Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

15+ Faits sur l’Égypte antique qui feraient même tourner la tête des profs d’histoire

Que savons-nous des Égyptiens de l’Antiquité ? Ils ont inventé le papier, momifié des pharaons et construit des pyramides dont tous les secrets n’ont toujours pas été révélés aux meilleurs scientifiques et égyptologues du monde. Tout cela est, bien sûr, extrêmement intéressant, mais il existe d’autres faits tout aussi passionnants et impressionnants sur l’Égypte antique. D’ailleurs, la vie quotidienne des Égyptiens était beaucoup plus riche, diversifiée, et agréable qu’on ne peut l’imaginer.

Chez Sympa, nous avons décidé de lever le voile sur certains mystères méconnus de l’histoire de l’Égypte antique, et les faits que nous avons découvert et que nous allons partager avec toi, tu ne les trouveras ni dans les manuels d’histoire, ni même dans les films des superproductions hollywoodiennes.

  • Dans l’Égypte ancienne, les femmes avaient les mêmes droits que les hommes. Elles pouvaient posséder des biens et en disposer. D’ailleurs la propriété foncière était exclusivement transmise par la lignée maternelle. Les Égyptiennes s’habillaient comme elles le voulaient, choisissaient leur mari, et elles avaient le droit de demander le divorce, et même de se remarier.
  • Bien que la plupart des femmes aient été des femmes au foyer, certaines d’entre elles (principalement celles issues de la couche inférieure de la société) étaient traitées sur un pied d’égalité avec les hommes : elles travaillaient dans des minoteries et des filatures, brassaient la bière et remplaçaient leur mari à l’étalage de leur commerce lorsque celui-ci se rendait aux champs. Quant aux femmes nobles, elles avaient la possibilité de recevoir une éducation et pouvaient, dans des cas exceptionnels, occuper des postes élevés, comme celui de scribe, de médecin, ou encore de prêtresse de divinités féminines, de membre du gouvernement voire celui de Pharaon d’Égypte.
  • Les nourrices étaient particulièrement honorées et elles étaient même assimilées à des divinités. Pourtant, malgré une médecine plutôt développée pour l’époque, l’accouchement ne faisait pas l’objet d’une attention particulière et de nombreuses femmes mouraient en couche. Et dans le climat chaud égyptien, l’allaitement était très important, car le lait maternel empêchait la déshydratation du bébé. C’est pourquoi les familles riches avaient souvent recours à une nourrice, et concluaient un contrat avec celle-ci, selon lequel si la mère mourait, la nourrice était obligée de s’occuper du bébé.
  • Le régime alimentaire des Égyptiens de l’Antiquité était principalement composé de fruits et de légumes. La viande, elle, n’était consommée que pendant les jours de fêtes, car le climat chaud ne permettait pas sa conservation et elle se gâtait rapidement. Si la bière était une boisson accessible à tous, ce n’était pas la même chose pour le vin qui ne pouvait être apprécié que par les citoyens issus d’une caste riche et élevée de la société. La noix de coco était, elle aussi, un délice très prisé des égyptiens, et était importée en Égypte depuis d’autres pays.
  • Contrairement aux idées reçues, les pyramides n’ont pas été construites par des esclaves, mais par des travailleurs volontaires, et même des artisans qualifiés. En tout cas, c’est ce que confirment les tombes retrouvées près des pyramides de Gizeh. L’étude des restes découverts sur place a montré que les corps enterrés avaient effectué de lourds travaux physiques. Les archéologues s’accordent à dire que ce sont là les tombes des constructeurs des pyramides. D’ailleurs leur emplacement à proximité du site de Gizeh suggère plutôt que les morts n’étaient pas des esclaves car, à cette époque, seules les personnes respectées pouvaient avoir l’honneur d’être enterrées près des tombes sacrées des pharaons.
  • Voici encore un fait qui tend à confirmer la théorie selon laquelle les bâtisseurs ne pouvaient pas être des esclaves : la majorité de la population égyptiennes de l’Antiquité vivait de l’agriculture et travaillait la terre. Et comme les terres arables de la vallée du Nil n’étaient cultivables que quelques mois par an en raison des périodes d’inondations, les agriculteurs étaient libérés de leur principal labeur, et travaillaient pour le pharaon : ils construisaient des temples, des pyramides et autres tombes, travail pour lequel ils étaient rémunérés par de la bière — allant de 4 à 5 litres par jour.
