Sympa
Sympa

Cette femme a inventé un nouveau type de plastique biodégradable, et c’est un pas immense qui sauvera peut-être nos océans

Le problème de la pollution plastique s’aggrave depuis plusieurs décennies, et la recherche de solutions pour le résoudre est devenue une priorité absolue. Des millions de tonnes de plastique sont produites chaque année dans le monde, la moitié d’entre elles représentant des articles à usage unique qui se retrouvent dans la nature où elles mettent plusieurs centaines d’années à disparaître. Sharon Barak, une ingénieure chimiste israélienne, a trouvé un moyen de réduire la période de dégradation du plastique de plusieurs siècles à seulement quelques minutes.

Chez Sympa, nous aimons savoir que la planète peut désormais compter sur une façon innovatrice de lutter contre la pollution plastique, et nous allons t’expliquer comment ça fonctionne !

Sharon Barak a démissionné de l’usine de fabrication de plastique pour laquelle elle travaillait, afin d’aider le monde à combattre la pollution.

Nous utilisons tous chaque jour des objets en plastique, et désormais, il est quasiment impossible d’imaginer vivre sans eux. Mais le plastique conventionnel n’est pas du tout écologique, et une fois jeté, il peut rester dans la nature pendant des décennies, voire des siècles, ce qui constitue une importante menace pour les animaux et les êtres humains.

Selon les experts, la durée moyenne de biodégradation est de 50 ans pour les gobelets en plastique, 200 ans pour les pailles, et 450 ans pour les bouteilles en plastique. L’ingénieure chimiste Sharon Barak s’est donné pour objectif d’inventer un produit ressemblant au plastique par son apparence et sa texture, mais qui pourrait rapidement se décomposer dans l’eau sans nuire à la nature. Et elle l’a fait !

Le produit de substitution plastique que Sharon a inventé est absolument identique, mais il se dissout dans l’eau en quelques minutes.

Sharon et son équipe ont passé beaucoup de temps à tester de nombreux composants différents jusqu’à ce qu’ils trouvent la bonne formule. Le “faux” plastique que Sharon a inventé est fait de matériaux 100% écologiques qui se dissolvent très facilement dans l’eau, et retournent ainsi à la nature.

Ce produit est si naturel et si sûr que l’on peut même le boire une fois qu’il est dissous dans l’eau. Si un sac fait de ce produit tombait accidentellement dans l’océan, il disparaîtrait totalement en seulement quelques minutes, sans constituer aucune menace pour les animaux marins, contrairement à un sac en plastique ordinaire.

De plus, cette nouvelle invention n’a pas besoin de suivre un processus de recyclage trop élaboré. Après avoir utilisé un article fait de ce plastique, si l’on n’en a plus besoin, il suffit tout simplement de le jeter dans les égouts. Comme l’indique le site web consacré à cette nouvelle matière, le processus de fabrication n’est pas très compliqué non plus : les machines permettant de fabriquer des sacs en plastique habituels peuvent facilement être adaptées pour fabriquer ce produit innovateur qui pourrait sauver nos océans.

Aujourd’hui, Sharon et son équipe ont réalisé un pas de géant avec leur excellent travail, ce qui donne l’espoir au monde de jouir d’un avenir plus propre et plus sûr.

Sharon a trouvé un énorme potentiel dans ce substitut de plastique biodégradable qu’elle a développé avec son équipe. Il peut être utilisé pour emballer les aliments, faire des bouteilles, et servir à de nombreux autres usages pour lesquels le plastique est habituellement utilisé. Sharon et son équipe travaillent maintenant d’arrache-pied pour faire connaître leur invention au monde, et ils sont persuadés que la production en masse de ce plastique écolo fera du monde un endroit meilleur.

Que penses-tu du projet de Sharon ? Crois-tu que nous parviendrons un jour à remplacer tout le plastique du monde par une solution écologique comme celle-ci ? Laisse ton avis dans les commentaires, et partage cet article avec les personnes de ton entourage !

Photo de couverture Shutterstock.com, Depositphotos.com
Sympa/Gens/Cette femme a inventé un nouveau type de plastique biodégradable, et c’est un pas immense qui sauvera peut-être nos océans
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire