Sympa
Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

8 Erreurs de parents dont les enfants aînés se souviendront toute leur vie

Nombreux sont ceux qui rêvent d’avoir une grande famille. Cependant, la naissance du bébé n’apporte pas seulement de la joie, mais aussi beaucoup de stress et de difficultés. L’enfant aîné peut également avoir des problèmes liés à l’apparition d’un nouveau membre dans la famille. Les parents devraient faire attention à cet aspect pour aider leur grand à s’adapter plus vite à tous les changements et permettre aux enfants d’avoir une bonne relation entre eux.

Sympa a étudié les opinions des psychologues, des parents et des enfants aînés pour trouver les erreurs les plus fréquentes commises par les parents par rapport à leur premier enfant.

Ne pas préparer l’enfant à la naissance d’un bébé

La nouvelle que les parents auront bientôt un bébé peut être un véritable choc pour un enfant. Il était le centre de la famille, tout le monde ne se souciait que de lui, puis soudainement quelqu’un d’autre apparaîtra, et il lui faudra se battre pour l’amour des adultes. De nombreux enfants commencent à penser que leurs parents ont décidé de leur trouver un remplacement et détestent par avance leur futur frère ou sœur.

Par conséquent, il est très important de parler à votre premier enfant de l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille. Expliquez à votre " grand " que cet événement a beaucoup d’avantages pour lui. Par exemple, désormais, il aura toujours quelqu’un avec qui il pourra jouer, et il aura également une chance d’enseigner beaucoup de choses à son frère / sa sœur. Et, bien sûr, vous devriez le convaincre que votre amour sera suffisant pour tout le monde.

Ne pas respecter ses limites personnelles

Après la naissance du bébé, beaucoup de nouveaux soucis surviennent et les parents ne remarquent pas toujours que certaines de leurs actions violent les limites personnelles de leur premier enfant. Par exemple, les adultes peuvent lui demander de partager ses jouets avec le petit ou, quand ce dernier grandit, l’emmener toujours avec lui et sa bande de copains. Mais l’aîné peut avoir envie d’être seul avec ses amis.

  • J’apprends à mes enfants qu’il y a des affaires communes et des affaires personnelles. Chacun a son jouet préféré qu’il n’est pas obligé de partager. Même si quelqu’un le supplie de le faire. S’il ne veut pas le prêter, c’est son droit. © FRIKADELECHKA / Pikabu

Changer les traditions familiales

La naissance d’un bébé est un événement important et heureux qui, malheureusement, est souvent accompagné de stress. L’enfant aîné s’inquiète aussi beaucoup ce qui renforce l’importance des traditions familiales agréables. Si les parents avaient l’habitude de lire à l’enfant avant de dormir ou de lui chanter une berceuse, il est fort recommandé de garder cette petite routine.

Les traditions familiales réunissent les membres de la famille et leur permettent de sentir leur importance. En ce qui concerne le frère ou la sœur aîné(e), ces coutumes l’aident à s’adapter au nouveau rythme de vie et à comprendre que malgré tous ces changements, personne ne pourra le priver de son histoire au coucher.

Comparer les enfants entre eux

Plus l’enfant grandit, plus il protège les limites de sa personnalité et plus il a de conflits. Dans ces moments-là, les parents ont souvent envie de dire : " Pourquoi tu ne peux pas être aussi sage que ta petite sœur ? " Mais comparer les enfants n’est jamais une bonne idée.

Les recherches montrent qu’un tel comportement des adultes nuit à la santé psychique du celui qu’on critique aussi bien que de celui qu’on complimente. L’un peut ressentir le stress à cause des grandes attentes des parents, tandis que l’autre peut avoir l’impression qu’il n’est pas normal, ce qui mène aux problèmes relationnels entre les enfants.

Prendre l’enfant pour un " petit adulte "

On attend souvent d’un enfant plus âgé qu’il soit indépendant, qu’il aide à la maison et s’occupe de ses petits frères et sœurs. Mais la tâche principale de tout enfant est de grandir et de se développer, et non de prendre soin des autres enfants. Il faut donc demander à l’enfant toute l’aide possible en essayant de lui montrer qu’être aîné n’est pas une punition mais un avantage. Par exemple, vous pouvez lui permettre de partir se coucher une demi-heure plus tard ou le laisser aller au cinéma avec ses amis.

  • Je suis le plus vieux des 4 frères. L’une des plus grandes erreurs des parents est de transmettre certaines de leurs tâches parentales à leur enfant aîné. Ainsi, il a trop de responsabilités (comme les parents) tout en ayant peu de droits (comme les enfants). Cela fait que parfois, il est considéré comme adulte et doit être responsable de ses petits frères et sœurs et d’autres fois, il n’a pas le droit de faire ce qu’il veut parce qu’il est " trop jeune pour ça “.

  • Une autre erreur est de donner trop de tâches ménagères. Une fois à l’école primaire, après les vacances, l’institutrice nous a donné des feuilles colorées où il fallait écrire nos souhaits. Dans l’une des premières lignes j’ai marqué : ” Je veux me reposer “. J’étais le seul enfant de la classe qui était fatigué après les vacances. La prof en a parlé à ma mère et elle a enfin compris que je n’étais pas indépendant ” comme un adulte " mais que j’étais encore un enfant.

Mépriser l’enfant émotionnellement

Parfois, les parents n’ont pas assez de temps pour s’occuper du bébé et de l’autre enfant. À cause du stress et de la fatigue, ils ont peur de se fâcher contre l’aîné et commencent à le mépriser. Un tel comportement est dangereux pour les enfants qui, en grandissant, peuvent avoir du mal à communiquer avec les autres, à nouer une relation et à manifester leurs sentiments.

La meilleure solution pour cette situation est d’expliquer à l’enfant que vous êtes très fatigués et que quand le petit grandira un peu, vous aurez plus de temps. En attendant, votre grand peut trouver une phrase qu’il vous dira quand il se sentira seul et aura besoin de vous. Comme cela, il pourra être sûr qu’il lui suffira de prononcer ces mots pour avoir votre attention et vos câlins.

Ne pas communiquer avec l’enfant en tête-à-tête

Les psychologues disent que la communication en privé entre les parents et leur enfant contribue au développement sain de l’enfant, augmente sa confiance en lui et améliore son apprentissage. En même temps, les experts soulignent que ce n’est pas la quantité du temps passé ensemble qui compte le plus, mais sa qualité.

Une telle communication est surtout importante aux moments de stress. Quand la mère et le père trouvent la possibilité de parler à l’enfant en privé, cela aide le petit à se sentir important et unique.

  • Le conseil principal pour les parents : séparez les enfants ! Donnez-leur la possibilité de passer du temps avec vous séparément l’un de l’autre. Ils pourront ainsi satisfaire leur besoin de vous et vous aurez l’occasion de découvrir leurs petits secrets. Quand ma fille aînée est sortie avec moi pour la première fois depuis un bon moment, elle marchait tout simplement en me tenant par la main et en me regardant dans les yeux. Ensuite, après un long silence (d’habitude elle parle beaucoup), elle a dit : " Maman, c’est tellement cool d’être à deux avec toi ". Grâce à la communication en tête à tête, nous n’avons plus le problème de jalousie entre les enfants. © Anarchy49 / Pikabu

Ne pas féliciter les enfants lorsqu’ils s’entendent bien

Critiquer est toujours plus facile que complimenter, mais un encouragement sincère aide un enfant à renforcer son estime de soi et à développer ses compétences en communication, explique Gwen Dewar, philosophe et anthropologue. Si les enfants sentent le soutien et comprennent que les parents sont heureux lorsqu’ils s’entendent bien, ils ont envie de le faire plus souvent.

Quelles difficultés avez-vous rencontré après la naissance de votre deuxième enfant ? Ou peut-être, êtes-vous l’enfant aîné de votre famille ? Quelles sont vos réflexions à ce sujet ? N’hésitez pas à les partager dans les commentaires.

Photo de couverture Shutterstock
Partager cet article