Sympa
Sympa

13 Héroïnes de cinéma qui ont défié les conventions et gagné le cœur de millions de spectateurs

La culture de masse, y compris le cinéma, influence considérablement la perception de la beauté féminine. Et si, au milieu du siècle dernier, les actrices aux physiques irréprochables et à la taille bien marquée brillaient dans les rôles principaux, nous assistons aujourd’hui à une tendance différente. Chaque année, il y a de plus en plus de personnages de films dont l’imperfection fait la force.

L’équipe de Sympa s’est penchée sur les personnages féminins de films et de séries télévisées qui renversent les fondements de la beauté et nous apprennent à le faire aussi.

Renée (Moi, belle et jolie, 2018)

Le comportement de Renée est un exemple de la façon dont la perception des autres change lorsque nous changeons la façon dont nous nous voyons. Dans l’histoire, Renée n’est pas satisfaite de son apparence et pense que le monde ne tourne qu’autour des belles filles toutes fines. Après une mauvaise chute de vélo, Renée voit soudain dans le miroir une blonde mince au visage complètement différent, alors que pour les autres, elle est restée la même. Cependant, elle se trouve maintenant irrésistible et tellement sûre d’elle que tout le monde tombe effectivement amoureux d’elle.

Liz (Mange, prie, aime, 2010)

Liz voyage dans trois pays du monde, dans chacun desquels elle apprend à vivre d’une nouvelle manière. La première destination est l’Italie, et comme le titre le suggère, l’héroïne y a appris à... manger. En effet, une activité aussi primitive peut cacher toute une philosophie de l’harmonie avec son corps. Après tout, des millions de personnes ne peuvent pas savourer des plats délicieux sans se sentir coupables de grossir.

Dans un épisode, l’héroïne se rend dans une pizzeria avec son amie qui a peur de toucher aux pâtisseries parce qu’elle a pris du poids. Liz fait alors un petit monologue dans lequel elle raconte que toute sa vie, elle s’est reprochée de manger un morceau en trop, de peur de grossir. Et qu’elle en a marre. Liz aime maintenant manger, elle apprécie la nourriture et ne va plus manger uniquement des feuilles de salade. Elle va profiter de sa vie.

Junie (La Belle Personne, 2008)

Certains téléspectateurs ont été scandalisés par les cheveux non brossés et l’apparence négligée du personnage principal. D’autres l’ont trouvée charmante. Quoi qu’il en soit, ce film constitue un pas important vers la vie réelle, loin des beautés cinématographiques stéréotypées aux cheveux parfaitement coiffés et aux tenues sorties de magazines de mode. Junie, interprétée par Léa Seydoux, porte les mêmes vêtements pendant des jours et des jours et sa tenue est plus adaptée à la météo qu’aux regards des inconnus. Elle ne porte pas de maquillage et peut avoir l’air de mauvais poil. Mais elle connaît sa valeur. Les personnages masculins du film la trouvent également belle et il n’y a aucune raison de remettre en question leur opinion.

Dani (Midsommar, 2019)

L’actrice Florence Pugh a déclaré : “Il est très facile de se laisser influencer et de ressembler à ce qu’Hollywood veut qu’on soit. Jusqu’à ce que vous ayez la confiance en vous nécessaire pour dire non”.

À en juger par le travail de l’actrice, notamment dans le thriller Midsommar, elle a su dire non aux stéréotypes. Le film la met en scène dans le rôle d’une étudiante moyenne, vêtue de vêtements confortables, mouillés de sueur. Sa silhouette est loin des normes de beauté internationales et son visage n’a pas une once de maquillage. Une fille normale, qui a su plaire au public.

Kate (Last Christmas, 2019)

Kate, jouée par Emilia Clarke, ne correspond pas du tout à l’image typique de l’héroïne de comédies romantiques classique, qui au début du film, apparaît comme une ratée, et qui, à la fin, s’est transformée en une femme sublime. Non. L’héroïne de Last Christmas n’est pas au mieux de sa forme, et elle va le rester. Kate ne suit pas de régime alimentaire, elle a tendance à mal manger et, contrairement aux films ordinaires, oui, cela affecte indéniablement son apparence. Et lorsque la jeune fille commence à évoluer au cours de l’intrigue, la transformation n’est pas immédiate, l’héroïne amorce juste un chemin vers une évolution en cours. C’est pourquoi ce personnage est beaucoup plus proche du public qu’un certain nombre d’autres héroïnes de comédies romantiques.

Brienne (Game of Thrones, 2011–2019)

Dans les livres qui constituent la base de la série, Brienne de Torth est une dame de grande taille qui est souvent prise pour un homme. Cette héroïne ne se soucie guère de ce qu’une femme devrait faire ou pas, et elle est ridiculisée plus d’une fois à cause de son apparence. Cependant, à mesure que les téléspectateurs et les autres personnages de Game of Thrones se familiarisent avec Brienne, ils commencent à la voir autrement : comme une femme vulnérable, malgré son physique imposant. Parce que même si Brienne a appris à utiliser ses dons naturels pour gérer les “affaires d’hommes”, elle n’a pas laissé son cœur s’endurcir et a conservé sa nature romantique en dépit de tous ses détracteurs. Les admirateurs de sa beauté ne se sont pas fait attendre. Brienne, tout en étant une garçonne, a gagné le cœur d’un vrai beau gosse.

