16 Histoires sur la cupidité extrême : certains radins ont pu rire d’eux-mêmes, d’autres demeurent convaincus d’avoir bien fait

Il y a des personnes avares qui sont pathologiquement incapables de dépenser de l’argent. Elles ne ratent jamais une occasion de tirer parti de n’importe quelle situation et recherchent le profit partout où elles se trouvent. Tu peux repérer ce genre de personnes au bureau, dans les transports publics et même parmi tes proches ou tes amis. Force est de constater que chacun de nous se montre parfois avide dans la vie de tous les jours. Le plus souvent, la vie nous fait vite comprendre que nous avons eu tort de nous comporter comme un pingre. Dans ce cas, rire de sa tentative pour économiser un sou serait la meilleure solution.

Chez Sympa, nous n’avons franchement pas très envie de rencontrer les protagonistes de notre sélection d’histoires sur l’avarice excessive.

  • Ma sœur, son mari et leur fils de neuf ans sont partis en vacances dans le sud du pays. Ça faisait plusieurs heures qu’ils étaient dans le bus. Quand le bus s’est arrêté quelques minutes à la gare d’une petite ville inconnue, mon beau-frère est allé chercher quelque chose à manger dans une épicerie qui était dans le coin. Il a apporté de l’eau et des beignets. Puis, il a sorti la monnaie qu’on lui avait rendue dans le magasin de sa poche et l’a comptée quelques fois. Il a pris un air mécontent, a remis son argent dans la poche et s’est mis à regarder par la fenêtre.
    — Quelque chose ne va pas ?
    Il s’est avéré que l’épicière s’était trompée en rendant la monnaie. Une heure après, l’époux était encore très triste et poussait périodiquement des soupirs. Ma sœur a décidé de le soutenir et de lui parler de ce qui était arrivé. Pour commencer la conversation, elle lui a demandé combien d’argent la vendeuse avait gardé pour elle.
    — 20 centimes ! Elle pense probablement que mon argent tombe du ciel.
    Son visage affichait une grande déception. © axuta.ru / pikabu
  • Un jour, on a frappé à la porte. Je suis allé ouvrir et j’ai vu une femme d’âge moyen et une jeune fille, toutes deux inconnues. J’ai appelé ma mère, mais elle ne les connaissait pas non plus. Les femmes ont expliqué qu’elles étaient des parentes de l’un des amis de mon père. Elles sont arrivées, car la jeune fille devait refaire son nez dans notre ville, et elles voulaient rester avec nous une quinzaine de jours. On était choqués, mais on a décidé de ne pas les mettre dehors. Deux semaines après, ces femmes sont parties, et on ne les a jamais revues. © Sirarpi Sahradyan / facebook
  • Une de mes amies travaille à l’université. Comme son établissement d’enseignement supérieur était en train d’être accrédité par un organisme prestigieux, elle devait travailler le soir et le week-end. Elle ne refusait pas de faire des heures supplémentaires, parce qu’on lui avait promis de verser une bonne prime après la fin de la procédure d’accréditation. Les autorités de l’université ont tenu leur promesse : quelques mois après, mon amie a reçu un chèque-cadeau pour le restaurant universitaire. © Подслушано / ideer
  • Je travaille avec une collègue qui a l’habitude de se tourner vers n’importe qui pour demander un chewing-gum ou un autre petit truc. Quand on lui donne quelque chose, elle dit toujours : “J’en prends deux”. Et c’est comme ça à chaque fois ! Si quelqu’un fête son anniversaire au bureau, elle avale son morceau de pizza ou de gâteau et emporte un autre dans son bureau pour le manger plus tard. Par ailleurs, elle n’a jamais rien offert à ses collègues le jour de son anniversaire. © Alina / AdMe
  • Maman m’a donné son micro-onde qui était presque neuf. J’ai décidé d’économiser de l’argent et de prendre un transport public, au lieu d’appeler un taxi (la course ne m’aurait pas coûté plus de dix euros). Quand j’étais dans le bus, le chauffeur a dû freiner brusquement pour ne pas percuter la voiture qui était devant lui. Je me suis cogné le genou, et le micro-onde m’a échappé et est tombé. La vitre extérieure s’est brisée en mille morceaux. Faire réparer mon four à micro-ondes coûtera sûrement plus de dix euros. © darya.chicherina / instagram
  • Mon amie et moi, on se connaît depuis dix ans. Avec le temps, j’ai remarqué qu’elle était excessivement économe et qu’elle évitait de dépenser un sou, surtout quand il s’agissait d’une collecte pour le cadeau d’anniversaire ou pour toute autre chose. Je n’ai pas de problème à offrir un verre à mon ami dans le restaurant ou à donner de l’argent à mon copain s’il n’en a pas assez pour payer l’addition. L’argent n’est pas l’essentiel dans la vie ! Cependant, ça m’ennuie vraiment quand mon amie me rappelle toutes les dix minutes que je dois lui rembourser les deux euros qu’elle m’a prêtés pour le bus, bien que je lui aies déjà plusieurs fois expliqué que je lui donnerai son argent une fois qu’on sortirait du bus et que je changerai mon billet de 50 euros. © Подслушано / ideer
  • Il y a cinq ans, je suis allée à la réunion d’anciens élèves. On a organisé une rencontre dans un restaurant. Quinze personnes sont venues à la fête, mais à la fin de la soirée, nous n’étions plus que quatre. On a dû payer le dîner de tout le monde. Je ne vais plus à ce genre de réunions. Si je veux, je peux toujours téléphoner à n’importe qui de mes anciens copains de classe pour arranger notre rencontre. © Ирина Титова / facebook
  • La lutte contre l’avarice humaine dans une ville. Voici les panneaux qu’on a installés dans des parterres de fleurs. Les inscriptions sont vraiment géniales ! © Exame / pikabu

