Sympa
Sympa

15 Histoires qui prouvent que dans chaque petit enfant se cache un grand sage

On ne s’attend pas à ce qu’un enfant soit très intelligent, car il commence tout juste à découvrir le monde. Mais parfois, les petits et les petites sont prêts à étonner tout le monde autour d’eux avec leurs phrases originales et pleines d’esprit.

  • Après le travail, j’ai décidé de ramener chez elle une collègue dont la voiture était tombée en panne ce jour-là. Sur le chemin, j’ai pris ma fille à l’école maternelle, je l’ai installée dans le rehausseur derrière moi, et pendant tout le trajet, elle était silencieuse, ce qui n’est pas du tout son genre en général. Ma collègue et moi étions en train de parler, de poser des questions à ma fille, et tout ce qu’elle pouvait dire était “oui” et “non”. J’ai supposé qu’elle avait eu une mauvaise journée à l’école maternelle ou qu’elle avait été très active et qu’elle était donc épuisée. J’ai ramené la collègue chez elle, nous avons continué à rouler, et ma fille a dit de sa voix la plus sérieuse : “Maman n’aimerait pas beaucoup qu’une femme s’assoie dans notre voiture sur le siège avant, le meilleur siège ! Je pense que tu le sais toi-même. Donc on ne lui dira rien, mais tu m’en dois une”. Oh, mon futur gendre a de la chance, je crois. © Palata n° 6 / VK
  • Je suis venue rendre visite à mes parents, nous bavardions dans la cuisine, et puis j’ai demandé des nouvelles de mon petit frère, car je pensais qu’il n’était pas à la maison. Papa a dit qu’il était dans sa chambre, alors je me suis levée et je suis allée dire bonjour à Paul. Je suis entrée et il y avait une ambiance festive ! Des paillettes sur les murs, des cadeaux alignés, “Jingle bells” jouait, et mon frère décorait le sapin ! Je lui ai demandé ce qui se passait, et mon frère m’a répondu : “J’ai décidé de faire une fête ! Pourquoi dois-je attendre jusqu’en décembre ? Je veux fêter Noël en août, alors je fêterais Noël en août”. Ce garçon n’a que huit ans, mais je pense déjà qu’il va faire de grandes choses dans sa vie. © Palata n° 6 / VK
  • Mon enfant de six ans regarde par la fenêtre de la voiture :
    — Maman, pourquoi le ciel est bleu ?
    — Oh, c’est un classique !
    — Qu’est-ce qu’un “classique” ?
    — Ta question. C’est une question classique des enfants.
    — Ce n’est pas une réponse. Je dois savoir pourquoi le ciel est bleu.
    — Euh... Je pense que ça a quelque chose à voir avec la réflexion de l’océan dans l’atmosphère. Ou la façon dont le bleu se détache du spectre de la lumière. Ou...
    — Tu pourrais dire qu’on va le chercher sur internet. Ce serait une des réponses parentales classiques. © Julie Zwillich / Quora
  • Mes filles aînée et cadette se parlent à portée de voix : “Normal, c’est juste le nom que se donnent les gens ennuyeux”. Bien sûr, on ne peut pas argumenter avec ça. © Todd Allen / Quora
  • Lorsque notre fils avait trois ans, il a inventé une blague et nous l’a racontée un après-midi à l’école maternelle. “Une ceinture de sécurité peut te sauver d’un accident, et une ceinture de sécurité se trouve dans tes pantalons. Mais une ceinture de sécurité ne peut pas te sauver d’un accident dans ton pantalon”. © Lee Ballentine / Quora
  • J’ai choisi une paire de boucles d’oreilles qui, selon mon mari et mes amis, ne m’allait pas, alors je suis allée les rendre. Ma fille de six ans m’a dit : “Maman, l’essentiel est de savoir si tu les aimes ou pas, et l’opinion des autres n’a pas d’importance”. © Ami Gariba / Quora
  • Lors d’une fête stylisée dans la thématique de jungle pour enfants, l’animatrice a proposé de grimper sous une “liane” basse. Martin (quatre ans) l’a enjambée. L’animatrice :
    — Martin, tu ne dois pas l’enjamber, mais passer sous.
    — Pourquoi ?
    — Parce qu’enjamber est facile, et passer dessous est difficile.
    — Une raison de plus pour ne pas voir la logique. © oseledich / Pikabu
