Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

9 Manières de répondre lorsque les gens te disent que tu devrais avoir d’autres enfants

415-
483

Avoir un enfant n’évite pas forcément de devoir répondre aux questions gênantes sur l’éventualité d’en avoir un autre. Bien que de telles questions ne soient pas considérées comme micro-agressives, elles en sont quand-même très proches. Elles étiquettent les gens, leur donnent l’impression d’avoir des défauts, encouragent les préjugés, et sont en fait méchantes. Il est donc normal de savoir répondre si tu as affaire à des personnes un peu trop curieuses.

La prochaine fois que des personnes tenteront de te convaincre de faire un autre enfant, Sympa te conseille de répondre avec l’une des variantes contenues dans cet article.

1. Donne une réponse franche et directe

C’est de loin la meilleure façon de faire taire les gens. Toi et ton conjoint êtes les seules personnes aptes à décider du nombre d’enfants que vous voulez avoir. Vous n’avez de comptes à rendre à personne, même si ce sont vos parents qui posent cette question. Il est également important de dire à la personne concernée de ne plus poser cette question.

2. Blague sur le sujet

Parfois, une simple réponse ne suffit pas, et certaines personnes ne peuvent pas s’empêcher de continuer à essayer de te convaincre. Dans ce cas, tu peux utiliser ton sens de l’humour et leur répondre de manière ingénieuse.

3. Donne une réponse rassurante

Être enfant unique ne signifie pas forcément être seul. Tu peux très bien être entouré par des dizaines de personnes et te sentir seul. Dans un sens, nous sommes tous seuls en ce monde, et nous devons savoir trouver le calme dans la solitude. Les enfants uniques apprennent parfaitement à le faire dès leur plus jeune âge.

4. Fournis-leur des informations scientifiques

Certaines personnes peuvent tout simplement être victimes de préjugés et oublier la vérité. Ce peut donc être l’occasion de les éduquer en leur rappelant gentiment que ton enfant ne vit pas enfermé à la maison et qu’il a des amis avec qui jouer. Une étude a démontré que les enfants uniques et ceux qui ont des frères et sœurs ont quasiment le même nombre de liens sociaux. De plus, les enfants uniques sont souvent plus enclins à participer à des communications non parentales.

5. Rappelle à cette personne qu’il vaut mieux vivre au jour le jour

C’est vrai que la vie est imprévisible, et que tout peut arriver. Mais la peur de perdre un enfant n’est pas un bon motif pour en faire un autre. Il vaut mieux ne pas trop réfléchir et tâcher de donner ce qu’il y a de mieux à ton enfant.

6. Exprime tes sentiments

Certains commentaires sont blessants, et peuvent même conduire à une dispute. Dans ce cas, il est préférable de faire savoir à la personne que ses paroles t’offensent. Il est d’ailleurs important de bien faire part de tes sentiments, et de ne pas faire référence à ses actes (par exemple en commençant les phrases par “Je ressens...” et non par “Tu me fais ressentir...”). Personne n’aime se sentir accusé, et ton interlocuteur peut adopter une position défensive.

7. Utilise une non-réponse

Tu n’as pas à justifier ton mode de vie, ni à essayer de faire changer l’avis de l’autre personne. Dans ce cas, une non-réponse peut t’aider à t’en sortir. Après cela, change simplement de sujet.

8. Laisse l’autre exprimer son opinion

Ne cherche pas à argumenter à la place d’une personne en fonction de son opinion, laisse-la faire elle-même. Après tout, personne ne peut prédire quand tu mourras, et un enfant unique peut avoir des grands-parents, des oncles et des tantes qui pourront prendre soin de lui si un malheur arrive. Et quand ils grandiront, ils auront des amis qui les aideront à faire face à une telle épreuve.

9. Pose-leur une question en retour

Parfois, la meilleure chose à faire est de poser à la personne une question sur le même sujet au lieu de répondre à la sienne. Le plus grand risque avec ses arguments, c’est qu’ils te fassent douter de tes décisions. C’est pourquoi quelle que soit la stratégie que tu choisis, rappelle-toi toujours pourquoi tu ne veux pas d’autres d’enfants, et réponds à tes propres valeurs. Il peut également être utile de demander l’aide à ceux qui partagent ton opinion.

Que penses-tu de ce sujet ? T’es-tu déjà retrouvé confronté à de telles questions ? Quelle est la réponse la plus spirituelle que tu aies dite ou entendue face à ce genre de question ? Laisse un message dans les commentaires, et partage cet article avec les personnes de ton entourage !

415-
483