Sympa
Sympa

19 Conseils de grands-parents que les internautes se remémorent avec tendresse

Souvent, les années sont symbole de sagesse et d’expérience, alors il n’est pas étonnant que les grands-parents conseillent les plus jeunes. Nous gardons tous un souvenir ému de notre grand-père ou de notre grand-mère en train de nous consoler avec des mots remplis d’amour et de tendresse.

  • Un jour, j’ai demandé à mon grand-père ce que je devais faire pour que mon fils devienne une bonne personne, et il m’a dit : “Ne le frappe jamais, avec des coups tu ne résous rien. Corrige-le, oui, mais en discutant avec lui”. Il avait raison, maintenant j’ai un jeune homme de 20 ans bien élevé. Je mets toujours en pratique le conseil de mon “papa Toño”, comme on l’appelait. ©️ Mary Andrade / Facebook
  • Le meilleur conseil de ma grand-mère était d’apprécier la culture et l’apprentissage. Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours aimé les livres et la lecture, ma grand-mère nous lisait des contes et je les apprenais par cœur. Elle embellissait nos fêtes de fin d’année, juste en faisant perdurer cette magie. Elle m’a appris que le cinéma, le théâtre et la musique étaient nécessaires pour vivre. Et elle disait que le jeu était obligatoire à l’enfance, pas seulement la nourriture et l’obéissance. Les enfants ont besoin de jouer avant tout. ©️ Carlota López Valle / Facebook
  • Mon grand-père paternel me disait qu’il fallait toujours être ponctuel au travail et que si j’avais du mal à me lever, je devais acheter un bon réveil. J’ai suivi son conseil et depuis, je ne suis plus jamais arrivée en retard au travail. ©️ Carmen Ortiz / Facebook

