Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

15 Enfants qui sont plus drôles que n’importe quel humoriste

“Nul n’ira jusqu’au fond du rire d’un enfant”, affirmait Victor Hugo, et nous sommes totalement d’accord. La vivacité d’esprit des bambins, leur naïveté, ainsi que leur capacité à voir le monde sous un angle complètement différent provoquent chez nous, les adultes, une immense envie de retomber en enfance, car à cette belle époque, les arbres étaient plus grands et l’herbe était plus verte.

Chez Sympa, nous adorons les petites anecdotes dans lesquelles les enfants nous surprennent et nous font rire. Nous espérons que tu pourras enrichir notre collection avec quelques histoires amusantes. Et dans le bonus, tu verras que parfois, les adultes se prêtent également au jeu.

  • Une conversation avec ma fille de six ans :
    — Papa, trouve-moi mes pantoufles s’il te plaît !
    — Mais je ne sais pas où elles sont.
    — C’est bien pour ça qu’il existe le verbe “chercher”. © Solo1986 / Pikabu

  • Ceci un extrait de conversation d’une maman et sa fille d’environ cinq ans dans un supermarché :
    — Maman, on peut acheter du saucisson ?
    — Demande à papa, maman n’achète que ce qui est bon pour la santé.
    — Et papa que ce qui est bon tout court ! © Limona7 / Pikabu
  • Une maman et son jeune fils se promenaient dans un parc. Ils ont croisé une femme qui marchait avec des jumeaux à ses côtés. Le petit les a regardés avec de gros yeux, et ensuite il a demandé : “Et moi, il est où mon deuxième ?” © Panzermeyer / Pikabu

  • Lorsque j’étais enfant, j’avais peur de me réveiller la nuit. Je savais déjà que la Terre tournait sur elle-même, mais je ne connaissais pas encore le phénomène de gravitation. Du coup, j’avais peur de me cogner au plafond. Quelques années plus tard, j’en ai parlé à mon frère. Je pensais qu’il allait se moquer de moi, mais ça n’a pas été le cas. Il m’a expliqué que sa peur d’enfant était encore plus ridicule : il craignait la neige. En effet, il n’avait jamais vu la neige tomber. Il était persuadé qu’elle tombait en gros blocs, et il avait peur qu’un de ces blocs lui tombe sur la tête. © “Podslouchano” / Ideer

  • Lorsque j’étais tout petit, mon père m’emmenait à l’école maternelle avec sa R12. Dans la voiture, il mettait toujours des chansons des Beatles, car c’était son groupe préféré. Moi, j’étais persuadée que les musiciens étaient installés dans notre coffre. J’étais très fière qu’ils ne chantent que pour nous. © “Podslouchano” / Ideer
  • Un jour, quand j’étais petite et naïve, mes parents m’ont envoyée au magasin pour la première fois. Ils m’ont donné deux euros pour que j’achète une bouteille de Coca (elle coûtait 1,20 €). Quand je suis rentrée à la maison, mon père m’a demandé en souriant si je m’étais acheté quelque chose de bon avec la monnaie. J’ai fait semblant que c’était le cas, alors qu’en réalité, j’avais jeté cet argent, car je pensais que c’était ce que tout le monde faisait quand il restait de la monnaie. © “Podslouchano” / Ideer
  • Dans un supermarché, j’ai croisé un homme avec un petit garçon d’environ cinq ans. L’enfant était en train de faire un caprice. Son père lui a dit : “Maman est partie parce que tu n’étais pas sage”. Pas de réponse. Le père insistait : “Maman est partie parce que tu n’écoutes personne. Elle ne reviendra jamais”. Après une courte pause, le petit garçon a crié : “Youpiiii !” © Bash.im
  • Alors que nous étions en train d’acheter une voiture, notre fils (un petit blond aux yeux bleus) a sorti : “S’il vous plaît, ne choisissez pas une voiture blanche. Déjà que je dois faire le prince dans tous les spectacles à l’école, si en plus j’arrive avec une voiture blanche, je vais briser le cœur de toutes les filles”. Du coup, nous avons acheté une voiture bleue. © Anna Spashka / AdMe
  • Mon fils est tombé alors qu’il courait et il s’est égratigné les genoux car il était en short. En pleurant, il m’a dit : “Maman, il faut me mettre un pantalon”. Après lui avoir enfilé le pantalon, il a arrêté de pleurer. Ça marche à tous les coups : s’il ne voit plus le bobo, il ne lui fait plus mal. © Malvina / AdMe
  • Une copine a voulu chanter une berceuse à sa fille de trois ans. Après l’avoir écoutée, la petite a dit : “Maman, tu as fini ? Est-ce que je peux dormir maintenant ?” © Elena Kouschak / Facebook

