Sympa
Sympa

11 Personnages cinématographiques qui nous ont toujours semblé un peu louches

S’il n’y avait pas de drame au cinéma, nous ne regarderions que des films et des feuilletons ennuyeux. Mais c’est une chose si un personnage négatif fait le mal et des choses infâmes ; c’en est une autre si les personnages positifs s’avèrent ne pas être si gentils que ça.

Chez Sympa, nous avons toujours soupçonné que de nombreux personnages masculins bien connus n’étaient pas si positifs que ça, c’est pourquoi nous avons aujourd’hui décidé d’analyser le comportement de 11 d’entre eux.

Jon Snow — Game of Thrones

Jon Snow est montré comme un héros reclus et incompris. Tout au long de la série, il défend l’honneur et la dignité, ainsi que la fermeté des règles et des principes. Beaucoup voyaient en Jon un leader possible et même un futur roi. Mais il ne l’a pas fait, et c’est peut-être mieux ainsi.

Car parfois, il suit aveuglément ses propres principes, alors qu’un leader doit être flexible. C’est un piètre stratège, trop peu loquace pour un futur roi. De plus, il abandonne facilement ses règles lorsque ses émotions prennent le dessus. Par exemple, Jon rejoint les sauvageons en grande partie à cause de son amour pour Ygritte. Il rompt également son vœu de célibat pour la même raison, de sorte que le personnage est davantage lâche et hypocrite que noble et vertueux.

Hache — 3 mètres au-dessus du ciel

Hache est présenté comme un héros courageux et brave, capable de sentiments profonds et passionnés. Bien qu’il soit présenté comme un rebelle bourru au début du film, il nous charme par son attitude tendre envers Babi au fur et à mesure que l’action progresse.

Mais dans la vie réelle, ce type de personnalité n’est pas capable de sentiments profonds : il dépeint plutôt l’amour et est guidé par un calcul froid. On voit aussi qu’il ne comprend que le langage du pouvoir. De tels personnages sont généralement impliqués dans des relations abusives, et Hache est donc plus un mâle alpha calculateur qu’un égoïste repenti.

Jacob Black — saga Twilight

Nous nous souvenons de Jacob comme l’amant raté de Bella. Le jeune homme est obligé de rester dans la friendzone, mais de nombreux fans espéraient que Bella préférerait le “chaud” Jacob au “froid” Edward.

Cependant, l’audacieux loup-garou n’était pas tout à fait ce qu’il semblait être à première vue. Il y avait un certain narcissisme dans son comportement. Jacob n’est pas amoureux de Bella, mais plutôt de son propre reflet. Il exige un traitement spécial et veut souvent être admiré.

Rappelons que Jacob s’exhibe régulièrement torse nu, sans raison apparente. Il est hautain dans ses interactions avec les vampires et se laisse traiter avec arrogance par les autres personnages.

Jack Dawson — Titanic

Pour commencer, rappelons que le gars n’était pas censé monter sur le bateau et a en fait pris la place de quelqu’un d’autre. Sa liaison avec une fille de la haute société infiniment lointaine a donc eu lieu uniquement en raison des circonstances.

En même temps, Jack n’avait pas l’air embarrassé, bien qu’un tel état se produise souvent chez les jeunes gens amoureux. C’était simplement un coureur de jupons. Et son engouement pour une fille pourrait rapidement être remplacé par de la sympathie pour une autre. Même si Jack avait survécu, sa relation avec Rose aurait eu peu de chances de durer.

Peter Parker — saga Spider-Man

Si l’on analyse la personnalité de Peter, on ne peut s’empêcher de remarquer ses profonds traumatismes. Tout d’abord, il est trop enclin à l’abnégation. Il est souvent blessé au combat, mais même s’il sait qu’il risque de mourir, il fait de nouveaux sacrifices pour le bien des autres. On peut même se demander si le héros n’aime pas se faire du mal.

Peter tente à plusieurs reprises de rompre avec son deuxième “Soi”, Spider-Man, car il pense qu’il est coupable de ses problèmes personnels. Dans d’autres épisodes, cependant, il se délecte de la célébrité et aime clairement être le centre du monde. Peter Parker a une vision déformée de lui-même, d’où ses actions parfois illogiques.

Leonard — The Big Bang Theory

Leonard est un adorable intello amoureux de sa charmante voisine. Parmi ses amis, il est le plus empathique et le plus performant dans ses relations. Il essaie de plaire à tout le monde et peut renoncer à ses intérêts pour les autres.

