Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

19 Personnes ont raconté comment leurs parents les punissaient quand ils étaient enfants

2-15
23k

Tous les enfants font des bêtises, ne respectent pas les règles et reçoivent de temps en temps une punition. Qui parmi nous n’a jamais été mis dans un coin ou privé de dessert ?

Chez Sympa, nous avons lu les souvenirs des utilisateurs de Reddit sur les punitions qu’ils avaient subies quand ils étaient petits et avons été surpris de découvrir que pour certains parents l’interdiction de jouer ou de sortir de la chambre était trop banale.

  • Ma demi-sœur a été privée de dîner tandis que tous les autres ont partagé un grand plateau de nachos. Puisqu’on s’entendait bien avec ma demi-sœur, plus tard ce soir-là, je lui ai préparé un sandwich au beurre de cacahuète et à la confiture. La nuit, nous tous, sauf ma sœur, avons été très malades à cause des nachos. © MortisSafetyTortoise
  • Avec mon frère, nous avons tiré à l’arc sur un carton dans la cour. Étant trop jeune et trop bête, je me suis mis dans ce carton pendant que mon frère tirait dessus. Mes parents n’en étaient pas contents et pour me faire comprendre à quel point c’était dangereux, ils m’ont obligé à rester allongé sur le canapé pendant toute la journée en prétendant que c’était un lit d’hôpital. © lordofwar28
  • Mes parents étaient fâchés contre moi parce que je jouais beaucoup aux jeux vidéo (principalement les jeux de stratégie). Ils m’ont donc fait passer plus de temps avec mes amis. Il faut préciser que j’étais sociable et je voyais mes amis quelques fois par semaine mais pour mes parents n’importe quel jeu vidéo était mal. Alors, ils m’ont obligé à traîner dans le garage de mon pote où tous mes amis de 13 ans buvaient de l’alcool et fumaient. Je me suis toujours demandé pourquoi mes parents pensaient que les jeux de stratégie étaient plus dangereux pour moi qu’une amitié avec de jeunes alcooliques. © Suuperdad
  • J’ai essayé de piquer les frites de ma sœur, et nous nous sommes battus. Elle m’a donné un coup de fourchette. Mon père nous a fait sortir de table et nous a attaché face à face avec une corde en disant qu’il nous libérerait quand nous aurions appris à communiquer. © Dusty_Muffin_11
  • Quand j’avais 6 ou 7 ans je m’amusais dans la salle de bain en me balançant sur la barre du rideau de douche. Évidemment, elle est tombée et je me suis retrouvé par terre couvert du rideau mouillé. Mon père m’a dit : " Nicholas, je vais te raconter l’histoire d’un singe. Ce singe vivait dans la jungle et adorait se balancer sur un arbre sous lequel un lion furieux aimait se reposer. Le singe faisant trop de bruit, le lion lui a interdit de venir jouer sur son arbre. Mais le singe ne voulut pas obéir et le lendemain, il se retrouva sur le même arbre. Alors, le lion lui dit : “Je respecte ton courage et je te laisse choisir : veux-tu que je te morde la queue ou la tête ?” Le singe répondit : “Bien sûr que je choisis la tête !” Le lion fut très confus et demanda : “Mais pourquoi as-tu choisi la tête, alors que tu pourrais mener une vie normale sans la queue ?” Le singe lui expliqua alors : “Oui, mais si tu me mords la queue, je ressemblerai à cet horrible enfant humain Nicholas” ". Je suis resté bouche bée. © porkdrunk522
  • Quand j’avais 6 ans, un psychologue pour enfants a proposé à mes parents de me punir en me laissant debout sur un torchon au milieu du salon au lieu de me mettre dans un coin car ainsi, je pourrais voir toutes les choses intéressantes auxquelles j’aurais pu participer. Tout allait comme prévu jusqu’à ce que ma sœur de 2 ans ne décide que c’était amusant. Elle a pris un autre torchon et s’est mise à côté de moi. La punition devient moins efficace quand les parents ne peuvent s’empêcher de rire. © Sapientiam
  • Ma sœur de 7 ans ne rentrait jamais à l’heure. Un jour, elle est sortie pour 15 minutes mais deux heures et demie plus tard elle n’était toujours pas rentrée. Ma mère a décidé de lui donner une leçon. Elle a éteint toute la lumière et a fermé toutes les portes de la maison. Un quart d’heure plus tard, ma sœur est enfin revenue et a trouvé la maison fermée. D’abord, elle a eu peur. Puis, elle a commencé à frapper à la porte et à crier qu’elle ne voulait pas rester dehors. Ma mère était morte de rire ! Alors, ma sœur est allée taper dans la porte arrière qui était vitrée. Elle criait et frappait si fort, que ma mère a eu peur qu’elle ne brise la vitre. Elle est doucement sortie par la porte de devant, s’est approchée de ma sœur par derrière et a fait : " Bouh ! " © silima
  • Quand mon fils avait 8 ans je travaillais en enchaînant jours et nuits. C’était un travail sérieux et fatigant. Quand j’étais de nuit et que je rentrais à la maison le matin, j’allais tout de suite me coucher. Et là, ça commençait... Mon fils voulait que je descende son vélo, puis que je le remonte, puis que je trouve son ballon ou que je lui donne des sous pour une glace... J’essayais de lui parler, il m’écoutait mais le lendemain il recommençait comme si de rien n’était. Alors, une fois, quand j’étais de nuit, j’ai emmené mon fils avec moi au travail. Je l’ai mis dans la salle de contrôle et lui ai donné du travail. Au matin, il était tellement fatigué qu’il s’endormait assis mais je le réveillais en disant qu’il était interdit de dormir au travail, sinon je risquais de me faire virer. Quand nous sommes enfin rentrés à la maison mon fils a refusé de manger et est tout de suite allé se coucher. Il a dormi toute la journée et presque toute la nuit. Depuis, il ne me dérange plus et ne fait aucun bruit quand je me repose après le travail. © etoyanatan
  • Je détestais les tâches ménagères, en particulier la vaisselle. Une fois, ma mère a acheté une assiette bleue, une fourchette bleue, une tasse bleue etc. Elle m’a dit que je ne pouvais utiliser que cette vaisselle-là et que personne ne la laverait après moi. Il m’est arrivé de manger des spaghettis dans une tasse avec un couteau. Même aujourd’hui, je n’ai toujours pas compris qui avait gagné. © andyvw
  • Quand nous étions petits, mon frère et moi rendions nos parents fous avec nos disputes et nos bagarres quotidiennes. Mon père avait une méthode géniale pour nous calmer. Si on commençait à se disputer dans un lieu public, il nous prenait par le bras et continuait à marcher tout en chantant un air d’opéra aussi fort qu’il pouvait. Évidemment, on avait tellement honte de lui qu’on se taisait tout de suite. © nitwittery
  • Dans la queue au supermarché, un petit garçon a fait une scène parce que sa mère n’a pas voulu lui acheter des chocolats. Alors, elle a dit quelque chose à une dame derrière elle, a pris les chocolats et les a mis dans son chariot. Le garçon a tout de suite arrêté de pleurer. Après avoir payé leurs courses, sa mère a pris les chocolats et les a donnés à la fille de la dame de derrière. Puis, elle a regardé son fils et lui a dit : " Les enfants qui se comportent bien ont droit à une récompense. Et ceux qui font des scènes ne reçoivent rien du tout “. Certaines personnes dans la queue se sont mises à applaudir. © cdawg85
  • En suppliant mes parents de m’acheter un chien, je jurais d’aller régulièrement le promener. Ils m’ont acheté un caniche. Au début, je le promenais comme promis. Puis, j’ai commencé à laisser mon chien en espérant que mes parents ou ma grand-mère le sortiraient. Mes parents essayaient de me rappeler mes promesses mais cela ne marchait pas. Un jour, quand je suis rentrée de l’école, mon chien n’était pas là. Ma mère m’a dit que si je voulais qu’il revienne, je devrais aller me promener un quart d’heure à 7 heures du matin tous les jours pendant deux semaines. Je n’avais donc pas le choix. Il faut dire que je me suis vite habituée à mes promenades matinales qui m’ont bien organisée : j’ai commencé à me coucher plus tôt le soir. Mes parents ont alors ramené le chien à la maison. Il s’est avéré que pendant tout ce temps il a vécu chez l’ami de mon père. Ses filles aussi voulaient un chien et il a emprunté le nôtre ” pour essayer ". Olga