“On a planté des fleurs”. “Mais elles ont été volées !” “VOUS DEVRIEZ AVOIR HONTE !” “(ROSES).”

  • Mon ancien employeur est un vrai grippe-sou. Il vient de construire une nouvelle maison. Il ne savait pas s’il devait installer un paratonnerre, et il a finalement décidé de ne pas le faire, parce que selon lui, il coûtait trop cher. Tous ses appareils ménagers ont grillé suite au premier orage. © YurisKrass / twitter
  • Je donnais des cours privés. Une fois, une nouvelle élève est venue avec sa mère, et il m’a semblé que j’avais déjà vue cette jeune femme. La mère : “Tu ne me reconnais pas ? On était au collège ensemble. Je t’ai plusieurs fois protégée quand les autres essayaient de te harceler. Pourrais-tu réduire le prix d’un cours jusqu’à 2 $, en signe de gratitude”. C’est là que je me suis souvenue de cette femme. C’est elle qui avait commencé à me harceler dans une nouvelle école. Je lui ai dit qu’heureusement, j’avais une excellente mémoire, que je ne tenais pas de rancune et que j’étais prête à enseigner à sa fille au tarif normal. La femme a déclaré que ça ne l’arrangeait pas du tout et s’en est allée avec son enfant. Deux semaines plus tard, son mari est venu avec la fille et s’est excusé pour ce qui s’était passé. La fille était très sympa et gentille et c’est sûrement de son père qu’elle le tenait. © Хищный ЗаИц / AdMe
  • Je connais une femme qui a l’habitude de rapporter d’une fête de la nourriture chez elle. Par exemple, quand il reste un seul morceau de gâteau, elle peut facilement le mettre dans une boîte en plastique en disant que son enfant l’attend à la maison, affamé. Une fois, notre amie commune l’a invitée à son anniversaire dans un restaurant. À la fin de la soirée, on a apporté des gâteaux. La reine de la fête n’a pas touché à son dessert parce qu’elle voulait l’emporter à la maison. Notre amie économe a remarqué cela, elle a sorti un sachet de son sac, y a mis le gâteau et a dit “J’espère que cela ne vous dérange pas que je le prenne”. Je déteste quand on exploite la générosité et la gentillesse des autres. Et au fait, mon amie cupide est une personne bien aisée. © Екатерина / AdMe
  • Notre patron veille constamment à ce que tous les employés éteignent la lumière. Si quelqu’un laisse la lumière allumée quand il ne fait pas très sombre, il lui enlève une prime. Mais ce n’est pas tout ! J’ai remarqué que les WC dans notre bureau ont commencé à évacuer moins d’eau. C’était embêtant, car parfois, je devais attendre que la chasse d’eau se remplisse de nouveau pour la tirer encore une fois. Alors, j’ai décidé d’ouvrir le couvercle du réservoir et j’ai vu là-dedans deux bouteilles d’eau de 500 ml. Alors, chaque chasse permettait à notre patron d’économiser un litre d’eau. © biotoxin / pikabu
  • Peu de temps avant la rentrée, ma tante m’a appelée et a dit : “Je me souviens que ton fils avait un très bon cartable scolaire. Mon arrière-petit-fils ira à l’école maternelle cette année. Pourrais-tu le lui donner ?” Mon enfant va bientôt avoir un diplôme universitaire ! De quel cartable parle-t-elle ? J’ai d’abord pensé que ma parente de 90 ans avait des problèmes de mémoire. Mais il s’est avéré qu’elle ne s’était pas trompée et qu’elle était vraiment très mécontente que je n’aie pas gardé une chose de si bonne qualité. © TrianoRivera / pikabu
  • J’étais en mission en Asie. Mes collègues et moi sommes allés en bus dans un restaurant de luxe. On a décidé de prendre un taxi après le dîner. Ce jour-là, il y avait un grand match avec une équipe de football locale, et un très grand nombre de fans étaient venus sur la place qui se trouvait tout près de notre restaurant. On a arrêté le taxi, le chauffeur a donné son prix (bien évidemment, trop élevé). Mes collègues se sont mis à s’indigner : “Ce tarif est exagéré ! On peut prendre le taxi deux fois pour cette somme”. Je leur ai expliqué qu’il était impossible de trouver un taxi moins cher dans cet endroit et à cette heure. Mais ils ne m’ont pas écouté et ont décidé d’attendre le bus. Soudainement, il a commencé à pleuvoir, et on s’est retrouvés trempés jusqu’aux os au milieu de la rue. On n’a réussi à prendre le taxi que 20 minutes plus tard, et on a dû payer le double du tarif initial. Quelle est la conclusion de cette histoire ? La cupidité, l’ignorance des réalités locales et la réticence à écouter les autres tournent rarement bien. © H******r U*****n / AdMe
  • Il faisait —28° C. Je n’ai pas pu démarrer ma voiture et j’ai appelé le taxi. Généralement, je paie 10 € pour une course jusqu’au bureau, mais ce jour-là, le trajet m’a coûté 15 €. Ce n’est pas bien de profiter des gens dans une impasse. © mporhun / twitter
  • Quand nous venons chez quelqu’un, nous apportons toujours quelque chose de bon à manger. Une fois, la veille de Noël, nous sommes passés chez ma cousine. J’avais fait un gâteau spécialement pour elle. La cousine nous a fait du thé et a servi mon gâteau. Mais elle a oublié de nous offrir du poulet rôti et des hors d’œuvres variés qui étaient dans la cuisine en attendant probablement d’autres invités plus respectables. © Вера Цымбаева / facebook

As-tu déjà vécu des situations similaires ? Y a-t-il des gens excessivement économes dans ton entourage ou préfères-tu éviter de traiter avec ce genre de personnes ? N’hésite pas à nous donner ton avis et à nous faire part de ton expérience dans les commentaires !

Partager cet article