Mais dans certains de ses dialogues avec Sheldon, il est passif-agressif notamment via ses insultes voilées. Et dans ces épisodes, on peut voir le désir de supériorité de Leonard sur les autres. Il pense qu’il est meilleur que ses amis. Le gars est carrément jaloux de Penny quand elle obtient un travail plus prestigieux. Il n’hésite pas non plus à mentir à ses amis lorsqu’il ne veut pas faire ce qu’ils veulent.

Sam Winchester — Supernatural

Contrairement à son frère Dean, qui est trop émotif, Sam semble être un bon garçon au début. Il est intelligent, raisonnable et ne s’attire pas d’ennuis. Mais as-tu remarqué combien de fois Sam mentionne qu’il ne veut pas être un combattant du mal, mais qu’il préfère vivre une vie ordinaire ?

Il en parle beaucoup et souffre tellement de son rôle de super-héros qu’il culpabilise involontairement son frère (et le public) de devoir sauver le monde. Peut-être que la manipulation de la culpabilité est ce que Sam essaie d’atteindre.

Et dans un épisode, lorsque Dean se retrouve au Purgatoire, Sam n’essaie même pas de le ressusciter, bien que les Winchester aient fait des tours similaires plus d’une fois. Le frère aimant explique : “Dean ne voudrait pas ça”.

Christian Grey — Cinquante Nuances de Grey

Tout au long du roman, Christian Grey harcèle Anastasia et viole grossièrement ses limites. Il n’aime pas le contact visuel direct, ne comprend pas pourquoi il est difficile pour elle d’accepter des cadeaux coûteux et ne sait pas lire le langage corporel. Il ne s’engage pas non plus dans une relation tant que la jeune femme n’a pas signé un accord, une règle qu’il a imposée à eux deux mais en ne pensant qu’à lui-même.

Christian est vraiment malade, mais pas comme tout le monde le pense. Les personnes ayant une expérience directe de l’autisme pensent que Christian souffre d’un trouble du spectre autistique, c’est-à-dire de problèmes pour établir des contacts sociaux.

Sam Turley — Game of Thrones

Sam est accablé par sa position élevée et souffre du fait que son père attend de lui des exploits. L’apparence du personnage suggère la douceur de son caractère. Mais le bon Sam n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît au premier abord.

Le personnage divise injustement les gens en groupes, en fonction de leurs origines. Ainsi, il impose aux frères de la Garde de nuit son opinion selon laquelle le commandant en chef doit être un homme de sang bleu, et non un roturier. Au final, Jon Snow a été choisi comme commandant en chef parce qu’il avait une position plus privilégiée que les autres candidats.

Sam est lâche et ne trouve pas la force d’expliquer à son père comment les choses pourraient se terminer tristement. Il ne montre pas sa sagesse, bien qu’il soit vraiment intelligent : il a pu devenir Grand Maester pour une raison.

Peter Pevensie — trilogie Le Monde de Narnia

Peter nous est présenté comme un jeune homme responsable et courageux. Parfois, il semble avoir l’art du combat dans le sang. Mais le charme s’estompe quand on voit que le garçon est trop têtu et perd souvent son sang-froid.

Dans une partie de l’histoire, il est impoli envers Edmund lorsqu’il l’accuse de mentir. Dans le monde réel, en dehors de Narnia, Peter se bagarre souvent à cause de son entêtement.

Le personnage démontre occasionnellement sa propre supériorité. Par exemple, il ne croit pas à l’histoire du pays magique racontée par Lucy et pense que la jeune fille, en raison de son âge, a tout inventé.

Sirius Black — saga Harry Potter

Au début, Sirius suscite la compassion, car il est passé par Azkaban et a perdu ceux qu’il aimait. Plus tard, nous espérons qu’il remplacera au moins partiellement les parents morts de Harry. Mais si l’on y regarde de plus près, on constate que de nombreuses actions de Sirius ne sont pas dictées par le désir d’être l’ami de son filleul.

Sirius s’échappe d’Azkaban uniquement parce qu’il est aveuglé par la haine de Peter Pettigrow et qu’il veut se venger. En Harry, il voit plutôt son défunt ami James. Cela est démontré de manière éloquente dans la scène où, lors de la bataille contre les Mangemorts, Sirius crie à Harry : “Bravo, James !”

À un âge plus précoce, lorsque Sirius était à Poudlard, lui et ses amis ont intimidé Severus Rogue. Sirius ne lui a jamais présenté d’excuses par la suite, et il ne pense pas du tout qu’un tel comportement soit mauvais.

Et toi, quel personnage de film au caractère positif as-tu toujours trouvé un peu louche ?

Sympa/Histoires/11 Personnages cinématographiques qui nous ont toujours semblé un peu louches
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire