14+ Histoires de personnes qui ont publié des annonces en ligne et qui sont tombées sur des gens farfelus

Ce n’est pas évident de vendre ou même donner quelque chose sur internet sans se retrouver dans une situation embarrassante. Beaucoup de gens parviennent à se laisser entraîner dans des histoires dont ils vont se souvenir pour longtemps. Le seul avantage est qu’il nous reste après une anecdote sympa à raconter lors d’une réunion avec des amis et à partager avec d’autres utilisateurs en ligne.

Chez Sympa, nous savons maintenant à quoi nous attendre quand nous vendons quelque chose sur internet et nous te montrons quelques histoires qui vont t’inciter à poser une seule question : “Qu’est-ce qui ne va pas avec ces gens ?” Et dans le bonus, tu peux lire des articles sur des personnes qui ont connu des aventures même en donnant des choses gratuitement.

  • J’ai vendu un nouveau coffret de parfums. Je l’ai emballé et envoyé le jour même, et l’acheteuse m’a soudainement envoyé un SMS disant qu’elle était fauchée, qu’elle voulait récupérer son argent, mais qu’elle me rembourserait tout le lendemain. Je n’ai pas répondu. Quelques jours plus tard, elle m’a envoyé un message pour me dire qu’elle avait reçu du parfum et de la crème usagés, ce qui n’était pas possible. Je savais qu’elle essayait juste de m’arnaquer pour récupérer l’argent. Je lui ai alors dit qu’elle pouvait me renvoyer le coffret par livraison à ses frais afin que je puisse l’inspecter et décider d’un remboursement. Après ça, elle ne m’a plus jamais écrit. © Heidi Thompson / Quora
  • Je vendais une pièce ancienne. J’ai cherché combien ça valait et je l’ai mise en vente avec le prix réduit de 30%. J’ai trouvé un acheteur. Nous nous sommes rencontrés pratiquement au centre de la ville. Il a pris la pièce, a commencé à la peser, l’a regardée à la loupe. En même temps, il a commencé à me menacer : il a dit que son premier gendre est un boxeur, et que le second peut sans problèmes tout savoir sur moi et mes proches. Finalement, j’en ai eu assez de toutes ces menaces, j’ai pris la pièce et j’ai dit : “Le marché ne tient plus”. Je suis parti en direction du métro, alors que lui hurlait : “Ce n’est pas comme ça qu’on mène des affaires, laissez-moi l’acheter”. J’ai commencé à recevoir plein d’appels de sa part et plein de mails sur le site où j’avais posté l’annonce. Je l’ai bloqué partout. Le lendemain, j’ai vendu la pièce à un grand-père un peu bizarre, qui a également tout vérifié minutieusement et m’a remis en silence la somme d’argent requise. © eelex / Pikabu
  • Une dame m’a acheté une paire de baskets Nike neuves pour son fils. Six mois plus tard, elle m’a envoyé un message pour me dire qu’elle voulait rendre les baskets, affirmant qu’elles étaient fausses. Pour expliquer, elle a déclaré : “Mon fils les a portées tous les jours et elles se sont usées rapidement.” Naturellement, je n’ai accepté aucun retour car, premièrement, six mois s’étaient écoulés et, deuxièmement, c’est pas étonnant si les baskets étaient portées tout le temps.
    © Katherine Stavniychuk / Quora
  • J’ai passé une annonce pour un lit. Un acheteur potentiel s’est présenté. Mais le jour du rendez-vous, il a disparu et a arrêté de répondre au téléphone. J’ai paniqué parce que le lendemain, on m’apportait un canapé pour remplacer l’ancien lit, et il n’y avait clairement pas assez de place. J’ai cherché d’urgence des déménageurs pour l’emporter à la décharge. Tard dans la soirée j’ai reçu un appel d’un type. Moi, en colère contre l’acheteur précédent et les prix du frêt, j’ai grogné au téléphone en disant que le lit était disponible, mais qu’ils devaient le prendre maintenant ou jamais, parce qu’à midi il se transformerait en citrouille. Environ 20 minutes plus tard, une vieille voiture s’est arrêtée en bas de chez moi. Cinq jeunes gens, comme des petites fourmis, ont sorti le lit en une minute et m’ont beaucoup remerciée. Il s’est avéré que les gars étaient partis à l’université, qu’ils avaient loué la moitié d’une maison privée et qu’il n’y avait pas assez de lits. Je leur ai proposé deux chaises et un oreiller. Ils s’en sont réjouis. Environ dix minutes plus tard, l’un d’eux est revenu avec une boîte de chocolats. Je leur ai aussi donné de la confiture faite maison. © zvezdairia1986 / Pikabu
  • Une femme étrange qui voulait acheter des bottes pour enfants m’a demandé de les sentir et de lui décrire l’odeur. © Marina Grebneva / Facebook
  • J’ai trouvé une vieille bouée de mon frère parmi mes possessions non désirées. Je l’ai mise en vente pour une somme symbolique, en écrivant honnêtement dans la légende qu’elle était de seconde main. Une fille a commencé à me supplier en larmes de lui garder la bouée jusqu’au lendemain et a demandé d’autres photos. Je lui en ai envoyées. Elle est devenue silencieuse, et après un moment, elle a écrit avec un tas de points d’interrogation : “Mais c’est d’occasion ???” J’ai vérifié la légende. Puis, j’ai répondu calmement : “Bien sûr que c’est d’occasion, d’ailleurs, tout est écrit dans l’annonce.” En réponse, elle m’a grondé et a écrit qu’elle voulait acheter une bouée comme cadeau, et moi, telle une insolente, je vendais des choses usagées. Cette épopée s’est terminée avec une femme qui a juste appelé et, après avoir posé quelques questions, a dit brièvement : “Je vais la prendre. Je serai là dans une demi-heure”. Je l’ai prévenue au cas où : “La bouée est d’occasion.” Elle a tranquillement dit qu’elle était au courant et une demi-heure plus tard, elle est venue la chercher. © Maria Veselova / Facebook
