15+ Histoires des gens qui se sont tapé la honte, mais qui en rigolent maintenant

Nous avons tous déjà connu ce genre de moment : au lieu de nous laisser nous endormir tranquillement, notre cerveau nous rappelle soudainement une histoire extrêmement gênante qui nous est arrivée il y a très longtemps. Et dès lors, la scène nous revient en boucle, et impossible de trouver le sommeil. Pourtant, détends-toi : une situation où tu t’es tapé la honte il y a dix ans peut maintenant devenir une anecdote très drôle à raconter à tes copains. Le plus important, c’est de savoir rigoler de tout.

Chez Sympa, nous sommes persuadés que n’importe qui peut se retrouver dans une situation très gênante. Il est évident qu’il vaut mieux en rire, tout comme l’ont fait les personnages des histoires ci-dessous.

  • Je me suis endormie dans un bus hier. En me réveillant, j’ai cru que j’ai loupé mon arrêt, et pour je ne sais pas quelle raison, j’ai crié : “Au secours !” Très vite, je suis descendue par la porte avant. J’ai ensuite compris que je m’étais trompée, et que mon arrêt était encore très loin. J’ai eu le temps de remonter dans le bus par la porte arrière, et je me suis réinstallée à la même place. Tout le monde a arrêté de parler et me regardait ; même le conducteur a même coupé la musique. © Berezhanochka / Pikabu
  • Un ami à moi a enfin accepté d’aller chez l’ophtalmo, quand dans un train, il a gentiment ramassé un caniche qui était par terre et a demandé : “Qui a fait tomber son pull ?” Le “pull” était tellement apeuré qu’il n’a pas fait un seul bruit. © Diplaktika / Pikabu
  • Avec trois/quatre copains/collègues, nous étions en coloc dans un T3. Ma chambre était juste à côté de la cuisine (notre lieu de rassemblement), et comme on travaillait tous en décalé, j’étais souvent réveillé par les crises de rire venant de là-bas. Il fallait que je me lève et que je pousse une gueulante pour les calmer.
    Mais une fois, les gars ont totalement dépassé les bornes. Je me suis réveillé parce qu’ils étaient en train de m’éblouir avec une lampe, et me secouer par les épaules. Complètement choqué par leur comportement, les yeux à moitié fermés, j’ai crié : “Arrêtez tout de suite, bande de cinglés ! Chacun dans sa chambre, vite !”
    Quand j’ai enfin ouvert les yeux, j’ai vu le regard affolé des internes du service gastroentérologique du CHU. “C’est la réaction à l’anesthésie”, a dit la chirurgienne. Je venais de me faire opérer de l’appendicite, mais je n’en avais aucun souvenir. © Aievs / Pikabu

  • J’étais dans un bus, assis pas loin du conducteur. Deux jolies filles sont montées et se sont installées en face de moi. L’une des deux a sorti un chewing-gum de son sac, en a passé un à sa copine, et en a pris un elle-même. Ensuite, elle m’a tendu le poing serré. Gêné, j’ai dit : “Non, merci, je n’en veux pas”. Elle m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit : “Peux-tu passer l’argent au conducteur ?” © Cranol / Pikabu
  • J’étais dans un ascenseur, un homme m’a rejointe. Je lui ai demandé : " Quel étage ?" Il a dit : “Dix-neuvième”. “Mais nous n’avons que dix-sept étages ici”. “Alors, je sors”, il a répondu. Les lundis sont durs. © Morouie / Twitter
  • Un matin, j’ai été réveillée par mon copain qui enfonçait son doigt dans ma joue. Moitié endormie, je lui ai demandé ce qu’il voulait. Il m’a répondu : “Rien”. Du coup, nous nous sommes rendormis tous les deux. Plus tard, je lui ai demandé ce qui s’était passé le matin. Voici ce qu’il m’a raconté : “Je dormais et j’ai rêvé que j’étais sur une moto dont le moteur faisait trop de bruit. C’était tellement fort, que j’étais obligé d’arrêter le moteur et de descendre de la moto. Mais le bruit ne s’est pas arrêté ! Finalement, je me suis réveillé et j’ai compris que c’était toi qui ronflais comme un pompier”. OUPS. © veraseed / Pikabu
  • Un matin, j’étais vraiment très en retard pour le boulot. Je me suis habillé à l’arrache et j’ai appelé un taxi. On m’a répondu que le taxi arriverait dans sept minutes. Pas de soucis, j’ai commencé à descendre tranquillement, car il faisait froid dehors. J’étais dans les escaliers, quand un mec avec un siège enfant m’a doublé en me poussant. Je lui ai dit un truc du genre “faites attention”, mais il n’a même pas répondu, et il a continué de courir. Plus tard, j’attendais mon taxi qui avait du retard, et j’avais froid. Finalement, il est arrivé et je suis monté dedans. J’ai tout de suite vu que c’était le mec qui m’avait poussé dans les escaliers. Il m’a dit : “Excusez-moi pour le retard, c’est mon premier voyage ce matin, j’ai mis du temps à réchauffer la voiture”. J’ai répondu : “Je sais, on s’est croisés dans les escaliers. D’ailleurs, vous m’avez poussé”. Il a rigolé : “C’est vrai ? On n’y voyait pas grand-chose, je vous ai pris pour un SDF”. Choqué, j’ai répondu : “Vous savez comment vous faire pardonner”. Il m’a jeté un regard noir, et nous n’avons plus parlé de tout le trajet. © Royk / Pikabu

