Sympa
Sympa

15+ Histoires de courses en taxi qui ne se sont pas déroulées comme prévu

Les chauffeurs de taxi ont l’un des plus anciens métiers. Avant même l’avènement d’Uber, les conducteurs de chars courraient déjà les rues de la Rome antique et emmenaient les patriciens à leurs rendez-vous. Le temps passe, et les chars ont été remplacés par des voitures modernes, et les charretiers vigoureux ont été remplacés par des chauffeurs professionnels. La seule chose qui n’a pas changé, ce sont les passagers, qui, comme avant, préfèrent voyager confortablement d’un point A à un point B.

Chez Sympa, nous avons trouvé sur le web les histoires de chauffeurs de taxi et de leurs passagers qui ont posté leurs trajets les plus mémorables, sur lesquels on pourrait écrire de véritables mémoires.

  • Je conduisais un jour mon taxi, et je suis arrivé à l’adresse indiquée. Un groupe de filles est sorti de l’immeuble, je leur ai demandé l’adresse de destination, et j’ai appuyé sur “démarrer l’itinéraire” sur mon portable. Le navigateur s’allume et me dit qu’il y a un embouteillage sur la route la plus courte à cause d’un accident et que je dois prendre la route la plus longue, mais qu’elle sera plus rapide de 15 minutes. Les filles sortent tout de suite :
    — Attendez, vous voulez dire que vous allez utiliser le GPS ?
    — Ben oui.
    — Alors à quoi vous servez si vous utilisez le navigateur ? Comme ça nous aurions pu le faire nous-mêmes.
    Je ne savais pas quoi répondre. J’ai conduit la voiture, elles sont sorties en silence et j’ai reçu un mauvais avis : “Ne connaît pas la ville”.
    © SPORK / Pikabu
  • Je suis montée dans un taxi, j’ai donné mon adresse et nous sommes partis. Le conducteur ne suivait pas les directives du navigateur. Je jetais de temps en temps un coup d’œil à la carte et j’ai vu qu’il a fait un long détour inutile. Je lui ai dit une fois où tourner, puis une deuxième fois, et à la troisième, il s’est énervé et est sorti de la voiture, s’est assis sur le siège arrière et a commencé à hurler : “Prends le volant, conduis toi-même !” Et ben je l’ai fait — j’avais mon permis, donc rien à craindre. Ses hurlements ont été multipliés par trois : “Connasse, je vais porter plainte contre toi”. Je l’ai envoyé valser sur les roses, j’ai déposé une plainte contre lui et, bien sûr, je n’ai pas payé. Il m’a fallu dix minutes pour rentrer à la maison à pieds — il était en train de louper le virage dans la cour où j’habite pour me faire payer plus de kilomètres.
    © Palata № 6 / VK
  • J’ai appelé un taxi, il me fallait traverser toute la ville . Mon fils de 3 ans était assis très calmement derrière le conducteur. Nous nous sommes arrêtés à un carrefour. Soudain, mon fils tend la main vers le chauffeur de taxi, lui tape légèrement sur l’épaule et lui demande : “Monsieur, avez-vous de l’argent ?” Et le chauffeur de taxi pousse un cri de surprise ! Il s’est avéré qu’il n’avait pas remarqué qu’il y avait un enfant dans la voiture, il pensait qu’il transportait deux adultes — moi et mon mari. Dix ans plus tard, j’ai de nouveau appelé un taxi dans ma ville natale et le même chauffeur est arrivé ! Alors que nous passions devant cette intersection, il a commencé à nous raconter comment il avait été effrayé par un gamin à cet endroit. On regarde notre fils et on dit : “Voilà, c’est lui, le gamin !” À l’époque, mon fils était déjà plus grand que moi.
    © Lubov Oussikova / Facebook