  • Mon grand-père m’a appris ceci : “Tous les métiers ont leur petit os à ronger”. Le travail n’est pas toujours une partie de plaisir, mais il faut être responsable et se donner les moyens, comme il l’a fait, un véritable exemple à suivre, qui travaille encore la terre à 92 ans. ©️ Andrea Rual / Facebook
  • Un jour, mon grand-père m’a dit : “Ma fille, apprends l’anglais parce que c’est une ville touristique ; apprends à taper à la machine à écrire avec les yeux fermés (il m’en a offert une que je possède encore) ; sois quelqu’un dans la vie, je n’ai pas pu le faire parce que je suis devenu aveugle très jeune”. Il est décédé il y a trois ans et il me manque beaucoup. Je l’ai écouté et aujourd’hui, je suis quelqu’un. Je l’aime et je donnerais tout pour pouvoir lui faire un câlin. Aujourd’hui, je travaille dans le domaine des langues, je reçois des étrangers et j’utilise l’ordinateur. J’ai suivi deux cursus universitaires techniques et un professionnel. Mon grand-père est l’une de mes sources de motivation pour ne pas abandonner. Malgré sa déficience visuelle, il travaillait le laiton et réalisait des charrettes en bois. ©️ Déborah Ram / Facebook
  • Mon grand-père maternel, avec la sagesse de l’âge, m’a averti : “Fais attention que cet homme ne veuille pas seulement se marier avec toi pour obtenir la citoyenneté”. Je me suis mariée, parce que je pensais que ce n’était pas vrai et je me suis trompée. J’ai eu deux merveilleux enfants, que j’ai élevée seule parce que je suis tombée malade et, avant d’aller mieux, leur père nous a abandonné. Heureusement, tout s’est bien déroulé, je suis une guerrière invincible qui aime ses enfants et la vie. ©️ Grisel P — Diaz / Facebook
  • Les conseils de mes grands-parents sont le fruit de leurs expériences. Ils m’ont accompagnée voir des œuvres d’art dans des théâtres et des cinémas : opéra, ballet, films italiens et français. Ils lisaient de la littérature universelle avec moi. Ils n’ont jamais eu besoin de me donner des conseils en tant que tels, mais ils m’ont guidée dans la culture et l’éducation intellectuelle. ©️ Rosalia Kullock Sosa / Facebook
  • Le conseil de ma grand-mère Tella était le suivant : “Ne cherche pas le conflit, mais ne te laisse pas faire non plus”. Et mon grand-père Luis, son mari, disait : “Ne t’endors pas fâchée avec ton mari”. ©️ Yolizz Castillo Pinedha / Facebook
  • Mon grand-père m’a donné ce conseil : “Si un jour tu voyages dans le temps, ne touche à rien ; parce que le moindre changement pourrait altérer le futur de façon considérable”. ©️ Julio Riveros / Facebook
  • À l’âge de cinq ans, j’essayais de faire mon lit et je n’y arrivais pas, c’était la première fois que j’essayais de le faire. J’étais désespéré et sur le point de pleurer ; puis ma grand-mère est entrée, m’a regardé avec une tendresse indescriptible et m’a dit : “Ne t’inquiète pas, pour qu’une porte s’ouvre, il faut frapper à cent”. À ce moment-là, je n’ai pas compris ce qu’elle voulait dire, mais j’ai fait une pause, pris une respiration et j’ai pu terminer ma mission. Maintenant, l’une de mes plus grandes qualités est la patience.
  • Je venais de terminer une relation de presque cinq ans. Mon ex allait déménager dans une autre ville pour son travail et j’essayais de surmonter cette situation. Nous nous sommes séparés en bons termes. Un après-midi, j’ai discuté avec ma grand-mère, je lui ai raconté la situation et elle m’a révélé qu’elle avait dû se séparer de mon grand-père pendant un certain temps et supporter une relation à distance. Elle a entendu des ragots sur mon grand-père, mais elle les a ignorés. Elle m’a dit : “Ce qui est fait pour toi, personne ne peut te l’enlever. Il rencontrera peut-être d’autres personnes, sortira et s’amusera avec elles, mais si votre amour est sincère, rien ne pourra changer ça”. Ses mots m’ont rempli d’espoir, bien qu’à l’intérieur je me disais : “Oh, grand-mère, tout ce que tu me dis est adorable, mais je veux m’en remettre, ne plus espérer quoi que ce soit”.
  • Après que de nombreuses personnes ont essayé, en vain, mon grand-père m’a appris à lacer mes baskets. Chaque jour, quand je me lève et que je m’habille, quand je mets mes chaussures et fais mes lacets, je pense à lui.
  • Mon père, que tout le monde confondait avec mon grand-père à l’âge adulte, était un adepte des proverbes espagnols, mais un de ses dictons m’a marqué à vie. Chaque fois qu’il me voyait submergée par quelque chose ou stressée, il me disait : “Tout a une solution, sauf la mort”, et il me conseillait de me calmer, de garder la tête froide et d’avoir une attitude positive. Cette phrase est restée gravée dans ma mémoire et c’est la première qui me vient à l’esprit quand quelque chose me dépasse. Cette phrase simple mais puissante est devenue le slogan de ma vie. Maintenant, mon père a 80 ans, il est déjà grand-père et mes enfants ont déjà entendu cette phrase des centaines de fois : “Comme dit ton grand-père, tout a une solution, sauf la mort.”
  • À une certaine période, j’étais très inquiète parce que j’étais en pleine thèse et je faisais un travail que je n’aimais pas parce que j’avais besoin d’argent. Je rentrais épuisée à la maison, mes horaires étaient horribles. Je ne savais pas quoi faire, j’étais angoissée et ma grand-mère m’a dit : “Parfois, dans la vie, tu dois évaluer ton bien-être. Tes études sont plus importantes que l’argent. Si tu n’aimes pas ton travail, démissionne ; accorde du temps à ce qui t’importe vraiment et tu décrocheras un travail que tu aimes et où ton talent sera pris en compte. Sois patiente. Je te dis ça parce que j’ai... je ne sais même plus mon âge, j’ai même oublié à quel point je suis vieille”. J’ai beaucoup médité et j’ai suivi son conseil, c’était la meilleure décision à prendre.
  • Ma grand-mère ne s’est jamais souciée d’elle-même, elle ne pensait qu’aux autres et a fini ses jours dans une maison de retraite, seule. Elle disait que tant qu’elle n’avait pas mal à la langue, tout allait bien. Je lui rendais visite et cela m’attristait de la voir là-bas, mais je ne pouvais pas faire grand-chose pour l’aider. Sa langue a fini par lui faire mal ; sa voix, sa force et son corps ont fini par s’éteindre. Parfois, j’ai l’impression de marcher sur ses pas et, bien qu’elle ne l’ait pas dit de son vivant, dans mes rêves, je crois l’entendre me dire : “On ne peut pas et on ne doit pas s’oublier, c’est important de prendre soin de nous, de se sentir bien, de s’aimer et de sourire”. Aujourd’hui je comprends que mes filles vont grandir, que mes parents partiront un jour, que mon conjoint ne sait même pas s’il sera là, que la jeunesse se termine et que c’est le présent qui nous donne l’opportunité d’agir et de prendre des décisions. Grand-mère, j’espère que, là où tu es, tu es pleine de lumière et qu’un sourire illumine ton âme. Tu me manques.

Quel conseil as-tu reçu de tes parents ou grands-parents et que tu n’as jamais pu oublier ? Lequel recommanderais-tu à nos jeunes lecteurs ?

Photo de couverture Jennifer Sosa / Facebook
Sympa/Gens/19 Conseils de grands-parents que les internautes se remémorent avec tendresse
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire