20+ Personnes qui connaissent la valeur de l’argent parce qu’elles ont commencé à le gagner dès leur enfance

Les adultes reçoivent (dans la plupart des cas) un salaire mensuel, et il n’y a rien d’étonnant à cela. Mais même ceux dont les revenus sont aujourd’hui assez élevés repensent parfois avec beaucoup de tendresse à leur première paye. Pour certains, il s’agissait d’un travail difficile, pour d’autres, d’une heureuse coïncidence, mais ils ont tous un point en commun : le souvenir d’un événement aussi important est resté gravé dans leur mémoire à tout jamais.

Chez Sympa, nous sommes convaincus que tous les emplois qui permettent de gagner de l’argent de manière honnête sont honorables, et nous souhaitons aujourd’hui te plonger dans les souvenirs des internautes qui racontent comment ils ont réussi à gagner de l’argent pour la première fois.

  • J’aidais mon voisin (un fermier) à conduire son troupeau de moutons dans les champs. J’avais l’impression d’être un véritable dieu lorsque je courais après eux avec mon colley. © Forgot_her_password / Reddit

  • Dans les années 2000, je gagnais assez bien ma vie grâce à mes “compétences” en matière de dessin. Un jour, on m’a offert un kit de stylos à encre gel de 12 couleurs différentes, et j’ai essayé de les utiliser pour dessiner des tatouages temporaires sur mon amie. Le résultat s’est avéré magnifique ! Et si je recouvrais le dessin de vernis à ongles transparent, ce “tatouage” pouvait même tenir toute la journée, voire deux jours entiers ! Et me voilà soudain devenue une super tatoueuse locale : garçons et filles venaient tous me demander mes services et les enfants de tout le quartier étaient recouverts de personnages de dessins animés, de fleurs, de voitures, de différents signes, etc. Les prix allaient de vingt à cinquante centimes (je demandais juste assez pour pouvoir m’acheter un Snickers). L’argent coulait à flots et j’avais beaucoup de succès ! Et lorsque je me suis mise à dessiner sur les ongles... Mon dieu, quel argent je gagnais ! Vingt centimes, cinquante centimes, et même 2 euros pour un tout petit bouquet de roses ! Dorénavant, parmi mes clientes se trouvaient des jeunes filles et même des femmes adultes. J’étais fabuleuse, célèbre, riche ! Mes parents me soutenaient et les stylos à gel devenaient de moins en moins chers... Puis ma petite entreprise a peu à peu été évincée par les concurrents et les autocollants pour ongles qui sont à l’époque devenus très populaires. Ah, c’était le bon vieux temps ! © Prohorlinna / Pikabu

  • J’avais 14 ans lorsque j’ai décroché mon premier emploi : j’étais mannequin. Ma mère travaillait comme comptable chez un marchand de manteaux local, et j’étais photographiée pour les catalogues publicitaires, vêtue de différents manteaux de fourrure. Je portais des bottes avec une plateforme de 20 centimètres et une longue queue-de-cheval haute qui descendait jusqu’au bas du dos. À l’époque, je me trouvais incroyablement cool. Je me souviens qu’une fois, durant l’une des séances photo dans l’un des pavillons, je me suis dit : “Cela fait 20 minutes que je porte ce merveilleux manteau en vison, mais j’ai déjà froid. Comment les gens arrivent-ils à porter ça en plein hiver ?” Plus tard, je me suis mise à travailler comme commerciale chez ce même marchand : je distribuais les prospectus. Je travaillais seulement quelques heures devant le métro, dans un froid de canard, pour recevoir mes 10 euros bien mérités... J’étais aux anges ! © Екатерина / AdMe

  • À 16 ans, je travaillais comme livreur pour un magasin de meubles local. Nous avions deux vieilles voitures grâce auxquelles nous livrions nos meubles. Chaque jour de travail était une véritable aventure ! Et tout ça pour le salaire royal de 2,10 dollars de l’heure. © Braxton Nelson / Quora