  • J’ai transporté une fois des rats dans une cage. J’ai écrit que la cage était propre et solide et j’ai garanti qu’ils ne mordraient personne. Quand le chauffeur de taxi les a vus, il a dit d’un air déçu : “Ils sont si petits”. © YaYuTat / AdMe
  • Je travaille comme chauffeur de taxi. L’autre jour, j’ai déposé un homme qui ne pouvait pas me payer et qui m’a laissé un seau d’écrous et 12 litres de lait comme caution, en me disant qu’il reviendrait sûrement. Nous avons échangé nos numéros et hier, ce type m’a appelé et m’a dit : “Je suis prêt à payer et j’ai encore besoin d’un taxi”. Ok. L’histoire s’est répétée, cette fois-ci, je me suis retrouvé avec un sac de pommes de terre et quatre bouteilles de Coca. Aujourd’hui, l’histoire s’est répétée ENCORE UNE FOIS, et je me retrouve avec une caisse de shampoing et deux pots de peinture. Par principe, je continue. Je me demande jusqu’à où ira cette histoire.
    © Palata № 6 / VK
  • Il fait chaud ici, Gismeteo annonce +32°C, mais je suis parti pour mon service à six heures du matin et le thermomètre n’est monté qu’à 19 degrés.
    La commande est de dix euros pour huit km, une femme d’environ 35 ans va au travail :
    — Fermons les fenêtres, il fait encore froid.
    D’accord. On ferme les fenêtres. Le salon a commencé à chauffer, car ma voiture est un aquarium, les vitres ne sont pas du tout teintées.
    — On allume le climatiseur ?
    — Mais après tout, il est possible de rouvrir les fenêtres.
    — Avec fenêtres on a des courants d’air forts. Je ne veux pas attraper un rhume.
    Le client a toujours raison. Moins de cinq minutes plus tard, la dame ouvre la fenêtre. Je la regarde d’un air interrogateur :
    — Dois-je éteindre le climatiseur ?
    — Non, ne le faites pas.
    — Alors pourquoi avez-vous ouvert la fenêtre ?
    — Il fait trop froid.
    J’ai fini par éteindre la clim — la dame ne l’a même pas remarqué.
    © ExCoonMan / Pikabu
  • Un de mes potes travaillait dans un service de taxi. Un jour, il faisait la queue devant un restaurant. Un homme sort, va au premier taxi et se fait refuser, puis au deuxième taxi et se fait à nouveau refuser. Il arrive donc à la voiture de mon pote, et celui-ci est déjà sur ses gardes, se demandant où il voulait aller, si tout le monde l’avait refusé. Alors, l’homme voulait juste aller de l’autre côté de la rue. Il a peut-être fait un pari ou quelque chose comme ça. Mais mon ami a accepté. Il lui a fait traverser la route, et voilà que le passager lui donne 100 dollars ! Oh, qu’est-ce que ses collègues chauffeurs de taxi ont regretté par la suite.
    © Aliona / AdMe
  • Un jour, une voiture arrive, le conducteur me montre un panneau indiquant qu’il est sourd et muet, et un texte sur son téléphone : “Veuillez me noter cinq étoiles, s’il vous plaît”. Je lui fais signe “on y va, on verra à l’arrivée”. Sur la route, il reçoit un appel vidéo et ce type, en vitesse de 40 km/h en plein trafic urbain, lâche le volant et commence à discuter en agitant activement les bras. Ça s’est répété deux fois pendant le voyage. Nous sommes arrivés, je sors de la voiture et demande la facture du voyage, et là je reçois deux tickets. Il s’est avéré que ce malin avait mis le compteur sur ’l’attente de client" lorsqu’on était dans l’embouteillage, du coup, cinq euros ont été rajoutés au total. Après quelques échanges, ils m’ont envoyé un code promo pour cinq euros, et j’ai oublié cette histoire. © 1988renat / Pikabu