  • J’avais perdu un peu de poids et je me retrouvais avec une pile de vêtements qui ne m’allaient plus. J’ai tout mis sur le site des petites annonces et j’ai écrit que l’acheteur devrait venir les chercher lui-même. Une des acheteuses a dit qu’elle viendrait. Le lendemain, elle a écrit qu’elle ne pouvait pas, mais a suggéré que puisque j’habitais près de chez elle, pourquoi je ne lui apporterais pas les vêtements moi-même. J’ai dit non. © Argercy / Reddit
  • Je vendais une lampe de chevet. Une nouvelle, je l’ai achetée pour moi, mais il s’est avéré que pour la brancher ça coûtait beaucoup d’argent. Je l’ai vendue à un jeune homme qui a dit que sa petite amie l’aimait beaucoup. Trois mois plus tard, il m’appelle : “J’aimerais vous rendre la lampe”. J’ai dit : “Et pourquoi ?” Il répond : “Ma petite amie et moi avons rompu, je n’en ai plus besoin, puisque c’était elle qui l’aimait”. Je lui ai dit au revoir et lui ai demandé de ne pas m’appeler. Il m’a tout de même encore envoyé quelques textos. © Shamanka / AdMe
  • J’ai vendu à une femme un appareil photo en parfait état, presque jamais utilisé. Elle l’a donné à son enfant le week-end dernier. Il l’a cassé. Elle m’a écrit pour me raconter ce qui s’était passé et espérait vraiment que je lui rende son argent. © Silky-Emerald/ Reddit
  • J’ai mis en vente mon iPhone 7+ pour environ 250 $. Une acheteuse m’a envoyé un courriel disant qu’elle était prête à l’acheter mais qu’elle voulait s’assurer qu’il n’y avait pas de problème. J’ai répondu qu’il était en parfait état avec un étui solide et un film de protection. J’ai décidé de m’assurer que le prix de 250 $ lui convenait, et j’ai reçu une réponse qui m’a fait éclater de rire : " 250 $ ? Je pensais que c’était 25 $". Je lui ai demandé si elle pensait sérieusement que je vendais un iPhone 7+ en quasi parfait état pour ce prix. Elle le pensait vraiment. Du coup, elle ne voulait plus l’acheter. © JKCIO / Reddit
  • Je vendais un beau miroir finlandais. Il était mis en ligne depuis quelques mois, j’ai progressivement baissé le prix à 15 €. Soudain, en une demi-heure, trois personnes différentes ont appelé et voulaient acheter immédiatement. Avec le premier, j’accepte un rendez-vous en soirée, au deuxième, je dis que je rappellerai si le premier acheteur change d’avis, au troisième je l’informe qu’il est dans une petite file d’attente. Et puis, il me propose : “Vous appelez le premier client et lui dites que le miroir a été sorti pour lui et qu’il est tombé et s’est cassé. Et vous dites au second que vous l’avez vendu. Et je viendrai le chercher non pas pour 15, mais pour 25 € ! ”. Abasourdie que j’étais ! J’ai dû l’informer que puisque le miroir coûtait 15 €, il ne proposait que 25 € pour le rachat de ma conscience ? Pourtant, la conscience est en fait une marchandise très chère. J’ai refusé. Et le premier homme est arrivé à l’heure prévue, l’a regardé, l’a mesuré avec un mètre ruban, l’a payé et l’a emporté. © Elizaveta Griogorieva / Facebook
  • Je vendais un costume d’enfant et une dame m’appelle : "Je serai en ville après-demain, laissez-moi vous transférer une caution pour que vous ne le vendiez pas. J’ai dit : "Je n’en ai pas besoin, je ne le vendrai à personne avant après-demain. Le lendemain, une femme âgée a appelé, prête à venir n’importe où, car le costume était le cadeau d’anniversaire parfait pour sa petite-fille. Je lui ai expliqué la situation et lui ai dit qu’au cas d’annulation, je lui écrirais. La première dame ne s’est pas présentée le lendemain et le père s’est précipité pour récupérer le costume pour l’anniversaire de sa fille. Une semaine plus tard, la jeune femme a appelé : “Je viendrai demain chercher le costume. Je lui ai dit que je l’avais vendu, et elle est devenue hystérique : “Je vous avais proposé une caution ! Vous m’avez trompée !” © Puxlja / Pikabu
  • Mon demi-frère a récemment vendu une console de jeux sur internet. L’acheteuse a conduit environ 45 minutes pour l’obtenir. Au moment du paiement, il s’est avéré qu’elle avait apporté 50 $ de moins que le prix. Elle a demandé : “Quel est le plus petit prix ?” Il répond : “300 $”. Elle dit : “Merde, je n’ai que 250 $...” Il dit : “Le distributeur est par là.” Elle a dû aller retirer le reste de l’argent. © MrRiski / Reddit
  • J’ai mis une annonce sur internet disant je vendais une armoire pour une somme symbolique de cinq euro. Je l’ai démontée pour que l’acheteur puisse l’enlever plus facilement. Un gars avec un ami sont venus. J’ai demandé comment ils allaient la transporter. Ils ont répondu dans leur propre voiture. Les deux ont tout sorti. Le type l’a payée et a pris la dernière planche de l’armoire, mais elle était trop large. Ils l’ont essayée dans tous les sens, mais ça n’a pas marché. Alors ils l’ont prise et l’ont placée partiellement sur le trottoir et sur l’asphalte et ont commencé à sauter dessus. Après cinq minutes, ils l’ont finalement cassée, l’ont mise dans la voiture et sont partis. © kaketosdelano / Pikabu

Bonus

  • À cause de mon déménagement, j’ai décidé de donner mes jouets : des animaux en peluche. Une femme a tout de suite appelé : “J’ai trois enfants, je n’ai pas d’argent. Laissez-les moi, je vais les récupérer aujourd’hui. Prenez plus de photos de ce chien, de cet ours et de ce lapin de dos”. J’ai pris plein de photos. Elle n’a pas appelé. Puis j’ai composé son numéro moi-même, et elle a répondu sans trop d’enthousiasme : “Mon mari rentre ce soir et il m’emmène, on verra...” Voilà une expérience inoubliable et gratuite. © Julia Sinitskaya / AdMe
  • Je voulais donner gratuitement une casserole en verre pour le micro-ondes, mais une dame m’a pris la tête pour toute une semaine : d’abord, elle était malade, après, elle allait la récupérer “demain”, puis ses enfants sont tombés malades, puis sa belle-mère a eu un problème, puis son mari s’est cassé la jambe... J’ai observé avec curiosité les différentes maladies qui ont fauché tous ses proches, puis elle a disparu. La casserole a été transférée avec succès au travail, je l’ai oubliée, et six mois plus tard, la dame s’est présentée en disant : “Je peux la récupérer la semaine prochaine. Je ne peux pas demain, ma fille est malade”. © Natalia Kuzmina / Facebook

As-tu déjà vendu des choses sur internet ? Quels cas de clients étranges as-tu eus ? Raconte nous dans les commentaires.

Partager cet article