Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Une étude a montré que l’éducation est essentielle pour la protection de l’environnement

2--5
295

On ne peut pas nier que les êtres humains soient responsables de beaucoup d’actes qui affectent l’environnement. Cependant, une étude a révélé que ces paramètres dépendent surtout de l’éducation transmise par les mères qui, par leurs attitudes, seraient celles qui inculqueraient à leurs enfants le respect de la nature.

Afin de mieux comprendre cette affirmation, Sympa a réuni les éléments les plus importants de l’étude durant laquelle on a observé des individus qui ont passé la majeure partie de leur vie dans des zones rurales et périurbaines.

L’importance de l’éducation pour transformer le comportement destructeur de l’homme

L’étude constate que les personnes ayant une vision politique plus progressiste et un niveau d’éducation plus élevé ont tendance à être plus sensibles à la question environnementale. Cette analyse a été réalisée par un groupe de chercheurs qui a examiné les comportements dits “écologiques” de certains sujets sur une période de temps donnée.

L’équipe était composée des chercheurs Gary W. Evans et Siegmar Otto de l’Université Cornell, et Florian G. Kaiser de l’Université Otto von Guericke. Ensemble, ils ont analysé les premiers collaborateurs écologiques et leurs influences sur les comportements envers la planète durant leur vie.

“Une meilleure compréhension des origines primitives du comportement environnemental des adultes est fondamentale pour comprendre, et finalement changer, l’activité destructrice de l’homme sur son milieu”, ont affirmé les chercheurs.

Afin de réduire l’attitude destructrice, il est important d’analyser le comportement des parents dans le domaine écologique. Le recyclage, par exemple, est l’une des initiatives que l’on peut observer chez les parents, et qui génère un impact sur le comportement de leurs enfants en matière de protection de l’environnement. De cette façon, avec de petites contributions, une plus grande prise de conscience (et responsabilité) sur la question environnementale pourrait être développée.

Voici comment les observations ont été réalisées :

Evans et son équipe ont décidé de vérifier leurs affirmations en observant un groupe de 99 enfants avec leur mère, qui vivaient dans des zones rurales et périurbaines dans le nord-est des États-Unis. Il s’agissait d’une étude longitudinale puisque des jeunes âgés de 6 à 18 ans ont été observés sur une période de 12 ans.

Les enfants âgés de 6 ans et leurs mères ont été évalués par les chercheurs. Les mères ont rempli le Nouveau Paradigme Écologique (NEP, New Ecological Paradigm), une auto-évaluation des attitudes environnementales, et l’échelle de Comportement Écologique (GEB, General Ecological Behavior). D’autre part, les petits ont complété des versions adaptées du NEP et du GEB au moyen de jeux interactifs et d’images. Les chercheurs ont également mesuré le temps que les enfants passaient à l’extérieur et ont recueilli des données sur l’idéologie politique et le niveau d’instruction des mamans.

À l’âge de 18 ans, 74 des enfants sont revenus pour terminer la deuxième phase de collecte de données. Les jeunes adultes ont rempli les mêmes versions des barèmes du NEP et du GEB que leurs mères 12 ans plus tôt.

Ces informations ont montré que les personnes dont les mères avaient des attitudes plus pro-environnementales avaient de meilleurs comportements envers la nature en entrant dans l’âge adulte. Le niveau d’instruction des mamans s’est également avéré être un facteur influent, bien que les chercheurs aient constaté qu’il y avait peu de variation dans leurs niveaux d’études, car la plupart avaient un diplôme universitaire et très peu avaient abandonné leurs études secondaires.

Pourquoi cette étude est importante et quel est son avenir ?

Evans et ses collègues ont observé que les enfants qui passaient plus de temps à l’extérieur avaient un comportement et des attitudes plus responsables envers l’environnement lorsqu’ils atteignaient l’âge adulte. Toutefois, ils ont également relevé quelques exceptions où ils n’étaient pas en mesure de prédire le comportement de ces personnes. Cela peut être dû à des problèmes méthodologiques, bien qu’il soit aussi possible que de tels comportements prennent tout simplement du temps à se stabiliser.

L’équipe a souligné que “c’est la première étude qui montre que ces facteurs parentaux sont importants pour le développement futur de l’implication d’un adulte dans son comportement environnemental”. Ils ont donc estimé que, pour les recherches à venir, des analyses devraient être faites sur la manière dont les diverses activités influencent l’éducation des enfants.

Ainsi, on peut conclure que l’identification des premiers participants à des initiatives environnementales est une étape nécessaire à la mise en place d’interventions, de politiques et d’autres stratégies pour améliorer ces comportements à l’échelle locale, régionale et mondiale.

Qu’est-ce qui t’a le plus frappé dans cette étude ? En quoi l’éducation pourrait-elle influencer la protection de l’environnement pour les générations futures ? Dis-nous ce que tu en penses dans les commentaires !

2--5
295