16 Situations amusantes qui ne peuvent se produire qu’à l’étranger

L’une des premières choses auxquelles tu peux faire face à l’étranger, c’est bien évidemment le choc culturel, surtout si tu te rends dans un pays dont le mode de vie se diffère particulièrement de ta culture locale. Par exemple, les touristes qui se sont déjà rendus au Chili constatent généralement que là-bas, l’attitude des gens envers le temps et les obligations est plutôt spéciale : “demain” peut signifier “la semaine prochaine”, et “la semaine prochaine” veut parfois dire “jamais”. Ce n’est pas la seule situation curieuse dans laquelle tu peux te retrouver après avoir passé la frontière de ton pays, et notre sélection d’aujourd’hui en est la preuve.

Chez Sympa, nous avons pris notre courage (et notre patience) à deux mains et avons aujourd’hui fait le tour de la toile à la recherche d’histoires similaires. Nous espérons qu’elles te remonteront le moral et qu’elles t’aideront à ne jamais te retrouver dans des situations aussi embarrassantes.

  • À 25 ans, j’ai décidé de vivre pendant un mois comme Robinson Crusoë sur l’île grecque de Naxos. Mais rien ne s’est passé comme prévu : je n’arrivais pas à pêcher assez de poisson et j’ai accidentellement renversé toute l’eau potable que j’avais à ma disposition. Finalement, un fermier, Yonnie, et sa femme Maria m’ont invité dans leur bungalow. Ils m’ont offert du pain et du fromage de chèvre, ils m’ont donné à boire et m’ont même proposé un lit où dormir. En échange, je les aidais à faire paître les chèvres et à préparer le fromage. Tout était merveilleux, mais à cause de la délicieuse nourriture locale, j’ai commencé à souffrir d’indigestions. Je ne suis pas arrivé à l’expliquer à Maria et Yonnie, car je ne parlais pas leur langue et eux ne comprenaient pas l’anglais. Je me suis finalement rendu à la pharmacie où toute une foule de clients me regardait en train d’essayer d’expliquer à la pharmacienne quelque chose dans une langue qui lui était complètement étrangère. Ils ont probablement pensé un truc du genre : “Cet Américain a sûrement une obsession malsaine pour cette partie du corps”. Mais j’ai tout de même réussi à acheter un laxatif. Lorsque je suis revenu à la maison et que j’ai montré la raison de mon absence à mes nouveaux amis, Maria s’est mise à rire : elle a ouvert un tiroir et a sorti... exactement le même médicament. Avant mon départ, j’ai acheté un dictionnaire et je leur ai dit en grec : “Je n’oublierai jamais votre gentillesse”. Mes sauveurs en ont eu les larmes aux yeux. © Jeremy White / Quora

  • Au travail, un collègue s’est rendu quelques semaines à Édimbourg et a embarqué avec lui sa sœur, qui est prof d’anglais. J’étais certain que pour une prof d’anglais, se rendre au Royaume-Uni est... eh bien, si ce n’est pas le rêve de toute une vie, est au moins d’un événement très joyeux : elle allait avoir accès à la culture anglaise, aux lieux historiques, et elle allait pouvoir discuter avec des locuteurs natifs. Durant leur troisième jour de travail, nous nous sommes appelés par Skype :
    — Karine, raconte ! Que penses-tu du Royaume-Uni ?
    — Bah... Je ne sais pas... Je n’aime pas vraiment... Je veux rentrer chez moooooi.
    J’ai pensé : “Mais qu’est-ce qui ne va pas chez toi, ma vieille ?”
    — Qu’est-ce qui s’est passé ?
    — Bah, pour le petit déjeuner, ils ne mangent que des œufs. Tous les jours. Et moi, j’ai tellement envie d’un croissant avec un chocolat chaud. © chidi / Pikabu
  • Lorsque j’étudiais à l’étranger — en Italie — je suis tombé sur une pizzeria à Venise qui disait préparer “des pizzas à l’américaine”. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’une pizza recouverte de frites. Et vous savez quoi ? C’était vraiment bon ! © swagdaddyfinch / Reddit

  • Un jour, je me promenais avec des amis à Istanbul à la recherche d’un endroit où manger. À l’entrée de l’un des établissements de la ville se tenait un énorme portier moustachu, vêtu d’une superbe livrée. J’ai alors dit à mon ami :
    — Peut-être ce restaurant-là ?
    — Non, je ne pense pas. Regarde la brute à l’entrée !
    Là, le portier s’est brusquement tourné vers nous (j’en ai sursauté de surprise) et a soudain déclaré :
    — Je ne suis pas une brute ! Je suis diplômé de l’École Supérieure d’Aviation ! Je suis, soit dit en passant, pilote militaire ! Notre restaurant, quant à lui, n’est pas mal du tout : nous avons notre propre four à pizza et nos plats sont très bons, vous ne le regretterez pas...
    Puis, il nous a pris tous les deux par le bras et nous a conduit jusqu’à la salle.
    Après ça, nous y retournions tout le temps. © Serdobol / Pikabu

  • Lors de ma visite à Athènes, je me suis rendu dans un café. À la table voisine se trouvaient deux jeunes femmes américaines. Alors que je commandais ma nourriture, l’une d’entre elles a reconnu mon accent et m’a lancé d’un ton légèrement excité : “Vous êtes Écossais !” Supposant qu’elles connaissaient mon pays, je leur ai tout simplement donné le nom de ma ville natale : “Dundee ”. La femme m’a regardé d’un air perplexe et m’a ensuite répondu : “Dundee à vous aussi”. Et là, nous avons tous les trois commencé à nous regarder avec incompréhension. Pour rompre ce silence gênant, je leur ai demandé si elles avaient déjà visité ma ville natale et elles m’ont répondu : “Alors Dundee ne veut pas dire Salut en écossais ?” © Johnfrancis (John) Evans / Quora

  • Une fois, je me suis rendu au Japon dans le cadre d’un programme d’échange scolaire. Quelqu’un a raconté à ma famille d’accueil que les enfants américains buvaient des litres de lait par jour, et lorsque je suis arrivé chez eux, ils m’ont montré leur frigo qui était blindé de bouteilles de lait. Ils m’ont aussi acheté des yaourts et de la glace pour que je me sente comme chez moi. Le problème, c’est que je suis intolérant au lactose. © pirateperson / Reddit

  • —Une de mes connaissance vit à l’étranger. Il s’appelle Kilian. Bref, il s’est avéré que son prénom était très atypique pour les locaux et difficile à prononcer : ils le déformaient de toutes les manières possibles. Et voilà qu’un jour, dans un café où il faut aller récupérer sa commande lorsque le barista crie ton nom, on a appelé “Killer”. Mon ami est tranquillement allé chercher sa commande dans le silence le plus complet. © Qasya / Pikabu

  • J’étais en vacances à Helsinki, en Finlande. Une fois, je suis allé prendre mon déjeuner dans un établissement qui proposait un buffet à volonté. Je me suis assis à une table libre et à côté de moi se trouvait un groupe de trois personnes qui parlaient plutôt fort dans une langue qui m’était inconnue. Il m’a semblé que l’un d’eux était Allemand. Une demi-heure plus tard, l’un des hommes s’est levé, s’est étiré, et, en s’adressant à l’Allemand, a annoncé dans un français presque sans accent :
    — J’ai un peu froid, je crois que je devrais mettre ma veste.
    L’Allemand, a répondu :
    — Oui, et moi je vais y aller, là. Merci pour le déjeuner.
    Ensuite, en s’habillant, ils ont discuté en français des prix assez bas de ce restaurant et de la bonne nourriture qui y était servie. Et moi, je suis resté choqué en me disant que c’est vraiment trop cool d’être polyglotte. © ssvvapster / Pikabu

  • Je me trouvais dans le train Prague — Budapest. Avant ce voyage, j’avais lu énormément d’histoires terribles concernant les trains de l’Europe de l’Est, parmi lesquelles se trouvait l’histoire suivante : des escrocs peuvent se présenter comme étant des contrôleurs, afin de voler votre billet. Une demi-heure avant le départ de notre train, un homme s’est approché de moi et m’a demandé de lui montrer mon billet. Après l’avoir examiné, il a annoncé : “Je vous le rendrai lorsque nous arriverons à Budapest”. Là, j’ai trouvé que ça sentait le roussi : “Comment puis-je être certain que vous être bel et bien un contrôleur ? Montrez-moi votre plaque !” Il m’a alors répondu : “Dans notre pays, les contrôleurs n’ont pas de plaque”. Sans trop hésiter, j’ai repris mon billet, mais à mon grand désarroi, il s’est mis à me l’arracher des mains. Nous avons passé quelques instants à nous “battre” ainsi, jusqu’à ce que je renonce après avoir remarqué que les autres passagers avaient eux aussi donné leur billet. Dix minutes plus tard, je me suis levé et j’ai aperçu cet homme assis dans le compartiment où était affiché le panneau “Contrôleur”. C’était gênant. © Ryan Phung / Quora