  • Un jour, mon petit ami m’a commandé un taxi qui est venu me chercher du travail. Il m’a envoyé une capture d’écran du numéro et du nom du chauffeur, et j’ai vu que Dimitri arrivait. J’ouvre la porte, et il y a une femme au volant. Je lui dis d’un air interrogateur : “Dimitri” ? Et elle me dit : “Thomas” ? J’ai oublié que mon petit ami m’avait commandé le taxi à son nom, alors qu’elle, à son tour, elle n’avait pas eu le temps de changer le nom du chauffeur de taxi précédent.
    © GulyashBinosh / Pikabu
  • J’appelle un taxi et je reçois un SMS : “Une Mercedes dorée vous attend”. Cool, je me dis, je vais faire un tour dans une voiture classe ! Je sors et je vois une Mercedes des années 90, toute rouillée et en ruine. Et ce n’est pas du tout doré. Bon, je me dis ce n’est pas grave, tant qu’elle ne tombe pas en panne en chemin. À la ligne d’arrivée, nous avons entendu le son d’une sirène de police — une voiture de service nous suivait et le mégaphone retentit : “Conducteur de Mercedes, arrêtez-vous !” Il s’arrête juste à l’entrée de la cour, je lui dis : " Je peux y aller ?" Et il répond timidement : “Vous allez au moins payer ?” Voilà pour “la Mercedes dorée”.
    © Anastassia Efrémova / AdMe
  • Il nous est arrivé un drôle d’incident une fois. Ma mère et moi avons pris un taxi et sommes parties. En chemin, un autre homme nous a rejoints et s’est assis sur le siège avant. Au bout d’un moment, l’homme devant nous a demandé au chauffeur de s’arrêter et a dit d’une voix calme mais autoritaire : “Maintenant, calmez-vous, ne paniquez pas et ne faites pas de mouvements inutiles”. Ma mère et moi sommes restées abasourdies, le conducteur était tout aussi perplexe, et l’homme a calmement ouvert la porte et s’est enfui !
    © Vera Muwahid / Facebook
  • Je suis allé à la fête d’anniversaire d’un ami dans une ville voisine à 20 km de la mienne. Le soir-même, j’ai pris un taxi pour rentrer et j’ai parlé au chauffeur de son travail. L’incident le plus mémorable et le plus emblématique de son expérience est celui où, huit ans plus tôt, une cliente s’est mise à résoudre des problèmes de mathématiques pour la fille de ce chauffeur, lui évitant ainsi d’échouer dans cette matière. L’histoire du père au sujet d’une femme magicienne a alors tellement inspiré sa fille qu’elle a voulu être comme cette dame et a commencé à étudier de manière assidue. Aujourd’hui, la jeune fille fait ses études pour devenir enseignante et rêve de devenir professeur de mathématiques. Et le plus étonnant dans cette histoire, c’est que c’était moi qui était cette magicienne. Je ne me suis jamais sentie aussi bien de toute ma vie.
    © Palata № 6 / VK
  • Une commande au tarif “enfant” est arrivée et il fallait aller dans une ville voisine. Deux sourds-muets — une femme et un homme — se sont assis, mais leur enfant s’est avéré ne pas être sourd du tout et a hurlé aux ultrasons pendant 50 km du voyage, il n’a pas pu obtenir l’attention de ses parents jusqu’à la fin du trajet, ils ne l’entendaient pas, ils s’en fichaient.
    © Nehavaikoleso / Pikabu
  • Je travaille comme chauffeur de taxi. Un jour, un homme en costume et avec une valise est monté dans ma voiture. Il s’est immédiatement mis à crier : “Suivez cette voiture, gardez vos distances, ne la perdez pas !”. J’ai eu peur, mais je me suis mis en route. Cinq minutes plus tard, j’ai osé demander pourquoi nous le suivions. Et là, le type dit : “C’est mon patron”. Il m’a rendu si furieux ! J’ai toujours voulu sauter dans un taxi comme ça depuis que je suis enfant, pour m’amuser. J’ai donc décidé de me faire plaisir après une dure journée de travail".
    © Palata № 6 / VK

Et toi, est-ce que tu as des histoires inoubliables de courses en taxi ? Partage-les avec nous dans les commentaires.

Partager cet article