Elisa (La Forme de l’eau, 2017)

La Forme de l’eau est une histoire d’amour fantastique. Or, généralement, les protagonistes de ces films sont présentées au public comme des jeunes filles naïves. Les princesses de contes de fées créent l’illusion que seules les personnes au physique irréprochable sont dignes d’être aimées.

Cette fois, le réalisateur est sorti des sentiers battus pour créer ses personnages. Elisa est une femme de ménage plus très jeune, son apparence n’est pas conforme aux critères de beauté universellement acceptés, et en plus, elle ne parle pas. Mais elle est plus que digne d’amour et elle l’obtient. Et peu importe que l’élu soit une créature fantastique. L’idée reste la même : toute personne célibataire, quel que soit son âge ou son apparence, ne devrait jamais perdre l’espoir de trouver l’Amour.

Jessica (Jessica Jones, 2015–2019)

Jessica Jones est un excellent exemple de l’importance de défendre ce que l’on est et de ne pas se laisser manipuler. Même si elle est une super-héroïne de bande dessinée, Jessica ne porte pas de costume en latex moulant ou une jupe ultra courte. Le personnage connaît sa valeur et n’a pas besoin d’attirer l’attention sur elle. Même pendant son temps libre, cette héroïne lutte contre les clichés de genre. Son look de tous les jours est composé d’une veste, un jean et des grosses bottes, loin des stéréotypes de la féminité, qu’elle semble rejeter.

Abby (L’Abominable Vérité, 2009)

Abby tombe amoureuse d’un voisin séduisant, mais il n’est pas particulièrement intéressé par elle. Mais voilà qu’un collègue se met en tête de l’aider à gagner le cœur d’un homme. Il lui donne une série de conseils pour qu’Abby, selon ses termes, cesse de ressembler à une terne souris. Sur son ordre, le personnage se laisse pousser les cheveux, met une robe féminine, des chaussures à talons hauts et change de comportement. Et toutes les astuces fonctionnent.

Au fil de l’intrigue, nous suivons donc l’évolution d’Abby. Mais elle se rend compte qu’elle n’a pas besoin d’un homme, si elle doit se faire passer pour quelqu’un d’autre devant lui. L’héroïne se débarrasse de ses cheveux artificiels, retrouve son image familière et c’est alors seulement qu’elle trouve le bonheur.

Kat (Euphoria, 2019 — jusqu’à aujourd’hui)

Dans les films et les séries télévisées pour adolescents, il y a souvent un personnage en surpoids qui sert simplement de faire-valoir au protagoniste. La “grosse copine” stéréotypée vit les problèmes d’une autre fille. Mais pas dans le cas de Kat, d’Euphoria. Dans les premiers épisodes, le spectateur ne voit en elle qu’une écolière disgracieuse dont la silhouette est la cible des attaques de ses pairs. Mais au fil du temps, le personnage se révèle, prend conscience de son attrait et souligne sa propre individualité. Elle n’est plus l’ombre timide d’une fille populaire, mais une héroïne brillante et autonome qui a appris à connaître la confiance en soi.

Pénélope (Pénélope, 2006)

L’héroïne ici a un groin de porc au lieu d’un nez. Certes, le film appartient au genre fantastique, mais tu pourrais mettre n’importe quelle fille mécontente de son nez à la place de Pénélope. Lorsqu’une personne a un complexe concernant une partie de son visage ou de son corps, elle en voit une version exagérée dans le reflet du miroir. Ce n’est donc pas toujours une bonne idée de consulter un chirurgien esthétique. Essaye d’abord d’aimer ton apparence et regarde de nouveau dans le miroir. C’est le message que transmet ce film. Après tout, lorsque Pénélope s’accepte (on pourrait même dire qu’elle a fini par aimer son défaut), le groin est remplacé par un nez normal.

Sophie (2 Broke Girls, 2011–2017)

Sophie est une femme mûre et sûre d’elle qui n’a pas peur de se faire belle et de se démarquer des autres. Elle ne quitte pas la maison sans une manucure et une coiffure parfaites, et sa palette de vêtements ne contient que des couleurs flashy. Mais, paradoxalement, son désir de paraître brillante et féminine est désapprouvé par la société : sans doute est-elle trop âgée pour cela ? Les gens la regardent de travers. Mais ce n’est pas un problème pour Sophie, elle connaît sa valeur. Elle marche fièrement sur ses talons hauts, prenant plaisir à s’amuser et à épater la galerie.

Mare (Mare of Easttown, 2021)


Mare a tout un tas de problèmes, depuis son divorce d’avec son mari, qui a déjà trouvé quelqu’un d’autre dans le voisinage et qui va se marier, jusqu’à la mort tragique de son fils, et sa belle-fille perturbée, qui est sur le point de poursuivre Mare pour obtenir la garde de son petit-fils. Et la cerise sur le gâteau : sa fille adolescente et rebelle. Et tout cela dans une petite ville où tout se sait. Mais l’héroïne ne se comporte pas comme une victime. Elle est vive et têtue, son surnom de Lady Hawk n’est pas une coïncidence : aucun problème du monde ne peut briser le noyau de fer de son caractère, la faire pleurnicher et oublier ce qui lui semble le plus important, c’est-à-dire son enquête.

Parmi les personnages présentés, lequel te semble le plus attirant ?

Sympa/Arts/13 Héroïnes de cinéma qui ont défié les conventions et gagné le cœur de millions de spectateurs
Partager cet article