  • J’étais en 5ème. Il faisait très bon même si c’était l’hiver. J’ai demandé à ma mère si je pouvais aller à l’école en short. Évidemment elle a dit non mais cela ne m’a pas arrêtée. J’ai mis mon short au-dessous de mon jean et suis partie au collège. Quand je suis rentrée, très fière de moi, j’ai vu ma mère qui m’attendait avec une pancarte fluo dans les mains. Sur le fond rose pétant, il était marqué : " J’ai menti et j’ai désobéi à mes parents. Quelle imbécile que je suis ! " Une autre feuille de papier vert fluo était pliée en forme de bonnet stupide. Ma mère m’a obligée de rester assise devant notre maison, le bonnet sur la tête et la pancarte à la main. C’était l’heure où les gens revenaient du travail. Tout le monde me klaxonnait pendant que ma mère me regardait de la fenêtre de la maison en mourant de rire. © perezosamente
  • Mes parents ont découvert que j’avais séché les cours. J’avais 14 ans. Mon père m’a dit qu’il me retirerait de l’école la semaine suivante. Pendant toute la semaine, il m’a déposé dans une entreprise locale où il connaissait tout le monde. Il m’a laissé là-bas en leur disant : " Voici votre assistant gratuit. Comme il ne souhaite pas aller à l’école, il n’a qu’à s’habituer à bosser ". Ils en ont bien profité en me faisant faire tout le travail de merde 8 heures par jour. © irishamerican
  • Mon père est professeur. Il nous faisait écrire une rédaction à chaque fois que nous faisions une bêtise. Nous devions expliquer ce que nous avions fait, pourquoi nous l’avions fait et ce que nous aurions dû faire à la place. Il fallait citer les sources et faire références aux études. Ensuite, mon père corrigeait nos fautes de syntaxe et de grammaire. Nous n’avions pas droit de sortir avant de rendre notre rédaction parfaite. Plus notre punition était sérieuse, plus l’essai devait être long et plus mon père le critiquait. © nonesjones
  • Nous avions 4 chats à la maison. Principalement, parce que je voulais les avoir. Mais généralement, " j’oubliais " de nettoyer leurs litières : je ne supportais pas l’odeur. D’habitude, je remettais cette tâche à plus tard jusqu’à ce que quelqu’un d’autre l’accomplisse à ma place. Ma mère en a eu marre. Un jour, en rentrant de l’école, j’ai trouvé toutes les litières dans ma chambre. Mes parents m’ont dit que c’était pour une semaine. Je n’avais pas droit d’ouvrir les fenêtres ni de dormir quelque part ailleurs. En plus, ma mère a remplacé la litière qu’on utilisait par celle qui n’absorbait pas les odeurs. J’aurais préféré être fessé. © yogocoyote
  • J’avais 15 ans quand mon père a appris que je séchais les cours. Pendant toute la semaine suivante, il est venu au lycée avec moi. Il a assisté à tous mes cours. Il a déjeuné avec moi et mes amis. Ai-je dit qu’il était en pyjama ? Et oui, il était en pyjama. Plus jamais je n’ai séché de cours. Maintenant, mon père me manque. © TheOpus
  • Quand mon frère venait à la campagne chez notre grand-mère, elle essayait de lui faire perdre l’habitude de jurer. Dès qu’il prononçait un gros mot, mamie le notait dans un cahier. Pour chaque juron mon frère devait ramasser un certain nombre de doryphores sous les feuilles des pommes de terre. Notre grand-mère avait ces propres critères : un " con " coûtait 3 doryphores, un " merde " en valait 4 et pour un " p*tain " il fallait en trouver 10. Je ne suis pas sûre que ça marchait : je crois que mon frère aimait ramasser les bêtes aussi bien que dire de gros mots. Héléna
  • Mon petit frère. Je ne comprends toujours pas ce que j’ai fait de mal. © dlordjr

Te rappelles-tu tes punitions ? Tes parents, préféraient-ils des méthodes traditionnelles ou créatives ? Partage tes souvenirs dans les commentaires !

2-15
23k