Sympa
Sympa

“Aller à la réunion des anciens ? Pas question !” L’histoire de ce qu’est devenue la vie de la plus belle fille de notre université.

Certaines personnes participent volontiers à une réunion d’anciens diplômés. Mais il y en a d’autres qui préfèrent ne plus revoir tous ceux qu’elles ont côtoyés pendant leurs études, et elles ont leurs raisons. C’est de cela que le journaliste et scénariste Alekseï Beliakov parle dans un de ses récits. Alekseï a décrit une situation typique qui semblerait sûrement familière à beaucoup d’entre nous.

Chez Sympa, nous avons trouvé le récit d’Alekseï Beliakov bien intéressant et nous avons voulu le partager avec nos lecteurs.

On a décidé d’organiser une réunion d’anciens élèves de l’université pour célébrer le 30e anniversaire de notre promotion. On devait se revoir à la fin du mois de mai et on a choisi le restaurant. L’un de nos anciens collègues de faculté s’est souvenu qu’on n’avait pas invité Olga, la star de notre université. Cette jeune fille pleine d’esprit était incroyablement belle et s’habillait comme une vedette de cinéma. Tous les garçons de la fac étaient secrètement amoureux d’Olga. On était sûrs qu’elle était mariée à un millionnaire et qu’elle vivait dans le luxe.

On n’a pas pu la retrouver sur les réseaux sociaux. La dernière fois qu’on l’avait vue, c’était il y a 15 ans. Une ancienne camarade de classe l’avait rencontrée dans la rue. On savait juste qu’elle avait une fille qui devrait être adulte maintenant.

Tout le monde mourait d’envie de savoir ce que la plus charmante fille de l’université était devenue, et l’on a décidé de la retrouver, coûte que coûte. J’ai été nommé responsable de la recherche, parce que Olga avait été ma meilleure amie.

D’ailleurs, Olga et moi sommes sortis ensemble pendant un moment, quand nous étions en troisième année.

Franchement, j’étais très fier de fréquenter une fille comme Olga. J’étais très timide et je n’avais pas de muscles, et l’une des plus sublimes filles de la faculté m’avait choisi, j’étais fou de bonheur. J’étais follement amoureux d’elle, je la suivais partout. Nous sommes allés deux fois au théâtre. Après tous les rendez-vous, je la raccompagnais à son immeuble, elle me faisait un bisou d’au-revoir et répétait chaque fois que je ne devais dire à personne que nous étions ensemble.

Tout le monde était au courant de tout, mais je gardais notre relation en secret.

J’ai même acheté des haltères et j’ai commencé à faire de la musculation pour qu’Olga m’aime plus. Elle disait souvent qu’elle préférait les jeunes gens musclés.

Notre relation a vite pris fin. Le plus drôle, c’est que je ne me souviens pas de la cause de notre rupture. Nous ne nous sommes jamais disputés, pas une seule fois. Nous sommes restés de très bons amis. D’ailleurs, j’ai bien fait d’acheter mes haltères, ils m’ont servi vraiment longtemps.

Je pense souvent à Olga avec tristesse et avec tendresse. Parfois, je regarde ses photos. Mon cliché préféré est celui que j’ai pris devant le bâtiment de notre faculté. Il représente Olga avec une minijupe qui rit très gaiement. Comme elle était adorable ! J’ai toujours regretté de ne pas avoir gardé le contact avec elle. Bref, j’étais content d’essayer de la retrouver.

Tout était plus simple que je ne pensais. J’ai vite eu son numéro de téléphone et je l’ai appelée tout de suite.

Voici de quoi on a parlé.

“Salut Olga ! Tu ne vas pas croire... C’est ton ancien...”

“Salut Alexeï ! J’ai reconnu ta voix. Je suis si heureuse de t’entendre !”

J’ai eu le souffle coupé. Sa voix un peu ironique et langoureuse, comme si elle venait de se réveiller, n’a pas du tout vieilli.

Je lui ai parlé de la réunion d’anciens diplômés de notre faculté. J’ai dit qu’elle pourrait voir beaucoup de nos anciens copains. J’attendais qu’elle s’exclame avec encouragement : “Chic ! J’aimerais bien rencontrer tout le monde !”

Mais après une pause, Olga a dit : “Tu sais, je ne viendrai pas. Merci de m’avoir invitée”. Très surpris de l’entendre, je lui ai demandé pourquoi. Olga a tout expliqué. Elle a été vraiment franche avec moi.

Olga a maintenant 50 ans. Elle a avoué avoir des problèmes de poids. Elle souffre d’hypertension artérielle et de diabète. Olga n’aime pas son travail ennuyeux où elle ne voit que des documents, factures et rapports, mais elle ne le quitte pas parce qu’elle a peur de ne pas en retrouver un autre. Elle vit seule dans un petit appartement. Son second mari s’est avéré un homme malhonnête : il a intenté un procès et a récupéré le grand appartement d’Olga. Mais Olga ne se sent pas malheureuse, elle a son petit-fils Nicolas qui a 4 ans. Ce garçon drôle et gentil a redonné un sens à sa vie.

“Avant, je faisais tourner les têtes. Nos camarades de classe s’attendent à me voir briller, comme au bon vieux temps, et ils seront sûrement déçus... Et puis... je veux toujours être la jolie jeune fille de la photo pour toi”, a conclu Olga.

“Je te comprends. La vie est longue, tout change et on n’est plus les mêmes. Tu as raison, la plupart de ceux qui viendront ne veulent que se comparer aux autres. Je viens de réaliser que je n’ai pas envie de les impressionner. Ton histoire m’a fait réfléchir....je ne veux pas, moi non plus, y aller”, lui ai-je répondu.

Olga s’est mise à rigoler. Puis, elle a déclaré : “Tu ne dois dire à personne que tu m’as retrouvée. Ce sera notre dernier petit secret”.

As-tu déjà été à la journée-rencontre des anciens diplômés ? Aimes-tu ce genre de réunions ? N’hésite pas à partager tes réponses et idées dans les commentaires !

Photo de couverture unsplash.com
Partager cet article