  • J’étais chez une copine, on cherchait des films sur internet. Il faisait nuit. Soudainement, nous avons entendu des bruits horribles venant de dehors : des rugissements, des grognements, quelque chose d’épouvantable. Nous avons eu très peur, avons éteint la lumière, et nous nous sommes cachées. Le bruit n’a pas cessé. Nous avons donc appelé la police. Il se trouve qu’une fenêtre pop-up s’était ouverte dans le navigateur, et c’était un monstre horrible venant d’un jeu qui faisait tous ces bruits. On s’est pris une amende pour appel abusif. © 63802 / Podslouchano

“Thé “Bonne Matinée” ; Thé “Bonne Journée” ; “Thé Bonne Soirée”

  • Nous faisions un repas de famille dans un restaurant. Notre serveur était trop mignon et m’a beaucoup plu. Du coup, j’ai écrit mon prénom et mon numéro de téléphone sur une serviette que je lui ai laissée avec l’addition. Je me suis dit que si c’était réciproque, il m’appellerait. Et il a appelé. Mon père. Parce que je m’étais trompée de numéro et j’ai écrit celui de mon père. J’aurais trop aimé voir la tête de ce pauvre serveur quand il est tombé sur mon père. © Podslouchano / Ideer
  • J’ai mis mon garage en vente. Dans la vie, j’aide beaucoup les animaux. Je me suis arrangée avec un homme pour lui faire visiter le garage vers 15 heures. Je n’ai pas enregistré son numéro. Vers 15 heures, j’ai reçu un appel, mais je n’ai pas eu le temps de décrocher, du coup j’ai rappelé. Il m’a dit : “Mademoiselle, je vous appelle au sujet de notre rendez-vous”. J’ai répondu : “Parfait. Je passe vous chercher”.
    Je l’ai récupéré et nous sommes allés à mon garage. Je lui ai tout montré, il ne disait rien. Finalement, j’ai demandé : “Que pensez-vous du garage ?” “Pas mal”, il a répondu. J’ai dit : “Le prix est de 300 K”. Lui : “Très bien. Et concernant les chiens ?” Je ne comprenais rien.
    Et là, il m’a dit : "En fait, je vous ai contactée au sujet des chiens abandonnés pas loin de la rivière. Vous m’avez confondu avec quelqu’un d’autre. Sous le choc, j’ai dit : “Mais pourquoi vous ne me l’avez pas dit avant ? Je suis venue vous chercher, je vous ai emmené visiter un garage, et depuis tout ce temps, vous n’avez pas pensé à me dire que je faisais erreur ? ” Il m’a répondu sans aucune hésitation : “Mais qu’est-ce que j’en sais ? Je me suis dit que peut-être, cela faisait partie de la procédure. D’abord, on visite un garage, ensuite, on discute des animaux”. © bibizjana / Pikabu
  • Avec mon copain, on faisait une bataille de boules-de-neige. J’ai accidentellement lancé ma boule dans le visage d’une fille qui passait à côté. Et comme si cela n’était pas assez gênant, ses faux-cils se sont décollés. Mon copain ne s’en remet pas. © Podslouchano / Ideer
  • Hier, j’ai fait venir une ostéopathe pour les enfants à la maison. C’était quelqu’un de très pro, j’étais très contente de ses services. Mais ce n’est pas le sujet. Après la séance, j’ai essayé de trouver de l’argent dans la poche de ma veste pour la payer, tout en tenant mon bébé dans les bras. J’ai finalement réussi à sortir un billet de 100 euros, et je lui ai dit : “Désolée, je n’ai pas de monnaie, puis-je vous payer pour toute la semaine ?” D’un air choqué, elle m’a répondu : “Pas de soucis. Mais vous venez de sortir ce billet de MA veste”. © GoodPenguin / Pikabu