  • Le prénom d’une personne était secrètement gardé tout au long de sa vie. En effet, selon une croyance de l’époque, si quelqu’un le connaissait, il pouvait influencer cette personne par la magie. C’est pourquoi, dans la vie quotidienne, les Égyptiens utilisaient des surnoms — qu’ils appelaient les “bons prénoms”. C’est d’ailleurs pour la même raison, que de nombreux pharaons ont pris, en montant sur le trône, les noms de leurs illustres prédécesseurs, car ils considéraient ces noms comme sacrés et garants de leur propre sécurité, et comme leur guide vers l’éternité.
  • Les Égyptiens avaient peur de mourir en dehors de leur patrie, car ils croyaient que ce n’était qu’en étant enterrés dans la vallée sacrée du Nil qu’ils pourraient renaître, et que leur âme pourrait passer en toute quiétude dans l’au-delà. C’est pour cette raison que les Égyptiens, contrairement à d’autres peuples de l’Antiquité, ont peu voyagé et ne peuvent se targuer d’avoir des impressions et des connaissances d’autres nations, comme par exemples les Grecs.
  • Des prothèses en or ont été retrouvées sur les mâchoires de certaines momies utilisant des dents provenant d’autres personnes. Cela prouve que les Égyptiens pratiquaient une forme de chirurgie dentaire. Cependant, on ne sait toujours pas si ces éléments étaient installés du vivant du défunt ou après sa mort, lors de l’embaumement.
  • Une attention toute particulière était accordée à l’hygiène personnelle. Les représentants issus de toutes les couches de la population devaient se laver tous les jours. Et en ce qui concerne les plus pauvres de la société égyptienne, ils se baignaient dans le Nil lui-même. Les maisons des riches Égyptiens étaient équipées de salles de bain disposant d’une évacuation d’eau — celle-ci étant apportée directement du Nil par les serviteurs. Au lieu de savon, ils utilisaient une solution appelée natron, un mélange de sels, de cendres et de diverses plantes. Ce savon était également utilisé lors de la momification des corps.
  • Les Égyptiens ont été parmi les premiers à utiliser la pénicilline, et d’ailleurs ils ne réalisaient peut-être pas réellement ce que c’était. En effet, ils appliquaient sur les plaies du pain moisi et c’est dans la moisissure que l’on retrouve du Penicillium. Et comme nous l’avons mentionné plus haut, les Égyptiens étaient très sensibles à l’hygiène, le taux de mortalité postopératoire dans l’Égypte antique était plus bas que dans n’importe quel hôpital européen jusqu’au milieu du siècle dernier.
  • Pour se débarrasser des poux et autres parasites, aussi bien les hommes que les femmes se rasaient la tête et portaient des perruques pour se protéger du soleil brûlant. Les classes supérieures de la société pouvaient s’offrir de coûteuses perruques faites de cheveux humains ou de crins de cheval, ornés de fils d’or ou d’argent, tandis que les pauvres devaient se contenter de la confection artisanale de couvre-chefs en feuilles de papyrus.
  • À l’époque, tout le monde n’avait pas les moyens de s’offrir des chaussures, et beaucoup d’Égyptiens, y compris les nobles, marchaient souvent pieds nus, surtout à la maison. Et pour protéger leurs pieds du soleil et des insectes, ils appliquaient dessus toutes sortes de baumes spéciaux. D’ailleurs, les personnes les plus riches avaient à leur disposition des pédicures et manucures personnels. Les ongles étaient coupés et entretenus à l’aide de coutelas et de limes, et cette position était si honorable qu’après la mort du riche ou noble Égyptien, le nom du manucure était gravé sur les murs de la tombe.
  • Les mariages incestueux étaient courants. Tout d’abord, cette pratique était exclusivement pratiquée par les dynasties dirigeantes afin de préserver la pureté de la lignée royale et réduire le cercle des personnes pouvant prétendre au trône. C’est pourquoi, les pharaons ont souvent épousé leurs sœurs. Il y avait aussi des cas où le roi épousait une fille née de l’union de sa sœur et de son frère dont les parents étaient à la fois père et oncle et mère et tante. À la longue, les relations incestueuses sont également devenues chose courante au sein de la population ordinaire égyptienne.
  • Des études ont montré que les parents de Toutankhamon étaient frère et sœur, et que le pharaon lui-même a épousé sa demi-sœur Ânkhésenamon. Le couple, n’eut pas d’enfant, seulement 2 fœtus de sexe féminins sont connus. Et Cléopâtre a été mariée à son frère Ptolémée XIII durant 3 ans.

Quel fait t’a le plus étonné dans cette sélection ? Peut-être connais-tu, toi aussi des détails captivants concernant d’autres cultures anciennes ? N’hésite pas à partager avec nous tes connaissances dans les commentaires.

Partager cet article