour, la marraine de ma sœur lui a offert une très jolie poupée. Elle était blonde, ses bras et ses jambes se pliaient et en plus, elle avait cinq belles robes. Ma sœur l’adorait et l’emmenait partout avec elle. Mais une semaine plus tard, nos parents lui ont dit qu’elle était trop grande pour jouer aux poupées et qu’elle devait me la donner. Et moi, j’ai coupé ses beaux cheveux et abîmé toutes ses robes.
    En entendant cette histoire, j’ai eu honte de moi et de mes parents. Maintenant, j’essaie de trouver une poupée pareille pour m’excuser et pour aider ma sœur à pardonner cette rancune d’enfance. © Подслушано / ideer
  • Quand j’étais adolescente, j’acceptais le fait que mes parents ne toquaient jamais à la porte de ma chambre avant d’entrer. Mais lorsque j’avais déjà 20 ans, ma mère (sachant très bien que j’étais avec mon copain) a brusquement ouvert ma porte et savez-vous ce qu’elle a dit en nous voyant ? " Les jeunes, vous préférez la viande ou le poisson pour le dîner ? " © Karteneya / Pikabu
  • Un garçon a insulté mon frère. Alors moi, je l’ai insulté aussi. Mon frère a rapporté à nos parents que j’avais dit un gros mot et ils m’ont calée au coin. J’ai serré mon oreille contre le mur et j’écoutais la télé des voisins en pleurant. Je lui en veux encore aujourd’hui : c’était lui, que je voulais protéger. © Sofia Nikitina / Facebook
  • Au lycée, j’ai écrit une rédaction sur une nouvelle de Guy de Maupassant. La prof m’a mis 10 parce que mon opinion ne correspondait pas à la sienne. J’étais tellement fâchée, que, sans même en parler au proviseur, j’ai envoyé ma rédaction dans un magazine littéraire local. Quand ils ont publié une partie de mon texte, le proviseur m’a félicitée, mais la prof non seulement n’a pas corrigé la note, mais en plus, elle a continué à me mettre de mauvaises notes. En conséquences, j’ai eu 11 dans mon bulletin alors que c’était ma matière préférée ! © Подслушано / vk
  • Mon père nous a emmenés manger une glace et puis, nous a laissés seuls à l’aéroport pour partir chez sa nouvelle femme. J’avais 12 ans et ma sœur en avait seulement 7. Après avoir passé le contrôle, il a appelé son ami pour lui demander de nous ramener à la maison. La seule chose qui l’inquiétait c’est que nous ne disions rien à notre mère car il lui devait quelques centaines de dollars de pension alimentaire et avait peur qu’elle ne l’arrête. Mais je n’ai pas pu le garder pour moi et j’ai tout raconté à ma mère. © FillinThaBlank / Reddit
  • À l’école primaire, pendant le cours de maths, j’ai dessiné une femme. La prof m’a attaché le dessin sur le dos et m’a mise debout devant toute la classe. J’ai 40 ans, mais je me rappelle encore de cette rancune. Cependant, j’aime toujours dessiner. © Елена Середа / Facebook
  • Quand ma femme était petite, elle avait hâte de recevoir son cadeau d’anniversaire. Enfin, le jour est arrivé et ses parents lui ont tendu une boîte joliment emballée et attachée par un ruban en soie. Ma femme a tout de suite retiré l’emballage, mais en ouvrant la boîte, elle y a trouvé... une petite poupée toute nue et sale et qui avait un seul œil. Elle était tellement déçue, qu’elle a pleuré, alors que ses parents ont sorti une autre poupée, belle et neuve, en rigolant. Ils ont réussi à choquer leur fille mais elle n’a jamais aimé la jolie poupée et a préféré la première, abîmée et malheureuse. © Lobastik / Pikabu
  • J’ai écrit un poème triste, sur l’amour malheureux. C’était avant mon adolescence. Je l’ai montré à ma mère mais elle a commencé à le réciter de façon tellement méprisante et moqueuse que j’avais l’impression d’être giflée. Depuis ce jour-là, je ne montre jamais mes poèmes aux proches. © Татьяна Писарева / AdMe
  • J’ai toujours détesté aller à l’école. J’étais maladroite mais les profs me considéraient stupide et m’isolaient des autres enfants. À la maternelle, la maîtresse a même mis ma chaise face au mur, loin des autres. Mes parents ne me soutenaient pas non plus car eux aussi, ils me trouvaient bizarre. Il paraît que ma mère voulait que je ressemble aux filles populaires de ma classe et elle était gênée d’avoir une fille " différente ". Pour n’embêter personne, je passais mes journées à manger des bonbons et des chips au lit. J’ai pris du poids et, pendant l’adolescence, le harcèlement scolaire m’a menée à développer de l’anxiété. C’est seulement après avoir terminé l’école et déménagé dans une autre ville que j’ai pu surmonter ces problèmes. © Anonymous / Quora
  • Mon père me faisait me sentir mal à chaque fois qu’il me donnait quelque chose. C’est comme si je devais le supplier. Nous étions pauvres, et l’argent que nous recevions était principalement dépensé pour les mauvaises habitudes de mon père. Je me culpabilisais à chaque fois que je lui prenais de l’argent pour quelque chose, même pour la nourriture. Maintenant, je déteste demander quoi que ce soit. © Praise_Bob_Dobbs / Reddit
  • Quand j’avais 11 ans, en revenant à la maison, j’ai découvert un dinosaure en peluche, aussi grand que moi. Il était dans son emballage et je n’ai pas osé l’ouvrir, en décidant d’attendre le retour de ma mère. Mais en revenant, elle m’a emmenée chez son amie où elle a offert le dinosaure à un bébé de six mois devant mes yeux. J’étais très déçue et m’a mère m’a promis de m’acheter une grande peluche. J’ai déjà 25 ans mais je n’en ai jamais eue. En revanche, quand j’écrivais ma thèse à la fac, j’ai raconté cette histoire à ma directrice, prof géniale et personne très gentille. Deux jours plus tard, elle m’a offert une peluche mignonne : pas très grande mais la plus grande de tous les jouets que je n’aie jamais eus. © Bezynazap / Pikabu

Y a-t-il des erreurs que tu souhaiterais éviter dans les relations avec tes propres enfants ? As-tu des rancunes d’enfance ? Parfois, rien que d’en parler peut faire du bien. N’hésite donc pas à partager ton histoire avec nous dans les commentaires.

Partager cet article