  • À 10 ans, j’ai commencé à gagner mon propre argent. J’avais plein de bébés hamsters qui venaient de naître donc je me suis rendu au marché pour les vendre. La veille, ma mère et moi les avons shampouinés et ils étaient tout doux et soyeux. En une seule matinée, j’en ai vendu pour un tiers du salaire mensuel de ma mère ! Quelqu’un pense-t-il encore que les hamsters sont des animaux inutiles ? © Наталья Бесчетникова / Facebook

  • Mon premier travail consistait à emballer des marchandises au supermarché et à ramener les chariots du parking au magasin. On me payait 4,45 dollars de l’heure. C’était en 1991. J’ai fait ça les sept mois précédant mon entrée à l’université. © Scott Biddle / Quora

  • J’ai travaillé comme facteur : je distribuais des journaux et des lettres. Mon sac était incroyablement lourd et je ne mesurais qu’1,53m. Avec l’argent que j’avais gagné, ma mère m’a acheté des boucles d’oreille et une bague en or. À l’époque, j’avais 13 ans. © Maria Pluchek / Facebook

  • Mon tout premier emploi consistait à cueillir des concombres dans les champs de l’État de Washington durant mes vacances d’été. Mon Dieu, que c’était difficile ! C’était en 1998, j’avais 10 ans. Pour éviter de passer toute la journée sous un soleil de plomb, il fallait commencer à travailler à l’aube, vers 5 ou 6 heures du matin. Nous cueillions les concombres pliés en deux, avec des gants pleins de sueur et des bottes recouvertes de boue... Cette expérience m’a beaucoup appris. J’ai notamment compris que je ne voulais plus jamais faire de travaux pareils de toute ma vie et que j’avais intérêt à faire des études pour travailler dans un autre domaine. © Chris Robles / Quora

  • Au printemps et en été, je tondais toutes les deux semaines la pelouse du jardin d’une femme âgée. Elle me payait 40 dollars la journée de travail. À 12 ans, c’était le jackpot ! © BISCUITCOOKI3 / Reddit

  • En seconde, j’ai travaillé pendant un mois comme femme de ménage. Une fois, j’ai pensé qu’ajouter plus de produit dans l’eau rendrait le sol plus propre. Je l’ai donc fait et lavé ainsi deux étages. Après avoir terminé, j’ai décidé de jeter un dernier coup d’oeil au premier étage pour vérifier mon travail, et je me suis décomposée : le lino était devenu tout blanc et j’ai dû tout laver de nouveau. Je me souviens avoir reçu à l’époque 200 euros et avoir utilisé cet argent pour m’acheter de nouvelles chaussures bordeaux. © Valentina Shuvakina / Facebook