  • J’avais environ cinq ans. Un matin, mes parents m’ont laissée toute seule à la maison, et je me suis tellement bien amusée que c’était le bazar partout. En rentrant manger à midi, et en voyant cela, mon père m’a grondée. Il m’a dit qu’il fallait absolument que je range tout, et que je fasse en sorte, je cite, “que la maison brille”. Après, il est reparti au travail. J’ai ramassé mes jouets et j’ai même passé le balai comme j’ai pu. Ensuite, j’ai pris les guirlandes de Noël et je les ai mises un peu partout dans la maison. Au moins, il ne pouvait pas dire que la maison ne brillait pas. © Irina Vasilieva / Facebook

  • J’ai demandé à ma fille de partager sa barre de chocolat avec moi. Elle m’a répondu : “Maman, il faut choisir : soit tu veux être mince, soit tu veux manger du chocolat”. © Elgisa Bekenova / Facebook
  • Dans mon enfance, lorsque ma mère me comparait à mes copines, je la comparais à leurs mères. Du coup, elle a arrêté de le faire. © “Podslouchano” / Ideer
  • Ma fille de six ans porte des lunettes. Un jour, elle jouait aux cartes avec le fils de nos voisins qui a neuf ans. Elle ne faisait que tricher. Lorsqu’il l’a remarqué, il a crié : “Mais tu triches, tu n’es qu’une vilaine !” En enlevant ses lunettes, elle a répondu : “Mais non, je ne suis pas vilaine. Au contraire, je suis très mignonne sans mes lunettes. On continue ?” © Julia Kantaria / Facebook
  • Mon fils de quatre ans adore ranger les courses. Une fois, mon mari est rentré du supermarché et a déposé de nombreux sacs dans la cuisine. Le petit s’est jeté dessus. Depuis le salon je l’entendais dire : “Oh, des semelles. Encore des semelles, trop cool”. Je ne savais pas de quelles semelles il parlait, car ce n’était pas sur la liste des courses. En arrivant dans la cuisine, j’ai vu qu’il avait deux boîtes de protège-slips dans les mains. Pas vraiment des semelles... © Elvira Satycheva / Facebook

Bonus : certains parents sont pires que les enfants

  • Après une longue journée avec les enfants, je racontais nos conversations à mon mari : “Est-ce que tu sais que lorsque les loutres plongent, elles aplatissent leurs oreilles ? ” Mon mari m’a répondu d’un air triste : “C’est vraiment dommage que je ne puisse pas faire pareil”. © Bash.im
  • J’étais en train de lire mon journal sur le balcon, lorsque j’ai entendu la conversation de nos voisins du dessous :
    — Papa, est-ce que je peux nettoyer les murs dans la salle de bain ?
    — Eh bien... Pour être honnête, j’avais VRAIMENT envie de les nettoyer moi-même...
    — S’il te plaît !
    — Bon, d’accord. Prends une éponge et un nettoyant, et vas-y.
    — Merci, papa !
    Ce père a certainement raté sa vocation, il aurait dû faire du théâtre. Quel drame, quelle tristesse : il avait tellement envie de nettoyer les murs de la salle de bain, et il a tout sacrifié pour son enfant... LOL © FireCerberus / Pikabu

Partager cet article