  • Lorsque mes grands-parents étaient jeunes, en Irlande, il était considéré comme impoli d’immédiatement accepter les boissons et la nourriture qu’on te proposait. Les conversations étaient censées se dérouler ainsi :
    — Voudriez-vous une tasse de thé ?
    — Je ne voudrais pas vous déranger.
    — Ne vous inquiétez pas, laissez-moi vous en offrir une.
    — D’accord, mais uniquement si vous en prenez aussi.
    Lorsque mes parents sont pour la première fois arrivés aux États-Unis, ils ont été choqués de découvrir que les Américains ne faisaient pas de même. Par conséquent, ils se retrouvaient souvent dans des situations du genre :
    — Voudriez-vous une tasse de café ?
    — Je ne voudrais pas vous déranger.
    — D’accord !
    — Attendez ! À vrai dire je voulais du café !
     Alors pourquoi avez-vous répondu “non” ?! © bouquineuse644 / Reddit

  • Je vis à l’étranger. Une fois, mon Wi-Fi a soudain arrêté de fonctionner pour toute la soirée, et j’ai décidé de vérifier si celui des voisins était protégé par un mot de passe. L’un des réseaux s’appelait “Rien de rien”, mais il était codé et m’était donc indisponible. Bref, j’ai essayé d’inscrire le mot de passe “Jeneregretterien” pour le fun et vous savez quoi ? J’ai eu de nouveau accès au réseau ! C’est agréable de tomber sur des petites choses si familières dans un pays étranger. © “Подслушано” / Ideer

  • Je faisais mon stage en Allemagne. Une fois, à l’université, je me suis rendu aux toilettes et sur les portes étaient accrochés des panneaux avec Harren et Damen inscrits dessus, sans aucune image ou dessin. Je commençais tout juste à apprendre l’allemand, mais j’avais déjà remarqué que beaucoup de mots ressemblaient aux mots anglais. Par conséquent, ayant décidé que herren devait venir du mot her (elle) et que damen venait probablement du mot men (homme), je me suis dirigé vers la porte Damen. J’ai utilisé ces toilettes toute la semaine, et la seule chose qui me laissait perplexe était l’absence d’urinoirs. Pendant tout ce temps, je n’y ai jamais rencontré personne, et ce n’est donc que bien plus tard que j’ai découvert que je m’étais complètement planté. © Shobhit Puri / Quora

"Messieurs" / "Mesdames"

  • Il y a quelques années, mon père et son ami se sont rendus au Vietnam. Ils sont allés dîner dans un restaurant local et chacun a commandé un plat qui, selon eux, contenait une portion de nourriture tout à fait normale et suffisante pour une seule personne. Alors qu’ils s’apprêtaient à entamer leur repas, ils ont remarqué que tous les employés du restaurant s’étaient rassemblés devant la porte de la cuisine et s’étaient mis à les fixer. En fait, les Vietnamiens n’avaient jamais vu personne commander autant de nourriture pour deux. © sennalvera / Reddit

  • Je passais un entretien pour un emploi à l’étranger. Je ne connaissais pas très bien la langue locale, mais le patron m’a dit que la plupart des employés avaient appris le français à l’école et que tout devrait donc bien se passer. Et me voilà arrivé à mon premier jour de travail :
    — On m’a dit qu’ici quelqu’un savait parler français...
    Là, un homme nommé Peter s’approche de moi, se gratte le front, fronce les sourcils... Bref, il essayait vigoureusement de se souvenir de quelque chose. Finalement, il m’a annoncé :
    — Ne mettre pas de mauvaise note, je oublié mon cahier chez ma maison.
    En voyant ma stupéfaction, il a immédiatement sorti son téléphone, a ouvert un traducteur en ligne, a inscrit quelque chose, et m’a montré le texte traduit : “Les bains non filtrés se terminent par du miel”. Là, j’ai compris que mon travail sera bien plus difficile que prévu. © llang / Pikabu

  • Nous voyagions sur le Nil, et l’une des villes que nous avons visitée était Louxor. Alors que nous nous trouvions à côté du temple funéraire d’Hatchepsout, un homme d’une trentaine d’années s’est approché de nous, a regardé mes parents et, sans plus attendre, a annoncé :
     Je vous donne100 chameaux pour elle.
    Papa était choqué.
    — Sérieux ?
    — Je n’ai jamais été aussi sérieux de toute ma vie.
    — Impossible. Tu n’auras jamais assez de chameaux pour acheter ma fille, a répondu maman.
    L’homme s’est mis à rire, puis a montré du doigt son magasin. Nous avons alors compris ce qu’il essayait tant bien que mal de nous dire : il était tout simplement vendeur de T-shirts sur lesquels étaient représentés des chameaux. Nous avons tous bien rigolé et, finalement, j’en ai acheté quelques exemplaires. © Lara Novakov / Quora

Et toi, t’est-il déjà arrivé des aventures amusantes lors de tes voyages à l’étranger ? N’hésite pas à partager ton expérience avec nous dans les commentaires !

Partager cet article