  • Quand j’étais à l’école primaire, mes parents m’ont acheté une petite merveille : un magnétophone Hitachi à deux cassettes fabriqué en Malaisie. Le plus cool c’était la possibilité d’enregistrer le contenu d’une cassette sur une autre. J’ai tout d’abord commencé par enregistrer les chansons des groupes qui étaient à la mode à l’époque, Ace of Base et Dr. Alban, en échange de certaines cartes de jeu. Ensuite, lorsque les élèves des autres classes ont eux aussi commencé à s’y intéresser, je me suis mis à le faire pour de l’argent. Plus tard, j’ai acheté des cassettes vierges et, après y avoir enregistré de la musique, je les vendais bien moins cher qu’en magasin. J’en ai vendu près de 30 exemplaires et j’ai gagné assez d’argent pour m’acheter un robot transformer et une tonne de sucreries. Lorsque les enseignants l’ont découvert, cela a bien évidemment fait un scandale : on a organisé une réunion des professeurs durant laquelle ces derniers ont essayé de nous remettre les idées en place à mon père et moi. Mais il leur a demandé : “Et où est-il indiqué qu’il est interdit de s’impliquer dans ce genre d’entrepreneuriat ?” À l’époque, il n’y avait encore aucune interdiction du genre et personne n’a donc rien pu me reprocher. © Bear84 / Pikabu
  • Après la 4e, je suis allée travailler pendant un mois dans une usine de porcelaine. Là-bas, le travail des filles était de vérifier les objets qui venaient tout juste de sortir de leur moule. Mais rester six heures sur place était pour moi un véritable enfer et j’ai demandé qu’on m’envoie travailler avec les garçons. Après un mois de travail, j’ai reçu un salaire de 800 euros ! À l’époque, maman gagnait environ 1000 euros par mois. Je n’oublierai jamais son visage lorsque je lui ai donné cet argent. © Галия Шпынова / Facebook
  • À 14 ans, je faisais la vaisselle dans un restaurant qui servait des petits déjeuners. J’étais si heureux de gagner 250 dollars toutes les deux semaines ! J’aurais bien voulu que la vie soit aussi simple. © Spacebasskilla / Reddit
  • Une fois, à l’école, on nous avait donné un devoir : créer des formes géométriques tridimensionnelles à base de papier. L’enseignante nous avait prévenu que ceux qui se montreraient en classe sans ce devoir recevraient une mauvaise note. Bref, lorsque mon ami et moi avons fini notre part du travail, je lui ai proposé de préparer encore quelques exemplaires. Il s’est d’abord étonné, mais je lui ai expliqué que certains oublieraient très probablement de faire leurs devoirs et que nos camarades seraient sûrement prêts à acheter nos exemplaires pour ne pas avoir 0. Nous en avons donc créé une énorme quantité et nous avons bien fait : Il s’est avéré que, comme prévu, presque personne n’avait fait ses devoirs. Nos figures géométriques ont été vendues à la vitesse de l’éclair, 2 euros chacune. Ensuite, nous avons passé plusieurs jours à en créer d’autres pour les vendre à ceux qui s’étaient vu accorder un sursis, ainsi que pour les élèves des autres classes. Ça a été l’argent le plus facilement gagné de toute ma vie. © suslikoy / Pikabu

  • Il y a cinq ans, ma fille a trouvé un nouveau loisir : le perlage. Nous lui avons acheté une énorme boîte de perles et d’élastiques de toutes les couleurs. Chaque jour, nous la voyions se perfectionner, mais nous n’avons pas tout de suite remarqué que ses anciennes œuvres s’étaient soudain mises à disparaître. Six mois plus tard, son enseignante (notre fille était en CE1) nous a convoqués à l’école et nous a annoncé : “Interdisez à votre fille de vendre ses bracelets aux autres élèves, s’il vous plaît. Dans notre école, les activités de ce genre sont interdites”. Il s’est avéré qu’elle vendait ses bracelets à ses camarades pour un euro chacun (le prix d’un petit pain à la cafétéria de l’école). Bien que nous lui donnions de l’argent chaque jour, elle vendait tout de même deux bracelets par jour. Mais le plus étrange, c’est que son principal client était son camarade de classe dont la maman s’était plainte de notre fille. Nous avons bien évidemment eu une sérieuse discussion avec notre enfant, mais quel dommage de détruire un tel talent d’entrepreneur ! © Vereshch / Pikabu

  • Comme premier emploi, j’étais serveur dans un café où j’ai travaillé pendant presque 3 mois. À l’époque, je venais d’avoir 15 ans et j’étais vraiment excité à l’idée de pouvoir enfin gagner mon propre argent. © Devilsmurf69 / Reddit

  • J’ai gagné mon premier salaire à l’âge de 10-11 ans en cultivant des oignons verts. En fait, mes parents avaient un ami qui tenait un magasin et qui, au lieu de les jeter, me donnait tous les oignons de mauvaise qualité. Je les déposais dans des bocaux remplis d’eau sur l’appui de la fenêtre en m’assurant qu’ils aient toujours assez d’humidité. Deux semaines plus tard, je ramenais mes oignons verts frais dans ce même magasin et recevais de l’argent. Je ne gagnais pas beaucoup, mais il s’agissait de mon argent. Ensuite, j’ai commencé à vendre des fruits au marché de la ville. D’abord avec ma sœur, puis toute seule. Nous avions 23 pommiers, des poiriers, des cerisiers et des groseilliers dans notre jardin : je passais d’abord une journée à tout ramasser, puis je passais la deuxième journée à tout vendre. Le matin, c’est papa qui me conduisait en ville, mais le soir, je revenais toute seule en bus. Je me souviens que durant le mois d’août, j’avais gagné bien plus que le salaire de ma mère. J’étais si fière de moi ! Je me suis même acheté de nouveaux vêtements pour la rentrée : des chaussures, des bottes, une jupe, ainsi qu’une chemise. Mes parents aussi étaient très heureux. © Юлия-Пилюлия / AdMe

  • À 13 ans, j’ai commencé à travailler comme nounou. On me confiait une petite fille de cinq mois et j’en étais ravie ! On m’a d’abord surveillé pendant quelques jours, puis les parents ont commencé à me laisser toute seule avec elle. Je me suis occupée d’elle presque tous les jours jusqu’à ses 3 ans. Elle m’appelait même maman. © Ангелина Иванова / Facebook

  • Mon premier véritable travail a été “déterreur d’arbre”. À l’époque, il y avait énormément de neige en hiver et avant d’abattre les arbres, quelqu’un devait les dégager de toute cette neige, sinon les bûcherons laissent des souches assez hautes et risquaient de recevoir une amende. Je me levais à 4 heures du matin, et à 5 heures je prenais le bus pour un trajet d’une heure à travers la forêt glacée pour me rendre au milieu de nulle part. Lorsque j’arrivais sur place, je me réchauffais, me préparais du thé, prenais ma pelle et allais immédiatement faire mon travail. Je m’appliquais tellement que j’étais trempé. En outre, je me souviens que le déjeuner était délicieux et, plus important encore, entièrement gratuit. Lorsque je revenais du travail, je tombais comme une masse sur mon lit et je m’endormais aussitôt. Après un mois de travail, j’ai enfin pu me permettre d’acheter l’appareil de mes rêves : un magnétophone à cassette. Cette époque m’a offert de merveilleux souvenir. Ah, la jeunesse... © Игорь Б. / Facebook

  • Après la 3e, on m’a envoyé travailler à la ferme où j’ai passé deux semaines à désherber les tomates. Le soleil brillait, il y avait une rivière à proximité... Quelle liberté ! J’avais gagné 200 euros avec lesquels je me suis acheté du tissu et me suis moi-même cousu une veste. J’étais très heureuse ! © Ирина Куликова / Facebook

  • Enfant, ma grand-mère m’a appris à fabriquer des rideaux de porte à l’aide de trombones et de cartes postales. En assez peu de temps, j’ai utilisé la quasi-totalité de sa collection de cartes et couvert de “rideaux” toutes les portes de la maison. Ça m’a tellement passionné que je n’avais plus d’endroit où accrocher les rideaux qu’il me restait. Un jour, le propriétaire du magasin du village m’a proposé de leur en faire : si je me souviens bien, à l’époque, une bande de rideau coûtait 50 centimes. Là, j’ai réalisé qu’il s’agissait d’une très bonne affaire et j’ai préparé un rideau dont le coût total s’élevait à 50 euros. Il les avaient accrochés à l’entrée, ce qui permettait de protéger le magasin des mouches. J’étais très heureux ! J’ai acheté une énorme quantité de sucreries, et je me réjouissais à chaque fois que je passais à côté de ce magasin et voyais ces rideaux. Ils y sont restés tout l’été. © Ufanext / Pikabu

Et toi, comment as-tu gagné ton premier salaire ? N’hésite pas à partager ton expérience avec nous dans les commentaires !

Partager cet article