  • Ma mère ne faisait jamais son âge jusqu’à ses quarante-cinq ans. Mince, très sportive et très soignée, elle portait toujours des robes courtes. Quand elle avait environ trente ans, nous habitions dans un immeuble de trois étages, au troisième. Une fois, une voisine de dessous est venue la voir en lui disant qu’elle cherchait une fiancée pour son fils qui venait de finir son service militaire. Ma mère était très étonnée. Elle a essayé de lui expliquer qu’elle avait déjà un mari et une fille de douze ans. Mais la voisine ne la croyait pas. Elle avait toujours pensé que j’étais sa sœur, et elle n’avait jamais vu mon père (il était souvent au travail).
    Le pire, c’était que son fils s’est pointé chez nous avec un bouquet de fleurs et des chocolats quelques jours plus tard. Il est venu accompagné de sa mère qui contrôlait tous ses faits et gestes. Ma mère leur a proposé un thé. Lorsque mon père est rentré du travail, ma mère l’a présenté aux invités afin de clarifier la situation. Mais la voisine a complètement pété un plomb : elle a accusé ma mère d’être “une femme facile”, vu qu’elle n’avait pas refusé les cadeaux de son fils. Pour elle, cela signifiait que ma mère était prête à accepter ses avances. Je ne me souviens plus exactement comment cette histoire s’est terminée, mais je me rappelle que ma mère a beaucoup pleuré, et mon père a beaucoup rigolé. © Kotso / Pikabu
  • Il y a quelques années, j’ai fait la connaissance du voisin de ma maison de campagne. À l’époque, j’avais 35 ans, et lui et sa femme en avaient 50. Nous avons beaucoup discuté, et avons décidé de nous tutoyer et de nous appeler par nos prénoms. Il m’a également présenté sa femme.
    Le lendemain, j’ai décidé de retourner voir ce voisin pour lui poser je ne sais plus quelle question. Quand j’ai sonné, sa femme a ouvert la porte. Elle avait un air très sévère, froid et fermé et j’ai complètement perdu mes moyens et j’ai bafouillé tout gêné : “Bonjour madame, pardon de vous déranger, est-ce que votre époux monsieur Carrère est là ?” © kofa1432 / Pikabu
  • J’ai appelé mon père pour lui souhaiter un joyeux anniversaire. Il m’a répondu : “Merci, ma chérie. N’oublie pas d’appeler ton oncle également”. Perplexe, j’ai dit : “Mais c’est son anniversaire aujourd’hui aussi ? ” Mon père était choqué. Mon oncle est son frère jumeau. La honte, j’avais déjà vingt ans à cette époque ! © ganseblumchen / Pikabu
  • Hier, lors d’une balade avec les copines, j’ai vu un énorme bouquet de fleurs sur le siège d’une voiture au loin. J’ai dit : “Regardez, quel beau bouquet. Je veux le même”. Quand la voiture s’est rapprochée, nous avons vu que c’était une gerbe mortuaire. Un peu gênant comme situation. © Podslouchano / Ideer

Et toi, est-ce qu’il t’est déjà arrivé de te retrouver dans une situation vraiment gênante ? Si oui, comment as-tu fait pour t’en sortir ? Raconte-nous tout dans les commentaires !

Partager cet article