  • J’ai une fille de trois ans. Nous étions en train de nettoyer quelque chose, elle a tout regardé, a grimpé dans le lit d’enfant, a pris une couverture, s’est blottie et a annoncé : “Je suis un bébé”, et elle s’est mise à regarder les dessins animés. J’ai dit : “Comment ça se fait, tu es une grande fille”. Ma fille, sortant sa main de sous la couverture, a couvert ma bouche, et a dit tout bas : “Tais-toi”. Comme elle a vite compris la beauté de l’enfance, j’aurais aimé faire ça en mon temps. © Ushastiy / Pikabu
  • Quand mes filles avaient quatre et cinq ans, ma femme et moi avions pour règle que si nous disions non, c’était définitif. Une fois, la plus jeune a demandé quelque chose, on lui a dit “non”, mais elle a continué à demander quand même. Même sa grande sœur en a eu assez de la voir se plaindre et a dit : “Arrête de demander. Quand il dit non, il ne change jamais d’avis”. Et la plus jeune a immédiatement répondu : “Quand il dit non, il ne me fait jamais changer d’avis non plus !”. © Rob Aden Smithers / Quora
  • Mes fils, âgés de cinq et huit ans, et moi étions au zoo et avons vu un très beau paon avec sa queue ouverte. L’aîné a dit :
    — Les paons mâles doivent être des femelles et les femelles des mâles.
    — Pourquoi ?
    — Parce que les femelles doivent être belles ! © Amit Mahipal / Quora
  • Un de mes élèves passait un test hier. Une élève de première année est entrée dans la classe. Je lui ai demandé ce qu’elle voulait, elle a dit : “Rien, je regarde juste”. Elle a examiné attentivement le tableau, a tourné son regard vers mon élève et a dit : “Si tu n’as pas de bons résultats, ne pleure pas, d’accord ?”. Le garçon a souri. C’était moi qui pleurais de rire. © HamsterHamsy / Pikabu
  • Nous nous rendions à la campagne avec la famille et en chemin, nous avons joué à un jeu appelé “Devine le mot”. Il s’agissait de penser à n’importe quel mot et d’essayer de le faire deviner en répondant aux questions par “oui” ou “non”. Alors, ma femme a choisi le mot et tout le monde a commencé à poser des questions. Ma fille aînée et moi avons alors demandé si nous avions tous ce “truc”, ce à quoi ma femme a répondu que seul notre fils, qui était à l’école maternelle à l’époque, l’avait. Tout de suite mon fils a crié : “La conscience !”. Nous avons ri le reste du chemin. Eh bien, le mot que ma femme avait choisi était l’instituteur. © Kvarod / Pikabu
  • Quand mon fils avait environ cinq ans, il était assis sur sa chaise, l’air très pensif au début, puis content de lui :
    — Papa, je sais quelque chose que j’ai plus que toi.
    — Et qu’est-ce que c’est ?
    — Les ancêtres ! Tu es mon ancêtre et tous tes ancêtres sont mes ancêtres, donc j’ai plus d’ancêtres que toi. © John Knight / Quora
  • Lorsque mon fils cadet avait cinq ans, je l’ai emmené voir Le Roi Lion, qui venait de sortir dans les cinémas. Après l’avoir regardé, je lui ai demandé s’il avait aimé le dessin animé. Il a dit : “Oh, c’était bien. Mais c’était juste Hamlet avec une nouvelle tournure”. Une fois, nous avons regardé la version 1948 de Hamlet en famille et mon fils l’a adorée. Mais je n’avais jamais remarqué le lien entre Hamlet et Le Roi Lion ! © Paul Lacy / Quora
  • Ma fille a deux ans et demi et elle ne prononce pas très bien le mot “tomate”. Mes proches en rient souvent et, une fois de plus, alors qu’elle se tenait dehors avec les voisins, ma mère lui a demandé de prononcer ce même mot. Ce à quoi ma petite fille a répondu sérieusement : “Cornichon ! Quoi, tu ne t’y attendais pas ? Tu as cru que j’étais stupide ?”. Honnêtement, tout le monde était en état de choc, même moi. Mais pour une raison quelconque, j’étais très fière de ma fille. © Palata n° 6 / VK

Et qu’ont dit tes enfants qui t’a fait réfléchir ou rire ? N’hésite pas à raconter tes histoires dans les commentaires !

Photo de couverture Palata n° 6 / VK
Sympa/Éducation/15 Histoires qui prouvent que dans chaque petit enfant se cache un grand sage
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire